La naturopathie en France : toutes les écoles et formations

Mis à jour le 2/10/2016


La naturopathie, de nombreuses personnes en ont dorénavant entendu parler, mais peu de personnes savent qu’il existe un enseignement rigoureux et synthétique. On trouve de nombreuses écoles en Europe, animées par des hommes et femmes de conviction, la plupart du temps des personnes passionnantes. En France, une fédération a été créée en 1985, notamment sous l’impulsion d’André Roux, qui a été en son temps collaborateur de Pierre Valentin Marchesseau, lui même considéré comme l’un des principaux précurseurs français de la naturopathie, aux côtés du Dr Paul Carton (pour l’histoire de la naturopathie, cf Encyclopédie historique de la naturopathie de Daniel Kieffer). Mais n’oublions pas que la première grande école naturopathique fut finalement l’homéopathie, avec sa profonde philosophie de favoriser l’auto-guérison.

Le concept de naturopathie moderne est né de la volonté de donner un cadre cohérent aux démarches occidentales de « santé naturelle », qui regroupe de nombreuses approches et sensibilités différentes, s’inscrivant dans un environnement globalement non universitaire.

Les médecins reçoivent une formation longue, académique et techniquement centrée sur le diagnostique symptomatique ainsi que l’utilisation de molécules chimiques, qui ne sont pas dénuées d’effets secondaires. C’est ce qu’on reproche de plus en plus à la médecine conventionnelle. 

La naturopathie, quant à elle, propose une observation globale (holistique) de la personne, l’utilisation de techniques naturelles et propose d’améliorer   l’hygiène de vie et l’alimentation. Aider son corps a utiliser toutes ses ressources pour se guérir lui-même. Ce concept ne peut être basé que sur une connaissance pointue du fonctionnement du corps humain. En pratique, on parle souvent d’élimination des toxines (émonctoires) ou encore de revitalisation. Ce qui semble trop succinct à la plupart des médecins, et ils n’ont peut être pas tout à fait tord. Mais il y a un réel besoin, aujourd’hui dans le paysage de la santé publique, en France,  « d’éducateurs de santé », c’est indéniable. Le médecin lui, n’a pas vraiement le temps d’éduquer. Ce n’est pas le même métier.

Le naturopathe se veut parfois une sorte de « généraliste » des thérapies  complémentaires. Dans la plupart des formations le niveau en anatomie / physiologie-pathologie / biologie est plutôt bon (CNTM mais également  FLMNE, CFPPA de Hyères, et les écoles affiliées FEHNAMAN, aujourd’hui devenue la FENA, Fédération Nationale des Ecoles de Naturopathie), et on profite de la multiplication dans le monde entier, notamment en Asie, des études sur l’efficacité des nutriments (curcuma, recherches de la fondation Life Extension, etc, etc…). On est loin du vague engouement pour les « médecines douces » des années 70, avec les Jean Valnet, Catherine Kousmine, Maurice Mésségué (C’est la nature qui a raison), ou Rika Zaraï (Ma médecine naturelle).

L’enseignement se veut de plus en plus universitaire dans certaines  écoles. Aux USA, on peut même choisir de continuer son doctorat en médecine dans un cursus naturopathique, notamment dans l’Oregon : http://nunm.edu/. Pour le Canada, c’est un peu la même chose : http://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=naturopathie_th 

En France, sous l’impulsion d’un doyen d’université précurseur, le professeur Pierre Cornillot, un cursus universitaire de médecines naturelles a vu le jour dès le début des années 80. Son nom : le Dumenat, dispensé à la faculté de médecine de Bobigny jusqu’en juin 2012. Jusqu’à cette date  les disciplines enseignées étaient : phyto-aromathérapie, homéopathie, naturothérapie, ostéopathie, acupuncture, mésothérapie, auriculothérapie. Le Dumenat a était partiellement disloqué en juin 2012. Mais la phytothérapie, notamment, reste enseignée. D’autres facultés de médecine offrent une formation en phyto ou phyto-aromathérapie. Globalement de plus en plus de milieux universitaires s’ouvrent aux enseignements de thérapeutiques non iatrogènes.

J’en profite pour saluer l’effort des professionnels de santé qui poussent dans ce sens, puisque, comme de nombreuses personnes l’ont remarqué, nous sommes un pays particulièrement frileux vis à vis de nombreux domaines économiques. Cela serait dû, selon certains observateurs, au fait que le français serait particulièrement corporatiste. En gros ça signifie que tant que vos pairs ne vous ont pas donné le feu vert, vous aurez des réticences à vous aventurer sur des plate-bandes qui risquent de vous exposer à la critique. C’est ce qui donnerait un aspect assez conservateur des pouvoirs publiques… au pays qui est sensé être celui des droits de l’homme.  

Les médecines complémentaires à l’hôpital ? Ce sont désormais jusqu’aux soins palliatifs dans les traitements lourds, que la tendance se fait sentir : permettre aux patients de mieux supporter les effets secondaires des traitements : http://www.hopital.fr/Vos-dossiers-sante/Prises-en-charge/Medecines-alternatives-et-complementaires. Il y a de toute évidence une forte demande des malades.

Médecine intégrative. Je signale également un site suisse dédié à la médecine intégrée, qui nous vient d’outre-atlantique, qui plébiscite la notion d’efficacité : peu importe la méthode utilisée, ce qui compte est le résultat, pour le plus grand bien des patients… exemple à suivre ! cf : http://www.medecine-integree.com/

Dans la droite ligne de la médecine intégrée et de la micro-nutrition ou encore de la médecine quantique, émerge actuellement dans le monde entier une naturopathie rigoureuse, et de plus en plus apte à répondre aux attente de la population. Cependant les niveaux de compétence d’un naturopathe à l’autre sont impressionnantes. C’est la raison pour laquelle je milite pour une structuration nationnale de son enseignement. La population, confrontée à une explosion des maladies émergentes, qui touchent le fonctionnement du système immunitaire, a de plus en plus besoin d’une approche intégrative (médecine conventionnelle et approches naturopathiques travaillant main dans la main).

Je signale également la proposition de Nathalie Geetha Babouraj via son Institut de santé intégrative pour « allier le meilleur des médecines ancestrales avec le meilleur des médecines modernes » http://www.institutdesanteintegrative.com/.

La tendance est générale, et c’est ce qui explique probablement l’immense succès de nombreux congrès, qui se multiplient, comme par exemple les congrès de thérapies quantiques organisés par Marion Kaplan ces dernières années http://www.quantiqueplanete.com/, le congrès des thérapies complémentaires de Nancy (juin 2016) http://www.congres-therapiescomplementaires.org/getcop_progra.phple congrès « Sortir de l’autisme », le congrès annuel de l’IPSN (bien que ce dernier soit lié à un groupe commercial : santenatureinnovation), et bien d’autres. Ne pas oublier la journée annuelle de médecines complémentaires de l’Hôpital Tenon, organisé par le Dr Serge Rafal, auteur, entre autres, de plusieurs livres.   

 

 

Il existe depuis 2013 un congrès international annuel de naturopathie, dans lesquels interviennent des naturopathes qui font de la recherche, des médecins et des chercheurs universitaires : http://fr.icnmnaturopathy.eu/

 

naturopathy 

 

La fédération

FENA : Fédération Nationale des Ecoles de Naturopathie / http://www.fenahman.org/

 

OMNES : le registre professionnel des naturopathes : http://www.omnes.fr/ qui n’est qu’un registre parmi de nombreux autres. 

 

Remarques importantes : ces 2 associations revendiquent un effort de structuration de l’enseignement et de la représentativité de la naturopathie en France. Elles ne font cependant pas l’unanimité : certains reprochent à la Fenhaman des conflits d’intérêts avec les écoles représentées. Je ne sais pas trop quoi en penser. Je loue leur effort de fédération. Il me semble qu’il faudra un jour provoquer un dialogue national avec toutes les écoles afin de tenir compte des aspirations, spécificités et revendications de chacune. Pour l’instant la motivation n’est pas là, et chacun se concentre sur son enseignement, sa propre vision de la santé holistique, et sur ses compétences, sans voir plus loin. C’est bien dommage ; on loin de l’enseignement structuré de l’Allemagne et la Suisse par exemple. J’en profite pour louer les efforts de la fondation ASCA http://www.asca.ch/, en Suisse, pour promouvoir un cadre rigoureux et déontologiques aux médecines complémentaires. 

Je suis pourtant certain que la structuration d’un enseignement de qualité, qui répondrait notamment aux attentes des médecins afin d’envisager de plus amples collaborations, servirait grandement la cause de la naturopathie.

Frédéric Sardon (Collège de naturopathie et techniques manuelles) par exemple, milite pour un haut niveau de connaissances en « anatomie, physiologie-pathologie, biologie » afin de pouvoir  s’aligner sur le niveau exigé par le diplôme Heilpraktiker Suisse. J’abonde à 100% en son sens, d’autant que ce diplôme est reconnu en Suisse, tout comme son équivalent allemand. Il est évident qu’une véritable médecine intégrative ne saurait exister un jour au pays de Descartes sans un effort important sur le niveau des connaissances scientifiques. Ce qui ne signifie en rien qu’il faille abandonner les aspects « énergétiques » de l’enseignement. 

 

Les écoles affiliées Fenahman

  

CENATHO – Daniel Kieffer

221 rue Lafayette 75010 PARIS

Tel : 01 42 82 09 78   http://cenatho.fr et pour le détail des formations http://cenatho.free.fr

Daniel Kieffer est l’auteur de nombreux livres sur la naturopathie, dont certains sont devenus des ouvrages de référence ; Homme de conviction et qui met en avant l’équilibre énergétique et psychologique.. Ce fut une des plus écoles les plus reconnues. Aujourd’hui de plus en plus de critiques émergent de la part des élèves, qui ne trouvent pas que le rapport qualité / prix soit optimal.

Mon opinion est qu’à l’heure où émerge dans le monde entier une naturopathie rigoureuse et basée sur la science, il faut bien reconnaître que des écoles du type Cenatho font un peu mine de dinosaure à dépoussiérer… mais ce n’est pas la seule… 

conférences très intéressantes : http://www.ons-asso.org


INSTITUT EURONATURE (dans plusieurs villes)

5-13 rue Auger  93500 PANTIN Tel : 01 48 44 89 75   http://www.euronature.fr

La dynamique Bernadette Rachou se veut la garante d’une démarche des plus sérieuses, en route vers la reconnaissance européenne du diplôme de praticien naturopathe. C’est en tout cas son discours. Cours à la carte.   

ISUPNAT

http://isupnat.com/, dirigé par Frédéric Boukobza, qui a pris la suite de l’école d’Alain Rousseaux en 2008 – 15 rue de la Cerisaie 750004 PARIS 01 40 86 96 10 

Alain Rousseau est l’un des plus anciens acteur de la naturopathie française. Je le considère comme l’héritier direct de Marchesseau, si une filiation était à faire..

Je ne connais pas trop les autres enseignants. C’est une des plus Importante école actuellement, avec le Cenatho, moins « holistique » que cette dernière.

– Aesculape – école de Dominick Léaud-Zachoval http://www.ecole-naturopathie.fr/fondateurs.html ; Je ne le connais pas. M. Léaud-Zachoval a écrit un livre.

– FLN : Faculté Libre de Naturopathie http://www.vitalopathie.fr/

Je ne connais pas. Semble très bien !

– ANINDRA : Association naturopathie Iridologie http://anindra.free.fr/

Je ne connais pas.

 

Les autres écoles

Remarques : toutes les écoles de naturopathie, malgré tous mes efforts, ne sont pas répertoriées dans cet article : il s’en créé sans cesse de nouvelles… impossible de suivre, à moins d’être à mi-temps sur le sujet ! 

Les premières ont ma préférence :

 

– FLMNE : faculté libre de médecine naturelle et d’éthnomédecine – Dr JP Willem

9 rue du Général Beuret 75015 PARIS   http://www.flmne.org/index2.php

Cette école permet d’étudier à la carte.. elle est la seule à enseigner l’éthnomédecine, la pulsologie, etc… 

Jean Pierre Willem fut un des créateurs de Médecins sans frontière (puis s’en est écarté), il a fondé ensuite Médecins aux pieds nus : cf http://www.docteurwillem.fr/index.php ; il a été le conseillé de la rédaction de Pratiques de santé, il est passionné par l’ethnomédecine. Assez conscient de sa valeur et une vraie « grande gueule » mais Jean-Pierre est un homme authentique et de conviction, avec son franc-parler. Je recommande cette école pour son excellent niveau d’enseignement.

 

CNTM Collège de naturopathie et techniques manuelles http://www.naturo-therapies.com/

Vidéo de présentation :

Ce nouveau collège de naturopathie semble ambitieux. En fait j’ai moi-même commencé cette école en octobre 2015. J’en suis globalement relativement content. De toute manière aucune école est parfaite ! Frédéric Sardon est un vrai puits de science : son enseignement met l’accent sur les connaissance en anatomie physiologie-pathologie et biologie (il faut dire que cet ancien prof de biologie est bientôt médecin et a participé à des programmes de recherche au CNRS). Les bases de l’homéopathie y sont également enseignées (comme à la FLMNE).

En fait le CNTM a l’ambition assumée de mettre graduellement en place la première formation française de Heilpraktiker : pour l’instant cela reste simplement de pieuses intentions. D’autre part le collège propose un apprentissage des techniques manuelles, en gros quelques bases de l’ostéopathie et autres techniques associées (par Djamel Belarbi : kiné, ostéopathe, rebouteux). Avertissement : je déconseille fortement aux personnes qui n’ont pas une forte attirance pour les techniques manuelles de faire cette école car au cas où elles abandonneraient les techniques manuelles, elles n’auraient au final aucun diplôme

– Une formation de naturopathe diplômante en milieu agricole ! : http://www.hyeres.agricampus.educagri.fr/fileadmin/user_upload/pdf/CFPPA/formations_longues/CESA_naturopathie.pdf

J’ai rencontré en 2013 le principal enseignant de cette formation et il m’a fait excellente impression. 

 

IDENAT : la seule formation de niveau médical en France (issu du Dumenat de la faculté de médecine de Bobigny-Paris XIII), repris par une équipe d’enseignants passionnés. Réservé aux professionnels de santé.

Accueil – Formation Naturothérapie / Formation Naturopathie

 

IFSH Institut français des sciences de l’homme  http://www.ifsh-france.com/

  • Secrétariat : 22 rue Gioffredo 06000 Nice  Tel : 0805 696 163

    Plusieurs centres de formation ; animé par Patrice Ponzo, acteur éminent de la naturopathie dans le sud-est, passionné d’iridologie entre autres.

  •  

– CENA : Collège européen de naturopathie appliquée – Robert Masson

La grande pièce 24200 Sarlat la caneda  http://www.robertmasson.com

 Tel : 05 53 28 38 13  ; enseignement par correspondance possible     

célèbre naturopathe, probablement le doyen actuel des naturopathes en France (avec Grégoire Jauvais), auteur de nombreux livres, spécialiste de la nutrition ; certains le trouvent  un peu excessif dans ses prises de position, mais je trouve qu’il apporte un point de vue très intéressant. Pour moi Robert Masson est un être exceptionnel !

 

– UNIVERS – Ecole Philippe Dargère  http://www.ecoledargere.fr

Pôneuf 86600 St Sauvant ; Tel : 05 49 59 72 60 

Cette école se veut en quelque sorte l’héritière  directe  de PV Marchesseau – spécialiste du ‘vitalisme’, sa fille est là sur tous les salons bio pour vous expliquer en quoi consiste l’enseignement. Le vitalisme c’est « avant tout s’occuper de la vitalité de nos organes » par l’hygiène de vie uniquement (en fuyant tout complément alimentaire).

 

Institut Hildegardien

http://www.institut-hildegardien.com/

Je n’ai eu aucun écho de cette école ; la plaquette de présentation est très bien faite

 

 College de naturopathie du Nord-Est http://www.ardennes-medecine-douce-formation-naturopathe.fr/

fondé par Bertrand Boisson, pharmacien, ce collège semble orienté « approche holistique ». Je ne connais pas. Les prix semblent très corrects.  

 

– le CERFPA, à St Laurent du var, propose aussi des formations en naturopathie

 

ACMOS : la célèbre école de René Naccachian, qui forme depuis longtemps des « bio-énergéticiens », a mis en place une formation en naturopathie qui semble très bien faite. Cela complète parfaitement l’approche « énergéticienne » de l’apprentissage de cette méthode particulièrement efficace si l’on a besoin de faire un bilan énergétique global et pertinent. Disons que René Naccachian a été à sa manière le grand précurseur français de la médecine quantique. Selon mon expérience, il faut coupler avec une approche de type sophrologie afin de travailler sur le sens de sa maladie.

 

 IMDERPLAM : n’oublions pas cette excellente et complète formation, issue de la recherche des Drs Van et Claudine Luu. Depuis la disparition de Van, l’école continue à proposer des formations de qualité.

 

– CNR : Collège de naturopathie rénovée André Lafon

97 rue Thiers 17300 Rochefort   http://www.naturopathie.com/cnrf/

Secrétariat général : 05 46 99 97 64 ; plusieurs centres de formation     

Equipe qui semble sympa mais que je connais peu.. ils me semblent discrets… pas très rassurant finalement, notamment suite à quelques échanges avec d’anciens élèves – enseignement par correspondance disponible. 

 

– http://jaimelanature.fr/

Organisation : Germaine Llodra-Marcon

Il y a de bons intervenants, ce qui est l’essentiel

(ce n’est pas parce que les  écoles sont connues qu’on apprend plus de choses)

 

Belgique : je ne connais pas bien les écoles belges de naturopathie, certaines sont particulièrement renommées, n’hésitez pas à me faire part de vos remarques.

Je signale cependant ce qui semble être le premier enseignement en e-learning : http://iemn.be/

Créé par le célèbre médecin polémiste Thierry SCHMITZ ; les premiers retours sont encourageants  : donc à priori : à recommander ! 

 

Laboratoires qui organisent des formations d’un bon niveau (la plupart du temps abordables) :

– Herbolistique

– Energetica Natura

– Pranarom (huiles essentielles, Belgique et France)

– Phytoquant

– Bionutrics : micro-nutrition : plutôt réservé aux médecins, formations de haut niveau (budget à prévoir très soutenu)

– Nutergia (Nutrition Cellulaire Active) : pour avoir les bases en nutrition

– Roman Païs (laboratoire d’analyses médicales, Belgique et France) 

– Herbalgem (Belgique et France)

– La Royale (Luxembourg et France) : excellentes formations ! je recommande..

et de nombreux autres labos !!

 

 

En Espagne

 

L’école Onairos, à Alicante, dirigée par le professeur de faculté Trino Soriano : école qui semble faire parler d’elle sur un plan international. Il faut dire que le CV dudit professeur est impressionnant. Il a entre autre travaillé sur le sérum de Quinton, dont le lieu de fabrication est tout proche d’Alicante. Elle veut depuis peu s’implanter en France.

http://www.onairos.eu/

 

naturopathy-1

 

Les principales écoles de phytothérapie

 1) Dumenat, enseignement de la phytothérapie à Paris XIII jusqu’en juin 2012, date à laquelle le Dumenat a été démentelé.

Pour la phytothérapie, l’enseignement continu sous l’égide de l’AMPP : cf les explications ici : Dumenat à la Faculté de Bobigny.

La revue médicale de la phytothérapie : http://www.springer.com/west/home/medicine?SGWID=4-10054-70-29525186-0

 

Les autres fac qui proposent des formations phyto

– Limoges 

– Besançon

– Montpellier

 

2) Ecole des plantes : http://www.ecoledesplantes.net/ 

256, chemin de la Brie 77550 – MOISSY CRAMAYEL

Tel : 01.83.40.02.89      ecoledesplantes@laposte.net

 

3) Ecole lyonnaise des plantes médicinalesPatrice de Bonneval

 http://www.ecoledeplantesmedicinales.com/  (une des écoles les plus connues …)

 

4) Réseau des botanistes : http://www.tela-botanica.org/

 

 5) Hypocratus :  http://www.hippocratus.com/  1ère cyber-formation de phyto-aromathérapie : des pharmaciens et des médecins passionnés de plantes médicinales à votre service !

 

6)  Société française d’Ethnopharmacologie : http://www.ethnopharmacologia.org/, passionnants intervenants des universités françaises… Etude des plantes du monde entier.

 

7) François Couplan : stages de survie en pleine nature – apprentissage des plantes comestibles et médicinales
http://www.couplan.com/

De nombreuses autres formations (ou week-end)  en cueillette et utilisation des plantes sauvages existent et se crééent presque tous les jours.. cf entre autres le Syndicat des simples : http://www.syndicat-simples.org/fr/index.php

 

8) Ecole des plantes de Bailleul – Centre régional de phytosociologie – CBNBL – Hameau de Haendries 59270 Bailleul  http://80.118.32.9/digitale-rft/site/Index.jsp

 

9) Syndicat des simples : http://www.syndicat-simples.org/fr/index.php

voir la rubrique « Formations simples » (pas toujours à jour..) 

 

10) Tela botanica : voir « Botanique se former » :  http://www.tela-botanica.org/site:botanique  le site de la botanique devenu incontournable..

 

11) Formation en herboristerie : http://www.espaladous.com/transformation-de-plantes.html (en lien avec le très bon labo Biofloral) 

 

12) Les formations professionnalisantes (enseignement agricole) : 

 

deux CFPPA notamment permettent de se former pour devenir producteur de plantes médicinales et à parfum, ou cueilleur de plantes sauvages  : 

– CFPPA de Nyons dans la Drôme :  http://www.cfppa.nyons.educagri.fr/r2_public/r2-2_fr/r2-2-5_formations/f2-2-5_pamp.cfm

– CFPPA de Marmilhat à Lempdes dans le Puy de Dôme :   http://www.marmilhat.educagri.fr/se-former/formations-cfppa/plantes-aromatiques.html

 

 

Micronutrition 

 

1) Formation très intéressante et diplômante : celle en micronutrition à Dijon, ouverte à tous : 

DU Alimentation – Santé et micronutrition 

http://www.u-bourgogne-formation.fr/-Alimentation-Sante-et,335-.html

 

2) Une autre formation à peu près analogue existe à Poitiers : Licence Professionnelle ?Physiologie et micronutrition?, pas de site trouvé..

 

3) Université Paris Descartes : IENPA : Nutrithérapie, par le Dr Jean-Paul Curtay (à la Faculté des sciences pharmaceutiques et biologiques) : 24 modules de 2 jours sur 4 ans.

Inscriptions : lien

IENPA  Amandine Pastré / Pom2vie

 BP 6    30404 Villeneuve-les-Avignon cedex

Tel : 06 64 01 59 43

 

Etudes et cultures des plantes : les organismes

 

1) ITEIPMAI : http://www.iteipmai.fr/  à Chemillé (49) et à Montboucher (Drome)

 

2) FNPAPAMhttp://www.fnpapam.com/ à Aix en ProvenceII

 

3) FranceAgriMer : FranceAgrimer.com  (ex ONIPPAM) 

 

4) CNPMAILe Conservatoire National des Plantes à Parfum, Médicinales, Aromatiques et Industrielles, à Milly la Forêt, en Seine et Marne : http://www.cnpmai.net/

 

 

Christophe ETIENNE – Paris – 06 58 89 82 99

38 thoughts on “La naturopathie en France : toutes les écoles et formations

  1. desserouer

    Infirmière DE depuis 1989,le sujet de mon mémoire était déjà sur la naturopathie,investi dans la médecine holistique,je suis à la recherche d’une formation diplomante par un organisme sérieux de préférence dans la région d’Avignon ou de Marseille.Merci de me répondre rapidement car j’aimerais commencer dès 2013
    Cordialement
    M.DESSEROUER

    Reply
    1. Christophe Etienne

      merci !
      « un peu spéciale »… j’espère bien ! il n’y a rien de plus déprimant que l’uniformisation… 😉

      Reply
  2. Nicole M.

    bonjour
    ma fille est en L3 SVT elle a 20 ans
    elle veut s’orienter vers une école de naturopathie au québec (elle dit que les écoles sont mieux là-bas … qu’en pensez-vous ??
    je souhaiterai qu’elle fasse une année au moins en master nutrition auparavant, je pense qu’une formation universitaire serait un + pour sa pratique et l’évolution de sa carrière … pouvez-vous nous conseiller ?
    pourriez-vous nous recommander une école à plein temps qui serait plus en lien avec son niveau d’étude ?
    merci de vos retours et conseils
    belle journée à vous 🙂

    Reply
    1. ETIENNE Post author

      Bonjour
      Oui il est évident qu’elle devrait chercher à rester dans l’enseignement universitaire autant que faire ce peut, éventuellement un BTS en diététique… La naturopathie, honnêtement, c’est quand même plutôt pour les personnes qui ont roulé leur bosse et expérimenté de nombreuses choses afin de faire bénéficier les autres de leur expérience.
      Je connais peu de personnes qui iraient consulter une naturopathe très jeune… désolé jeune fille mais c’est la réalité. Accrochez vous afin de contribuer à changer de l’intérieur les métiers reconnus : si vous ne le faites pas, personne ne le fera. Dejà certains diététiciens commencent a avoir un autre discours et c’est tant mieux : la société se transforme lentement mais surement. Ne cherchez pas à aller trop vite vers des « métiers de rêve » comme la naturopathie. Vous sentez capable de tenter 1ère année de médecine ?

      Reply
  3. céline cailleau

    bonjour
    je suis preparatrice en pharmacie depuis 12 ans, de formation initiale bac+3 en biologie et biotechnologies en agro alimentaire, j’ai fais un DU phytotherapie et aromathérapie à la fac de besancon en 2013 (DU QUE JE RECOMMANDE ) j’aimerais devenir naturopathe car mon éthique et ma vision de la santé s’éloigne de plus en plus du monde pharmaceutique et des lobbying qui s’y rattachent…
    je m’interesse aussi à tout ce qui se rapporte à la nutrithérapie…
    bref je recherche une formation, je suis en charente maritime, actuellement salariée une formation avec prise en charge serait le mieux…
    mais laquelle? il en existe tellement!
    merci pour votre aide
    bonne journée

    Reply
    1. ETIENNE Post author

      Bienvenu à votre belle intention et courage ! et votre volonté d’être cohérente par rapport à votre formation et expérience.
      Désolé mais je ne peux pas vous conseiller une école en particulier !
      Regardez chaque école et allez visiter leurs sites et videos… Honnêtement ça va être compliqué de se la faire financer. Certains fongecifs ont déjà accordé des financements au compte goutte : rien n’interdit d’essayer, en s’armant d’une solide lettre de motivation et plan de carrière. D’autre part il faudra peut être une école qui vous convienne géographiquement. Ce qui est certain c’est que je déconseille fortement d’étudier par correspondance, sauf éventuellement à l’école belge du Dr Schmitz (IEMN) qui a créé un site de e-learning (qui permet de visionner des cours enregistrés) ; mais il manquera malgré tout le rapport humain et les tous les partages et rencontres que l’on fait dans les formations, qui sont si essentielles.

      Reply
  4. Michael N

    Bonjour,

    La Fenahman est devenu à l’été 2016 la FENA.
    Pour information, c’est Dominick Léaud-Zachoval le fondateur et directeur d’Aesculape qui en est le président pour 2016-2019.

    Bien cordialement,

    Michaël.

    Reply
    1. Marvina

      Et il n’a pas écrit un livre mais plusieurs. Tempéraments, naturopathie au quotidien, fleurs de Bach… il a deux écoles humaines, bienveillantes et très bien gérées. Les professeurs sont tous des professionnels, l’ecole Donne une façon bien à elle de faire un arbre de vie, c’est d´ailleurs la seule école qui m’en propose sous ce format particulier. Pour y avoir étudié pendant 3 ans, c’est une école comme je ńeń ai jamais vue. Ils souhaitent rester à taille humaine pour véhiculer leurs belles valeurs.

      Reply
  5. farah samady

    Bonjour
    Je suis péparatrice en pharmaci.
    J’aimerais faire une formation en naturopathie ! Je voudrais savoir si des possibilités d’avoir un diplôme universitaire ? Quels universités ?
    Et comment ?
    Merci de votre réponse.

    Reply
    1. ETIENNE Post author

      bonjour
      il n’existe en France aucune formation universitaire de naturopathie, uniquement des formations de phytothérapie.
      Il existe cependant une formation de « naturothérapie » de niveau médical : IDENAT (regardez bien dans l’article, je mentionne cet institut animé par une équipe médicale).
      Il existe aussi la formation diplômante de Hyères (ministère de l’agriculture), celle de l’école du Dr Willem, d’un bon niveau scientifique, et enfin celle du CNTM, récente école dans laquelle j’étudie actuellement, et qui propose également un assez haut niveau scientifique.

      Reply
  6. harmony

    Bonjour,

    Je cherche à m’ouvrir à de nouvelles pratiques professionnelles.

    La naturopathie m’intéresse et j’ai découvert un organisme de formation sur Tours : IFSH qui a une antenne par ici.

    Sachant que c’est une formation avec financement personnelle, je m’interroge beaucoup sur les organismes de formation. Je suis issue du milieu de la formation professionnelle, et je sais donc à quel point il est possible aussi de se faire avoir.

    Je voudrais développer mes connaissances sur les techniques de médecine douce et pourquoi m’installer en tant que praticienne.

    Je cherche donc des avis sur cet organisme de formation. En effet, le cursus en weekend sur deux ans représente en tout 400 heures de formation et j’ai trouvé un autre OF dans le Doubs qui propose un cursus à 1500 heures de formation… Avouez que c’est quand même déroutant…

    De plus, j’aimerai savoir si vous connaissez les différences entre les structures affiliées à l’association professionnelles des naturopathes francophones (dont est issue l’IFSN) et la fédération nationale des écoles de naturopathie ?

    Je vous remercie infiniment pour votre retour,

    Bien cordialement,

    Harmony

    Reply
    1. ETIENNE Post author

      Merci pour votre partage. Voilà une magnifique question à poser la FENA. Si un internaute a la réponse, n’hésitez pas.

      Reply
    2. sabrina

      Bonjour,

      Je me pose exactement les mêmes questions qu’Harmony.

      Si quelqu’un peut nous éclairer…

      Merci,
      Sabrina

      Reply
      1. ETIENNE Post author

        La FENA ne faisant pas l’unanimité, il était couru que les écoles ne partageant pas complètement leur vision finissent par se regrouper et former une sorte de FENA alternative. On pourrait le déplorer mais honnêtement je ne pense pas qu’il faille à tout prix toujours tout regrouper ! Créer une fédération nationale c’est bien mais par définition dès qu’il y a une concentration de pouvoir il y a à mon avis une dérive d’abus de pouvoir presque inéluctable à la clé : regardez ce qu’est devenu l’ordre des médecins à l’heure actuelle : est-ce une organisation au service de la santé de la population ? Je n’en suis pas du tout convaincu. Alors bien entendu pour faire reconnaître la naturopathie sur un plan « juridique » gouvernement préférera probablement n’avoir qu’un seul interlocuteur. Mais en fait ce n’est pas si important que ça : il existe une multitude d’écoles d’ostéopathie et ça n’a pas empêché une reconnaissance de voir le jour. Et ultimement ce qui est important et ce qui vous fait vivre c’est votre compétence et le réseau que vous allez développer autour de vous.

        Reply
  7. rachel

    Bonjour,
    Un avis sur formationadistance.be ?
    Belgique.

    Très envie de me lancer, le programme a l air pas mal et le prix aussi !

    Merci de votre reponse
    Et merci pour votre site très intéressant

    Reply
  8. ETIENNE Post author

    La FENA ne faisant pas l’unanimité, il était couru que les écoles ne partageant pas complètement leur vision finissent par se regrouper et former une sorte de FENA alternative. On pourrait le déplorer mais honnêtement je ne pense pas qu’il faille à tout prix tout regrouper en permanence afin de créer des fédérations nationales car par définition dès qu’il y a une concentration de pouvoir il y a à mon avis une dérive d’abus de pouvoir presque inéluctable à la clé : regardez ce qu’est devenu l’ordre des médecins à l’heure actuelle : est ce une organisation au service de la santé de la population ? Je n’en suis pas du tout convaincu. Alors bien entendu pour faire reconnaître la naturopathie sur un plan « juridique » il est évident que le gouvernement préférera probablement n’avoir qu’un seul interlocuteur. Mais en fait ce n’est pas si important que ça : il existe une multitude d’écoles d’ostéopathie et ça n’a pas empêché une reconnaissance de voir le jour. Et ultimement ce qui est important c’est votre compétence et le réseau que vous allez pouvoir développer autour de vous.

    Reply
  9. Xavier

    Bonjour
    à ma connaissance il existe en France, à l’heure actuelle, des formations extrêmement disparates, tant sur le plan du contenu et des compétences que sur la durée et l’intégration des connaissances (dont la préparation à la formation et la pratique pendant cette formation).
    Aux USA et au Canada il y a 2 niveaux, reconnus dans certaines provinces, pas au Québec mais reconnues par une fédération qui donne droit par exemple aux remboursements des soins, souvent : Naturopathe « de base » dit Naturopathe Praticien (NDA), et un autre niveau : Docteur en Naturopathie (ND) dont la durée peut dépasser 5000 heures !
    Parfois on lit Naturopathe et Naturothérapeute pour ces deux niveaux, mais ce dernier terme est galvaudé en France parce qu’il signifie qu’on soigne les symptômes (comme en médecine conventionnelle) avec des méthodes naturelles, ce qui n’est pas la définition de la naturopathie.
    En France il y a … 1000 niveaux différents… mais aucun n’égale Docteur en Naturopathie américain dans les connaissances scientifiques médicales en tout cas.
    Donc il faut avant tout savoir comment on veut exercer. Est-ce qu’on veut contribuer à la guérison ou au maintient de la santé des personnes qui font appel à nous ? Ou est-ce qu’on veut un super niveau et répondre à toutes les pathologies possibles ?
    À mon avis l’un utilise plutôt le cerveau droit, et l’autre plutôt le cerveau gauche ! C’est à dire que le premier permet d’être compétent par des capacités personnelles innées ou des « prédispositions évidentes », par exemple, et complétées par de solides connaissances afin (au moins) de ne pas faire d’erreur (interaction médicamenteuses, plantes, techniques contre-indiquées sur certaines pathologies…).
    Le second demande à être très pointu sur les connaissances scientifiques et beaucoup moins compétent sur le ressenti, l’approche créative et instinctive.. et donc des méthodes plus ressemblantes aux approches asiatiques, par exemple. Mais l’un n’empêche pas l’autre, c’est une proportion plus ou moins grande de chaque type d’apprentissages + la personnalité du/de la naturopathe, qui fait la vrai compétence.
    Il ne faut pas oublier que lorsqu’on exerce ce métier, on doit continuer à se former toute la vie, au risque de décrocher ou de faire dans le rituel ennuyeux !

    Merci aux internautes de nuancer si je me trompe… 😉

    Reply
    1. ETIENNE Post author

      Je suis d’accords à 100% : le métier de naturopathe est particulièrement exigeant puisqu’il est impératif de se former en permanence ; On peut se donner un objectif : on ne s’arrêtera que quand « la maladie » aura disparu ! On a du boulot…. ! Plus sérieusement je pense qu’il faut partir dans cette profession avec l’idée qu’il faut sans cesse se remettre en question et communiquer beaucoup entre nous tous, d’où l’intérêt des forums et des blogs

      Reply
  10. anne

    Bonjour, j’habite Marseille, et je cherche une école de naturopathie dans la région qui soit vraiment la plus complète au niveau formation. Il y a peu de choix ici, sauf à Aix, mais les inscriptions sont closes ou les formations proposant des week-ends sont plus éloignées ( Lyon, Toulouse…). J’ai envoyé un dossier complet il y a 2 mois au CFPPA Hyères mais aucune réponse à ce jour…Y aurait-il des écoles autres qui proposeraient des formations en alternance ? JMerci

    Reply
    1. ETIENNE Post author

      bonjour je connais en effet peu d’écoles dans les bouche-du-Rhone ; je connais un certain nombre de personnes qui ont dû attendre 1 an avant de commencer une formation ; en attendant il y a la possibilité de :

      1) se former avec les écoles qui proposent du e-learning, il y en a de plus en plus, vu que le e-learning va se développer d’une manière général, il est vrai que visionner une vidéo permet d’avoir le principal d’une formation, même si à mon sens il manque un aspect essentiel, qui est les rencontres et les partages entre les élèves

      2) vous former vous même, à l’aide de livres et de videos : il s’agit d’apprendre les documents comme s’ils s’agissait de cours : il faut savoir que les médecins eux-mêmes ne font pas grand-chose d’autres, dans les premières années de médecine, que d’apprendre tout par coeur… au risque de vous décevoir, en naturopathie, c’est la même chose…

      3) se former avec des laboratoires de médecine naturelle : quasiment tous les laboratoires offrent de telles formations, qui sont globalement de bonne qualité, c’est à dire que tout n’est pas orienté pour la vente de leurs produits comme on le croit parfois… De plus, ces formations sont généralement très abordables, voir quasiment gratuites comme chez La-royale ou Herbolistque… Et si vous suivez les formations du labo Therascience, vous aurez des infos scientifiques de haut niveau, qui sont particulièrement costaud à suivre…

      Reply
  11. anne

    Bonjour, merci pour votre réponse. C’est bien ce que j’envisageais, suivre la formation en e-learning. En effet j’ai été acceptée au CFPPA Hyères, mais la formation me semble un peu légère par rapport à mes attentes. 2 écoles ont retenu mon attention, que vous avez citées plus haut, le CENA de R.Masson et le CERFPA à Saint Laurent du Var. Cette dernière propose en outre une certification supplémentaire reconnue par la FEDE (utile ou pas ?).
    Encore merci.

    Reply
  12. Pingback: La naturopathie, une médecine préventive - Atout femme

  13. Julie

    Bonjour,

    Savez-vous si il y a des écoles reconnues pour devenir conseiller de vente en aromathérapie, huile essentielles, phytothérapies … etc ?
    J’ai lu sur différents sites qu’a la fin de la première année de naturopathie on pouvais être reconnu comme conseiller de vente dans ce domaine est-ce vrai ?

    Merci pour vos réponses.

    Reply
    1. ETIENNE Post author

      Dans les domaines des approches naturelles de la santé et de la micro-nutrition (c’est à dire la science des compléments alimentaires), il n’existe strictement aucun diplôme d’état, en dehors de diététicien, donc la formation que vous recevrez, quelle qu’elle soit, ne sera « reconnu » que par vos éventuels futurs employeurs.
      En fait il faut demander aux employeurs auxquels vous comptez envoyer votre CV quelles sont les formations qu’ils affectionnent, tout simplement.

      Il y a des diplômes qui s’obtiennent dans des universités, l’un des plus connu, comme précisé dans mon article, étant le DU Alimentation Santé Micronutrition de l’Université de Bourgogne. Il y a à peu la même chose à Poitiers. Sachez qu’il y a de plus en plus de DU du même genre qui se créent un peu partout dans les facs, et certains sont accessibles à tous.

      Certaines écoles de naturopathie proposent une formation pour devenir vendeur en magasin bio, comme au Cenatho par exemple : http://cenatho.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=31&Itemid=164
      C’est déjà un sacré pas en avant dans ce domaine si vous débutez.

      Selon moi dans le future ce sont les compétences qui seront de plus en plus recherchées, non les diplômes. Cela dépend des employeurs. Ce qui est certain c’est que nous sommes dans un pays, la France, qui souffre d’une culture de la suspicion et du manque de courage, basée sur l’arrogance des personnes qui ont le pouvoir et qui, en plus, fonctionnent de façon corporative. Il faut donc avant tout étudier comme un fou les domaines qui vous attirent et ensuite apprendre à mettre en valeur vos acquis et connaissances, tout en restant lucides vis à vis de vos lacunes. Un sacré challenge !

      Reply
  14. Dominique

    Bonjour, ancienne secrétaire médicale, et sans emploi actuellement, je souhaiterais m’orienter vers une formation de naturopathe, ou tout au moins, une formation visant à l’exercice de médecines douces. Mais les cursus sont longs, exigeants en matière de connaissances scientifiques, chères, et les formations en E-learning ne sont pas toujours diplômantes, donc l’élève ne peut pas exercer même s’il a obtenu son certificat de formation. J’ai 55 ans. Quels conseils me donneriez-vous ?

    Reply
    1. ETIENNE Post author

      Merci pour votre partage, vos interrogations. C’est déjà une sacrée démarche que de partager. C’est un acte posé. C’est un pas vers tous les talents qui sommeillent en vous et qui ne demandent qu’a s’exprimer. Pour ma part c’est en consultant à de nombreuses reprises divers thérapeutes et coachs que j’ai finit par m’orienter vers ce qui est aujourd’hui à la fois ma passion et mon activité professionnelle.
      Agir. C’est le secret : il faut agir. Participer aux plus grand nombre d’activités possibles qui vous attirent. Tout d’abord vous saurez mieux ce que vous ne voulez pas et surtout vous rencontrez des personnes qui ont fait la démarche avant vous. Il faut avant tout trouver votre principal talent. De nombreux coachs spécialisés peuvent vous y aider, ou bien un bilan de compétence si vous avez encore droit à un financement de la part du Fongecif ?
      Il existe même une méthode, qui se nomme MAP UP, une sorte de cartographie de vos capacités, basé sur les neurosciences, qui permet de découvrir votre « talent primaire ». Malheureusement c’est un véritable investissement.

      Reply
      1. Sand

        Je ne trouve aucun commentaire sur l’AEMN d’Alain Tardif ,1200 h de cours, 3 niveaux de formation à temps plein ou en we…organisés en 3 cycles ,sur les villes de St Etienne, Paris,Pau, Lorient
        Qui connaît et aurait un retour à faire sur la formation qu’il propose à St Etienne?

        Reply
  15. JC

    Bonjour, à lire la plus part des commentaires on recherche surtout le diplôme et le financement par un organisme officiel. Je pense que l’on oubli le travail sur soi pour s’améliorer, se transformer et être en santé naturelle. Soigne-toi d’abord ! De plus le nombre d’heures ou d’années n’est pas un signe de qualité. Des contenus d’enseignement n’ont rien à voir aujourd’hui avec « l’Hygiène de Vie au naturel » des pionniers. Là aussi on revient vers le travail et la maturité personnelle. Beaucoup veulent gagner du fric (effet de mode !) ou encore exercer une sorte de « pouvoir » sur l’autre. J’ai la chance d’avoir connu le professeur Marchesseau, l’homme de la « synthèse », et il a toujours défendu l’enseignement libre, le financement personnel, la prévention (et non le soin) et la recherche de l’unité en soi, d’abord. Enfin, l’enseignement naturopathique est différent de celui de l’allopathie, il ne peut y avoir d’assimilation, mais une « complémentarité » dans la différence. Cette notion d’action en amont de la maladie est vraiment très difficile à accepter et de plus à pratiquer ! La médecine classique ayant le pouvoir et bien, on court après !

    Reply
    1. ETIENNE Post author

      Pour moi le travail sur soi fait partie intégrante de la naturopathie.
      Quand on écoute le Dr Pierre-Jean THOMAS-LAMOTTE, spécialiste de « l’écoute approfondie » permettant de « déterrer » les ressenties inavoués qui créent les « compensations symboliques inconscientes » on est même tenté de penser que le travail sur soi est ce qu’il y a de plus important. Dans une pathologie chronique, pour moi il y a quasiment toujours une dimension « informationnelle », épigénétique.
      J’en profite pour signaler un livre magnifique pour entamer un virage décisif dans sa vie : Miracle Morning.
      Un vrai bijou, accessible à tous.
      Ceci étant dit, l’hygiène de vie et se protéger des xénobiotiques est également fondamental.

      Reply
  16. Delphy

    Je souhaite suivre une formation en naturopathie sur Toulouse, et je cherche des avis entre 2 écoles, IFSH et EIBE, je ne sais laquelle choisir ?

    Reply
    1. ETIENNE Post author

      Il se créé des écoles quasiment chaque jour : impossible de suivre ! Je pense qu’il ne faut hésiter à s’entretenir avec les responsables des différentes écoles, ainsi que, dans la mesure du possible, avec les élèves. A mon sens vous verrez rapidement celle qui vous correspond !

      Reply
  17. Kristell

    Bonjour,

    Tout d’abord un grand MERCI pour ces informations précieuses et précises !

    Je suis actuellement secrétaire médicale en milieu hospitalier et, à la suite d’un bilan de compétences fin 2017, ma conseillère m’a confirmé que la naturopathie pourrait bien être ma future orientation professionnelle.

    J’avoue que j’ai du mal à me frayer un chemin parmi la multitude de formations existantes.

    Pouvez-vous me dire, de manière générale, si un niveau particulier est requis ?
    Je souhaite réellement une profession où rien n’est acquis, où chaque jour représente un nouveau commencement et où chaque nouveau patient est un défi à relever, cependant, j’ai un peu d’appréhension car je ne veux pas me mettre en difficulté au point de ne pas être en mesure de relever mon propre défi !

    Je vous remercie d’avance pour votre réponse !

    Reply
    1. ETIENNE Post author

      IL est vrai que ce n’est pas parce que vous travaillez dans un milieu médical que vous avez les bases pour étudier la naturopathie. De toute manière aucun pré-requis n’est nécessaire. Il faut juste sacrément s’accrocher si vous n’avez pas fait d’études en biologie / sciences naturelles. Il faudra un certain temps pour combler les lacunes; exactement comme ce que j’ai fait. Après 15 ans d’étude, je commence à savoir à peu près de quoi je parle. C’est une aventure, faite, à mon avis, avant tout de rencontres et de passion.

      Reply
  18. Edwige Maury

    Bonjour,
    Je souhaite faire une formation de naturopathe de préférence à distance avec stages.J’habite en Vendée. j’envisage ADNR qui me semble sérieux et pas trop onéreux.
    Est-ce quelqu’un connait?
    Merci

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *