25 Août 2013

Algue klamath et mesures en Bioélectronique de Vincent

L’an dernier, en début d’automne, je reçois le coup de fil d’un client (de mon site Herbajovis.com) qui me demande s’il me reste de cette klamath « exceptionnelle » qu’il avait commandé quelques mois auparavant. – « Exceptionnelle », que voulez-vous dire ? – Et bien figurez vous que je suis un spécialiste en Bioélectronique de Vincent (BEV), je mesure régulièrement les aliments et les nutriments que je consomme ; j’ai effectué des mesures de votre klamath et elles sont exceptionnelles. Vous savez ça fait 25 ans que je pratique la BEV et j’ai rarement mesuré un nutriment qui soit aussi bon pour la santé, on peut même dire une sorte « bombe de vie ».. – Ah bon, et bien tant mieux, ça m’intéresse, expliquez moi. Il s’agissait d’un sachet de chez Sol Semilla… – Vous ne connaissez pas la Bioélectronique de Vincent ? – Bah euh, pas beaucoup. – C’est une méthode qui permet d’effectuer des mesures très concrètes, aussi concrètes que la température par exemple, avec des paramètres physiques bien définis : * le pH * le potentiel d’oxydoréduction (ou potentiel redox : rH2), mesuré en millivolts (mv) * la résistivité (Rô), mesuré en Ohms qui permettent, entre autres, de déterminer ou non la réelle vitalité d’un aliment ou d’une solution. En fait, ce qui est remarquable dans les mesures que j’ai faites, c’est le taux très bas rH2, c’est-à-dire la capacité de cet aliment à donner des électrons, ce qui revient à dire que c’est un aliment particulièrement vivant, vitalisant. J’ai mesuré un rH2 de 3, ce qui est extrêmement rare ! On peut trouver de tels taux de rH2 très bas sur des graines germées, mais pour un autre aliment que les graines germées, c’est la première fois que je vois ça. Pourtant Monsieur Etienne, vous savez, ça fait longtemps que je pratique la BEV, je fais partie de l’association française de Bioélectronique, si je téléphone pour savoir s’il vous reste de ce lot là, c’est qu’il y a une raison. Klamath-Algae J’étais, il faut l’avouer, agréablement surpris, et je trouvais en plus ce monsieur particulièrement sain et claire dans sa façon de s’exprimer. Quelques temps plus tard je lui adresse un sachet de klamath et lui demande de me tenir au courant s’il retrouve les mêmes mesures. La semaine d’après il m’appelle : M. Etienne, les mesures sont moins bonnes que la dernière fois mais elles restent tout de même remarquables. Il faut savoir que les mesures bioélectroniques peuvent varier, parfois même de façon importantes. Vous savez le vivant, c’est complexe, inconstant, tributaire d’un nombre très important de paramètres que l’on ne maîtrise pas. Par exemple l’électromagnétisme en provenance de l’espace, auquel la terre est soumise, qui varie selon l’heure de la journée ou de la nuit, le climat, la saison, est un exemple de paramètres qui influent sur les mesures de BEV. – Passionnant ! Mais comment cela se passe exactement ? stacks_image_220– Tout d’abord sachez que j’utilise un matériel très fiable, fournit par l’association de Bioélectronique (cf le site), et étalonné périodiquement (Les mesures sont réalisées avec une électrode au potentiel de 203mv). Pour effectuer des mesures fiables, il est préférable de dissoudre le nutriment dans un liquide, de l’eau peu minéralisée est préférable (comme la Moncalm par exemple), puis il faut procéder à plusieurs mesures espacées dans le temps, par exemple la deuxième après 18h et la troisième après 24 h. On peut ainsi suivre l’évolution du nutriment dissout. S’il y a plusieurs nutriments il est recommandé d’effectuer les mesures en même temps, pour qu’elles soient comparables. Pour ce qui est de la klamath, comme c’est une algue, j’ai remarqué qu’il était préférable d’effectuer les mesures au printemps afin de garantir la meilleure fiabilité possible. Quand on la met dans son élément d’origine, l’eau, elle se remet à vivre, à pulser, probablement même à croître. Mais attention le fait de consommer un aliment possédant un Rh2 bas n’est pas le seul paramètre déterminant une action positive sur notre santé (autrement dit il ne suffit pas de ne consommer que des graines germées !). Bien d’autres paramètres sont à prendre en compte, notamment sa richesse en éléments nutritifs permettant d’apporter aux cellules ce dont elles ont besoin pour fonctionner (cf les travaux de Claude Lagarde en nutrition cellulaire active). Cependant il est bon d’avoir une portion journalière de nutriments réducteurs afin d’apporter de la vitalité « brute » à notre corps. Toujours est-il que ce monsieur on a jamais retrouvé le rH2 de « 3 » mesuré la première fois, mais les 14 et 12 que l’on a mesuré en avril 2013 (cf le tableau ci-dessous) restent tout à fait remarquable… bioelectronique vincent 080211Un autre paramètre de la BEV est la résistivité (Rô), c’est-à-dire la « non conductivité » de l’électricité. Or ce qui est conducteur ce sont les minéraux. Même dans l’eau, ce sont les minéraux qui sont conducteurs. Ainsi une résistivité basse révèle une plus forte concentration en oligo-éléments et minéraux. Souvent, lors des mesures, la résistivité baisse, ce qui s’explique par la division cellulaire provoquée par la dissolution dans le liquide (et qui génère de nouvelles molécules). Si l’aliment est de bonne qualité le rH2 aussi va baisser, démontrant qu’il est plus « vivant » qu’au départ (c’est amusant car depuis des années avec l’équipe de Sol Semilla on a remarqué que laisser toute la nuit la klamath poudre diluée dans l’eau la rend plus savoureuse et efficace). Précisons que cette « division cellulaire » n’a rien à voir avec un processus de fermentation, qui nécessiterait de toute manière plus de 24h pour se développer. Enfin, le troisième paramètre est le pH, ou potentiel d’hydrogène, qui mesure l’acidité ou la basicité (alcalinité) d’une substance. Louis Claude Vincent l’a souvent répété, une eau légèrement acide est parfaite pour le corps. Rappelons qu’acide ne signifie pas acidifiant, loin de là. Comme constaté sur le tableau ci-dessous, la klamath est légèrement acide (un peu plus que la spiruline, pour info). Bref, toujours est-il qu’il a fallu attendre le printemps 2013 pour avoir les conditions optimales de mesures. J’en ai profité pour faire évaluer d’autres marques de klamath, c’était l’occasion. Il faut savoir que je m’intéresse à beaucoup de choses, et j’ai plusieurs casquettes : blogueur indépendant, thérapeute, e-commerçant. Quand je suis avec une casquette, je le suis à 100%. Je profite en fait de mes investigations pour sélectionner de bons produits et les proposer sur le site marchand. Actuellement le e-commerce n’est pas l’activité que je développe, c’est bien plus la thérapie (et les investigations..). Ainsi je vous livre les résultats mais sans nommer les autres marques de klamath. Les résultats bruts peuvent être communiqués sous certaines conditions, mais mieux vaut attendre les contre-analyses demandées dans un labo qui effectue aussi des mesures en BEV.

Mesures en Bioélectronique de Vincent effectuées les 9 et 10 avril 2013

  A la préparation après 18 h après 24 h
       
Klamath Sol Semilla      
       
pH

5,2

5,64

5,43

rH2

20,9

14,91

12,46

1526

1066

1016

       
Klamath X1      
       
pH

4,94

5,03

 
rH2

23,11

21,76

 

630

615

 
       
Klamath X2      
       
pH

5,36

5,3

 
rH2

23,78

24,5

 

1472

1300

 
       
Klamath X3      
       
pH

5,3

5,22

 
rH2

23,73

23,64

 

1262

844

 
       

On constate que la moyenne rH2 (après 18h) des 3 autres marques est de 23,3 et celui de Sol Semilla est de 14,91, ce qui représente une différence importante (n’hésitez pas à demander confirmation aux spécialistes en BEV).   BEV Klamath Sol S Synthèse On peut observer que la Klamath Sol Semilla se trouve, durant les 3 phases du test, dans les zones de forces de construction, ce qui est conforme aux résultats obtenus sur les algues vertes en milieu naturel. Le pH reste assez stable durant les 3 périodes. On note, par ailleurs, une nette évolution des valeurs d’oxydo-réduction et de résistivité. – Facteur l’oxydo-réduction (rH2) : avec le temps la solution de Klamath va dans le sens de la réduction et non de l’oxydation. La diminution du rH2 indique un développement intense de la vie. Pour ce qui est du facteur de résistivité (Rô) : avec le temps la solution de Klamath va dans le sens de la minéralisation puisque son Rô diminue sensiblement. On peut donc en conclure une réactivation de l’algue. Conclusions : La corrélation entre la baisse du rH2 et celle du Rô nous permet de supposer une division cellulaire au sein de la solution et donc à la réactivation de l’algue au fil du temps. Cette klamath est donc d’une qualité proche de son état naturel, elle a la capacité de se régénérer au contact de l’eau.   Ce qui est intéressant avec ces mesures, c’est qu’elles viennent confirmer la renommée du récolteur importé par Sol Semilla (chez qui je n’ai aucune action je vous rassure).   Considéré comme le « top » aux US, et par des spécialistes français (comme par exemple Anne-Marie Piétri, auteure de L’aliment le plus complet de la planète), le récolteur importé par Sol Semilla est très sollicité et souvent en rupture de stocks. Remarque concernant la spiruline : lors des tests en BEV on a également donner à mesurer un échantillon de spiruline provenant du Burkina Faso : le rH2 est descendu à 14 au bout de 20h, montrant une  qualité également excellente.

Remarque : pour en savoir plus sur la Bioéléctronique de Vincent, je vous conseille de lire cet article : http://naturo-passion.com/bioelectronique-medecine-terrain/

 Composition complète de l’algue klamath : Cliquez ici 

Étiquettes :

6 commentaires pour “Algue klamath et mesures en Bioélectronique de Vincent”

  1. VINCENT Alain dit :

    Bonjour
    merci pour cet excellent article.
    J’ai entendu parler de Jacques Prunier et des produits SynerJ health. Avez-vous analyser leur algue Klamath vendu sous le nom d’Alpha One. Est-elle de bonne qualité et de bonne vitalité?
    Comment la situez-vous par rapport à l’algue de Sol Semilla.
    Merci d’avance pour vos réponses
    Bien cordialement
    Alain VINCENT

    • Christophe Etienne dit :

      merci !
      Bonjour, non nous n’avons pas encore effectué de mesures de l’alpha One ; ce que je sais c’est qu’il s’agit d’une qualité correcte mais sans du tout être « le top » comme ils l’annoncent.. il ne faut pas oublié que SynerJ health est un réseau de marketing, qui est donc par définition imprégné de… marketing ! j’ai eu récemment des échanges par mails avec Jacques Prunier, je lui ai demandé des copies de certaines affirmations qu’il fait… et je n’ai aucune réponse..

  2. […] mesures en Bioélectronique de Vincent ont été effectuées en avril 2013 : pour en savoir […]

    • Christophe Etienne dit :

      oui j’ai écrit un article sur ces mesures, pour l’instant je ne dévoile pas les marques mesurées en dehors de Sol semilla… si vous voulez en savoir plus veuillez m’en faire la demande par mail (cetienne8@yahoo.fr)

  3. Christine dit :

    Bonjour,
    votre site est vraiment très intéressant et riche mais vos articles mériteraient des paragraphes pour faire respirer la lecture. En l’état actuel, ils sont durs pour les yeux et la compréhension, d’autant qu’ils fourmillent de détails à ne pas louper.
    Sinon, tout est bien 🙂
    Cordialement

    • Christophe Etienne dit :

      merci pr les conseils Vous avez tout à fait raison et c’est l’un des objectifs de cet été 🙂

Laisser un commentaire