Respiration transformatrice et Processus de la présence, deux méthodes d’auto-guérison

Je souhaite partager avec vous ma dernière découverte et rencontre : la Respiration Transformatrice, Transformationational Breath en anglais, est une méthode basée sur l’hyperventilation, mise au point au début des années 80 aux USA par le Dr Judith Kravitz. 

Hyperventiler  c’est, en gros, respirer à un rythme assez soutenu durant un temps assez long. Cela a été popularisé depuis une quarantaine d’années via les pratiques du rebirth, de la respiration diaphragmatique ou encore de la respiration holotropique du Dr Grof. Plus récemment, je souhaite mentionner la méthode Buteyko ou encore « La respiration totale » de l’ostéopathe belge Roger Fiammetti.

C’est un processus qui doit être accompagné. Hyperventiler n’est pas un acte anodin : en effet à partir de plusieurs minutes de respiration rythmée, on commence à rentrer dans une sorte d’état second, puis dans une transe légère, ce qui met généralement dans un état de fragilité, ou plutôt de vulnérabilité, et de sensibilité accrues. Le praticien se doit d’être intensément présent, attentif, à l’écoute.

Reconnecter les émotions enfouies. Toutes les personnes qui ont expérimenté en conviennent, c’est une expérience qui ne laisse pas indifférent. Par l’hyperventilation il est possible d’aller toucher des zones anciennes de sa psyché, de son vécu, de ses trauma. D’ou le terme « rebirth » qui lui a été attribué dès le début car certaines personnes disaient avoir comme « revécu » leur naissance. Elles avaient eu le sentiment d’avoir atteint cet état de vulnérabilité qu’est la naissance, ou l’état de nourrisson. Or on sait qu’un nourrisson et sa mère tissent un lien si étroit que le nourrisson n’a pas conscience d’être une personne séparée de sa mère. Ce lien est intensément vécu de façon fusionnelle.

Cet état second a cela de magique qu’il permet de ressentir des émotions, des sentiments, des sensations, qui resurgissent là, comme au premier jour, comme si le temps s’était estompé ; on se retrouve en train de revivre ce qu’on avait totalement oublié, enfoui, et pourtant si proche, là, caché dans le souffle. Dans cet état second, état d’expansion de conscience, on est ramené subitement à nos premiers souffles, ces souffles qui ont inauguré notre arrivée sur terre, sur la planète oxygène.

Un moment de préparation est nécessaire, au début de la séance, afin d’établir un lien de confiance avec le praticien.

Clairement, il s’agit d’une méthode libératrice. Vu de l’extérieur, les séances de Rebirth ou de Respiration Transformatrice peuvent  paraître assez impressionnantes : il peut il y avoir des extériorisations d’émotions : pleurs, cries, gémissements, ou n’importe quelle autre manifestations de vécu intensément exprimé. Pour une personne vivant dans une société policée, sophistiquée comme la notre, dans laquelle la culture de l’apparence a été poussé à son paroxysme, ça peut être déroutant au début.

La paix intérieure. Cette expérience recèle un autre trésor : elle nous met dans un état de profonde paix intérieure. Enfin le voilà l’état de quiétude, de paix, de sérénité, tant recherché, consciemment ou inconsciemment, parfois désespérément. Dès qu’on se retrouve dans cet état, c’est comme un sentiment de « rentrer à la maison ». On se retrouve profondément avec soi-même, pas de pensée perturbatrice, pas de sentiment d’anxiété ou d’inquiétude. Dans cet état, aucun remous ne viennent perturber la limpidité, la présence intense qui s’installe, et que l’on voudrait ne plus jamais quitter. Communion avec soi-même. Et présence intense avec l’autre. Mais c’est aussi beaucoup que ce sentiment de paix. C’est également un moyen de libération des émotions imprimés dans nos cellules. Et ça, ça change tout.  

Spiritualité intégrée dans son quotidien. L’hyperventilation représente également, pour moi, un pont entre science et spiritualité. Conscience, Existence, Félicité, Sat-chit-ananda, dit-on dans la culture indienne, trois états vécus en même temps, dans le même instant présent. Trois état vécus de façon indifférenciée. Aucun mot ne peut décrire correctement une expérience, un ressenti. 

Souvent de très longues minutes séparent cet état de paix intérieure avec la décision de bouger à nouveau, de « reprendre ses esprits », recontacter la réalité plus crue et de mouvements (pour éviter le mot agitation) que nous savons nous attendre.

Mais avec un peu de chance, on ne revient pas exactement identique. Nous ne sommes plus tout à fait la même personne. Quelque chose a bougé, s’est légèrement transformé, on ne réagira plus exactement de la même manière aux événements de notre vie quotidienne. En fait, on a changé un petit quelque chose au fond de soi, et ça se voit, même si, au début, s’est ténu. En cela c’est très complémentaire des autres façons de travailler sur soi, que ce soit une psychothérapie, du coaching ou toute autre approche utilisant le mental.

Pathologies chroniques. La fondatrice explique qu’en cas de maladie, on remarquera souvent une diminution de certains symptômes. Si ça ne fonctionne pas dès la première séance, l’invitation est de persévérer. Nombreux sont ceux qui ont remarqué, dans ces séances de rebirth ou de Respiration Transformatrice, une capacité indiscutable à stimuler l’auto-guérison. Il faut parfois pratiquer un certain nombre de séances. Mais sachez que les efforts restent rarement sans récompenses.

Plus besoin, par exemple, d’avoir recours au cannabis thérapeutique (ou récréatif) pour se retrouver dans un état de paix intérieure ! D’autre part, c’est, à mon sens, c’est un moyen plus rapide que la méditation de pleine conscience pour atteindre cet état. La respiration rythmée est à la portée de tout un chacun, à tout moment, comme outil potentiellement puissant.

Vertus de la respiration sur l’homéostasie. Rappelons rapidement les autres vertus de la respiration : un apport augmenté en oxygène, même si cette augmentation est assez faible, si elle est répétée, ça finit par être significatif. Or l’oxygène est une des clés du fonctionnement des mitochondries, ces fameuses petites centrales d’énergie de nos cellules. Il est de plus en plus reconnu que les  pathologies du système immunitaire et les troubles chroniques du système digestif s’accompagnent d’un ralentissement du fonctionnement des mitochondries, encombrées, pour faire simple, de toxines : 

1. endogènes (produites par notre microbiote déséquilibré qui produit de la micro-inflammation chronique)

2. exogènes (molécules chimiques des pollutions environnementales).

Apporter de l’oxygène permet ainsi de limiter un des facteurs qui entravent leur fonctionnement, ce qui a été mesuré à maintes reprises, par exemple, dans les recherches de la genèse des tumeurs (le fameux effet Warburg, dont on parle régulièrement depuis quelques années, via les travaux de l’oncologue Laurent Schwartz, entre autres). D’autre part l’hyperventilation est l’une des voies royales pour se désacidifier. Plus besoin de présenter l’importance de l’équilibre acido-basique, cet équilibre finalement assez fragile et justement particulièrement lié aux fermentations intestinales (surtout les fermentation à méthane et méthylacétate), à l’inflammation et au stress. Comment ? Et bien par l’évacuation accrue de dioxine de carbone par les poumons : cela va désacidifier le sang puisque ce CO2 est le principal agent d’acidification du sang. Pratiquer l’hyperventilation sera donc un moyen efficace pour baisser notre acidose, tout comme le sport, la transpiration et certains nutriments basifiants le sont également (même si le sport est toutefois irremplaçable). En plus cette respiration accélérée étant efficace pour agir sur le stress chronique, on comprend aisément que qu’elle est un outil puissant permettant de se désacidifier.      

Rééduquer le nerf vague. Il ne fait aucun doute que cette méthode recèle de nombreux autres potentiels. Selon moi elle est un moyen de rééduquer le nerf vague, ce nerf si fondamental dans le fonctionnement du système nerveux parasympathique, celui de la relaxation mais aussi celui d’une infinité de métabolismes de notre organisme, à commencer par le système digestif (cf https://www.reseau-chu.org/article/maladies-de-lintestin-grenoble-referent-mondial-en-neurostimulation-vagale/). C’est très probablement l’un des moyens les plus naturels et les efficaces pour rééduquer le nerf vague. En cela j’ai observé, depuis septembre 2018, des améliorations non négligeables sur la santé globale et sur le santé digestive en particulier, en complément de ma spécialisation en santé intestinale (micro-nutrition, hygiène de vie, alimentation). J’ai même vu récemment quelques améliorations assez spectaculaires dans des cas de syndrome de l’intestin irritable et de syndrome de fatigue chronique.  

Je suis persuadé que la respiration rythmée fait partie intégrante des thérapies du future. Simple, naturel, et pourtant si profonde.

Website français : https://transformationalbreath.fr/

Website américains : http://www.transformationalbreath.com/ 

Deux courtes vidéos de présentation : 

 

Le Processus de la Présence, est une autre méthode remarquable, dorénavant très souvent couplé avec la Respiration Transformatrice (RT) par la plupart des facilitateurs formés par Judith Kravitz .

Le Processus de la Présence a été mis au point par un certain Mickael Brown, d’origine sud-africaine, alors qu’il cherchait désespérément un moyen de se guérir d’une pathologie neurologique rare et incurable, dont la caractéristique est que les douleurs s’intensifient graduellement mais inexorablement. 

Après avoir remué ciel et terre pour trouver une solution, après avoir tenté de nombreuses approches thérapeutiques, il finit par rencontrer des chamanes amérindiens qui sauront lui apporter un premier soulagement. Puis les initiations s’enchaînent et le conduisent à prendre peu à peu conscience que la solution est en lui, qu’il s’agit finalement d’un processus d’auto-guérison. C’est ainsi qu’il met au point sa propre méthode d’auto-guérison, notamment via une vie en « pleine conscience » et via des exercices de « déprogrammation » des vieux réflexes automatiques développés en nous depuis la petite enfance.  

Un livre a été écrit afin de décrire la méthode de celui que certains n’hésitent plus à considérer comme le successeur d’Eckhart Tolle, méthode qui est  particulièrement concrète et précise. Le livre a été traduit en français et édité par les éditons Ariane, au Québec.

La proposition est de s’engager durant 10 semaines dans un processus graduel et personnel d’apprentissage et de dépassement de ses freins à vivre en permanence dans « l’état de présence ». Tout est fait, dans la première partie du livre, pour faire prendre conscience que cette rencontre avec soi-même n’est pas anodine, qu’elle va peut-être changer des aspects profonds, intimes, de nous-même, ce qui requiert notre plein accord.   

Ainsi ces deux méthodes se complètent merveilleusement bien. Michael Brown et Judith Kravitz se sont rapproché l’un de l’autre : Michael Brown conseille expressément la pratique du Transformationational Breath. Judith Kravitz recommande, de son côté, la pratique des 10 semaines du Processus de la Présence, dans lesquelles sont inclus depuis le début des exercices quotidiens de respiration. Elle a d’ailleurs préfacé le livre de Michael Brown. 

En France, Paul Barrett et Catharina Von Bargen organisent des stages d’immersion (« retraits » en anglais) de plusieurs réunissant ces deux approches complémentaires, appelés « Presence of Breath ». Il y a parfois des soirées de présentation. Après avoir expérimenté quelques séances, le fait que ces stages ne désemplissent pas ne m’étonne plus !

Voici la présentation qu’ils font du stage :

« Presence of Breath » est le mariage parfait de deux techniques puissantes et mondialement reconnues : « Le Processus de la Présence » de Michael Brown et Transformational Breath®, La Respiration Transformatrice. Les deux jours et demi du stage, structurés en 5 modules, ont été conçus pour plonger précisément dans ces deux aspects essentiels si souvent ignorés de nos vies modernes : la présence et la respiration. Une vérité simple : si vous augmentez votre capacité d’être présent et de respirer pleinement, la qualité de vos actions sera profondément améliorée, peu importe les challenges auxquels vous êtes confrontés, que cela soit personnel, professionnel ou relationnel. « Le Processus de la Présence » nous apprend comment accueillir notre propre responsabilité en nous révélant comment transformer l’impact des émotions sur notre vie. La réussite planétaire du livre de Michael Brown, souvent décrit comme le successeur d’Eckhart Tolle, démontre la puissance de ses concepts, et cette puissance est décuplée une fois combinée avec Transformational Breath®, la seule technique de respiration recommandée par Michael Brown. « Presence of Breath » crée une énergie puissante de transformation qui agit sur tous les niveaux de notre être, physique, émotionnel, mental et spirituel. Venez faire une voyage intérieur extraordinaire avec « Presence of Breath » !

Juste pour info, Paul Barrett est devenu l’un des coachs les plus demandés par les patrons et les cadres du CAC 40, et c’est en partie grâce à l’ajout de la Respiration Transformatrice à ses pratiques.   

Je signale également Joël Jégo, autre facilitateur français (sur Paris) de la Respiration Transformatrice : https://www.respireplus.com/praticien/ 

 

L’histoire de Judith Kravitz. En 1979, les médecins lui annoncent une tumeur cancéreuse au niveau de la gorge. Judith se  mobilise alors pour se guérir, décide de passer par la médecine conventionnelle mais également se tourne vers d’autres approches, notamment la respiration consciente diaphragmatique, ainsi que d’autres pratiques naturelles et énergétiques.

En fait la première expérience de Dr Judith Kravitz en matière de respiration consciente remonte au milieu des années 1970, avec la technique appelée Rebirth. Aujourd’hui elle a développé sa pratique en y ajoutant d’autres modalités : divers principes de ses études de doctorat en métaphysique, du Kundalini Yoga, d’analyse de la respiration, de guérison par le son, de cartographie corporelle, de coaching ainsi que des principes spirituels. Chacun de ces éléments joue un rôle important dans le processus de Transformational Breath®.

Par la suite, elle a créé une fondation et a décidé de dédier sa vie à former d’autres personnes à cette technique. Plus d’information sur les bienfaits de la respiration transformationnelle constatés par la médecine. 

La Respiration Transformatrice expliquée par sa fondatrice. 

Transformationational Breath® est un processus de guérison qui rend autonome et qui crée un potentiel de grande transformation dans sa vie. Il s’agit d’une technique puissante et dynamique qui utilise une force d’énergie élevée, via un modèle de respiration spécifique. Les trois niveaux de respiration transformationnelle nous permettent d’apprendre à mieux respirer, à avoir plus d’énergie, à nous sentir plus paisibles et plus aimants, et finalement, d’atteindre des niveaux de conscience plus élevés.

Créatrice de la Fondation Transformationational Breath et co-créatrice de ce processus respiratoire, j’ai travaillé depuis 30 ans avec le souffle, avec plus de 10 000 personnes individuellement aidés et plus de 100 000 personnes en groupes. J’ai fini par comprendre très clairement comment le souffle peut améliorer votre santé, votre bien-être et votre joie de vivre.

Comment fonctionne Transformationational Breath ? Ce procédé est basé sur le principe universel d’entraînement qui stipule simplement qu’une souffrance, une vibration inférieure peut être modifiée en une fréquence plus élevée, en entrant un contact intense avec une source d’énergie vibratoire supérieure. C’est pourquoi vous vous sentez plus léger et plus clair après avoir été baigné d’énergie vibratoire supérieure apportée par le « souffle transformationnel ». La respiration accède à notre champ électromagnétique cellulaire.

Il existe trois niveaux distincts de Transformationational Breath. Le premier niveau concerne l’ouverture et la suppression de schémas respiratoires restreints ou, en gros, l’apprentissage de la respiration plus efficace et plus facile. La plupart des gens n’obtiennent qu’un faible pourcentage de la capacité respiratoire en raison de schémas respiratoires fermés et restreints. Dans la respiration transformationnelle, nous savons que la quantité d’air que nous pouvons introduire dans le corps est directement liée à la quantité de choses que nous pouvons accepter dans la vie. En ouvrant et en élargissant notre respiration, non seulement nous avons plus d’énergie et de soutien pour les capacités de guérison naturelles du corps, mais nous améliorons considérablement notre capacité à recevoir et à expérimenter davantage de choses. Dans la mesure où le souffle est ouvert et qu’il est fluide, nous sommes dans le flux de la vie. Les peuples de l’Est savent depuis des milliers d’années que notre respiration est le principal moyen d’accès au « corps vital ».

Le deuxième niveau de Transformationnel Breath consiste à éliminer certaines des principales raisons pour lesquelles nous avons arrêté de respirer de façon fluide. Ce deuxième niveau est efficace sur nos traumatismes et sur le lien souffrant avec notre subconscient. Cela inclut les anciennes émotions non exprimées, parfois appelées « répressions » : croyances négatives, anciennes « bandes de données » et souvenirs passés, qui sont tous stockés au niveau cellulaire. L’un des principaux moyens de les garder enfuis dans le subconscient consiste à respirer de façon courte, contrôlée ; parfois c’est totu juste si on n’halète pas. Nous pouvons inverser cette tendance en respirant dans les « endroits enfermés » et en nous laissant aller là où nous retenons notre souffle. Avec ce processus, nous évoquons les anciennes émotions, pensées et souvenirs et, en continuant d’y insuffler de l’attention, intégrons ces « répressions » dans une forme d’énergie supérieure, créant ainsi une résolution parfois définitive de ces énergies bloquées.

En « nettoyant » notre subconscient avec le souffle transformationnel, les principaux domaines de dysfonctionnement sont traités et même guéris, tels que les traumatismes de la naissance et de la petite enfance, les pulsions de mort inconscientes, les problèmes parentaux et d’autorité, les schémas d’auto-sabotage et toute autre souffrance stockée dans l’inconscient. Le Souffle Transformationnel est le moyen le plus efficace et le plus joyeux de nettoyer ces mémoires  subconscientes, et ce , même sur un plan collectif.

Une fois que le « subconscient inférieur » commence à s’ouvrir et à se dégager, il crée une ouverture vers le « subconscient supérieur », qui est le niveau de l’âme ou conscience spirituelle. Cela nous permet d’utiliser le troisième niveau de Souffle Transformationnel, qui se connecte consciemment à nos aspects les plus élevés de notre réalité consciente. Parfois, au niveau trois, les gens font des expériences mystiques à mesure qu’ils prennent conscience des autres dimensions et des aspects les plus élevés du soi. Les trois niveaux de respiration transformationnelle ont lieu à chaque session, bien que le temps que nous passons à chaque niveau varie en fonction de nos besoins spécifiques. Une chose est sûre : chaque fois que nous faisons une séance de respiration transformationnelle, nous devenons plus légers et plus clairs, et nous élevons en permanence notre vibration.

Vous vous demandez peut-être en quoi le souffle de transformation diffère d’autres processus de respiration tels que le rebirth ? Le rebirth utilise principalement la respiration du haut de la poitrine et intègre effectivement le trauma de naissance. La respiration transformationnelle utilise la respiration diaphragmatique complète et résout un éventail plus large de traumatismes vécus dans cette vie. Le souffle transformationnel utilise la voie pour créer une action plus efficace et plus complète.

Le souffle de transformation est également la seule méthode de respiration qui se concentre sur les énergies et les états que vous voulez créer, par opposition à « prêter attention aux schémas » que vous essayez de libérer. En respirant dans ces états supérieurs et en créant des intentions, ces vieux schémas négatifs se dissipent spontanément. C’est donc bel et bien une méthode unique et à la pointe de la respiration aujourd’hui. La seule façon de vraiment savoir et de comparer et de faire l’expérience d’une session de respiration transformationnelle.

 

Pour les anglophones ce website est parfait pour découvrir Judith Kravitz : 

https://www.lucindabassettbreathwork.com/about-judith-kravitz/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *