Rétrospectives du mouvement et des recherches « anti-âge »

C’est en 1970 que l’American Aging Association a été créée sous l’impulsion de Denham Harman, auteur de la théorie des radicaux libres comme cause principale du vieillissement.

L’objectif était de  regrouper des « biogérontologues » (spécialistes qui s’intéressent à ce qui se produit dans l’organisme lorsqu’il vieillit) qui se consacrent à la recherche et au partage des informations.

En 1976, le futuriste Joel Kurtzman (co-écrit avec Philip Gordon) publient No More Dying. The Conquest Of Aging And The Extension Of Human Life, (ISBN 0-440-36247-4). C’est le premier livre populaire sur le sujet.

Le mouvement anti-âge prend un nouveau tournant avec la parution, en 1982, de Life Extension : a practical scientific approach (ISBN 0-446-51229-X) par Durk Pearson et Sandy Shaw, qui fut un best-seller. Dans ce livre précurseur, les auteurs détaillent six principales causes du vieillissement, et présentent des stratégies de supplémentation alimentaire pour ralentir cinq d’entre eux. Ils insistent sur l’amélioration de la qualité de vie, en présentant des méthodes d’utilisation des mêmes suppléments alimentaires pour améliorer : la libido, les fonctions cognitives (intelligence,  concentration, mémoire, endurance mentale, etc), la gestion du stress, le sommeil (qualité du sommeil, meilleure récupération, adaptation aux décalages horaires), la performance athlétique et la musculation, la médecine du sport, etc.

C’est 2 ans auparavant que Saul Kent avait publié son livre The life-extension revolution (ISBN 0-688-03580-9), mais il ne se vend pas si bien que ça. En 1982 Kent est invité à une célèbre émission télévisée : le Merv Griffin Show, aux côtés de Pearson et Shaw. A la suite de l’émission la fondation est inondée de courrier. Ce fut un sacré coup de pouce. Mais c’est la qualité des recherches, relatées dans leur magazine, qui a permis la croissance constante de la notoriété et des ventes de la fondation. Les fiches produits également, ainsi que le guide complet permettent se s’informer de façon pratique et concret. Cf notre article sur la fondation Life Extension.

Le succès de la Fondation a permis à Saul Kent de financer la Fondation Alcor Life Extension, la plus grande organisation de cryogénie et de cryoconservation. C’est son associé William Faloon qui porte le flambeau de la LEF depuis que Saul Kent a créé Alcor.

En 1983, le gérontologue Roy Walford publie un livre populaire : Maximum Lifespan (durée de vie maximale). En 1988 le Dr Walford et son élève le Dr Richard Weindruch résument des années de recherches et de tests animaux sur la restriction calorique : The retardation of aging and disease by dietary restriction (ISBN 0-398-05496 -7). Il était connu, depuis les travaux de Clive McCay dans les années 1930, que la restriction calorique peut prolonger la durée de vie des rongeurs. Mais c’est le travail de Walford et Weindruch qui a jeté les bases scientifiques de cette thèse.

En 1992, une nouvelle organisation à but non lucratif, l’American Academy of Anti-Aging Medicine (A4M) a été créée par un regroupement de médecins et de scientifiques souhaitant  initier une spécialité médicale anti-âge distincte de la gériatrie : http://www.a4m.com/. A4M proclame regrouper 26 000 membres dont 85% de médecins, 12% de chercheurs et 3% d’agents gouvernementaux. Elle est basée à Boca Raton dans le sud de la Floride (à quelques kilomètres du siège de la fondation Life-Extension).

Enfin, impossible de ne pas citer Aubrey de Grey, de l’Université de Cambridge en Angleterre, un des bio-gérontologues actuellement les plus actif et prolixe.

images

La revue Nutranews a consacré un numero spécial à ce spécialiste de l’anti-âge au look néo-hippie et à la cadence soutenue d’élocution : http://www.nutranews.org/sujet.pl?id=1093

Inspiré de la « théorie mitochondriale du vieillissement » émise par le Dr Denham Harman en 1972, Dr de Grey soutient que les dommages causés aux macromolécules, cellules, tissus et organes (par les radicaux libres) pourront, dans un avenir pas si lointain, être réparés par les biotechnologies de pointe.

L’approche de cet informaticien de formation est plus proche de celle d’un ingénieur que d’un médecin. Pour lui le vieillissement est une maladie comme une autre : le métabolisme est excessivement complexe et en l’état actuel de nos connaissances nous ne le comprenons pas suffisamment bien.

Pour retarder le vieillissement Aubrey de Grey ne s’intéresse ni au métabolisme ni a la pathologie, mais a ce qui se situe entre les deux, c’est-a-dire aux dommages.

Les sept types de dommages

qui s’accumulent durant la vie et qui, à terme, contribuent au vieillissement et deviennent pathogéniques :

dnastructure1 • Les mutations nucléaires et épigénétiques cancérigènes : les mutations cancérigènes de l’ADN au niveau du noyau des cellules et des protéines de liaison de l’ADN.

2 • Les mutations mitochondriales : les mutations de l’ADN des mitochondries  perturbent le fonctionnement de la cellule.

3 • Les déchets intracellulaires : les déchets de molécules diverses, en particulier  de protéines, qui n’ont pas été éliminés et qui encrassent la cellule. Ils sont responsables de l’athérosclérose et de maladies neurodégénératives.

4 • Les déchets extracellulaires : ce sont les mêmes déchets que précédemment, mais qui s’accumulent ici entre les cellules.

5 • La perte de cellules : arrivées au bout de leur capacité à se répliquer (la ≪ limite de Hayflick ≫), les cellules meurent sans être remplacées, ce qui rend les organes, et notamment le coeur, de plus en plus fragiles, affaiblit le système immunitaire et cause diverses maladies comme celle de Parkinson…

6 • La sénescence cellulaire : arrivées en bout de course, certaines cellules ne se répliquent plus mais ne meurent pas pour autant. Elles deviennent alors dangereusement dysfonctionnelles, secrétant des substances toxiques et provoquant notamment le diabète.

7 • Les connecteurs extracellulaires : ce sont les protéines de liaisons intercellulaires qui, en devenant trop nombreuses et rigides, entrainent divers troubles, notamment au niveau de la vision.

 

En agissant spécifiquement sur ces ≪ dommages mortels ≫ à l’aide de thérapies cellulaires, de stimulations immunitaires, d’enzymes comme la télomérase, etc., le chercheur pense pouvoir prolonger significativement l’existence.

L’action d’Aubrey de Grey se fait au travers de deux fondations : SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) et Mathuselah foundation (soutenu financièrement par de riches donateurs comme Peter A. Thiel, cofondateur de Paypal).

Auteur de Ending aging, de Grey édite la revue Rejuvenation research : http://www.liebertpub.com/rej/.

Il a été invité à présenter un TEDMED en 2005 : http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=hgLRhxvRlKg#at=31

 

Le groupe de recherche en gérontologie (http://www.grg.org/ ), créé en 1990, organise des sessions et des rencontres de chercheurs du monde entier.

Photo de famille prise en 2009 lors d’un symposium à Manhattan Beach en Californie : ManhattanBeachProjectGroup

Quelques acteurs de l’anti-âge en France et en Europe

La Société Mondiale de Médecine Anti-âge 

Le Docteur belge Thierry Hertoghe commence à être assez connu en France, notamment suite à la promotion que lui fait la lettre d’information Santé Nature Innovation.

Il est le président de l’International Hormone Society (plus de 2500 médecins) et de la Société Mondiale de Médecine Anti-âge : World society of anti-aging medicine, regroupant selon le site du Dr Hertoghe plus de 7000 médecins : http://www.wosaam.ws/

Lilou Macé l’a interviewé en 2099 au sujet de son livre Le régime Hormones aux Ed. Thierry Souccar : http://www.dailymotion.com/video/xbg8iq_a-quel-age-commencer-les-hormones-d_lifestyle?fbc=610

Il semble très orienté « hormonothérapie », ce qui est loin d’emporter la faveur des naturopathes. Et il semble assez évident que Thierry Hertoghe soit assez opportuniste et surfe (comme beaucoup d’autres) sur la vague de l’anti-âge. D’ailleurs sa lettre au sein Santé Nature Innovation est, selon plusieurs correspondants de mon blog, particulièrement inintéressante.

Videos du gérontologue Jacques Treton sur la sénescence

Jacques Tréton est biologiste, gérontologue et historien. Il fut président puis vice-président de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie de 2004 à 2010 et co-fondateur de la première formation universitaire de Biologie du vieillissement en 1989.

http://www.wat.tv/video/interview-jacques-treton-part-24hpl_2iyd1_.html

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *