1 Juil 2016

Algue Klamath : laquelle acheter ? qui sont les récolteurs ? les certificateurs ?

D’abord popularisée en France par Jacques Prunier (qui a travaillé avec Christian Drapeau, le chercheur canadien pionnier), fondateur de la société Isis garden, maintenant rebaptisée SynerJ-Health, et par Michel Dogna, naturothérapeute écrivain, qui en parle régulièrement dans ses publications et dans son livre Prenez en main votre santé (tome 2), la cyanobactérie Klamath (ou AFA : Aphanizomenon Flos Aquae) n’a plus de secret pour les passionnés de produits naturels ni de nombreux naturopathes et certains médecins. Par commodité nous la nommerons « micro-algue » bien que, d’un point de vu botanique et phylogénétique, ce soit une cyanobactérie, l’une des premières formes de vie apparue sur terre (vers -3,5 milliards d’années) ! Cellules déjà capables de photosynthèse, précisions le.

 Il s’agit donc d’une forme extrêmement archaïque, avant l’invention des cellules à noyau, les eucaryotes : apparus vers – 2 milliards d’années, qui donneront plus tard naissance aux végétaux eux-mêmes (association des cellules entre elles), qui furent d’abord des algues, vers – 1,5 milliards d’années. Ainsi les cynobactéries sont apparues bien avant les algues. Mais c’est peut être un peu complexe et du coup l’ensemble des professions utilisent le terme « micro-algue » ou  « AFA ».    

Elle est maintenant distribuée en France sous de nombreuses  marques. Malgré le fait qu’il s’agit de la même micro-algue, il existe différentes qualités dû à différentes façons de travailler de la part des récolteurs. Différences dans:

– le procédé de récolte (l’époque de l’année, les lieux de récolte car c’est un lac immense, la façon de le récolter : avec pompage ou non)

– d’épuration, de contrôle, de séchage

– de conservation, de conditionnement, de distribution.

Pas étonnant donc qu’il existe quelques disparités de qualité selon les récolteurs !

A côté de cela, la klamath se présente sous différentes formes : vrac, comprimé, gélule, paillette, liquide. Aux US elle est également disponible congelée, ce qui présente des avantages, le premier étant la conservation de la qualité nutritive. Malheureusement cette forme de conservation n’est pas du tout écologique et c’est la raison principale pour laquelle elle est peu utilisée. 

Cet article est le résultat de plusieurs mois d’enquête. Vous aurez bientôt d’autres photos de l’algue dans le lac et de comment se passe la récolte.

klamath paste

Les principales marques et distributeurs en France : 

Il existe dorénavant une grande quantité de revendeurs. Toutes les marques disponibles en France sont certifiées par OTCO. Mais attention comme je l’explique souvent et le montre, tous les récolteurs ne se valent pas.

 

– Herbajovis.com : distributeur indépendant de superaliments et compléments alimentaires, propose de la klamath depuis 2009, avec un effort constant de recherche du meilleur qualité / prix : poudre en vrac, gélules, comprimés. Distribue notamment la klamath considérée comme la « rolls des klamath » : celle importée par Sol Semilla ; le récolteur avec lequel ils travaillent est l’un des plus renommés outre-Atlantique. Des tests réalisés au printemps 2013 selon la méthode de la Bioélectronique de Vincent sont venus confirmer la qualité de cette klamath : http://clesdesante.com/algue-klamath-et-mesures-selon-la-bioelectronique-de-vincent/ . Enfin le prix de la 2ème qualité distribuée par Herbajovis (« Aklamath » de Biothelema) défit toute concurrence.  

– Sol-Semilla : cet importateur et distributeur de superaliments, intransigeant sur la qualité des produits qu’ils proposent d’après ce que j’ai pu constater, propose depuis longtemps l’algue Klamath dans leur resto-boutique (23 rue des Vinaigriers à Paris) : sous forme de poudre ou de comprimés.

Sol Semilla ne souhaite pas communiquer le nom de leur récolteur ; mais comment expliquer la différence de qualité et de texture de l’AFA Sol semilla avec les autres marques ?  Tous d’abord le récolteur de Sol Semilla travaille de façon artisanale et récolte en surface alors que les autres utilisent des systèmes de pompage. Ensuite ils utilisent un système de séchage ultra performant, via des caissons remplie d’air ultra sec, froid. Les autres récolteurs d’abord congèlent l’AFA récoltée sous forme de gros cubes. Au fur et à mesure des besoins, ces cubes sont décongelés et on répartie l’AFA sur des tapis roulants dans un grand tube métallique prévu pour envoyer de l’air tiède pulsé. C’est cet air pulsé qui créé des « mini paillettes » à l’intérieur de l’AFA et qui la rend un peu plus foncée (précisons que ces mini paillettes n’enlèvent rien à la qualité du produit). L’AFA Sol Semilla est dénuée de ces mini paillettes et possède une couleur plus claire.

Remarque : les analyses phytosanitaires attestant l’absence de microcystine sont disponibles en ligne, notamment sur Herbajovis.

– Algotonic.com : jusqu’à peu, le plus important distributeur en France ; Marie-France Lhermite a travaillé il y a quelques années, conjointement avec Jacques Prunier, aux dossiers de « mise sur le marché » (Algotonic a été vendu en 2013).

Ils ont un contrat d’exclusivité pour la France avec le plus gros récolteur : Desert Lake Technologies (DLT) ; sous forme de gélule ou pot de poudre ; pour évaluer les prix, attention les gélules sont dosées à 250 mg. Ce sont les seuls à ma connaissance à proposer l’algue sous forme de paillettes. Ils distribuent également Stemenhance et SE2, un extrait concentré de l’algue associé à d’autres nutriments, sensé augmenter la production de cellules souches : voir mon article sur le sujet ( Algue Klamath et cellules souches ).

– Biovie ( http://www.eco-bio.info/biovie/ ) a eu l’idée en juin 2016 de proposer l’AFA sous forme congelée, c’est à dire la forme la plus fraîche. Cette initiative est saluée par les personnes qui ont goûté la klamath sous cette forme aux USA et qui ont apprécié la bonne disponibilité digestive qui accroît les effets immédiats de la fameuse cyanobactérie. D’autres, plus dubitatifs, attendent de tester en live…  A tester !

– Symphonat : le plus actif en terme de communication de ce super-aliment.. ils démarchent de nombreux thérapeutes pour qu’ils puissent la proposer à leurs patients. Sous forme de gélules, comprimés, liquide, et en association avec de la Rhodiola (une plante adaptogène remarquable). Fournisseur : via un importateur italien (lié à l’Université d’Urbino) qui s’approvisionne chez DLT d’après mes renseignements .

– Flamant Vert : c’est cette marque que l’on trouve depuis quelques années sur les étales des magasins bio et les discounters de l’internet : souvent à prix cassé, uniquement sous forme de comprimés. Fournisseur : Klamath blue green. Vu les prix bas pratiqués, on peut légitimement se poser la question sur la réelle qualité de la klamath proposée par cette marque…

– Normandy Vitamine C distribue aussi de la Klamath depuis plusieurs années : sous forme de gélules et de poudre, toujours avec leur approche de commande en gros (Fournisseur : Algotonic). La marque Aklamath est également distribuée par Herbajovis.

– SynerJ-health : la société de Jacques Prunier distribue de l’algue Klamath (Alpha One, gélules dosées à 250 mg) depuis plus de 10 ans, par système de réseau de marketing ; sous forme de gélule ou en pot de poudre. Qualité très correcte. Ils distribuent également d’autres complément alimentaires (dont le célèbre Synerstem, booster de cellules souches). Fournisseur : Simplexity.

Remarque : dorénavant je ne recommande plus le réseau de Jacques Prunier (et la plupart des  réseaux). En effet plusieurs anciens collaborateurs de M. Prunier m’ont témoigné de leur écoeurement. Il semble qu’il ait la gâchette « avocat  » et « menaces de procès » particulièrement prompt, ce qui pourrait laisser penser qu’il n’a pas vraiment la conscience tranquille. A peu près la même chose pour Christian Drapeau. Cela confirme ma thèse selon laquelle les réseaux de marketing sont avant avant tout des systèmes de distribution qui sont au service de personnes charismatiques et ambitieuses (voir doucement mégalo, je m’interroge…). D’ailleurs la majorité des distributeurs de ces réseaux ont un mal fou à gagner leur vie, avec une inégalité de revenus ahurissante. Ceci étant précisé il s’agit d’un système de distribution comme un autre (qui correspond à un certain de style de personnes). Mais honnêtement je trouve malsain de considérer d’emblée ses connaissances et amis comme des clients potentiels. Cela amène du vénal dans l’amitié et dans tout relationnel : non je ne trouve pas ça génial… D’ailleurs les réseaux se développent avant tout dans les pays en voie de développement. 

– Nutrixeal : dernier arrivé sur le marché, Nutrixeal est un laboratoire ambitieux mais visiblement rigoureux, calqué sur le modèle américain des labos de compléments alimentaires. Récolteur : DLT via la « filière Urbino » d’après mes recherches. 

– Phyt’Inov : laboratoire basé en Suisse dont j’ai une bonne opinion. 

  et de très nombreux autres labos qui se mettent maintenant à proposer de la Klamath…

 

sky_harvester1

Récolteurs et certificateurs :

1) KAP : Klamath Algae Products, Inc./ Vision Inc.

www.klamathafa.com ; leur distributeur : http://www.e3live.com/

 

2) Klamath Valley Botanicals, LLC

www.klamathvalley.com ; considéré comme l’un des récolteurs le plus fiable. Travaille encore de façon assez artisanale.   

 

3) DLT : Desert Lake Technologies, LLC : la 1ère société historiquement à avoir travaillé sur l’algue..

www.desertlake.com

un des plus gros récolteur si ce n’est le plus gros…

 

Certification bio : tous 3 certifiés par Oregon Tilth le certificateur bio de l’Oregon (pour les non anglophones, organic = bio).

On voit donc régulièrement sur les pages commerciales : « cerftifié OTCO » = Oregon Tilth Certified Organic.  

 

Il existe 2 autres compagnies : 

1) Simplexity Health : certifié par Pro-Cert Organic Systems Ltd. of Canada : www.simplexityhealth.com, dont la marque de distribution est Blue Green-Algae

(c’est le récolteur de SynerJ Health)

2) Power Organics : http://powerorganics.com/klamath-blue-green-algae-info/

qui distribue sous la marque www.klamathbluegreen.com  

Fournisseur dont le rapport qualité / prix laisse à désirer selon quelques acteurs du secteur.

 

Si vous souhaitez connaître le distributeur que je recommande, veuillez m’en faire la demande par email : cetienne8@yahoo.fr

 

Il existe peu de videos sur la récolte de l’algue ; celle de Simplexity a disparue…

voici une vieille video :

 

37 commentaires pour “Algue Klamath : laquelle acheter ? qui sont les récolteurs ? les certificateurs ?”

  1. Boutevillain dit :

    Pouvez-vous me dire si l’algue de Klamath que j’ai commandée à Nature et découvertes distribue par Flamant Vert

    à Bourges, cette maison est sérieuse? Je vous précise que le dosage est de 500mg.

    Je vous remercie pour les renseignements que vous m’apporterez.

    • Christophe Etienne dit :

      Bonjour je ne suis pas là pour casser du sucre sur les marques concurrentes… le problème est que la marque que vous nommez est précisément celle qui a cassé les prix de la klamath… or nous qui connaissons les prix d’achat, on se demande bien comment ils font… à moins que ce soit une « klamath au rabais » comme il en existe aux USA ?? comme par hasard c’est cette marque là que les gens me citent quand ils ont une mauvaise expérience avec la klamath (j’ai plusieurs témoignages écrits..). Il faut savoir que le problème de la présence de la toxine microcystine dans les lots de certains récolteurs n’a pas disparu… les autorités américaines en découvrent encore régulièrement mais en tant qu’administration ils ne précisent pas de quel récolteur il s’agit… Pour info Herbajovis.com distribue les 2 marques françaises qui importent la klamath du récolteur le plus renommé.. et comme par hasard c’est cette qualité là qui ressort comme le « top » lors des analyses par Bioélectronique de Vincent… cf notre prochain post..

      • olivier dit :

        Bonjour,

        Quel est votre avis sur la klamath nutrixeal ?

        • Christophe Etienne dit :

          Ecoutez ce n’est pas parce qu’une boite fait de la pub sur google qu’elle est la meilleure ! ça signifie juste qu’ils ont les moyens de se payer ça… je ne l’ai pas encore fait tester en bioélectronique de Vincent.. et je ne connais pas non plus leur récolteur..

  2. michele dit :

    Du bon, du pas bon comment être sûre de la qualité ?? Si on achète français ya t-il contrôle des autorités sur les produits. J’ai vu un site qui n’en vendait pas a cause d’un problème ?

    • Christophe Etienne dit :

      il y a effectivement un récolteur ou deux fournissant de la klamath de moins bonne qualité, voir contaminée par des taux trop élevé de microcystine…

      c’est la raison pour laquelle il faut demander les certificats d’analyses phytosanitaires aux labos chez qui vous souhaitez acheter…

  3. paul dit :

    bonjour: et les produits chèrement vendus en marketing de réseau par stemtech ?

    • Christophe Etienne dit :

      je me demande comment on peut encore tomber dans le piège de ces réseaux multi niveaux alors que la klamath, que Mère Nature a si merveilleusement et amoureusement élaboré l’algue klamath simple et naturelle, sans besoin de passer par des extractions complexes et douteuses !

  4. Thomas Fichter dit :

    Bonjour.

    Donc le mieux et de l’acheter congeler ?

    La marque « e3 live » est-elle de qualité ?

    • Christophe Etienne dit :

      E3live ne sont pas directement récolteurs donc ils peuvent très bien travailler avec des lots de qualité variable… Sinon oui le congelé c’est le top… cependant j’ai des témoignages de personnes qui connaissent le congelé et qui ont essayé la qualité Sol Semilla et qui sont enchantés…

  5. Michèle dit :

    Bonjour,
    Je voudrais savoir à quel distributeur acheter de la klamath de la qualité de sol semilla aux Etats Unis. Merci

  6. Valérie dit :

    Bonjour,

    vous parlez de se procurer du congelé, la conservation n’est-elle pas problématique par rapport au trajet jusqu’en France et jusqu’au consommateur ?
    Quel est l’avantage du congelé par rapport aux gélules ?

    Merci pour votre analyse sur ce thème.

    • Christophe Etienne dit :

      bonsoir je ne connais pas bien la forme congelée… pour l’instant je conseille quand même plutôt la forme séchée

  7. kevin dit :

    Bonjour,
    Herbajovis propose aklamath (Biothelema)500gr pour 160€. Comparé à 33€ les 50gr de sol semilla ça vaut le coup, mais le prix un peu trop alléchant me fait douter. Pourtant il y a écrit absence de microcystine.
    Qu’en pensez-vous ?
    Merci bien !

    • Christophe Etienne dit :

      bonjour Herbajovis est un site que j’ai créé en 2009 avant que je ne devienne naturothérapeute et c’est encore moi qui m’en occupe. Ainsi je vous confirme que Biothelema, distribué par Normandie Vitamine C est une qualité correcte, importée en France par Algotonic : la qualité nutritionnelle est bonne et elle est effectivement garantie sans microcystine ; elle n’atteint cependant pas la qualité antioxydante de Sol Semilla (la fameuse notion de « potentiel Rédox », qui mesure si un aliment est « vivant » ou non, s’il est capable de donner des électrons) qui est considérée comme la rolls des Klamath, tous les connaisseurs s’accordent sur ce point… le prix est effectivement plus élevé… mais encore une fois la qualité nutritionnelle de Biothelema est irréprochable…

  8. kevin dit :

    Merci. Bon ben je continuerai avec celui de sol semilla dans ce cas.Par contre j’ai vu qu’il faut mettre la veille dans l’eau (ce que je ne faisais pas avant), mais aussi je prends avec une jus de fruit, à l’eau j’ai essayé, même en étant pas difficile c’est assez rebutant, j’ai l’impression de boire dans un étang plein avec de la vase 🙂
    Est-ce que le jus altère la qualité ? si oui dans ce case je ferai avec de l’eau.
    Merci encore, bonne soirée.

  9. hoareau Nathalie dit :

    Bjr à tous je vis à l’île de la réunion où puis je acheter de l’algue bleue. En magasin bio? Merci pour vos réponses.

    • Christophe Etienne dit :

      Oui je sais à la Réunion il y a eu une émission sur la Klamath à la télé ! Pour ma part je conseille la marque Sol Semilla puisqu’il a été démontré qu’il s’agit d’une qualité supérieure (avec un meilleur Potentiel Rédox, c’est à dire plus « vivant »), c’est un peu la « Rolls des Klamath » et qu’il y a une quantité importante de témoignages de personnes qui l’attestent) Christophe

  10. Reynelde Rhainds dit :

    Je consomme le SE2 de Stemtech et j’ai essayé beaucoup d’autres produits d’algues klamath et je suis surprise que vous n’en parlez pas. C’est de loin le meilleur produit sur le marché et comme Santé Canada est extrêmement sévère pour l’obtention de brevets en santé naturelle je considère que Stemtech est le meilleur produit actuellement et tous les produits détiennent leur npn de Santé Canada.

    • Christophe Etienne dit :

      Ce qui est certain c’est que je ne veux plus entendre parler des réseaux de marketing !! Que M. Drapeau utilise ses recherches et son (relatif) charisme sont se bâtir un véritable empire financier est son problème, ce n’est pas le mien ! Sachez que bientôt (dans quelques dizaines ou centaines d’années) on soignera les gens uniquement avec des ondes, et les traficotages de l’algue klamath par sieur Drapeau seront de l’histoire ancienne… sachez quand même que j’ai pas mal de témoignages de personnes qui ont autant de résultat avec l’algue klamath pure (notamment celle de Sol Semilla) qu’avec SE2 ou encore Synerstem.

  11. Cyril dit :

    Bonjour Christophe,
    Merci pour vos précieux conseils qui permettent d’y voir plus clair.
    Je suis sur le point de commander l’AFA directement chez KVB car je suis basé au Canada.
    Avez-vous des nouveautés sur la qualité de leurs produits? Quand est-il de la vraie pollution du lac? je croise tout et son contraire sur internet. J’ai suivi votre appréciation en disant que c’est l’un des plus fiable, j’aimerai en etre sur…
    Merci d’avance

    • Christophe Etienne dit :

      Non je n’ai pas d’info particulière sur la pollution supposée du lac ; attention aux fausses rumeurs… A mon sens il y a suffisamment de français (aussi bien les distributeurs en réseau que les indépendants, avec lesquels j’ai régulièrement des échanges, qui vont sur place chaque année pour avoir un avis assez fiable. Ce que je peux surtout voir ce sont les rapports d’analyses phytosanitaires de la Klamath distribuée par Sol Semilla qui montrent bien l’absence de tout polluant. Je vous les envoie directement par mail.

  12. val dit :

    Bonjour
    quen est il de la qualité de la klamath distribué par symphonat notament le klama up?
    Merci par avance pour votre retour
    cordialement

    • Christophe Etienne dit :

      selon mes recherches Symphonat se fournit chez le récolteur DLT via la filière d’Urbino en Italie (l’Université qui a fait des recherches sur les effets neuroprotecteurs de la klamath). Le récolteur DLT (Desert Lake Technologies) est le plus gros récolteur de klamath et fournit l’immense majorité des revendeurs français et européens. Le fait de l’associer à de la Rhodiola est plutôt une bonne idée, l’indication sera ainsi « d’améliorer l’adaptation au stress et ses conséquences ».

  13. Sylvie dit :

    Bonjour

    J’ai commencé par de la klamath de chez algogreen trouve chez mon magasin bio, je suis passée chez sol semilla après avoir vu votre article, je découvre le distributeur nutrixeal.

    Je suis quelque peu perdue ! Sol semilat est cher. Il donne comme indication de 2 à 10 gélules suivant le besoin ? Les autres 4 gélules par jour serait suffisant!

    Faut-il acheter du dosage a 250, 500 ou 560 ?

    Impossible de trouver une analyse des composants pour 100g ( par exemple), je prend aussi d’autres compléments alimentaires et je me demande si je suis en surdose ou pas (silicium, magnésium, bourrache, myrtilles et vitamine C).

    Je vous remercie de vos précieux conseils

    Sylvie

    • Christophe Etienne dit :

      bonjour je vais être très clair, n’étant pas commerçant mais avant tout praticien, je vous confirme :

      1) qu’il faut faire sa propre expérience, ne serait-ce que parce que chaque personne est unique ; ainsi si vous voulez essayer un jour la klamath de Sol semilla c’est une bonne idée car vous verrez par vous même la différence. Et effectivement je reçois régulièrement des témoignages de consommateurs que celle de de Sol semilla peut être prise en dosage inférieur aux autres marques.

      2) personnellement je trouve le dosage de 500mg parfait ; je rappelle qu’il est recommandé de prendre (pour la qualité sol semilla) 1,5 à 2 g par jour, de préférence le matin, soit en comprimé soit en poudre (en poudre 1 cuillère à café rase = 1 g environ) ; si vous prenez en poudre une délicieuse recette est fournie avec la commande

      3) la klamath vous apporte en effet de nombreux nutriment, votre question d’un éventuel surdosage est donc tout à fait pertinente. Malgré sa richesse la klamath apporte très peu de flavonoïdes et de vitamine C, et pas suffisamment de silicium ni de magnesium pour la plupart des personnes. Ainsi les autres nutriments que vous prenez sont particulièrement complémentaires.

  14. Druet dit :

    Bonjour,
    J’ai essayé la bio AFA-alge de GSE, certifiée Vegan par contre, une marque de distributeur allemand. Pouvez-vous me dire ce que vous en pensez svp ? Merci d’avance. Sandrine

    • Christophe Etienne dit :

      Je ne connais pas cette marque, on a l’impression qu’il s’en créé une chaque jour ! de toute manière la grande majorité des marques en Europe l’achètent au même importateur, lui-même l’achetant au même récolteur (un des plus gros récolteurs du lac) : Desert Lake technologies.
      Le label Vegan est bien-sûr du pur marketing.

  15. DUHAMEL dit :

    bonjour:
    je me fournis,chez diéti-natura,qu’en pensez vous?

    • Christophe Etienne dit :

      Diéti Natura est un distributeur qui casse les prix de tous les compléments alimentaires. Il ne faut pas ensuite venir pleurer si la qualité n’est pas au rendez-vous…

      • Kalamiah dit :

        Bonjour Christophe,
        je vous remercie pour toutes ces informations.
        Je suis naturopathe depuis 15 ans et il y a 3 ans j’ai été formée par jacques Prunier, laboratoire Synerj Health pour découvrir la Klamath…
        J’habite à la Martinique et le laboratoire ne m’a pas suivi…
        J’ai laissé tomber la klamath… ici les personnes se réveillent et me demande de la klamath car ils en entendent parler de partout.
        J’apprends que Stemtech est en Martinique, mais en effet le marketing de réseau me soul ! ici c’est en plein boum pour tous les réseaux !
        Grace à une patiente qui recherche le mieux je suis arrivée à vous.
        Je vais donc proposer la klamath de Sol Semilla, je n’ai pas de recule, mais vous si, alors je vous fait confiance… je vais en acheter de ce pas.
        Merci encore
        Kalamiah

        • Oui j’ai remarqué depuis longtemps que les réseaux de marketing sont particulièrement développés dans les DOM TOM, ce qui peut se comprendre puisque c’est un moyen de créer des revenus. A mon sens ce n’est hyper sain car on est tenté de raconter n’importe quoi pour exagérer les mérites de tel ou tel produit, et surtout on est tenté de parler de business aux personnes de son entourage proche, les personnes avec qui on est sensé développer des liens d’échange, d’affection, de simplicité, d’authenticité, de bienveillance, ou il n’est pas question d’argent. Ainsi les réseaux peuvent pervertir ces précieux liens qui participent à notre équilibre psychologique. Je pense qu’il est primordial de développer son réseau auprès de personnes éloignées de son propre entourage.

  16. Claudell dit :

    Bonjour,

    Je ne connais pas cette algue et moins encore ses effets et son véritable intérêt. Mais je recherche une thérapie alternative permettant ad minima une amélioration dans le cas d’une sclérose en plaque. Y a t-il un intérêt à utiliser cette algue en traitement et existe t-il des retours sur cette pathologie ?

    Merci de votre réponse

    • Bonjour
      J’imagine que vous avez pour idée de favoriser la « régénération des tissus » ?
      A mon sens il est toujours intéressant d’essayer une cure de klamath, chaque personne réagit de façon différente à cette fameuse cyanobactérie : le fait d’apporter à l’organisme des nutriments de qualité est à priori une bonne idée. Avec un dosage suffisant (à partir de 4 g / jour) on a l’usage de dire que ça pourrait favoriser la production de cellules souches. J’ai un nombre non négligeable de personnes atteintes de maladie auto-immune qui ont été améliorées par une cure de klamath, mais à chaque fois c’était après avoir traité la porosité intestinale. En effet comment bénéficier de l’apport de nutriments si notre organisme n’en assimile que la moitié ? C’est la raison pour laquelle on entend de plus en plus parlé de microbiote intestinal, de porosité ou hyper-perméabilité intestinale ou encore de dysbiose : il faut savoir qu’on retrouve cette « pathologie » chez quasiment 100% des malades auto-immuns.
      Il faut d’abord s’occuper de la cause, et ensuite envisager de régénérer les tissus.

      S’occuper du digestif est la priorité : la doctoresse Kousmine avait donc raison, et d’ailleurs le « régime Kousmine » est encore aujourd’hui une référence dans la sclérose en plaque. Le régime Seignalet a longtemps pris la vedette mais aujourd’hui on parle plus volontiers de « modèle paléo » (cf l’excellent livre « Paléobiotique » qui en plus est plein de recettes) car le régime Seignalet comporte trop de crudités et ne convient pas vraiment à de nombreuses personnes.
      Intéressons-nous donc à l’alimentation de nos ancêtres ! D’ailleurs pas besoin de remonter jusqu’à l’époque paléolithique, il suffit de s’interroger sur ce que pouvaient bien manger au quotidien nos arrières grand-parents (en gros avant la 1ère guerre mondiale).

      D’autre part on sait aujourd’hui que ce n’est pas QUE l’alimentation qui influe sur la paroi intestinale : c’est avant tout la micro inflammation du grêle, par abrasion des biofilms résistants. La capacité digestive et le microbiote est une affaire familiale : on hérite celui de nos parents et celui qui était présent dans notre environnement durant notre prime jeunesse (jusqu’à l’âge de 6 ans environ).

      Les 4 paramètres qui ont le plus dégradé notre microbiote :
      1) les polluants (surtout les métaux lourds, les pesticides (glyphosate), les perturbateur endocriniens, etc…)
      2) la malbouffe (c’est à dire avant tout une alimentation qui fermente car trop riche en glucides et mauvaises graisses et pauvre en légumes et bonnes graisses)
      3) L’abus d’antibiotiques et de certains médicaments (comme les IPP sur une longue période par exemple)
      cf :
      4) la mauvaise hygiène de vie : on ne prête pas attention par exemple à la bonne vidange de l’estomac : pour la favoriser il est conseillé de manger très tôt le soir, prendre un petit déjeuner salé/protéiné, éviter le sucré, de grignoter, mastiquer suffisamment et faire de temps à autre des jeûnes ou des monodiètes.
      (La mauvaise hygiène de vie ce n’est donc pas « que » le tabac et l’alcool, comme on nous le serine sans cesse. Je dirais même que ces pratiques, si elles sont modérées, n’ont jamais tué personne… Je ferais passer bien avant (comme mauvaise hygiène de vie) le manque d’exercice physique.

      Tout cela a appauvri parfois de façon considérable la capacité digestive (par abrasion de la paroi du grêle) et la flore de nos parents. D’ailleurs j’entends très souvent : « mes grand-parents avaient une santé de fer, mes parents c’était moyen et moi c’est la catastrophe, je n’arrête pas d’avoir des soucis et ils sont devenus chroniques ». Les soucis de santé sont donc bel et bien arrivés au cours du 20ème siècle. En fonction du style de vie familial. Conséquence de « l’hyper modernité » ?

      On a là, à n’en pas douter, un élément central de l’épigénétique : la génétique qui est fonction de notre environnement ; mais l’environnement bactérien intestinal est LE 1er environnement.

      Ainsi une capacité digestive et un microbiote appauvri + une alimentation qui continue à être « moderne » ne laisse guère de chance à notre système immunitaire, qui est en fait directement dépendant de l’activité de la paroi du grêle (et de la flore colique) et par voie de conséquence, de notre immunité : ça fait peu de temps qu’on sait de façon certaine ces liens de cause à effet.

      Parfois c’est trop tard, la chronicité s’est installée et c’est un vrai parcours du combattant que de remonter la pente. Mais certains, dotés de pugnacité, y parviennent.
      Prenons exemple sur eux.

      L’immense majorité des médecins formés à la micro-nutrition, à la micro-immunothérapie, ou encore des bons naturopathes, prêtent avant tout attention à la santé intestinale et notamment à restaurer le fonctionnement optimal de la paroi.

      Les recherches sur le microbiote ne cessent partout de s’intensifier et je reste en lien étroit avec celles-ci,
      mais je reste persuadé que les gestes quotidiens sont la première thérapeutique :

      1) favoriser de façon importante les légumes frais, bio, cuits en douceur (les légumes bio ou ayant poussés dans une terre riche en humus, sont riches en endomycorhizes, incontournables pour renforcer la flore intestinale)
      2) idem pour les bonnes graisses (= bio, non cuites et non transformées, notamment huile d’olive, de noix, de coco, beurre bio non pasteurisé et clarifié, graisse de canard)
      3) les protéines seront exclusivement bio et essentiellement des oeufs, poisson, volailles
      4) dîner tôt et bien mastiquer
      5) quand c’est possible pratiquer quotidiennement de l’exercice physique : il faut l’intégrer à son agenda !

      Ce n’est qu’à la condition de ces pré-requis que l’on pourra espérer remonter la pente.
      Ensuite on peut éventuellement envisager une supplémentation, en fonction des symptômes. Par exemple en :
      flavonoïdes, remarquables antioxydants (= polyphénols)
      – nutriments favorisant l’oxygénation : citrulline, chlorophylle, eau kaqun, colosan, etc… dans certains cas uniquement, du jus de légumes (légumes verts uniquement, un petit verre par jour maximum)
      omega 3 DHA et EPA : c’est un point clé
      – nourrir les mitochondries : vitamines B naturelles, coenzymes Q10, zinc, sélénium, glycérophosphate de magnésium
      régénérer le foie : chardon marie et choline (dans certain cas rares, la cure du foie d’Andréas Moritz, attention c’est assez violent…) ; d’autres plantes seront utilisées en cas de stéatose hépatique (courant chez les malades auto-immuns).

      On se supplémentera en enzymes digestive si sa digestion haute (estomac, duodénum) est lente et laborieuse. Le pianto peut aussi être envisagé dans ce cas là.

      Ensuite il faudra s’occuper de la flore intestinale, notamment via une stratégie immunostimulante : c’est ce qu’une récente étude conduite par l’Université de Chicago semble montrer, ce qui tendrait à donner raison à l’approche du Dr Bruno Donatini, qui utilise, entre autres, des champignons médicinaux, connus pour leur action immunostimulante.
      cf :

      Un champignon est particulièrement intéressant dans les atteintes auto-immunes : le phellinus linteus (action sur l’interleukine 17).

      Régénérer les tissus : les ondes électromagnétiques pulsées également seraient intéressantes dans ce domaine. Malheureusement ces systèmes (comme le Bemer, le viofor) sont souvent onéreux. Cherchez-en un d’occasion. Le système « Z-violyne » fait parler de lui en ce moment mais là vous n’aurez pas d’occasion, c’est trop récent. L’idéal serait de se regrouper à plusieurs familles pour investir.

      Un champignon aussi est intéressant pour favoriser la régénération des tissus : le Hericium erinaceus (contre-indiqué en cas de fibromyalgie).

      Il existe de nombreuses autres stratégies pour renforcer le système immunitaire, c’est ce à quoi je m’intéresse actuellement, afin de compléter la mycothérapie. La klamath, dans certains cas, en fait partie, d’autant qu’elle est riche en chlorophylle.

      Il ne faut pas non plus laisser de côté l’aspect psychosomatique (et symbolique) de la maladie auto-immune. Dans ce registre je laisse encore une fois la parole à Olivier Soulier, qui a, en 2012, enregistré un séminaire entier sur la sclérose en plaques, réalisé conjointement avec Pierre-Jean Thomas-Lamotte et d’autres intervenants pertinents. Cf les DVD sur son site « lessymboles.com ».

  17. GEINDREAU dit :

    Bonjour,

    A la recherche d’une méthode naturelle pour pallier à la fatigue chronique que rencontre ma fille 18 ans, suite à une « réactivation de la mononucléose ». Après cure de magnésium avec un mieux sans être revenu à une forme olympique habituelle et tenant compte de la patience pour récupérer toute sa forme lors de la mononucléose, le biocoop me conseille une cure de klamath à préférer encore à la spiruline.
    J’ai donc acheté en gellule , on me conseille 3 Gellules/Jour , qu’en pensez vous pour une jeune en entrée prépa + sport ?
    Enfin, merci pour tous les précieux conseils que nous lisons au travers votre page.

    Vous remerciant pour votre réponse.
    Véronique

    • bonjour
      la klamath pourra aider votre fille mais pour être honnête la mycothérapie (champignons médicinaux) sera sans aucune mesure plus efficace que l’algue klamath. En effet EBV (virus de la mononucléose) est plus embêtant que ce qu’on croyait (en fait il se ré-active très régulièrement) et il faut impérativement une stratégie immunostimulante afin de donner la possibilité aux lymphocytes T de mieux faire leur travail (avec notamment action sur les T régulateurs) et, pour l’instant, on n’a pas plus efficace, en médecine naturelle, que les champignons médicinaux, en particulier le ganoderma lucidum, le shiitaké et le coriolus versicolor. Aciclovir peut également être utile dans certains cas. Dans le futur les thérapies quantiques pourront très certainement beaucoup aider ; elles le peuvent déjà mais il faut réussir à trouver un praticien chevronné.
      En attendant je recommande la mycothérapie, qui doit être envisagé dans une approche globale visant à reprendre sa santé en main et mettre tout en oeuvre pour favoriser les forces internes d’auto-guérison (cf à ce propos l’excellent livre du Dr Yann Rougier, Se programmer pour guérir.

Laisser un commentaire