Traitement de la perméabilité intestinale

Rappel : la perméabilité intestinale, comme nous l’avons vu dans l’article sur les intolérances alimentaires (http://www.clesdesante.com/article-30180280.html) est l’un des grands challenges  actuels de santé publique.

Les diverses pollutions, les métaux lourds, la déminéralisation des aliments ainsi que la malbouffe (trop de glucides, mais aussi lactose et gluten) en sont les principales causes. Le stres se rajoute à ces causes. On la retrouve dès qu’il y a baisse de l’immunité et presque systématiquement quand il y a allergie. Vérifiez dans la section « causes » si vous êtes succeptibles d’être concerné.


Traitement de la perméabilité intestinale (leaky gut syndrome)

(informations contrôlées par le prof. Jean-Robert Rapin, pionnier de la santé de l’intestin)

 

 1-    Apprendre à bien mastiquer (outre les enzymes qui entament le processus de digestion, la salive possède un EGF ou « facteur de croissance épidermique » fondamental pour la santé des muqueuses orales et digestives : il restaure l’action des entérocytes et diminue celle de la zonuline)

2-     Probiotiques : rôle fondamental des bactéries composant la flore intestinale dans la conservation de l’intégrité de la paroi : action directe sur l’immunité via la croissance des lymphocytes T, équilibre des interleukines (macrophages), rétablissement de la flore du colon, activation des entérocytes (cellules de la paroi intestinale).

Mais il faut  savoir qu’une bactérie, ça mute toutes les 20 mn ! autant dire que les soulagements dûs aux probiotiques sont de courte durée. Le Dr Bruno Donatini, précurseur en immunologie digestive, explique qu’il vaut bien mieux nettoyer la flore « pathogène », responsable des fermentations (qui causent entre autre les ballonnements mais bien d’autres désagréments : en fait ces fermentations sont la première cause des dysfontionnements intestinaux ! il faut donc d’abord chercher à nettoyer la flore : cf notre article : Dr Bruno Donatini : traiter enfin les dysbioses intestinales .

Par exemple Normaflore TM contribue à réguler la flore à hydrogène et Normaflore OC celle à méthane. Ces compléments alimentaires sont distibués par Herbajovis.com (uniquement sur conseil : téléphoner avant au 09 81 67 22 40).

3-  Nourrir les entérocytes :

 

a-     Constituants membranaires : phospholipides tels ceux de la lécithine ou l’huile de krill, et rôle des oméga 3 incontournable. D’ou l’intérêt de chercher des sources naturelles d’oméga 3 : poissons gras (sardine, maquereaux) et foie de morue (dans les mêmes rayons que les sardines) : de plus le foie de morue est riche en vitamine D, c’est donc un vrai secret de santé. 

Huiles : colza, noix, chanvre, lin (attention conserver au frais et ne jamais chauffer), graine de chia, pourpier, mâche…

b-     Cofacteurs : zinc, vit. A, vit. B9

4-      Lutter contre la réaction inflammatoire et le stress oxydatif

a- Les antioxydants : sélenium, vit. E et C, coenzyme Q10, et les  cofacteurs : vit. B6, zinc, magnésium, manganèse

b- Les piègeurs de radicaux libres : flavonoïdes (ou polyphénols) comme la curcumine, les fruits pourpres, le gingko biloba, les OPC : par exemple dans Normaflore 50% de la gélule est constituée d’écorces de bouleau, saule, tremble, très riches en polyphénols) 

c- Les anti-inflammatoires naturels : curcumine par exemple (sur Herbajovis : cf le complément alimentaire « Curcuma pipérine », les oméga 3, la cannelle

 

 5-      La phyto et biothérapie :

 –  curcumine (si vous n’avez pas une flore à Méthyl acétate) sinon il vaut mieux se contenter de piment, de gingembre..

 – omega 3

 – Gingko biloba : antiradicalaire et anti-ischémique, réduction du stress (cortisol) ou OPC ou Taxifolin

 –  Thé vert : protection des entérocytes

 –  Aloé véra : cicatrisant

 –  Hydrastis canadensis (berbérine) : anti-infectieux

 –  Réglisse : action sur les métaux lourds

 –  Griffe du chat : adaptogène

 –  Chlorophylle : cicatrisant

 –  Cannelle de ceylan (poudre + huile essentielle

6-      Connaître sa flore intestinale :  


2 sortes d’analyses permettent mieux connaître sa flore : il faut rechercher la présence de :
 
1) candida albicans : révèle une flore de fermentation : donc attention aux sucres, et traiter le candida (cf mon article http://www.clesdesante.com/article-27435997.html ).
 
Vous pouvez connaître votre flore en prenant rendez vous chez une personne équipée du « GazDétect » ; sur Paris, pour info mon cabinet est situé rue Lemercier dans le 17ème arrondissement.
 
2) indoxyl sulfate : révèle une flore de putréfaction : donc attention à l’excès de protéines, et  importance des probiotiques ou des symbiotiques (= probiotiques (bactéries) + prébiotiques (fibres favorisant le développement d’une bonne flore) ).
(via urine)
 
c’est abordable (laboratoire Zamaria ou Barbier)
 
Mais une autre méthode est maintenant pratiquée : le test respiratoire à l’hydrogène expiré est  plus aisée et pertinente : en soufflant dans le tube relié à l’appareil on va savoir en quelques minutes quel type de fermentation notre flore produit ! Soit une fermentation à hydrogène, soit à méthane, soit à hydrogène sulphureux (plus grave) : cf mon article : Dr Bruno Donatini : traiter enfin les dysbioses intestinales .
 

7-      Exemple de protocole :

 
a- Régime alimentaire indispensable qui est à peu près le même que celui pour la candidose (http://www.clesdesante.com/article-27435997.html). Avant tout éliminer les produits laitiers, particulièrement pro-inflammatoires, les produits raffinés (pain et pâtes blanches ; remplacer par du pain bio complet et des pâtes bio semi-complètes, vous verrez comment votre digestion vous dira merci), les alcools forts. 
 
b- Normaflore TM et Normaflore OC
 
c- omega 3 comme les huiles de poisson, la graine de chia
 
 

La perméabilté intestinale : en savoir plus

  

1-      Ce qui se passe :  le syndrome de l’intestin perméable est en train de devenir la maladie du siècle ! Les entérocytes produisent de la zonuline, qui est une protéine dont la fonction est de réguler la perméabilité des jonctions intercellulaires (jonctions serrées). Elle vont s’ouvrir (protéolyse par la zonuline) et laisser passer des substances inapropriées qui vont bien-sûr être considérées comme étrangères : naissance de l’allergène et donc des multiples réactions qui vont s’ensuivre (allergies de tous types).


 

2-     Les causes

 

Une réponse inappropriée vis à vis des protéines due à une rupture de l’équilibre entre système immunomodulateur et immunosuppresseur est à l’origine des pathologies immunes telles que hypersensibilités alimentaires, pathologies inflammatoires intestinales et maladies auto-immunes (Mowat et Viney, 1997 ; Stroebel, 2002). L’intolérance peut être induite par une concentration et une présentation inappropriée des antigènes alimentaires lorsque la perméabilité de l’intestin grêle est augmentée.
 

Les causes les plus fréquentes de l’hyper perméabilité intestinale sont :


–    Les infections bactériennes, virales, parasitaires et proliférations mycosiques (candida albicans)

–    Les perturbations de la flore intestinale, due en grande partie à une alimentation déséquilibrée :

         – trop riche en sucres (surtout raffiné) et en glucides rapides
– trop riche en lait UHT et en laitage à base de lait UHT

 

–    L’achlorhydrie (manque d’acide chlorhydrique au niveau de l’estomac)

–    L’insuffisance pancréatique (exocrine)

–    Une déficience en IgA totale ou en IgAs

–    Les anti-inflammatoires non stéroïdiens

–    L’alcool

–    Les chélateurs

–    Les métaux lourds

–    Les agents conservateurs et les colorants

–    L’interféron

–    L’interleukine 4 (IL4)

–    Le TNFa (Tumor necrosis factor a)

–    Le stress (et les repas consommés dans le stress)

–    L’effort physique intense

–    L’ischémie intestinale

–    Les radiations et chimiothérapies 


Mais le début des manifestations cliniques d’hypersensibilité est souvent aigu, suite à une activation de la réponse immune dans les circonstances suivantes :

 

–    Infection aiguë

–    Réaction anaphylactique

–    Grossesse, accouchement

–    Traumatisme

 

Ainsi la perméabilité intestinale peut être augmentée à de nombreuses reprises dans la vie d’un individu. En dehors de ces cas, elle est souvent insidieuse.

En revanche, on retrouve toujours un problème de perméabilité intestinale dans les phénomènes d’allergie ainsi que auto-immunes. Préserver sa paroie intestinale est donc fondamentale pour une santé durable et c’est la première des méthodes anti-âge!

 
Rappel :


L’intolérance alimentaire ne doit pas être confondue avec l’allergie classique,
qui se manifeste par des réactions quasi-immédiates intenses, telles que gonflements des lèvres, la gorge nouée, une éruption cutanée, des crises d’éternuement, parfois une sensation de suffocation sont des signes typiques d’une allergie classique. Ainsi décrite, une allergie alimentaire est aisément reconnaissable.

 

Alors que de nombreuses personnes ont une intolérance alimentaire sans le savoir : dès la naissance un nourrisson peut déjà être sensibilisé vis à vis de différents aliments à partir du lait maternel.
Contrairement aux symptômes de l’allergie classique, ceux de l’intolérance alimentaire sont très variés et se manifestent longtemps après l’ingestion de ces aliments. Il est aussi possible que vous ayez une intolérance à la laitue, aux tomates, aux pommes de terre, au lait sans que vous en ayez conscience dans l’immédiat.

 

Il s’agit donc d’établir un lien entre certains aliments et certains problèmes de santé, qui apparemment, n’auraient pas de lien de cause à effet.
En effet, en présence d’une intolérance alimentaire notre organisme produit des immunoglobulines du type Ig G (anti-corps Ig G). Ce test permet une mise en évidence très fiable de ces aliments différents.

 

Pour connaître les meilleurs protocoles de traitement de la perméabilité intestinale, veuillez en faire la demande par écrit : cetienne8@yahoo.fr

Cabinet de Christophe Etienne : 9 rue Dautancourt à Paris 17ème, métro La Fourche (sur Rendez vous uniquement)

34 thoughts on “Traitement de la perméabilité intestinale

  1. Nicole Godin

    J’ai un grave problème de mon système immunitaire que, par le passé, j’ai résolu en faisant du jeune en Allemagne.
    Actuellement mon immune profile : IGG is : 6.39 (units g/l ) Normal range : 7.00-15.00 = lo w
    IGA 1.14  »  »  » .:0.80-4.00
    IGM i s 2.67  »  »  » 0.50-3.00
    J’apprécierais un commentaire de votre part…car ce que l’on me propose est un traitement de  »Vivaglobulin »c.a.d. des injections sous-cutané d’immunoglobuline humain/ 4 X semaine/pour la vie !!! Je refuse, car je ne connais pas les contre

    Reply
    1. Christophe Etienne

      Bonjour je vous invite à lire l’article sur le Dr Donatini et le traitement des dysbioses (un des derniers articles), dont je suis un élève : nous avons de bons résultats pour remonter l’immunité justement, notamment en « nettoyant » la flore intestinale avec les produits mycoceutics (qui ne sont actuellement pas disponibles, il faut attendre début septembre) ; même certaines pathologies auto-immunes sont régulièrement bien améliorées… n’hésitez pas à m’appeler C. Etienne

      Reply
  2. Nicole Godin

    J’ai un grave problème de mon système immunitaire que, par le passé, j’ai résolu en faisant du jeune en Allemagne.
    Actuellement mon immune profile : IGG is : 6.39 (units g/l ) Normal range : 7.00-15.00 = lo w
    IGA 1.14  »  »  » .:0.80-4.00
    IGM i s 2.67  »  »  » 0.50-3.00
    J’apprécierais un commentaire de votre part…car ce que l’on me propose est un traitement de  »Vivaglobulin »c.a.d. des injections sous-cutané d’immunoglobuline humain/ 4 X semaine/pour la vie !!! Je refuse, car je ne connais pas les résultats a long terme je ne veux pas me lancer dans cette aventure. Je souhaite trouver une solution plus équilibrée et naturelle, en revanche je dois trouver une solution impérativement, cat je n’ai plus de système immunitaire, je fais 4 bronchites par hiver
    et j’attape tout ce qui passe a mes côté… le jeune serait-il pertinent ? comme ce fut le cas ??? y a t-il d’autres avenues ???
    Merci de me répondre
    Nicole Godin

    Reply
    1. Christophe Etienne

      Bonjour je rappelle que je ne suis pas médecin… vous pouvez cependant plutôt m’appeler.. cdt

      Reply
  3. Lagier Bertrand lysiane

    Meilleurs protocoles de traitement de la perméabilité intestinale? A présent je prends lactibiane Referance 1 jour et lactibiane tolérance le suivant je suis intolérante : blé ,soja ,+++++ lait, mais ,avoine++++ modere blanc d oeuf,’amande ,chèvre , levure de bière etc etc difficile de m alimenter!….. Je vous remercie de votre réponse LLB

    Reply
    1. Christophe Etienne

      Bonjour
      c’est pas mal mais en fait je propose avant tout l’approche du Dr Donatini : http://clesdesante.com/article-dr-bruno-donatini-traiter-les-dysbioses-intestinales-113923823-html/ car il fait ses preuves tous les jours… de même les conseils expliqués dans les livres de la collection « Les topos de Taty » sont de tout premier plan puisqu’elle fait le point sur toutes les approches innovantes et qui font leur preuve parmi des colopathes du monde entier… (notamment les approches des doctoresses Elaine Gottschall et Natacha Campbell-McBride) : cela faire l’objet de prochains articles..

      Reply
  4. Christophe Etienne

    bonjour, la société mycoceutics conseille dorénavant les produits DFN, si vous souhaitez recevoir le bon de commande, veuillez m’adresser un mail (cetienne8@yahoo.fr)

    Reply
      1. Christophe Etienne

        il existe des analyses qui permmentent de faire la liste des aliments non tolérés (réactifs aux IgG) mais ça vaut une fortune et le soulagement est assez fugace… selon moi la meilleure manière de déterminer ses intolérances est de tenir un carnet : noter tout ce que vous consommez et observez comment vous sentez dans les heures qui suivent et comment sont les selles (indispensable)… vous pouvez ainsi peu à peu déterminer ce que vous tolérez ou pas… surtout il faudra traiter la dysbiose (cf mon article sur le sujet) et réparer la paroi digestive…

        Reply
  5. franckie delbarre

    le pédiatre vient de diagnostiquer ce syndrome chez ma petite-fille de quatre ans : il sera bien difficile de lui faire suivre le régime strict des premiers mois ; nous suivons cependant les principes du régime non lacté car son oncle, mon fils, a une SPA qui n’a pas évolué depuis le diagnostic, grâce au régime du Dr Seignalet, suivi de manière très stricte.
    Les causes annoncées ne pouvant s’imposer dans le cas d’une enfant de cet âge, je voudrais savoir si la cause peut être seulement génétique.
    Merci.

    Reply
    1. Christophe Etienne

      question difficile ! et surtout triste : en effet beaucoup d’enfants naissent déjà intoxiqué, à divers degré… ce n’est pas selon moi une question purement héréditaire mais quand même plus de qualité de l’alimentation… cependant beaucoup d’enfants naissent avec des métaux lourds puisqu’il y a un phénomène d’accumulation transgénérationnelle… mais attention pas de chélation des métaux lourds pr les enfants ! : la priorité sera, en cas d’atteinte pathologique,comme pour les adultes, d’assainir la flore avant tout, et aussi d’utiliser quelques « superaliments », plantes, homéopathie…

      Reply
  6. DUCEPT Nadia

    Bonjour,j’ ai du mal à comprendre pourquoi nos médecins français ne connaissent absolument la dysbiose intestinale qui a des effets pernicieux et dévastateurs.Atteinte de RCH,j’ai eu affaire à des spécialistes qui se contentent de soigner les symptômes sans se préoccuper de l’origine du mal.
    Heureusement pur moi j’ai fini par rencontrer le Dr B… à Fontenay le Comte qui a tout de suite diagnostiqué la dysbiose.
    Je suis en colère contre l’ignorance et l’incompétence des spécialistes: gastroentérologues ,rhumatologue,ORL ,allergologue..L’ORL a fait fort car devant l’impossibilité de soigner ma sinusite il m’a conseillé de voir un guérisseur.L’incompréhension de ces médecins me rendait plus malade car il m’ ont prise pour une malade imaginaire.

    Reply
    1. Christophe Etienne

      bonjour il faut simplement comprendre que les médecins ne sont pas une « espèce supérieure » d’êtres humains ! ils sont comme vous et moi des personnes qui font normalement de leur mieux… Disons que le fond du problème est que l’enseignement actuel de la médecine est bien trop impliqué avec les recherches des sociétés pharmaceutiques… les premiers à en souffrir sont les médecins eux mêmes, qui sont notamment quelque peu désorientés face à la demande croissante de traitements non iatrogènes. N’hésitons pas à conseiller à tous nos médecins de se former au moins en micro-nutrition : il existe des formations de très grande qualité, notamment avec les professeurs Castronovo et Coudron ; Enfin le message est surtout : apprenons à prendre en main notre santé, c’est l’avenir et même les pouvoirs publics le plébiscite !! Christophe

      Reply
  7. Annie pal

    bonjour
    Depuis l hiver dernier j ai des nausees quasi chaque jour.Fin décembre réveil avec naussees et migraine. Dégoût de tous les aliments. Perte de 6 kg en 6 semaines.
    Ras aux endoscopie s et scanners.
    Depuis ça va mieux mais nausée chaque jour, migraines fréquentes et tjs dégoût nourriture. Impossible de manger de la viande et fatigue importante.
    Les médecins sont sans idée.
    Un ami m à parle de l hyper meabilite de l intestin.
    Croyez vous de ce soit une cause possible. ?
    Merci de votre avis

    Reply
    1. Christophe Etienne

      oui je vous conseille fortement de venir au cabinet vérifier la qualité de votre flore… surtout votre foie est très certainement bien fatigué…

      Reply
  8. legdbleu

    Si vous avez une perméabilité intestinale, ne mangez surtout pas de céréales, pire, du pain complet, bio ou non

    renseignez vous plutôt sur le régime des glucides spécifiques, cela m’a beaucoup aidé

    Reply
    1. Christophe Etienne

      je vois qu’on est tout à fait sur la même longueur d’onde… sauf que chaque est unique et que si une personne à une sérieuse perméabilité intestinale il est sérieusement conseillé de consulter ; pour ma part je propose une synthèse de divers approches (je me suis entre autres formé auprès du Dr Bruno Donatini et en ce moment auprès de Taty Lauwers)

      Reply
  9. campens michèle

    Bonjour, Je sais depuis une année que je suis intolérante alimentaire, probablement depuis de nombreuses années. Les signes alarmants qui m’ont déterminée à faire une recherche sérieuse, ce sont les vertiges constants qui me perturbaient au quotidien. Un des symptôles récurent c’est la chute des cheveux tout au long de l’année. Selon vous, est-il possible d’attribuer ce symptôme à l’intolérance alimentaire et comment le soigner puisque depuis une année durant laquelle j’ai écarté de mon alimentation les produits que je ne tolère pas, n’ont pas changé grand chose à mon problème. Merci pour votre aide. michèle campens

    Reply
    1. Christophe Etienne

      merci pour votre témoignage. Il montre bien que l’éviction des aliments soit-disant non tolérés n’est pas la solution, de même que les dosages des IgG qui sont mis en avant par de nombreux médecins (parce que ces tests ne sont pas si fiables, et surtout on a remarqué qu’une fois les aliments non tolérés éliminés, d’autres intolérances apparaissent quelques semaines après). Le vrai problème est l’état de la paroi intestinale (hyper-perméabilité, ou leaky gut) et du système immunitaire, qui font les frais de 70 ans de pollutions environnementales et alimentaires (pesticides, additifs, etc…), d’aliments dénaturés et appauvris (agriculture intensive, mutation des céréales, aliments transformés). La 1ère chose à faire est d’assainir la flore + stimuler / moduler l’immunité (approche du Dr Donatini et d’autres), individualiser l’alimentation + s’alimenter avec des « aliments vrais » (profilage alimentaire de Taty Lauwers, qui reprend entre autre le régime GAPS), puis réparer la paroi intestinale (micro-nutrition + bouillon d’os). On peut aussi compléter par l’apport des médecines énergétique et quantique (dans les cas récalcitrants c’est même incontournable). Pour ce qui est du « quantique », je pense avant tout aux ondes scalaires (cf les videos du Dr Hervé Janecek). Le Dr Donatini quant à lui, a remarqué l’intérêt des champs électromagnétiques pulsés).

      Par rapport à la chute de cheveux, il est probable que vous souffrez d’une forte « acidose ». La priorité sera donc d’assainir la flore intestinale qui la principale cause d’acidose, au côté du stress et de l’alimentation). Il y a tout un protocole pour « alcaliniser » le terrain (pour info les séances de sauna en fait partie).

      Reply
  10. pascale

    bonjour j’ai une rch depuis 30 ans -j’ai 57-en janvier, aprés de graves problémes familiaux, la rch s’est reinvitée aprés 20 ans de rémission; je suis végétarienne depuis toute petite,j’ai en homéo de l’aloe, de l’hepar, et homéo également pour traiter asthme eczéma,du ginko et trés certainement perméabilité de l’intestin,j’ai des éruptions de boutons douloureux sur les fesses et derriére des cuisses, je suis fatiguée, déprimée, est-ce moral ou physique?que faire???j’ai fair test intolérances alimentaires(pas de pde terre, riz ou blé entre autres)merci de votre réponse
    pascale

    Reply
    1. Christophe Etienne

      bonjour dans une RCH il faudra adopter une stratégie efficace sur les souches bactériennes causant l’inflammation. Je connais une naturopathe qui s’est guérit elle-même d’une maladie de crohn et qui est devenue spécialiste des MICI, en particulier Crohn et RCH. Je pourrais vous préciser ses coordonnées par mail (cetienne8@yahoo.fr). A mon sens il ne faut pas non plus négliger l’aspect psycho-émotionnel de la maladie, elle pourra également vous aiguiller sur cet aspect là (pour ma part je recommande soit la sophrologie, soit la phénothérapie ou encore, pour ceux qui se sentent près à faire un vrai bond en avant, la méthode Festen).

      Reply
  11. pascale

    pour les boutons mon docteur me dit que ça vient du tube digestif que faire?pascale

    Reply
    1. Christophe Etienne

      bonjour Oui votre médecin a raison, les boutons c’est très souvent lié à l’état de l’intestin et du foie : une consultation chez votre naturopathe pourrait être une très bonne idée, mais la 1ère chose à faire est de vous intéresser à l’alimentation hypotoxique (cf Paléobiotique le dernier livre de Marion Kaplan, et mangez plus bio…).

      L’autre grande cause est la présence de certaines bactéries sur la peau et dans la bouche, telle que propionibacterium par exemple (la bactérie de l’acné) : dans ce cas là il faudra s’intéresser (en plus de l’alimentation) à la photothérapie : vous tapez « photothérapie acné » sur le net et vous avez des revendeurs chinois d’appareils à infrarouge qui apparaissent (des masques), notamment sur Amazon.fr : c’est la lunmière bleue de ces infrarouges qui traite ce genre de bactéries, la couleur rouge étant quant à elle utile pour régénérer la peau (et la couleur verte est utile aussi)

      Reply
  12. Yoann

    Bonjour,

    Je suis actuellement sous biothérapie (injection d’immunosuppresseur : Anti TNF Alpha) pour le traitement d’une spondylarthrite depuis 3.5 ans. (J’ai 30 ans). Avant d’attaquer une biothérapie j’ai pris de très fortes doses d’anti-inflammatoires pendant environ 5 mois (600mg/jour). Mon syndrôme inflammatoire est très actif.
    Depuis environ 1.5 ans, j’ai ce que j’appelais des dérèglements digestifs, sachant que j’ai toujours été « sensible » du système digestif. Mais il y a 1.5 ans, j’ai commencé à prendre de très sévères douleurs à l’estomac, avec production de flatulences très très odorantes (œuf pourri), ballonnements etc… Au point de perdre environ 12kg en 6 mois (poids d’origine 84kg pour 1m87).
    Nous avons donc pensé tout de suite à une maladie de Crohn souvent liée à une S.A.
    Mais rien à la gastroscopie; rien à la coloscopie, et rien à l’entéro-IRM.
    Ma rhumatologue ne voulant pas me laisser dans cet état a donc décidé de me changer d’anti TNF, passage d’ENBREL à CIMZIA. J’ai eu une amélioration des douleurs/ballonnements… pendant quelques mois: poids stabilisé ce jour 76kg.
    Mais depuis 3 semaines je vis une descente aux enfers, avec de nouveau des douleurs très fortes à l’estomac, douleurs dans la partie gauche de l’intestin, coliques, flatulences… je suis donc allé consulter mon nouveau médecin traitant. Il m’a parlé tout de suite du LEAKY GUT syndrôme. Et après avoir lu beaucoup d’articles à ce sujet, je me rends compte que tous les symptômes, toutes les douleurs décrites correspondent à ce que je vis.
    Aujourd’hui je ne sais pas trop par où commencer. J’étais décidé à faire une analyse aux allergies alimentaires (IMU PRO, société BIOPHARM) pour une valeur de 530€ (Somme importante mais je souffre tellement et cela est devenu tellement handicapant dans ma vie professionnelle et personnelle), mais j’ai lu qu’il y avait aussi le TEST de l’HYDROGENE EXPIRE (GAZdétect), et il y a aussi la compatibilité avec mon traitement anti TNF.
    Pouvez-vous m’indiquer le bon chemin à prendre?
    Merci d’avance,
    Yoann

    Reply
    1. Christophe Etienne

      bonjour
      votre témoignage montre encore une fois les liens très étroits entre systèmes digestifs et immunitaires. C’est une notion assez nouvelle en France et je peux comprendre que vous vous sentiez un peu perdu. N’hésitez pas à lire les différents commentaires de ce blog et à prendre rdv avec un praticien de santé proposant les tests respiratoires ; faire les mesures IgG des intolérances alimentaires est intéressant même si finalement assez contesté par divers observateurs puisque le soulagement apporté suite à l’éviction de tel ou tel aliment sera d’assez courte durée : en effet ça ne résout pas la porosité intestinale (même si ça y contribue). La porosité intestinale est le résultat d’une dégradation globale du milieu digestif et il faut pouvoir prendre en compte tous les aspects de cette dégradation : dysbiose de la population bactérienne du grêle certes mais également dégradation de la capacité et la tonicité digestive dès la bouche et l’estomac. Il faut pouvoir littéralement « remettre de la vie et du mouvement à tous les étages » et c’est un vrai challenge qu’il faut savoir se donner et ne plus être uniquement en attente des effets de tel ou tel traitement. Une guérison est le résultat finale de maintes petites améliorations, acquises les unes après les autres, qui se mettent en place d’autant mieux qu’on a compris ce qui se passe dans nos entrailles.

      Au cabinet je passe du temps pour expliquer le fonctionnement digestif et je propose dorénavant un « programme global de retour à la santé digestive » :
      1) compléments alimentaires pour l’atonie digestive et la porosité intestinale
      2) programme nutritionnel qui va avec
      3) hygiène de vie qui va avec (par exemple exercice physique – sauna – cohérence cardiaque)
      mais également des séances (en partenariat avec des spécialistes tant que je n’ai pas finit mes formations) de :
      3) massages profonds du ventre + exercices de respiration
      4) travail sur les émotions de la petite enfance restées prisonnières dans nos tripes (terreau entre autres de la prison intérieure appelée « BVS » : Bourreau-Victime-Sauveur »)
      5) régénérer les tissus via les champs magnétiques pulsés
      6) éventuellement dé-stresser le corps vis à vis des aliments non tolérés

      Reply
  13. Marie Helene

    marie helene le 30 11 2016
    j ai du candida albicans et aussi de poux et je n arrive pas a m en debarrasser auriez vous une idee ?

    Reply
    1. ETIENNE Post author

      Chaque personne étant unique je vous recommande de consulter un bon naturopathe ou bien un médecin formé en micro-nutrition, il y en a de plus en plus

      Reply
  14. cardaliaguet

    Notre fils est atteint d’une RCH, depuis qu’il a 11 ans, il vit un épisode grave et sévère de diarrhées depuis 4 semaines perte de poids de 12 kilos, ne dort plus car se lève toute les 2/3 chaque nuit, nous avons supprimé les sucre raffiné, le gluten et tous les produits laitiers, il est sous cortisone et il n’y que très peu d’amélioration…
    Nous avons essayé l’homéopathie, l’aromathérapie et rien ne semble stopper son état qui reste très alarmant…une fibroscopie décèle des ulcerations, avec des parties creusantes, résultat c’est pancolite très sévère…AIDEZ-NOUS ?

    Reply
    1. ETIENNE Post author

      Bonjour Je vous recommande de consulter un médecin formé en micro-nutrition, et ne pas hésitez, si nécessaire, à vous déplacer. Un bon médecin est plus que précieux ! Parfois les homéopathes se forment en micro-nutrition. Vous pouvez les cas échéant appeler Florence Cartier, naturopathe spécialisée dans les maladies inflammatoires chroniques : 06 80 54 08 54

      Reply
  15. Nils

    Bonjour Monsieur,
    Je souffre d’une porosité intestinale importante, avec des réactions allergiques à de nombreux aliments (diarrhées avec simplement du mucus, acné, nausées..). Je suis assez maigre déjà et je ne sais plus quoi manger : j’ai arrêté les fruits qui me causent des ballonnements, le cru je ne le supporte pas, le poulet aussi.
    Dans le cadre d’un régime anti inflammatoire est il est prescrit (régime AIP PALEO) l’arrêt des oléagineux et des céréales sans gluten : quinoa, millet, riz.. car ils agressent la muqueuse.
    Qu’en pensez-vous? Doit-on également arrêter les céréales sans gluten?
    Bien à vous

    Reply
    1. ETIENNE Post author

      bonjour oui en effet grâce à ce régime on améliore le fonctionnement intestinal en stoppant les fermentations dues aux glucides, et également en diminuant l’action de l’insuline. Oui j’ai une bonne opinion, même si je le considère comme un régime thérapeutique, c’est à dire à faire strictement que durant une période définie. Il y a de nombreux témoignages sur les forums américains de la part des personnes atteintes d’auto-immunité notamment. Une fois que les améliorations se font ressentir, on rentre dans une phase de stabilisation durant laquelle on pourra faire des essais de ré-introduction de glucides « faibles » comme le riz complet par exemple. Ne pas oublié l’intérêt de certains complémnents alimentaires qui peuvent accélérer la réparation de la paroi du grêle. Bien assainir le milieu gastrique + microbiote via diverses approches : immunostimulation, aromathérapie, détox cellulaire, analyse du microbiote, hygiène de vie (comme Je mange en pleine conscience de Susan Albers) et d’autres approches que j’aborde dans les commentaires de ce blog.

      Reply
  16. Nathalie

    Bonjour,

    Merci de répondre à nos questions et de donner ainsi de votre temps. Si ça ne vous ennuie pas, j’aimerais vous exposer mon problème que je n’arrive pas à résoudre.
    Cela fait 8 mois que j’ai de grosses douleurs au ventre (vers le haut de l’intestin), tellement que je ne mangeais que du riz et du blanc de poulet. Au bout de 7 mois, j’ai réussi à prendre des haricots verts mais c’est le seul légume que je supporte (et pourtant j’ai essayé les carottes cuites, les courgettes cuites, les concombres cuits, les endives cuites, les épinards, les betteraves en petites quantité, et j’ai même essayé des fruits cuits, bananes et poires, ça me fait mal à l’intérieur des intestins et tous les muscles du ventre se contractent des jours durant. Je ne tolère pas non plus les plantes médicinales, encore moins les huiles essentielles : contractures douloureuses de tous mon corps avec gonflement des ganglions du cou et irruption d’une panoplie d’aphtes dans la bouche. L’argile ne passe pas, même les vitamines me donnent des migraines et contractent les muscles (vitamines B9, C, D). Une demi cuillère d’huile me fait également beaucoup souffrir (huile de coco, huile d’olive).
    Tous mes problèmes sont apparus soudainement après la dépose de deux amalgames dentaires faits à deux semaines d’intervalle, malgré le fait que je mangeais très équilibré (grandes variétés de légumes et de fruits).
    J’ai vu un gastro-entérologue qui a voulu le faire passer une coloscopie et une gastroscopie mais je tombe constamment malade et c’est trop risqué de le faire selon lui à cause de l’anesthésie.
    J’aimerais avoir votre avis sur la situation qui est me semble-t-il désespérée…

    Reply
    1. ETIENNE Post author

      Bonjour
      votre souci semble commencer à l’estomac ; c’est donc très probablement apparenté à une gastrite (des bactéries s’installent dans l’estomac et fragilisent / irritent la muqueuse). Il faudra la confirmation du médecin. A mon avis le mercure n’est en effet pas étranger à cette dégradation du fonctionnement gastrique. Ce qui fait que vous passez par ce que Taty Lauwers appellerai un « passage prolongé en canari de la modernité », c’est à dire des hypersensibilités multiples ; mais comme ils ne datent pas de l’enfance, c’est passager et réversible.

      Plusieurs approches sont possibles. Avant tout prendre à 100% votre santé en main : le seul et vrai médecin c’est vous, et personne d’autre.

      Ensuite il va falloir découvrir les familles d’aliments auxquels vous êtes réactive : Fodmap, histamine, salicylates, amines ? Impossible de la savoir sans faire les unes après les autres des périodes d’éviction de chaque catégorie ; ça c’est pour pouvoir retrouver du confort de vie et ne pas perdre trop de poids.
      Ensuite traiter la gastrite : c’est à dire adopter les conseils permettant d’améliorer la vidange gastrique, que je donne dans les commentaires d’autres articles
      Ensuite envisager une détox de ce foutu mercure qui a du s’infiltrer dans certains tissus digestifs

      Reply
      1. Nathalie

        Merci beaucoup pour vos conseils. Je vais essayer de les suivre et de me renseigner sur les différentes catégories d’aliments dont vous avez parlé afin de voir ce qui me fait réagir.
        Je vais voir ce que je peux faire aussi pour la gastrite. Merci beaucoup.

        Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *