Indice PRAL : la valeur acidifiante d’un aliment – Le rôle de la flore

L’indice PRAL (Potential Renal Acid Load) indique la « charge acide rénale potentielle » d’un aliment, c’est à dire combien il va être acidifiant ou alcalinisant pour l’organisme.

Cette appellation vient du fait que c’est dans l’urine que l’on mesure cette charge (unité : le milliéquivalent (mEq). Les chiffres au-dessus de 0 révèlent un excès d’acidification. C’est une des notions clés de l’ « équilibre acido-basique ». Notons de suite qu’il ne faut pas oublier que le principal pourvoyeur de l’acidification est l’excès de stress, le manque de respiration et de transpiration (d’où l’intérêt du sport et du sauna).

 

Les produits céréaliers (environ 10 mEq/100 g) et les aliments riches en protéines, comme la viande et certains fromages (25 mEq/100 g dans certains cas), sont acidifiants. En revanche les aliments alcalinisants sont les fruits et les légumes (autour de – 3 mEq/100 g en moyenne).

Ce sont les taux en calcium, magnésium, sodium et potassium qui expliquent  en grande partie cette action des fruits et des légumes. A savoir aussi que le chlore, le souffre et le phosphore sont plutôt acides.

 

L’intérêt médical d’alcaliniser son terrain est important pour les personnes qui souffrent par exemple de calculs rénaux, mais c’est surtout dans tous cas de déminéralisation qu’il faudra y prêter attention : notamment les personnes sujettes à des inflammations, à l’arthrose,  aux risques d’ostéoporose de l’après ménopause et aux  sportifs.

 

À la question « Cet aliment est-il acidifiant? », vous trouverez :

non : il est plutôt alcalinisant : indice PRAL à -0,1 ou moins;
non : il est neutre
un peu : indice PRAL entre 0,1 et 4,1;
modérément : indice PRAL de 4,2 à 8,7;
fortement : indice PRAL de 8,8 ou plus.

 

 

riz-bio-complet-levure-riz-blanc-rouge-noir-cholesterol-hui.jpg

 

 

PRAL de quelques aliments

Plus la valeur PRAL est élevée, plus l’acidité engendrée est importante.

 

Boissons                      PRAL (mEq/100g)

 

Bière                            -0.2 à 0.9

Coca-cola                        0.4

Cacao                            -0.4

Café                              -1.4

Expresso                        -2.3

Eaux minérales               -1.8 à -0.1

Vin rouge                       -2.4

Vin blanc sec                  -1.2

Thé vert                         -0.3

Jus de pomme non sucré   -2.2

Jus de betteraves            -3.9

Jus de carottes               -4.8

Jus de raisins                 -1

Jus de citrons                 -2.5

Jus d’oranges                 -2.9

Jus de tomates               -2.8

 

Matières grasses

 

Beurre                            0.6

Margarine                      -0.5

Huiles                             0

 

Poissons

 

Morue                             7.1

Aiglefin (haddock)            6.8

Hareng                           7

Truite                             10.8

Carpe                             7.9

Flétan                            7.8

Moules                           15.3

Crevettes roses              15.5

Perche de mer                10

Saumon                         9.4

Sardines à l’huile            13.5

Crevettes grises             7.6

Sole                               7.4

 

Viandes

 

Bœuf                             7.8

Foie de veau                            14.2

Foie de porc                   15.7

Poulet                                      8.7

Saucisse fumée              6.7

Saucisse de foie             10.6

Saucisses Franckfort      6.7

Cervelat                         8.9

Saucisson                      7.2

Porc (maigre)                 7.9

Bifteck                           8.8

Filet de veau                  9

Salami                            11.6

Dinde                             9.9

Veau                              9

Canard                           4.1

Oie                                 13

Agneau                          7.6

Lapin                              19

 

Produits laitiers – œufs

 

Babeurre                        0.5

Camembert                    14.6

Cheddar                         26.4

Gouda                            18.6

Edam                             19.4

Emmental                      21.1

Fromage blanc               8.7

Crème                            1.2

Œufs entiers                            8.2

Blanc d’œuf                   1.1

Jaune d’œuf                            23.4

Lait                                0.7

Parmesan                       34.2

Yaourts                          1.2 à 1.5

Lactosérum                    -1.6

 

Fruits

 

Pommes                         -2.2

Abricots                          -4.8

Bananes                         -5.5

Cassis                                     -6.5

Cerises                           -3.6

Figues                            -18,1

Pamplemousse               -3.5

Mangue                         -3.3

Kiwi                                -4.1

Oranges                         -2.9

Citron                                      -2.6

Pêches                           -2.4

Raisin                             -3.9

Poires                             -2.9

Ananas                          -2.7

Raisins secs                   -21

Fraises                           -2.2

Melon                             -1.9

 

Oléagineux

 

Arachides                       8,3

Noisettes                        -2.8

Pistaches                       8.5

Noix                               6.8

Amandes douces            4.3

 

Céréales et produits céréaliers

 

Pain de seigle                 4

Pain farin de blé             1.8 à 3.8

Biscottes                        5.9

Flocon de maïs               6

Pâtes aux œufs              6.4

Flocons d’avoine            10.7

Riz blanc                        4.6

Riz brun                         12.5

Farine de seigle              5.9

Spaghettis                     6.5 à 7.3

Macaroni                        6.1

Farine de blé                  6.9

Farine blanche               8.2

Graines entières sarrasin         3.7

Graines entières maïs     3.8

Graines séchées épeautre 8.8

Graines entières millet    8.6

 

Légumineuses

 

Haricot                           -3.1

Lentilles                         3.5

Pois                                1.2

Légumes

 

Asperges                        -0.4

Broccolis                        -1.2

Choux de Bruxelles        -4.5

Carottes                         -4.9

Choux-fleurs                           -4

Choux rave                    -5.5

Céleri                             -5.2

Chicorée frisée               -2

Concombre                     -0.8

Aubergine                      -3.4

Fenouil                           -7.9

Ail                                  -1.7

Cornichon                      -1.6

Poireau                          -1.8

Laitue                                      -2.5

Champignon         s                 -1.4

Oignons                         -1.5

Poivre                                      -1.4

Pomme de terre              -4

Radis                             -3.7

Epinard                          -14

Tomates                         -3.1

Courgettes                     -4.6

Choucroute                    -3

Graines de soja              -3.4

Lait de soja                    -0.8

Tofu                               -0.8

 

Aromates et condiments

 

Vinaigre de pomme        -2.3

Basilic                                      -7.3

Ciboulette                      -5.3

Persil                              -12

Vinaigre balsamique       -1.6

 

Sucreries

 

Chocolat au lait              2.4

Chocolat noir                  0.4

Miel                                -0.3

Gâteau de savoie           3.7

Marmelade                     -1.5

Sucre blanc                    -0.1

Sucre brun                     -1.2

 

LA FLORE AUSSI EST ACIDIFIANTE

 

Une flore qui fermente, c’est à dire qui secrète des composés organiques volatils, plus ou moins toxiques, est particulièrement acidifiante. Cela commence au niveau de l’estomac, qui ne secrète pas toujours suffisamment d’acide chlorhydrique : on parle d’hypochlorhydrie. C »est, selon moi, une des causes majeures de tous les problèmes digestifs et donc de leurs effets secondaires (sur les systèmes nerveux, hormonal, immunitaire).

Nous aborderons à une autre occasion les causes de l’hypochlorhydrie. Pour l’instant comprenons que si un estomac n’a pas suffisamment d’acidité :

1) les aliments ingérés ne seront pas bien digérés, en particulier les protéines carnées, c’est à dire dégradés de façon à être correctement assimilés par l’intestin, qui est le filtre qui nourrit directement l’organisme ; les aliments mal dégradés seront irritants pour la paroi intestinale et sera propice au développement des colonies bactériennes toxiques ainsi que des parasites.

2) les sucs digestifs qui sont secrétés après l’estomac ne le seront pas assez ou pas correctement : notamment les enzymes pancréatiques, les sucs entériques, la bile : ainsi les glucides et les lipides seront également mal dégradés ; or ces sucs digestifs secrétés après l’estomac sont alcalins : s’ils ne sont pas suffisamment secrétés, le bol alimentaire va rester  trop acide : c’est la fameuse acidose des naturopathes, avec toutes les conséquences que l’on connait ; déminéralisation, nervosité, développement des candidoses et autres mycoses, etc…

3) les protéines mal dégradées (dont le gluten et la caséine) sont une cause majeure du développement des allergies

4) le bol alimentaire gastrique pas assez acide aura tendance à remonter : ce sont les fameux reflux, ou reflux gastro-œsophagien (RGO), qui, chargés d’autres sucs digestifs comme la bile, sont irritants pour la paroi de l’estomac, d’ou les sensations de brûlure.

 

Certains aliments favorisent une flore qui fermente : cf mon article sur les FODMAP. La fermentation est bien entendu la cause des flatulences. A titre personnel les flatulences dont je souffrais depuis fort longtemps ont disparus avec la réforme alimentaire que j’ai appliquée mais surtout après l’arrêt complet du pain.

Le stress est l’autre grande cause de l’acidification du terrain : non seulement c’est une cause du manque d’acide chlorhydrique mais il contribue au développement d’acides au niveau extracellulaire.

 

2 thoughts on “Indice PRAL : la valeur acidifiante d’un aliment – Le rôle de la flore

  1. oulerich

    Bonjour,
    merci pour les infos.
    j’ai une question:
    je fais une sélection de listes d’aliments alcanisants/acidifiants
    et je me retrouve avec certains aliments qui passe d’alcanisant à acidifiant et inversement
    d’un site à l’autre.
    que se passe-t-il?
    ou trouver des etudes fiables?
    un grand merci
    Florian

    Reply
    1. ETIENNE Post author

      Bonsoir Oui en effet comme ce n’est pas une science exacte, il y a de nombreuses listes différentes et du coup on s’y perd ! C’est la raison pour laquelle Frédéric Sardon, le responsable du CNTM (Collège de naturopathie et techniques manuelles), de loin la plus scientifiques des école de naturopathie, propose un cours de grande fiabilité sur le sujet. Il me faudra donc dès que possible écrire un article sur le sujet.
      Ce qui est certain c’est que la notion d’indice PRAL est en fait assez théorique et ne repose pas comme on pourrait s’y attendre sur une notion hyper fiable. Du coup c’est une notion intéressante mais il ne faut pas trop se baser dessus. Ce qui est également important à garder à l’esprit c’est que l’acidification n’est pas qu’une question d’aliments, mais aussi de « terrain global » : si vous fermentez beaucoup dans votre intestin grêle (inflammation chronique), vous allez produire beaucoup d’acide. Si vous consommez beaucoup de « calories vides » (aliments industriels et de l’agriculture intensive) cela va être particulièrement acidifiant. Si vous êtes stressé et tendu + sommeil non récupérateur, ça va être acidifiant. Si vous habitez à côté d’une antenne relais (ondes électromagnétiques basse, 4G) ça va être aussi acidifiant !

      Pour moi ce qui acidifie, de loin, le plus : excès de sucré + blé moderne + aliments industriels + manger vite + dîner tard le soir + sédentarité + transpirer peu + ne jamais jeûner + trop d’antibiotiques (et de viande non bio bourrées d’antibiotiques). Bien plus que les protéines carnées sur lesquelles on n’arrête pas de taper, plus ou moins tord et à raison. Le souci est que si on baisse énormément sa consommation de volaille et de poisson, on observe souvent que l’attirance pour le sucré se décuple. Du coup on est coincé. Je pense donc qu’il est important de continuer à consommer quotidienne de la volaille bio ou du poisson, en petite quantité, de façon à éviter les fringales, la fatigue, la fonte musculaire, la déprime, etc… Sauf dans le terrain Sanguino-pléthorique (= kapha en ayurvéda), il faudra dans ce cas privilégier le quasi végétarisme (et le jeûne).

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *