22 Nov 2008

Bol d’air Jacquier : enfin une thèse !

Vous connaissez probablement le Bol d’air Jacquier car l’odeur de pin caractéristique que l’on peut sentir aux abords des stands « Holiste » dans tous les salons bio depuis de nombreuses années n’a certainement pas dû échapper à votre curiosité !

Il s’agit d’une méthode qui consiste à respirer une diffusion d’huile essentielle de pin des landes (pinus pinaster) préalablement peroxydé grâce à une sorte électrode.

 

Appareil Holiste de dernière génération, dont l’efficacité d’oxygénation a encore été  augmentée.

 

René Jacquier est un scientifique français né en 1911 à Lyon. Il vécu une longue partie de sa vie au Brésil, et travailla en tant qu’ingénieur chimiste, à l’Institut Oswaldo Cruz, l’équivalent brésilien de l’Institut Pasteur. Il conduit de nombreuses  recherches sur les antibiotique mais aussi sur les hormones, les enzymes, les vitamines. Une des préoccupation majeure était de trouver un moyen permettant la normalisation de l’oxygénation des personnes malades, afin de renforcer leur vitalité. C’est un problème familiale qui, en 1946, le mit sur la piste. On préconisa à sa fille, atteinte d’une grave coqueluche, un voyage en avion de tourisme (non pressurisé). La raréfaction de l’atmosphère entraine un relâchement important d’oxygène au niveau sanguin.

 

Il chercha alors qu’elle molécule existant dans la nature serait capable de capter l’oxygène et de le relâcher facilement. Seul un chimiste pouvait donner la réponse : les terpènes de pins sous forme peroxydés. Ce procédé permet, non pas d’avoir plus d’oxygène, ce qui serait dangereux, mais d’utiliser au mieux l’oxygène de l’air, sans danger et sans effet secondaire. Le concept d’OBC (oxygénation bio catalytique) et son application sous la forme d’un premier appareil était né. Ses travaux sur la biocatalyse furent publier en 1947 dans la revue « Revista brasileira de medicina ».

Un ouvrage sur le sujet a été écrit par une naturopathe Respirez la santé… grâce au bol d’Air Jacquier (chez Grancher).

 

Extrait du site Holiste :

 

En nous faisant inhaler des catalyseurs d’oxygénation , le Bol d’Air Jacquier® vient corriger les dysfonctionnements liés à notre mode de vie. Il nous permet de retrouver en douceur, énergie et vitalité et un équilibre harmonieux de nos fonctions. Il est utile dans tous les cas de sous -oxygénation chronique.
Il ne s’agit pas d’un médicament ni d’un traitement spécifique, mais son action particulièrement intéressante sur l’état général , sur la protection de la cellule par rapport aux radicaux libres. Permettant une meilleure oxygénation à tous les niveaux de l’organisme, cette méthode génère des résultats importants dans des domaines extrêmement divers. Concrètement, il faut s’asseoir devant l’appareil et respirer à 10 cm de la corolle. Les inhalations durent de 3 à 15 minutes ; elles peuvent se faire une ou plusieurs fois par jour , tous les jours (comme hygiène de vie quotidienne) ou sous forme de cure d’une dizaine de jours plusieurs fois dans l’année. Tout le monde, à tout âge, peut en bénéficier.
 
Documentations scientifiques, dont la thèse de Mme Mercier (Biologiste) : lien

 

Le but du Bol d’Air Jacquier® est d’assurer une respiration cellulaire équilibrée, quels que soient le degré de pollution, le lieu, l’âge, le mode de vie ou les conditions physiologiques de celui qui le respire. Le principe de fonctionnement de l’appareil est de fournir un extrait naturel de pin peroxydé (en majorité des a et des b -pinènes), sous forme gazeuse et inhalable. Par un jeu chimique de liaisons faibles entre les terpènes, les hémoglobines, et de l’oxygène tétravalent, l’appareil permettrait une oxygénation cellulaire améliorée.

 

Notre travail bibliographique a consisté à résumer ce qui est connu de l’action de l’appareil, des terpènes de pins, de l’oxygène, ainsi que des causes et conséquences de l’hypoxie.

 

Notre travail de recherche a consisté à mettre en évidence que :

– le Bol d’Air® peut mettre à disposition des cellules une plus grande quantité d’oxygène,

– les terpènes de pins sont inhalés, hydroxylés et excrétés par les urines,

– l’apport d’oxygène par l’appareil ne génère pas de stress oxydatif. Au contraire, que ce soit par des dosages classiques d’antiradicalaires ou par les méthodes innovantes (KRL et RESEDA), nous mettons en évidence les capacités du Bol d’Air® à induire une protection antiradicalaire, dose-dépendante, qui ne contrarie pas les protections antioxydantes existantes. Ces qualités se retrouvent aussi bien in vivo qu’ex vivo .

Cette protection passe préférentiellement par la constitution et/ou la protection de réserves antiradicalaires circulantes, particulièrement chez les organismes âgés.

 

Par ailleurs, nous avons pu mettre en évidence une action particulière du Bol d’Air Jacquier® sur le métabolisme relié à la glutathion réductase, et son action positive sur les hémoglobines glyquées. D’autres expérimentations nous ont permis d’affiner les conditions d’utilisation du Bol d’Air®.

 

Enfin, nous terminons ce mémoire par l’examen des nombreuses voies de recherches possibles pour comprendre l’impact de l’appareil sur les organismes, allant de la lutte contre les cellules immortelles à l’aide à l’entraînement des sportifs.

 

Membres du jury :

– Professeur Paolo De Cristofaro (Président),

– Professeur Henri Joyeux (Rapporteur),

– Docteur Jean Medelli (Rapporteur),

– Professeur Philippe Piccerelle (Examinateur),

– Docteur Josiane Prost (Directeur de thèse),

– Docteur Michel Prost (Co-Directeur de thèse).

Un commentaire pour “Bol d’air Jacquier : enfin une thèse !”

  1. marie dit :

    Bonjour,
    Conseillez-vous le bol d’air jacquier ? Si oui, quels sont ses bénéfices ?
    Merci

Laisser un commentaire