5 Sep 2016

Aliments riches en FODMAP et maux de ventre

Liste complète des FODMAP 

       1) Aliments riches en FODMAP : couleurs orange (léger) et rouge (fort) 

Les aliments avec un point orange (Fodmap légers) : limiter leur consommation à 50 g environ par jour

       2) Aliments pauvres en FODMAP : couleur verte

Vous trouverez ci-après la traduction fidèle et complète de la liste des Fodmap telle que publiée par le Monash Medical Center, notamment via leur application « Monash University Low FODMAP Diet » (que les anglophones peuvent installer sur leur smartphone ou tablette pour quelques euros).

Guide FODMAPS traduction intégrales

 

Qu’est ce qu’un Fodmap ? Des chercheurs australiens expliquent que certains aliments, particulièrement riches en glucides à chaines courtes, non digestibles, ont tendance à fermenter dans l’intestin. Ces glucides fermentescibles ont donné naissance à un acronyme : « FODMAP » : Fermentable Oligo, Di and Mono-saccharides and Polyols.

Or ces fermentations sont liées aux symptômes et douleurs ressentis par les personnes souffrant de colopathie fonctionnelle ou du syndrome du colon irritable (SII) ; et par les personnes souffrant plus généralement de « maux de ventre ». L’alimentation pauvre en FODMAP est ainsi devenu une prescription de première intention des troubles fonctionnels intestinaux parmi de nombreux gastro-entérologues anglo-saxons.

Dans l’esprit de beaucoup de gens, les Fodmap sont les aliments réputés fermenter : haricots blancs et  rouges, flageolets, choux verts, oignons crus, céréales modernes à gluten muté, lait et produits laitiers qui n’ont pas été débarrassé de leur lactose, lait de soja. 

C’est tout à fait exact, mais vous avez dorénavant la liste complète et fidèle des FODMAP (avec notamment les fruits à éviter), ce qui est précieux puisque tous les sites qui abordent la notion de FODMAP y vont de leur propres listes et il faut dire qu’on est vite perdu…

Le Monash Medical Center est situé à Clayton (district de Melbourne) en Australie et fait partie d’une large communauté scientifique qui se distingue régulièrement par la qualité de leurs recherches. L’Australie semble se distinguer par leurs recherches en gastro-entérologie.  

Il s’agit d’une approche innovante et naturelle qui commence à se faire connaître en Europe, et qu’abordent par exemple des gastro-entérologues comme le Dr Bruno Donatini, au côté d’autres recherches et recommandations (flore buccale, vidange gastrique, terrain viral à Herpès et EBV, biofilm intestinal, etc…).

Plus vous souffrez de maux de ventre, ballonnements chroniques, gonflements de ventre / bas-ventre (le ventre devient dur dans certains cas), plus vous devez éviter les FODMAP forts et surtout leur mélange au même repas : d’ou l’intérêt d’avoir la liste et de l’afficher le cas échéant dans la cuisine.

C’est un sujet à connaître aussi par les végétariens qui consomment souvent beaucoup de légumineuses, de céréales et de fruits.

L‘approche des FODMAP a l’avantage de ne pas éliminer un groupe entier d’aliments : on évite ainsi les carences qui peuvent découler des multiples évictions d’aliments que certaines personnes, dont la digestion est  perturbée (malabsorptions), sont amenées à pratiquer.

Elle a surtout l’avantage d’être efficace : une étude récente (Staudacher et al. 2011 : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21615553) montre que ce type d’alimentation permet d’améliorer les problèmes de douleurs, inconforts et ballonnements chez 85% des personnes, de flatulences chez 87% des personnes. Elle réduit également les symptômes de diarrhée dans 83% des cas et de constipation ou de nausées chez 2 personnes sur 3.

Combien de temps suivre un régime pauvre en Fodmap ? Officiellement il est conseillé de suivre ce régime durant au moins 6 semaines, mais généralement les praticiens conseillent plutôt au moins 6 mois. Il est ensuite possible de rajouter un aliment riche en FODMAP en petite quantité, et surtout un à la fois, et observer comment se passe la digestion, quels symptômes réapparaissent ou non.

Certains praticiens proposent avec succès une stratégie immunostimulante et parfois une cure de probiotiques par voie rectale (cf le Dr David Perlmutter) en cas de séquelles d’antibiothérapies à large spectre répétées.

L’approche de Taty Lauwers est également intéressante, avec la notion « d’aliments ressourçants », c’est à dire non transformés. Par exemple un légume issu d’une terre riche en humus (légume bio par exemple) sera riche en probiotiques de qualité (endobiote) directement issus de la terre. Une huile bio, non transformée, non cuite, représente un apport en acide gras particulièrement précieux (une carence en acide gras favorise les fringales sucrées et les perturbations hormonales). 

Parallèlement n’oubliez pas l’importance de bien mâcher (et manger dans le calme), de dîner tôt ou léger afin de se coucher après digestion complète

Blanchir les choux. Une astuce permet de réduire la présence de glucides non ou peu digestibles : blanchir les légumes riches en Fodmap, en les plongeant dans de l’eau bouillante ou frémissante environ 4 mn, jeter l’eau et finir de cuire normalement votre légume. Il faut souvent blanchir 2 fois.

 

FODMAP_BowelOvergrowth_Gas.png

 

FODMAP :

Fermentescible : le processus par lequel les bactéries intestinales dégradent les glucides non digérés et produisent des gaz (hydrogène, méthane et dioxyde de carbone)

Oligo-saccharides : aliments riches en fructanes : blé, oignons, choux, artichaud, en fructo-oligosaccharides (FOS) comme l’inuline et en « galactanes » : légumineuses

Di-saccharides :      lactose (lait, fromage, yaourts)

Mono-saccharides :  fructose : miel, pommes, abricots, etc..

And

Polyols :                 sorbitol, mannitol, dans certains fruits, légumes et édulcorants ; mannitol : choux-fleur, petits pois, maïs ; sorbitol : abricots, poires, prunes, pruneaux, dates)

 

Vegetables-and-Fruits-are-miracle-in-cancer-prevention.jpg

 

 

Remarque : la liste des aliments est sujette à évolution, au fur et à mesure que les tests sont effectués, par exemple à l’Hôpital de Stanford en Californie : http://stanfordhospital.org/digestivehealth/nutrition/DH-Low-FODMAP-Diet-Handout.pdf )

Autre présentation : http://www.ibsgroup.org/brochures/fodmap-intolerances.pdf

 

Attention la liste sous format PDF disponible en début d’article est plus complète et fiable que la liste ci-dessous.

 

 

Aliments riches en Fodmap

Fruits

Les fruits plus riches en fructose qu’en glucose :

Pommes

Abricots

Cerises

Mangues

Poires

Nectarines

Pêches

Prunes

Pastèque

Kaki

avocat

noix et lait de coco

Tous jus de fruits riches en fructose

 

Tous les alcools forts

 

Tous les aliments industriels contenant du sirop de Maïs à haute teneur en fructose (parfois désigné par Isoglucose ; en Anglais : HFCS)

 

 

Céréales

 

Seigle

Blé

semoules de blé

 

Produits laitiers

 

Crème anglaise

Glaces au lait

Margarine

Laits (vache, chèvre, brebis)

Fromages à pâte molle

Yaourts

 

Légumineuses

 

Toutes les légumineuses, en particulier :

Fèves

Lentilles

Flageolets

cocos

Soja, farine de soja : à limiter

 

Edulcorants

 

Fructose (attention au sirop de fructose qui a beaucoup remplacé celui de glucose dans les aliments préparés)

Isomalt

Maltitol

Mannitol

Sorbitol

Xylitol

 

Oléagineux

 

Noix cajou

Pistaches

 

Légumes

 

Artichaud

Asperges

Aubergine

Avocat

Betteraves

Broccoli

Choux de Bruxelles

Choux

Choux-fleur

Ail (en excès)

Fenouil

Poireaux

Champignons

Oignons, échalottes

Petits pois

 

 

Aliments pauvres en FODMAP

 

Tous les autres aliments, comme :

 

Fruits

 

Tous les autres fruits, comme :

Bananes

Myrtilles et autres baies mauves

Pamplemousse

Kiwi

Raisin

Citron

Citron vert

Mandarines

Oranges

Framboises

Fraises

Fruits de la passion

Ananas

 

Condiments

 

Toutes les herbes aromatiques

Olives

Moutarde

Ciboulette

Bouillon

 

Edulcorants

 

Les édulcorants artificiels ne terminant pas par –ol

Glucose

Sirop d’Erable

Sucre intégral

 

Oléagineux

 

Graines de courge

Amandes ( < 10)

 

Produits laitiers

 

Beurre

Fromage à pâte dure

Produits sans lactose

Glaces à l’eau et sorbets

Lait d’amande, lait de riz

 

Légumes

 

Poivrons

Blettes

Pommes de terre

Carottes

Courgettes

Céleri

Maïs

Haricots verts

Laitue

Panais

Patates douces

Tomates

Concombre

Pousse de bambou

Endives

Epinards

Curcubitacées : en petite quantité

 

Céréales

 

Toutes les autres céréales, comme

Avoine

Riz

Quinoa

Pâtes sans gluten

Produits sans gluten

Produits à l’épeautre

 

Sources de protéines

 

Viandes

Poissons

Crustacées

Oeufs

Tofu (en petite quantité)

 

 

90 commentaires pour “Aliments riches en FODMAP et maux de ventre”

  1. luluzaza dit :

    Bonjour,
    Je souffre de colopathie et du syndrome de l’intestin iritable depuis de longues années sans jamais avoir été correctement soignée par les gastro entérologues traditionnels (refus systématique de coloscopie; traitements au Forlax, Importal ou autres sans effets probants si ce n’est de violentes douleurs; hypothèse d’un colon trop long, trop gros, trop faineant; puis la conclusion « c’est dans votre tête Madame ! »… J’ai tout entendu !)
    Ayant la grande chance d’avoir consulté le Dr Donatini récemment, j’ai été diagnostiquée intolérante au gluten principalement (test de l’air expiré : 68 à jeun à l’hydrogène (!) puis 96 au bout de 2 heurs après ingestion de glucose) mais aussi au lactose et au fructose… Découverte d’une stéatose importante.. Bref.. A la lecture de votre article, je me rends compte que la liste correspond à tout ce que le Dr Donatini m’a demandé de supprimer… Est-ce bien cela ? Merci de votre réponse !

    • Christophe Etienne dit :

      bonjour, oui c’est tout à fait ça, l’article est basé sur les recommandations du Dr Donatini, glanées au fil des formations.. il y aura d’autres articles sur le sujet.. cordialement

      • Séverine dit :

        Bonjour,
        Je viens de prendre connaissance de votre site, et je suis très impressionnée.
        Depuis maintenant plusieurs années je fais attention à mon alimentation mais je ne connaissais pas les FODMAPS. Depuis 1 an et demi environ, je suis très fatiguée, souvent constipée, essoufflée et j’ai pris 2kg alors que je chercher à en perdre 2. J’ai consommé beaucoup de compote de pommes avec le zeste d’un citron et qq cuillerées de purée d’amandes. A priori, ce ne serait pas très bon. Mais lorsque je fais une cure de qq jours de raisins, je n’ai aucun résultat. Pouvez-vous me conseiller.
        D’avance, je vous remercie pour votre réponse. Pour info, mon taux de fer est très bas, je prend depuis plus d’un mois maintenant un 1/2 comprimé / jour.
        Bonne soirée
        Séverine

        • Christophe Etienne dit :

          bonjour la compote ce n’est pas mauvais, cependant il y a beaucoup de fructose et ça fermente.. ainsi il est très utile de contrôler son taux de fermentations par un test au « Gazdétect » (approche du Dr Donatini) ça permet de savoir où on en est et de savoir s’il l’on doit faire attention à la consommation des fruits ; concernant le fer il faudrait idéalement consulter et voir déjà l’état du foie ainsi que les taux de molybdène et de cuivre.

  2. luluzaza dit :

    Merci pour ces détails ! Il me tarde de revoir le Dr Donatini en fin d’année pour vérifier l’effet du traitement et du régime !
    Bien à vous,

  3. olivier swingedau dit :

    Excellent article.

    Je me posais une question : si par exemple je fais cuire un chou fleur au four il me semble cohérent de dire qu’il sera nettement moins « agressif » pour mes intestins ?
    De même que la plupart des légumes bien cuits ?
    Ou est-ce inexact ?

    Qu’en pensez-vous ?

    Olivier, Bruxelles

    • Christophe Etienne dit :

      oui c’est exact mais ce n’est pas lié au degré de cuisson, plutôt à la présence ou non des glucides complexes, le Dr Donatini précise que blanchir un choux (2 mn à l’eau bouillante ou frémissante) permet d’éliminer un ou deux glucide complexe… ainsi ça peut rester « croquant » !

  4. alexandra dit :

    bonjour, je sors de mo gastro.depuis des années je souffre de douleurs de l intestin colon .et constipation chroniques.la je dois essayer la methode fodmap.supprimer si j ai bien compris des aliments riches en fodmap pend au moin 1 mois e si cela ne va pas beh la faudra faire ma colo. donc pour mon regime je dois me réfèré a la liste pauvre en fodmap c est cela . afin de savoir ce que je dois manger ?

    • Christophe Etienne dit :

      bonjour oui c’est bien ça : supprimer les aliments riches en Fodmap dans les cas sévères (troubles et douleurs digestifs chroniques) et simplement ne pas les consommer ensemble dans les cas plus moin sévères. Je vous engage à lire mon article sur les dysbioses si vous voulez aller vers de vraies améliorations…

  5. melissa perreault dit :

    Bonjour je suis malade depuis 2 ans maintenant jai passer beaucoup de test pour les maladie inflamtoir et tout est negatif jai des diharée plusieurs fois par jour et des periode de constipation jai pris beaucoup de poids et maintenant jai des fissure à repetition et je souffre le martir est ce que votre regime peux m aider

    merci melissa

    • Christophe Etienne dit :

      bonjour oui les FODMAP c’est toujours bien d’éviter de les mélanger afin de limiter les fermentations… il faudrait idéalement consulter selon l »approche du dr Donatini, si vous montez sur Paris un jour vous pouvez prendre rdv avec moi si vous voulez. Des diarrhées fréquentes est souvent le signe de parasitoses, il serait opportun de voir dans ce sens, pourquoi pas faire la cure intestinale de Hulda Clark et aussi prendre Laetiporus Origan Cannelle (me contacter pour ça)

  6. Perrine dit :

    Bonjour, j ai été voir une nutritionniste qui m a conseillé ce régime. Elle m’a conseillé de remplacer le pain classique par du pain fait à base de farine d épeautre. Est- ce que que le pain n est pas a éliminer quelque soit sa composition, dans la mesure où il y a de la levure qui produit de la fermentation. Qu est-ce que vous recommandez ?
    Merci
    Perrine

    • Christophe Etienne dit :

      très bonne remarque: c’est la grande tendance actuelle, qui correspond au modèle paléo, de supprimer toutes les céréales (sauf le riz selon moi) et d’augmenter en compensation la consommation de bonnes graisses telle que l’huile de coco, de colza, même le saindoux est bien utile… A l’époque paléolithique il n’y avait presque pas de féculents dans l’alimentation… et nos gènes n’ont absolument pas changé ! oui le pain fermente, même fait avec de l’épeautre…
      ceci dit quelqu’un qui serait accro au pain peut quand même s’en sortir pas trop mal en faisant lui même son pain avec de la farine de grand épeautre non hybridé : http://www.epeautre.net/PBSCCatalog.asp prendre la T65 et faire faire la fermentation avec du levain (magasins bio)

      • Christophe dit :

        Attention à ne pas confondre epeautre et petit epeautre, ce dernier est la vraie céréale ancestrale avec un gluten non agressif. L’épeautre qui s’industrialise de plus en plus est donc à éviter.

        • ETIENNE dit :

          Oui c’est bien expliqué dans le livre de Julien Venesson sur le gluten et la toxicité du blé moderne.
          Mais pour moi la notion de gluten concerne avant tout les personnes qui connaissent un affaiblissement notable de leur immunité (via une dysbiose intestinale chronique, et en particulier en cas de présence d’Epstein-barr virus ou de Cytomegalovirus et donc d’inflammation de bas grade chronique) : ils sont obligés de réduire de façon drastique tout aliment pro-inflammatoire (et bien-sûr une éviction complète en cas de maladie coeliaque). Mais si votre dysbiose est faible il n’y a aucune raison que vous ne supportiez pas une petite quantité de gluten non muté comme celui présent par exemple dans le grand épeautre, notamment celui dit « non hybridé » provenant d’Allemagne, ou encore dans les blés anciens que certains agriculteurs-boulangers cultivent à nouveau et qui font des pains qui régalent tous ceux qui en consomment et même ceux qui ont un intestin irritable. Il est certain que plus votre intestin est irritable, plus il faudra réduire votre portion.

  7. deb dit :

    Hypersensibilité au gluten stade 3…eviction depuis 4 mois…mon gastro me met sous ferment lactique car mon urticaire et mes vomissements de bile matinaux persistent
    Qu’en pensez vous?

    • Christophe Etienne dit :

      bonsoir
      j’ai effectivement des doutes sur l’efficacité… comment vous sentez vous ? je suppose qu’il faudrait se mettre à la diète… puis assainir avec des huiles essentielles et enfin nettoyer le foie en profondeur… les enzymes seraient bienvenues également pour favoriser la digestion (Equilibre enzymes chez Biophenix)

  8. valerie dit :

    Bonjour, j’ai eu un diagnostic de recto colique hémorragique il y a 9 ans maintenant. Heureusement mes poussées étaient maîtrisées par les traitements. De moi même j’ai décidé de modifier mon alimentation et j’ai éliminé en observant les réactions de mon organismes beaucoup d’aliments que vous déconseillez (laitages, pois, peu de pain). En revanche jamais rien concernant les fruits. Je n’ai plus de poussées, parfois de l’inconfort.
    J’ai en revanche éliminé également la viande crue (tartare, capaccio) et les huîtres qui me causaient immédiatement douleurs, diarrhées.
    Je suis maintenant convaincue qu’en étant vigilant on peut éviter/soulager de nombreuses maladies/inconforts.

    • Christophe Etienne dit :

      bonjour oui les évictions sont bien utiles… mais ne résolvent le problème…causé par l’hyper perméabilité intestinale…il serait fort utile dans votre cas de consulter un praticien équipé du gazdétect afin de mesurer à quel COV (Composé organique volatil) votre flore fermente… il serait ainsi possible de l’assainir…

  9. Béatrice dit :

    Bonjour, tout d’abord merci pour votre site très instructif. Je me demandais s’il ne serait pas judicieux de compléter le régime pauvre en FODMAP par une cure de probiotiques bien entendu en vérifiant le contenu des souches?

    • Christophe Etienne dit :

      écoutez les probiotiques ça fait beaucoup beaucoup débat… le Dr Donatini dont je suis l’élève ne les aime guère et c’est un fait indiscutable, à peu près 100% des personnes que je reçois en consultation n’ont pas été améliorées par les probiotiques, notamment en cas de ballonnements il y a presque toujours aggravation… Pour le Dr Donatini une flore d’intestin grêle « normale » est une flore pauvre mais saine…

  10. Chevalier dit :

    Bonjour,

    est-ce possible d’avoir vos coordonnées pour une consult’ à Paris? Je de diarrhée chronique depuis des années, et mes symptômes ne font que s’aggraver en ce moment (dyspepsie, douleurs à l’estomac, diaprée, urine nocturne, ballonnements… ). J’en ai parlé avec mon médecin généraliste qui a pratiqué une batterie de test pour écarter les maladies les plus graves (cancer, Crohn…) mais maintenant il n’a pas de solutions à me donner en matière de régime…
    Cdt

  11. Dominique dit :

    Bonjour
    J’habite la Reunion,pourriez vous me dire s’il y a un médecin sensibilisé aux Fodmaps que je pourrai consulter.cela fait des années que je suis perturbée par des ballonnements et douleurs et jamais je n’ai pense à l’alimentation,j’étais persuadée que c’étaient les soucis et contrariétés.c’est mon gendre qui habite en métropole qui vient de découvrir sa sensibilité a ce type d’aliment .du coup je m’y suis intéressée et pense être concernée moi aussi.Qu’apporte comme informations le gazdetect?Vous avez l’air d’y attacher beaucoup d’importance.
    Merci
    Dominique

    • Christophe Etienne dit :

      bonsoir non je ne connais pas de médecin à la Réunion… les Fodmap c’est simple à comprendre ! par contre pour assainir votre flore (selon l’approche du Dr Donatini) il faudra effectivement consulter… en attendant vous pourriez faire une cure d’ADP (origan émulsionné, labo Energetica Natura, maintenant dispo sur Herbajovis.com)

  12. baudouin dit :

    Bonjour,
    Ce qui me trouble, c’est que l’on doive supprimer tous ces aliments pour éviter les troubles digestifs et que tous ces aliments, vous les conseillez dans votre article sur la meilleure façon de manger…
    Où est la vérité nutritionnelle ? Si on fait ce régime, on se protège du SII mais on ne sera pas en bonne santé car on évite ces fameux aliments…
    N’y a-t-il pas une contradiction ?
    Merci
    Nathalie

    • Christophe Etienne dit :

      c’est plus simple que ce que vous pensez :

      1) la consommation des FODMAP n’est pas déconseillée c’est leur mélange qui est déconseillé : par exemple si vous mangez des lentilles, il est déconseillé de consommer au même repas du fromage ou des aubergines, etc…
      2) faire attention aux FODMAP c’est uniquement pour les personnes qui ont des douleurs d’estomac, et également ceux qui fermentent beaucoup (ballonnements) (ce qui est devenu d’ailleurs ma spécialité puisque je propose l’approche du Dr Donatini qui est précisément, entre autres, de mesurer les fermentations)
      3) « la meilleure façon de manger » est un livre très intéressant mais j’avoue que certaines choses sont dépassées et je conseille maintenant la lecture du livre de Mark Sisson : Le modèle paléo : passionnant et suivi par des millions de personnes dans le monde avec beaucoup de satisfaction… il y a juste quelques bémols à mettre mais globalement c’est très valable…

  13. Jenny dit :

    Bonjour,
    je fais la diète foodmaps depuis 15 jours, et je dois dire que je revis!
    J’ai 28 ans et je souffre déja depuis de nombreuses années de douleurs abdo récurrentes accentuées par prises des repas, parfois les douleurs étant tellement fortes que j’étais à la limite du malaise, ballonnements, diarrhées, constipation, flatulences, pesanteur et ventre gonflé après repas bref l’enfer..
    A tel point que parfois je restais à jeun juste pour etre tranquille. Il m’arrivait de refuser les invitations à manger par peur de me sentir mal.
    J’ai pourtant une alimentation variée et équilibrée.
    Depuis que je fais cette diète, en dehors des 2 premiers jours, mes symptomes sont quasi inexistants. Alors la c’est la révelation!
    Moi qui était desepérée et cherchais une solution depuis tellement longtemps, je pensais avoir fait le tour.
    En plus, cette diète est une méthode naturelle et à priori sans risque de carences. Fort dommage que l’on en entend pas plus parler, surement parceque ça ne rapporte rien à l’industrie pharmaceutique.
    Il ne s’agit pas d’un énième « régime » (car je suis contre ce fonctionnement) simplement une diète pour rééquilibrée son alimentation en fonction de ses tolérances.
    En aucun cas je n’ai suivi cette diète pour un problème de poids.
    De mon coté, je pense que le gluten est en grande partie responsable car j’avais déja bien diminué pain et pates au blé et ça m’avait bien aidé.
    Pour l’instant je n’ai rien réintroduit donc à voir.
    Pourriez vous me dire si l’on peut adapter cette diète sur le long terme? (me confirmez vous que cela n’induirait pas de carences?)
    Si je décide de conserver ce mode d’alimention, puis je m’autoriser de petits écarts de temps en temps sans trop de conséquences sur le plan digestif? Est ce que cela augmente la tolérance a certains aliments riches fodmaps si ceux ci sont consommés de manière très ponctuelle?
    Merci
    Cordialement
    Jenny

    • Christophe Etienne dit :

      bonjour d’abord merci pour votre superbe témoignage ! c’est bien la preuve que les FODMAP comme je le répète depuis un bon moment, c’est du sérieux, et surtout c’est logique… ça met en avant la problématique de certains glucides qui, rappelons le, ont été très peu consommés par nos lointains ancêtres (ils consommaient très peu de glucides)… Sachez que vous pourriez consulter un praticien formé par le Dr Donatini afin de vérifier à quels COV (composés organiques volatils) vous fermentez grâce au tests respiratoires, et de prendre le cas échéant un traitement afin d’assainir votre flore. Ensuite oui je suis d’accord avec votre proposition, de réintroduire des aliments riches en Fodmap de façon ponctuel, tout en rappelant à nouveau qu’il ne s’agit de supprimer les Fodmaps mais de ne pas les mélanger… notamment ne pas mélanger légumineuses (famille des lentilles) et crucifères (=brassicacées= famille des choux)… Deux ASTUCES IMPORTANTES : 1) blanchir les crucifères : les cuire en 2 eaux : la première eau sera jetée et emportera avec elle des glucides fermentescibles) ; 2) faire tremper les légumineuses plusieurs jours (en changeant l’eau chaque jour) idéalement jusqu’à ce qu’elles commencent à germer, avant de les cuire. Christophe

  14. Diane couture dit :

    en Faisant attention aux combinaisons ça fait moin mal alors on prend pas d’antidouleurs qui est dans mon cas la cause de la Fibromyalgie ..une chance les gastro-entérologues évoluent. Je me questionne quand on reçoit pendant une chirurgie du sérum fructose si cela donne aussi des gaz et fatigue plus au réveil.

    J’ai déjà été plusieurs jours sans nourriture mais sur le sérum …j’avais bien des gaz..

    • Christophe Etienne dit :

      je suppose que vous voulez parler des Fodmap. Oui ça contribue à diminuer les fermentations. Les combinaisons alimentaires telles que préconisées en naturopathie sont généralement également bienvenue. Oui le fructose malheureusement est assez délétère au niveau cellulaire (bloque les récepteurs du glucose)

  15. Francine dit :

    Bonsoir,

    Je vais commencer la chasse aux FODMAP. J’ai remarqué qu’avant de faire ce « régime » en mâchant une c.c d’un mélange fait de graines de fenouil, anis et cardamone, je digérais mieux les aliments. Puis-je continuer à les prendre? D’autre part, en faisant de la purée de pommes ou autres fruits cuite Est-ce que ça contient beaucoup de FODMAP?
    Merci pour votre réponse.
    Salutations

    • Christophe Etienne dit :

      si vous vous intéressez aux Fodmap ça signifie que vous avez probablement une dysbiose intestinale, c’est ça qu’il faudrait traiter en priorité. Les fruits cuits fermentent moins effectivement

  16. Pascaline dit :

    Bonjour, ma kiné m’a parlé de ce régime pour mon syndrome de colon irritable et je commence aujourd’hui, en pleine crise depuis 3 semaines…je suis allé sur plusieurs sites internet et ce n’est pas très clair pour certains aliments. Pouvez vous m’éclairer? Le maïs est-il autorisé en galette, pain…? La menthe? Certains disent oui d’autres non…Je suis 1 accro au yahourts difficile de m’en passer…1 le soir est-il déjà trop? Je pense commencer avec et si je ne vois pas d’effets l’éliminer ensuite…je prends aussi comme sucre, le sucre de bouleau qu’apparemment je dois supprimer. qu’en est-il de la Stevia? Je consomme également la margarine St Hubert Oméga 3 pour mon cholestérol mais le beurre est mieux assimilé? Je ne bois pas d’alcool et bois donc de temps en temps du coca zéro, mauvais aussi? Désolée pour toutes ses questions, mais c’est pour que le régime me sois plus efficace. Encore merci de vous soucier des personnes au colon irritable car tous les gastro-entérologue vus jusqu’à présent m’ont dit que c’était à cause du stress et qu’il fallait juste que je me calme…c’est fatiguant tous ces médecins qui mettent tout sur le dos du stress…alors grand merci d’avance

    • Christophe Etienne dit :

      non le stress n’est pas le seul responsable des troubles intestinaux, il y aussi Ô combien l’état de la flore et également la qualité de ce qu’on mange (qui s’est dramatiquement dégradée depuis la fin de la seconde guerre mondiale, suite à l’arrivée massive des industries agro-alimentaires américaines entre autres). Vous avez parfaitement identifié un des responsables des fermentations intestinales : le lactose (=sucre du lait ; la plupart des gens n’ont plus de lactases, l’enzyme qui permet de digérer le lactose, après l’âge de 2 ou 3 ans). Comme tous les sucres ça fermente…
      Or les industriels font les yaourts en quelques heures… ainsi les ferments n’ont pas le temps de dégrader tout le lactose. La solution est donc de faire vos yaourts vous même : en effet au bout de 24 h il n’y a plus de lactose ; donc faites vos yaourts de 24 heures, il y a le mode d’emploi précis sur certains blogs mais c’est simple comme bonjour. Je vous conseille d’utiliser un yaourt K-philus (magasins bio) comme base, et surtout d’utiliser le lait Gaborit (biocoop) qui est un lait à la fois bio, frais et de vaches rustiques. Le plus important est qu’il soit frais (le lait de vache ne me dérange pas du tout, de toute manière le lait frais de brebis ou de chèvre est extrêmement rare…)
      Oui j’ai une très bonne opinion du beurre, notamment le beurre cru (sauf pour les femmes enceintes par prudence), et si vous le clarifiez ce sera encore mieux. Dans le beurre il n’y a que 0,08% de lactose et si vous le clarifiez ce % diminue encore et de plus la caséine pourra être enlevée (c’est le dépôt blanc au fond de la casserole, à enlever une fois le beurre refroidie en retournant le récipient). Si vous avez de fortes attirances pour le sucré c’est que vous n’avez pas encore ré-introduit suffisamment de bonnes graisses dans votre alimentation (dont le beurre cru fait partie) ; si vous soupçonnez une candidose en revanche il faudra vous faire aider. Donc vous avez le principal secret de santé : se remettre à passer un peu de temps en cuisine…

  17. Blandine dit :

    Bonjour,
    je souffre de douleurs abdominales et musculaires, maux de tête et stress (comme si j’avais bu 10 litres de café)depuis de nombreuses années. Mon médecin m’a fait supprimer le lactose : Grosse amélioration. Puis ce sont les sucres qui m’ont incommodé fortement. J’ai donc diminué. Maintenant c’est le soja. Je commence le régime sans Fodmaps. Mais je suis inquiète car si je supprime ces aliments de mon alimentation, vais-je encore pouvoir les supporter même à petites doses? ne faudrait il pas refaire la flore intestinale ? car j’ai l’impression de ne plus rien pouvoir manger. Merci d’avance pour votre réponse.

    • Christophe Etienne dit :

      Lisez bien les articles récents du blog, vous verrez que vous souffrez très probablement d’une perméabilité intestinale causée par une dysbiose de longue date. Les Fodmap il y a 2 niveaux : il faut éviter le niveau le plus fort c’est à dire : tous les sucres, le gluten, les légumineuses et le choux vert. Pour les autres (niveau moins fort) il n’est pas nécessaire de supprimer mais simplement ne pas mélanger : c’est à dire si vous avez un Fodmap dans votre assiette il faut éviter qu’il y en ait un deuxième. En gros c’est le régime paléo : pour compenser la suppression des céréales vous pouvez augmenter la consommation des bonnes graisses (qui elles ne fermentent pas, comme les protéines carnées d’ailleurs). Et limiter les aliments crus également, notamment les choux et oignons (sauf si vous les blanchissez 2 fois : c’est à dire laisser dans l’eau bouillante 3 mn, jeter l’eau et recommencer)

  18. Pascale dit :

    Bonjour,
    J’ai 2 questions :
    – dans les céréales sans fodmap « à privilégier »,qu’est il recommandé? Blanches, semi complètes, complètes?
    -dans les céréales riches en fodmap « à réintroduire » après une diète sans aliments riches en fodmap,idem….blanches, semi complètes, complètes?
    Merci d’avance pour votre réponse

    • Christophe Etienne dit :

      selon moi il est préférable de favoriser le semi-complet ; le blanc est pauvre en vitamines et minéraux + index glycémique supérieur, et le complet est souvent un peu trop irritant pour le système digestif (malmenés par la dysbiose intestinale)

  19. Juliane dit :

    Bonjour,
    Je souffre depuis 4 ans de troubles intestinaux avec deux hospitalisations pour de grosses iléites. Les médecins ont penché pour un Crohn mais les biopsies n’ont pas révélé de présence d’anticorps qui donne la caractéristique auto-immune de la maladie de crohn. On m’a donc laissé « comme ça » en me disant, ça doit être le syndrome de l’instestin irritable, prenez des anti dépresseurs et renseignez-vous sur la diète FODMAPS. Effectivement cette diète m’a fait du bien pendant quelques mois, cependant même avec une réintroduction lente, je ne supporte plus bcp d’aliments. Il est impossible de manger des aliments avec du gluten, des légumes crus, des fruits, des laitages, et des matières grasses (même en fables quantités). Je souffre beaucoup, je suis ballonnée en permanence, et je suis épuisée, totalement vidée. Je me suis renseingée sur le syndrome de fatigue chronique, j’en ai tous les symptomes: migraines très forte (qui dure en général 12H), fatigue intense, douleurs articulaires (syndrome rotulien), sommeil non réparateur, maux de gorge quasi tout le temps, vue troublée, difficulté de concentration, vertige… la liste est longue.
    Je suis abandonnée par le corps médical, quelqu’un pourrait-il m’aider ? Faites-vous des consultations? Pouvez-vous m’indiquer une adresse dans le 27 ou le 76 d’un confrère qui utilise la mesure par voie respiratoire ? J’ai l’impression d’avoir tout essayé, j’ai même tenté le jeûne ! Mais j’ai vite échoué ! Gastro ? Ostéo ? Kiné ? Hypnothérapeute ? Marabout ? Magnétiseur ? Au secours je suis à bout ! J’ai 28 ans et je suis à bout de force avec pourtant le projet de faire un bébé mais je me demande comment je vais tenir, j’ai un boulet à la cheville 24H/24.

    • Christophe Etienne dit :

      je comprends votre désarroi, il y a de quoi quand on a essayé de nombreuses pistes et professionnels de santé. Il ne jamais désespérer car je crois qu’on finit toujours par trouver. Comme pour la personne précédente, il faudra, au côté de la lutte « anti prolifération bactérienne », envisager une lutte « anti virale » (par exemple par les champignons médicinaux, qui sont maintenant reconnus dans de nombreux milieux médicaux suite à des publications prestigieuses). En effet ce sont notamment les virus qui endommagent, sur le long terme, la muqueuse digestive, causant entre autres des intolérances alimentaires, qui sont en fait de la malabsorption. Ceci entraîne bien évidemment de la fatigue chronique puisque nous ne pouvons plus absorber correctement les aliments que nous consommons. Donc suivre un régime pauvre en Fodmap est utile mais souvent insuffisant. Certains compléments alimentaires seront indispensables.

  20. Murielle dit :

    Bonjour,
    Je passe dans quelques jours le test respiratoire à l’hopital Avicenne de Bobigny.
    Voilà 25 ans que ma vie est un enfer : diarrhées incessantes, douleurs abdominales jour et nuit, ballonnements, nausées, fatigue intense … Impossible de partir en vacances, en week-end, pas même au resto, sortir plus de deux heures de chez moi est terriblement angoissant. Ma vie ne m’appartient plus, c’est mon ventre qui décide de mon emploi du temps.
    Depuis 25 ans,j’ai essayé tout ce que la médecine classique et les labos mettent à disposition sans résultats.
    Rien non plus de la part des médecines alternatives (à part un net appauvrissement de mon compte bancaire).
    Comme pour beaucoup, j’ai fini par m’entendre dire : c’est la tête, consultez donc un psy !!!
    En avril 2015, enfin un gastro-entérologue s’est intéressé à l’ensemble de ces symptômes et après une série d’examens (jamais prescrits pendant 25 ans …), des réponses et des solutions me parviennent. D’abord, une insuffisance pancréatique exocrine, et une probable pullulation bactérienne (à vérifier sous peu donc). J’ai également ce problème dans la bouche avec amibes et gingivite chronique, découvert en juin chez le parodontiste
    A l’éviction mais pas totale du gluten (auquel je ne suis pas intolérante) du lactose (pas d’intolérance non plus) et des Fodmaps, une petite amélioration se profile…
    Le souci c’est que je suis végétarienne et du coup, je ne vois plus trop comment me nourrir.
    Pouvez-vous me conseiller à ce sujet ?
    Merci infiniment,

    • Christophe Etienne dit :

      votre cas est malheureusement assez courant. La prolifération bactérienne, bien connue par les gastro-entérologues anglo-saxons (« SIBO ») reste quasiment inconnu en France. D’autre part l’insuffisance pancréatique (qui participe largement à la prolifération bactérienne) est encore parfois mal diagnostiquée. Le lien avec la santé buccale a été remarqué par le Dr Donatini, son approche est donc très précieuse. La lutte anti-virale sera une priorité pour vous. Concernant le végétarisme, il est vrai que pour atténuer plus rapidement les fermentations il serait opportun de faire la fameuse « cure Nouvelle Flore » de Taty Lauwers (adaptation pratique du régime du Dr Natasha Campbell McBride, décrite dans Du gaz dans les neurones) d’au moins 2 ou 3 semaines : davantage de protéines carnées (de grande qualité si possible) et de bonnes graisses pour moins fermenter. Dans votre cas vous pourriez favoriser les oeufs et le poisson. La spiruline peut également rendre service. Selon Taty Lauwers il faut parfois se faire une raison et se rappeler que l’être humain est omnivore ; elle même est passé par là : son expérience d’ex néophyte ayant essayé à peu près tous les régimes (y compris végétalisme et crudivorisme) et son immense bon sens ont convaincu de très nombreux belges (elle est maintenant très connue en Belgique) et m’a également convaincu.

  21. bomont freddy dit :

    Bonjour j’ai été diagnostiqué comme ayant une réctocolite hémorragique alors que je n’ai que 30 ans … les médicaments ont fait un temps . après une très grosse récidive qui a durée plus d’un mois j’ai arrêté le gluten par moi même . après un rendez vous avec mon gastro il m’a recommandé d’essayé le régime sans fodmap car s’était une piste que nous n’avions pas envisagé! il m’a même remercié pour cette piqure de rappel qui nous a invité à réfléchir ensemble sur autre chose que la voie médicamenteuse .
    depuis je revis !!!
    c’est juste un peu compliqué au début pour trouver des idée de repas mes au bout de 15 jours je commence à trouver le rythme
    il me reste cependant un point à éclaircir : sur certain site on considère le soja comme fodmap mais sur d’autres on en parle pas . alors ma question est peut on remplacer le lait et les yaourt par du lait et des yaourts au soja ?? je pose la question car je ne suis pas à cent pour cent guéri donc je me demande d’où cela peut venir …

    • Christophe Etienne dit :

      merci pour votre témoignage. Un complément d’information vient d’être rajouté en bas d’article sur une application que vous pouvez installer sur votre téléphone portable (Monash Fodmap diet). Les yaourts au soja : ce n’est pas indiqués dans cette application mais selon moi c’est à éviter en consommation quotidienne.
      Je rappelle quand même que si depuis 70 ans environ on est devenu accro au sucré c’est qu’on a baissé notre consommation de lipides (n’hésitez pas à lire les livres de Taty Lauwers sur le sujet, notamment Pour qui sonne le gras, et Qui a peur du grand méchant lait). Dès que vous réhabilitez les bonnes graisses (huile de coco, graisse de canard, beurre non pasteurisé, huile d’olive, de colza, de noix, de chanvre) dans votre alimentation, notamment le midi (ou le matin), vous serez beaucoup moins attiré par le sucré. Précisons que les graisses ne font pas grossir : ce qui fait grossir c’est graisses + féculents. Donc si vous consommez plus de bonnes graisses, il faudra diminuer la quantité de féculents dans votre assiette. Les graisses ne fermentent pas.

  22. pascale dit :

    Bonjour,
    Merci pour votre réponse du 4 septembre.
    J’ai une autre question……Selon votre tableau FODMAP, il est préférable d’éviter les alcools forts. Est-ce valable aussi pour le vin rouge, blanc et rosé qui selon moi ne sont pas des alcools forts?
    Merci beaucoup

  23. MiMi dit :

    Bonjour,

    actuellement en 2ième année de BTS diététique, j’ai choisi de traiter les fodmaps pour l’étude personnelle de mon mémoire. N’étant pour le moment qu’a la phase de recherche de problématique, je me pause néanmoins une question  » Est ce que à long terme les fodmaps chez certaines personnes pourrait aboutir à des causes irréversibles sur l’intestin en dehors de tout ces symptômes ? « 

    • Christophe Etienne dit :

      pour l’instant j’adhère aux recherches du Dr Donatini qui s’est aperçu que les troubles liés aux Fodmap viennent de la malabsorption consécutive à l’inflammation de bas grade chronique. Cette inflammation est notamment dû, pour schématiser, à une présence virale sur la muqueuse digestive. Ce ou ces virus seraient la principale cause de la dégradation de la muqueuse (perméabilité intestinale). Certe il y a parallèlement presque toujours une prolifération bactérienne (SIBO) et une alimentation pro-inflammatoire (Fodmap) mais le virus serait le « grand méchant », en particulier EBV (Epstein-Barr virus) et CMV (cytomégalovirus). C’est la raison pour laquelle dans cette approche on va rechercher une stratégie anti-virale (et dans cette stratégie les champignons médicinaux tiennent une place de choix mais il est évident qu’il y a d’autres thérapeutiques possibles, qui sont autant de chantiers ouverts pour l’avenir)

  24. chamud dit :

    il me semble important de préciser que épeautre doit être pris dans le sens petit épeautre ou engrain (si j’ai bien compris…)

    • Christophe Etienne dit :

      Oui le gluten est un Fodmap fort. Le petit épeautre (ou engrain) ne contient que des traces de glutent (c’est pourquoi il est peu panifiable) donc le petit épeautre est peu fermentescible, surtout si, au cas ou il serait utilisé pour faire du pain, ce soit avec du levain. Selon mon expérience une fermentation au levain est bien plus saine qu’avec de la levure. Toujours selon mon expérience le gluten du grand épeautre (surtout celui dit « non hybridé) n’a rien a voir avec le gluten du blé moderne. Ainsi je fais de temps à autre du pain au grand épeautre non hybridé + levain qui est délicieux et surtout qui fermente assez peu dans mon tube digestif. Je le considère comme du « pain des origines », proche de celui que Jésus aurait partagé avec ses disciples, et qu’il avait donc perçu et considéré comme « sacré ». Pour moi ce blé ancestral n’a RIEN à voir à voir avec le blé moderne, qui a été profondément muté et dont on a perverti ainsi la sacralité.

  25. isa dumas dit :

    bonjour
    petites questions peut on blanchir les choux au vitaliseur , est ce pareil que dans l’eau bouillante ? et doit on tremper aussi les lentilles car vous dites de tremper plusieurs jours les légumineuses mais en général on ne trempe pas les lentilles . merci de votre réponse .

    • Christophe Etienne dit :

      Bonne question : non on ne peut blanchir avec la vapeur, certains glucides fermentescibles seront entraînés par l’eau bouillante ; il est donc nécessaire de bouillir (feu doux) quelques minutes et de jeter l’eau ; les personnes particulièrement sensibles aux FODMAP devront blanchir 2 fois ; selon mon expérience il reste malgré ça un peu de FODMAP, mais beaucoup moins

  26. Rolland dit :

    bonjour je commence une alimentation pauvre en FODMAP,conseillé par gastroentérologue,en attendant RDV pour une coloscopie,je souffre depuis septembre de coliques douloureuses avec des alternances diarrhées et constipation ,gaz,nausées matinales et douleurs musculaires(,peut être syndrome colon irritable?)surtout après repas avec pain mal cuit et industriel et avoir mangé du couscous..je note déjà une amélioration mais c’est difficile de suivre ce régime » à la lettre » je croyais pouvoir manger des yaourts au soja, je vais devoir suivre votre conseil et les faire .pouvez vous me dire si on peut manger des pommes de terre?je trouve des pâtes a l’épeautre les conseillez vous? merci de votre réponse ,

    • Christophe Etienne dit :

      difficile de répondre à distance. Encore une fois il est préférable de consulter afin de personnaliser les conseils. J’ai plutôt une bonne opinion de l’épeautre (petit et grand), mais ce que peu de gens savent : tout dépend de sa provenance (en consultation je donne les bonnes adresses). Il est certain qu’on est contraint à changer certaines habitudes alimentaires. Et surtout de revenir aux aliments non transformés. En cas de colon irritable il faudra s’aider de compléments alimentaires spécifiques permettant aussi bien de contribuer à assainir la prolifération bactérienne ou le terrain viral que de reconstituer la paroi intestinale.

  27. LEGROS dit :

    Beau le jour Christophe
    je découvre votre page…. tant de merci…
    existe t il un spécialiste en Belgique afin de faire les tests… SVP…
    Je suis une migraineuse… depuis so so long… je mange bokou de cru… (jus verts, fruits, salade;;; et legumes vapeur douce….) + huile coco… Tout est bio
    j’écoute vidéos T Casasnovas et Dr Morse… j’y apprends bokou
    je fais des « écarts » que je paie très cher… en terme de maux (fêtes: gluten, prépa, gâteaux…)
    je fais des mélanges – au regard d’ici – sans doute pas bien
    je gagne « du terrain » sur la douleur »… mais pas assez !!!
    j’ai une tendance à la constipation ( fais des lavements)… et pfs diarrhée…
    je soupconne « candida »
    je suis assez maigre 45K pr 1m69… je pense que les « candida » détournent mes « bonus »… car j’ai trop souvent faim !!!
    au niveau éthique, je préfèrerais ne plus « tuer la vie » (^m si j’ai la viande etc…)
    je suis gourmande de nature… j’ai bien ‘tout’
    suis trop fatiguée
    je voudrais trouver une vraie solution à mes pbms… trouver un chemin que je pourrais tenir s: long terme… et surtout sortir de cette spirale infernale de douleurs
    j’ai pris énormément d’anti douleur (imitrex) ds ma vie, jusqu’il y a 3 ans… des plus légers à présent…
    Tant de merci Christophe de bien vouloir m’aider…Tendressima….
    555niclegros@gmail.com

    • Christophe Etienne dit :

      bonjour
      tout d’abord il faut savoir que les recommandations de Casanovas ou Dr Morse ne sont bénéfiques que pour les personnes du groupe sanguin A, comme j’ai eu l’occasion de le vérifier maintes et maintes fois. D’autre part vous êtes typiquement dans la catégorie des personnes qui ont des chutes de sérotonine, d’ou les fringales sucrés que vous appelez « écarts ». Le Dr Julia Ross a écrit un livre entier sur le sujet « libérez vous des fringales » et explique comment remédier aux carences en neurotransmeteurs, en ne négligeant pas les apports de bonnes graisses (comme l’huile de coco) et les protéines carnées entre autres (qui peut être du jaune d’oeuf). Le Dr Donatini apporte des éléments de taille supplémentaire :
      1) la bonne vidange de l’estomac (qui est justement problématique chez les groupes sanguin A selon mes observations) . Il y a donc tout un tas de recommandations pour favoriser la vidange de l’estomac (j’ai écrit 3 pages sur le sujet, que je peux envoyer par mail si besoin).
      2) régler la dysbiose intestinale, qui est une cause majeure de chute des neurotransmetteurs ; on utilise notamment les huiles essentielles, et je rappelle qu’une mauvaise vidange de l’estomac (ainsi que les ballonnements chroniques) sont des contre-indications aux probiotiques du commerce (qui empirent les choses dans ces cas là) sauf par voie rectale

  28. Emilie dit :

    Bonjour,
    J’ai 27 ans et depuis le début de l’adolescence j’ai des « crises » où je fais des malaises vagaux dus à de très fortes douleurs abdominales, ces malaises se terminent par des diarrhées et sont parfois accompagnées de vomissements. J’ai consulté X fois mon médecin traitant, qui n’a jamais rien trouvé à part des « gastro », une sensibilité intestinale… Ces crises sont plus ou moins espacées, mais mes intestins sont très souvent sensibles au toucher ou quand je m’appuies dessus en me relevant. Ma dernière crise date d’hier mais je ne sais pas quel aliment en est responsable.
    J’ai découvert le SII depuis quelques jours, j’aimerais trouver, enfin, un régime adapté !
    Que pouvez-vous me proposer ?
    Merci

    • Christophe Etienne dit :

      bonjour le régime FODMAP / PALEO peut en effet vous apporter des bénéfices puisqu’il ne fermente pas (en gros c’est l’amidon qui fermente le plus). Cependant quand on souffre d’une inflammation ou d’une micro-inflammation chronique (douleurs abdominales) c’est presque toujours le signe d’une présence virale. « Un régime seul n’est donc pas toujours suffisant » explique le Dr Bruno Donatini, chercheur indépendant en gastro-entérologie : il faudra trouver le moyen de combattre les virus (parfois de la famille des herpès), qui souvent, sont présent dans le tube digestif dès la bouche (inflammation des gencives), et il faudra également trouver le moyen d’améliorer la vidange de l’estomac.

      • Emilie dit :

        Et pour trouver ce virus quel examen doit on pratiquer ? Comment puis je savoir s’il y a des gastro entérologue qui connaissent bien le sii dans le 76 ?
        Merci

  29. Cécile dit :

    Bonjour,
    Mon cas semble un peu atypique. En effet, J’ai commencé à avoir une pesanteur au niveau sous costal gauche il y a 5 mois.Je n’y ai tout d’abord pas prêté beaucoup d’attention.Puis mon médecin traitant m’a fait passé une écho abdo : normale + des séances de Kiné (j’avais participé à un semi marathon 1 mois auparavant). Au bout d’un mois 1/2,le kiné me dit qu’il faut chercher autre chose, que ce n’est pas de son ressort.A partir de là,le stress est monté d’un coup et parallèlement les douleurs se sont amplifiées avec ballonement, flatulences +++ et rots +++, nausées++.médecin traitant me fait passer une radio pulmonaire(normale)+ consultation gastroentérologue : fibrogastrique(antritre banale), coloscopie(normale), scanner thoraco-abdo-pelvien(normal).mais aucun diagnostic n’est évoqué. Je n’ai pas de trouble du transit style diarrhée ou constipation. J’ai juste une impériosité à aller à la selle dès mon réveil, même si je me réveille à 4h du matin! J’ai ensuite vu un médecin ostéopathe qui s’est rendu compte après palpation que tout le cadre colique était douloureux et me dit donc que ce devait être de la colite.Me dit d’éviter choux et féculents et me donne du météospasmyl.En prenant ce médicament,mes douleurs qui étaient plutôt localisées, ont été plus diffuses sur tout l’abdomen.Après recherche sur internet, j’ai commencé depuis 3 jours un régime par éviction des fodmaps. Cela va déjà beaucoup mieux, mais la pesanteur en sous costale gauche bien que semblant atténuée est pour l’instant toujours présente.
    Pour info, j’ai 43 ans.Je mesure 1,66m pour 46 KG.Cela fait longtemps que je fais attention à ce que je mange et que je fais du sport.Mais j’ai toujours « peiné » à prendre du poids.
    Je n’ai pas trouvé d’article qui explique ce que sont précisémment les douleurs de l’intestin irritable.Y a-t-il des critères précis ?
    Au niveau des fodmaps, où se situent les radis noirs ou roses, le sésame et donc le tahin, le chocolat noir, peut-on en manger? Les céréales tolérées peuvent-t-elles être mangées sous forme de pain ?
    Merci pour toutes les réponses que vous pourrez me donner.Je suis en train de me renseigner pour consulter.

    • bonjour oui vous avez les caractéristiques d’une dysbiose intestinale, qui est en grande expansion actuellement, suite notamment à l’ingestion de certains pesticides comme le round’up qui sont des complexes chimiques bien plus dangereux que ce qu’on croit, selon les termes même du professeur Gilles-Eric Seralini (et d’autres spécialistes), en particulier sur la sphère intestinale. Or le blé moderne, en plus d’avoir été muté à 43 chromosomes, est copieusement aspergé de ce charmant cocktail chimique. De plus, depuis que les boulangers ne peuvent plus utiliser l’acide ascorbique dans la panification, ils rajoutent de façon non négligeable du gluten pour faire leur pain.
      Parallèlement la qualité des aliments s’est dramatiquement détériorée (terres appauvries et donc plantes et légumes dénuées de mycorhyzes, garant de la santé digestive). Peu à peu notre microbiote s’appauvrit et donne lieu de plus en plus facilement à un « terrain » inflammatoire chronique.
      Le Dr Donatini préconise d’assainir les bactéries discordantes ainsi que de renforcer le système immunitaire en cas de terrain viral (assez courant). On saura comment assainir la flore intestinale de façon un peu plus précise après test respiratoire.
      Certains thérapeutes et auteurs américains préconisent de veiller à avoir suffisamment d’acide chlorhydrique dans l’estomac (cf Why stomach acid is good for you). La sécrétion d’enzymes pancréatiques étant en partie liée à la présence d’acide chlorhydrique et d’autres sucs gastriques. Les enzymes pancréatiques sont essentiels pour reprendre du poids. Parfois il est indispensable de se supplémenter.
      Je rappelle qu’une bonne digestion signifie que les aliments sont complètement découpés en fines et simples molécules, capables d’être absorbées par la muqueuse du grêle. En attendant je ne peux que vous recommander de tendre vers le régime paléo et/ou sans Fodmap.

  30. Theolia dit :

    Bonjour,
    merci pour toutes ces informations et témoignages dans lesquels je me retrouve beaucoup : douleurs abdominales, diarrhées diurnes et nocturnes, fatigue invalidante, mais aussi urticaire, épisodes d’oedèmes de Quincke, allopécies, eczéma , douleurs musculaires , rhinites, besoins très fréquents d’uriner (pollakiurie) , lichen scléreux . débuts de chocs anaphylactiques,. .
    Les diagnostics sont passés par la fibromyalgie, l’intestin irritable, le psychisme, le microbiote et j’ai connu pour cette dernière raison des traitements pas apports de lactobacilles aujourd’hui plus que discutés. Etienne le soulignait bien.
    Rien des analyses classiques ne parlait : coloscopie, échographies négatives. anticorps anti lactose et anti gluten absents, pas de candida ni bactéries de putréfaction en culture de selle, analyse de sang classique normale, en revanche des perturbations lymphocytaires et du complément d’après des analyses de sang [coûteuses) faites en Belgique.
    Donc errance médicale jusqu’à ce que le gastro-entérologue parle (sans y croire du tout) de « mastocytose systémique » mais que les analyses faites sur prélèvement de moëlle osseuse contredisent cette idée…
    J’ai quand même alors pris rendez-vous à l’hôpital Necker à Paris, au centre de référence sur les mastocytoses. Là le diagnostic de syndrome d’activation mastocytaire a été porté par le Professeur Hermine. On parle depuis peu de cette maladie aux expressions multiples dans lesquels se retrouvent vraiment le syndrome de l’intestin irritable, face auxquel, vous en témoignez comme moi, on se tro uve très seuls et démunis . L’intestin irritable est peut-être à relier fus souvent qu’il n’y paraît à cette activation mastytaùe. (?)
    Cela fait plus d’un an que je suis traitée avec des médicaments de plus en plus lourds (dont certains utilisés pour les leucémies) sans amélioration sur les douleurs quotidiennes gastro-intestinales . Malgré l’absence d’antigènes au gluten, le Professeur Hermine m’a conseillé « d’essayer le sans gluten » (hypothèse de l’intolérance) . Résultat nul pour moi, sauf un peu moins de ballonnement peut-être. Cependant je continue personnellement à croire plausible la théorie de la « porosité » intestinale qui aurait permis le passage de microbes, virus ou autres dans le sang , hypothèse émise par le médecin naturopathe qui me faisait prendre beaucoup de probiotiques et…. Je vais donc essayer le sans fodmaps que vous préconisez avec l’espoir de restaurer ma muqueuse intestinale et , s’il n’est pas trop tard, soulager l’activation mastocytaire.
    L’aspect viral et ses manifestations que vous soulignez au niveau buccal déjà, me paraît pouvoir me concerner car j’ai remarqué par périodes des « points » rouges sur les côtés inférieurs de la langue-
    Etienne , vous n’avez pas répondu je crois à la question posée sur la manière de dépister ces herpès virus, Pourriez vous le faire ?
    Ce témoignage est long, comme l’errance médicale que j’ai connue et qui, sans presqu’un hasard , m’aurait laissée face au diagnostic d’un trouble fonctionnel : celui de l’intestin irritable.
    Votre démarche m’intéresse car mon intestin, avant d’être « irritable » , est peut – être « irrité » par des bactéries passionnées de « fodmaps » et au final coupables du passage de toxiques ayant induit des activations de mes mast0cytes (cellules importantes au niveau immunitaire )
    Peut – être y-a-t-il parmi vous des personnes concernées par ce syndrome d’activation mastocytaire, en tout cas si vous pouvez par évitement des fodmaps ne pas en arriver là, ce serait vraiment bien !
    Encore un détail. une histoire de champignons :je suis intolérante aux champignons de Paris et rosés des prés crus âgés ou cuits …
    Bonne chance et meilleure santé à tous . Merci de vos réactions à mon message !

    • Le dépistage des virus présents dans la bouche se fera à l’aide d’un simple échantillon salivaire chez tout praticien équipé d’un appareil de PCR « Polymerase chain reaction » puisque c’est l’un des moyens de dépistage les plus fiables actuellement (souvent milieu hospitalier ou clinique)
      cf http://www.microbes-edu.org/etudiant/methodediag.html
      Quelques praticiens utilisent également une lampe à ultraviolets qui permet de déterminer certaines familles de bactéries présentes dans la bouche

  31. DOREY Nathalie dit :

    Bonjour! je vais me lancer dans un régime pauvre en FODMAP sur les conseils du Dr Donatini consulté ce mois-ci; cependant on n’a pas développé quelques points, donc par exemple je ne sais pas quel sucre utiliser svp? ( jusqu’à présent je prenais du sucre de coco).Surtout je lis qu’il faut éviter le lait de coco et la noix de coco, mais l’huile de coco est une graisse saine; bref qu’en est-il du sucre en découlant svp? Ou vaut-il mieux du sucre rapadura? Et que pensez-vous si je mets du sucre blanc dans mes cafés? Merci pour vos conseils!

    • bonjour personnellement je pense qu’il faut s’intéresser à l’alimentation de nos arrières grand-parents, qui avaient généralement une santé très robuste (c’est en tout cas ce que j’entends sans cesse au cabinet). Or ils ne consommaient pas de sucre (ça n’existait pas encore). Du coup, il faut à mon sens se déshabituer du goût sucré ou bien mettre un tout peu de miel ou de sirop d’érable, ou encore un peu de réglisse (Antesite) ou de stévia.

      Pour moi consommer quelques chose de sucré le matin, en particulier, n’est pas très logique : le sucre est un aliment réconfort. Ce serait plus logique de commencer la journée avec des aliments qui donnent la niac et la force d’aborder la journée avec vivacité, comme les protéines par exemple.

      En revanche j’ai une bonne opinion des « pâtisseries paléo », sans sucre ni farine, faits à partir de : poudre d’amande, beurre non pasteurisé et clarifié, huile de coco, œufs, chocolat noir, purée non sucrée de châtaigne, faisselle bio de chèvre, zeste de citron, etc, etc… A consommer tout de même avec modération !

  32. Roggero dit :

    Bonjour,
    Merci pour cette mine d’or d’informations 🙂
    En raison de la prise de certains médicaments, les aliments restent bloqués très longtemps au niveau de mon estomac. Qu’est-ce qu’il est possible de faire pour améliorer la vidange de l’estomac ?

    • bonjour En effet améliorer la vidange gastrique est souvent la première étape pour remonter la pente
      Je vous envoie par mail mon document « améliorer la vidange gastrique » Cdt CE

  33. Vera Vermaut dit :

    Votre site et votre forum est en effet une mine d’or.
    Mon gastro-entérologue m’a conseillé de consulter les Fodmaps .
    Je vais suivre vos conseils et espère une amélioration dans mes douleurs au niveau de l’estomac. Tout comme Roggero les aliments restent très longtemps dans mon estomac. Ceux-ci régurgitent même plusieurs après le repas. J’en ai parfois des nausées et des malaises vagales et des maux de têtes.
    Pourriez-vous également me donner des informations utiles pour améliorer là vidage gastrique.
    Un grand merci pour votre disponibilité et aide à toutes ces personnes en souffrance.
    Vera3d

  34. delphine dit :

    Bonjour
    sa fait 11 ans que je souffre de diarrhée, ballonnement nausée
    je suis aller voir un nutritionniste et il ma dit que j’avais une candidose, une dysbiose de fermentation et un dysbiose de méthyle acétate je mange paléo, fodmap et encore plein d’autre aliment que j’ai éliminer je suis également un traitement mais rien change je mange plus rien et je continu a aller au toilette (4à5 fois le matin en une heure de temps) et le midi sur 2 fois
    je sais plus quoi faire

    • En effet votre dysbiose semble durablement installée. Déjà bravo de faire toutes ces démarches… vous êtes sur le chemin de prendre en main votre santé et c’est de loin le plus important. Une dysbiose a fort méthylacétate est particulièrement coriace : associé avec une mauvaise vidange de l’estomac, cela pourrait signer une certaine abrasion du grêle. S’il s’agit bien de cela, il faudra s’atteler à régénérer les entérocytes. Selon mes connaissances actuelles il n’y a pas de méthode miracle. Avez vous écarté avec votre médecin la piste de la maladie de Crohn ?
      Si oui, voici les pistes qui me paraissent les plus solides :

      1) action anti-inflammatoire à l’aide d’huiles essentielles (HE) : origan, cannelle, clou de girofle, mais il faudra s’évertuer à les amener jusqu’au grêle en épargnant le foie (phénols de l’origan) donc en toute petite quantité mais au long cours, mélangées le cas échéant à une poudre de fibres insolubles (écorces broyées, ou lin moulu par exemple)
      + action pour assainir le méthylacétate, qui est une flore propice à la prolifération de levures, à l’aide des HE de citron, gingembe, arbre à thé, associé éventuellement à de l’acide caprylique (ex : Capricin de Biotics research)

      2) stratégie immunostimulante afin de favoriser l’action des lymphocytes (lapacho, mycothérapie, etc…). Il serait intéressant d’essayer une cure anti-parasitaire à large spectre et 100% naturelles (cure de Hulda Clark ou, moins onéreux et tout aussi efficace : cure de Bio Para de 6 semaines (labo Biotics Research) à raison de 2 comprimés par jour ; pour info Herbajovis en propose)

      3) Dans le même temps, ou dans un deuxième temps, au choix : « régénérer » les entérocytes, au choix :
      a) Hericium erinaceus sur une longue période (400 mg par jour)
      b) klamath à raison de 2 g par jour
      c) citrulline (précurseur de l’arginine) à raison de 4 g par jour en dehors des repas
      d) champs électromagnétiques pulsés

      4) j’ai remarqué que lors d’un fort taux de méthylacétate, 4 cures supplémentaires (au choix, en fonction des cas) apportent un vrai mieux être :
      a) cure alcalinisante : se référer aux citrates et bicarbonates de magnesium/calcium/potassium de votre labo préféré, même si ça a assez peu d’action sur la cause de l’acidification (qui est l’inflammation chronique et la malabsorption)
      b) cure de berbérine (ou de Metformine si votre glycémie à jeun a été mesurée proche des normes supérieures) : soit Berberis vulgaris soit Hydraste du Canada racine, qui a mes faveurs mais il semble qu’il y ait des ruptures de stock (j’ai trouvé de la poudre en vrac sur amazon.fr)
      c) Chardon Marie : les fermentations chroniques mettent le foie à rude épreuve ! il faut soutenir son fonctionnement et favoriser sa régénération à l’aide de cures régulières de graines de Chardon Marie (facile à trouver)
      d) pour le « confort » général et une meilleure forme, soutenir les mitochondries : complexe de vitamines B, magnésium, oligo-éléments (comme le Quinton ou bien les OligoMax de Nutergia), coenzyme Q10 dans les cas les plus prononcés (épuisement, migraines chroniques , atteintes auto-immuns, etc…) + stratégie de Taty Lauwers (cf ses ouvrages, notamment : Quand j’étais vieille, Cinglés de sucre)

      5) ne pas oublier les incontournables :
      – assainir la flore buccale
      – améliorer la vidange de l’estomac
      (explications lors de la consultation)
      – bien mâcher
      – dîner très tôt ou léger
      – en contre-partie petit déj salé / protéiné

      6) et comme toujours, je recommande l’autre incontournable : se « réapproprier son abdomen », réceptacles de quantités d’émotions non digérées ; remettre du mouvement, de l’énergie, de la vie dans les organes abdominaux :
      – faire des séances de chi nei tsang, qui sont maintenant proposées un peu partout en France
      – faire également tous les jours des exercices de respirations ventrales, à commencer par la cohérence cardiaque : 5 secondes à l’inspire, 5 secondes à l’expire, durant 5 mn matin et soir, et quand c’est possible, le midi aussi.

      Christophe

  35. delphine dit :

    bonjour,
    tout d’abort merci pour votre réponse

    je n’ai pas la maladie de crhon
    mais je suis un traitement maintenant depuis presque 7 semaines
    – matin, midi et soir une demi heure avant le repas du résium
    le matin 15 min. avent le repas biofloracare XL
    en suite encore le matin argentyn sous ma langue, ADP 2, bio complex B 2, DHea 1, medrol 4mg 1 et laetiporus OC et laetiporus CGAT (c’est les huile essentielles avec écorce)

    le midi après le repas: 25 gouttes de Bio-Dmulsion et 5 gouttes de Bio AE mulsion

    le soir avent le repas ADP 2
    et avent de dormir
    5HTP 2, bourrache-cassis 2, zenixx gold 2 et metarelax
    voilà tous que je prend mais je vais encore souvent en diahrrée
    la seul chose que j’ai pas fait c’est sulfate de magnésium j’ai essayer mais je me vide de trop et je ne sais plus travailler
    dans une semaine je doit ajouter capricin
    pensez vous que c’est un bon traitement
    pour l’instant sa marche pas et j’ai bien maigri (déjà je suis très mince à la base là je ressemble a une anorexique)
    mon nutritionniste dit que je doit avoir de la patience mais des fois quand je vais au toilette j’ai des cachets qui sorte entier une demi heure après de les avoir pris c’est normal tout sa
    merci d’avance

  36. Perla dit :

    Bonjour,

    Je lis avec « plaisir » et attention ce forum. Je suis moi aussi victime de troubles digestifs. En effet, depuis l’ablation de ma vésicule pour cause de calculs il y a quatre ans (tous les gastro me disent qu’il n’y a pas de liens), la digestion est devenue une vraie torture. Diarrhées imminentes après les repas, ventre hyper gonflé et distendu, ballonnements et douleur de ventre extrême… J’ai vu trois gastro me certifiant que l’opération n’avait pas de liens avec ces troubles. Colo et fibro normale, fécalogramme de 72h démontrant entre autre que je suis à plus du doubles niveau quantités de selles, une malabsorption des sucres… Cependant je n’ai pas maigri, voir même beaucoup de mal à prendre du poids. Les prises de sang s’avèrent normales. Les médicaments, spagulax, imodium, spasfon, trimébutine, charbon, mébévérine, ultra levure et j’en passe, n’ont absolument rien fait si ce n’est que sur quelques jours. Dernièrement je me suis mise au régime pauvre en FODMAP, cela va beaucoup mieux, je reste même plusieurs jours sans aucunes selles ce qui est d’ailleurs très déroutant pour moi, c’est la première fois que j’ai une amélioration, cependant des épisodes de diarrhées, de douleurs et gonflement du ventre persiste de temps à autre. Au final, le problème c’est que je ne sais toujours pas aujourd’hui ce que j’ai véritablement. Qu’en pensez-vous? je vous remercie par avance.

    • Léon GIRARD dit :

      Il est évident que quand on enlève la VB on peut s’attendre à une perturbation de la digestion et de la digestion des graisses en particulier puisque les sels biliaires viennent en appui des lipases pancréatiques dans la digestion des acides gras. Or les acides gras jouent un rôle fondamental dans l’équilibre oxydatif des muqueuses digestives. Avoir une alimentation moins « pro-inflammatoire » est toute indiquée, et c’est l’objet du régime sans Fodmap. Ensuite il sera utile d’intensifier :
      – les apports antioxydants
      – la stratégie immunostimulante pour assainir la flore intestinale qui est un point faible chez vous puisque malabsorptions des sucres : si la vidange gastrique est également lente, cela peut signer une abrasion du grêle et une prolibération de bactéries pro-inflammatoires, probablement des bactéries méthanogènes
      – trouver un moyen de production cholagogue à chaque repas
      – en attendant : utiliser des nutriments antispasmodiques comme l’huile essentielle de menthe poivrée + basilic
      – apprendre à mâcher énormément

  37. charlene reeb dit :

    Bonjour,

    Il me semble qu’il y ai une petite erreur dans la liste des aliments pauvres en formats. Selon l’application de la monash university l’avocat est en risque fort en format.

    Cordialement,

  38. Lavezzi dit :

    Josiane bonjour à l’approche des fêtes et ayant les mêmes problèmes intestinaux je voudrais savoir si l’on peut manger des fruits secs merci

    • ETIENNE dit :

      Pour ce qui est des fruits secs, il y a une sacrée ambiguïté en français car ça peut désigner aussi bien les oléagineux comme les amandes et les noix, que les fruits séchés comme les figues ou les dattes. Vous pouvez regarder dans la liste des Fodmap qui est mis en ligne sur le blog (lien au début de l’article) et vous pourrez voir que globalement :

      1) les oléagineux ne sont pas fermentescibles (sauf pistaches et noix de cajou) : personnellement je les trempe toute la nuit, j’ai remarqué qu’elles deviennent plus assimilables pour mon petit estomac sensible
      2) les fruits séchés également sont peu fermentescibles (sauf la pomme sèche et l’abricot sec) : on limitera cependant leur consommation à la fin du repas (1 seule figue sèche par exemple à la fin du repas)

      La figue sèche est d’ailleurs considérée comme un bon prébiotique par certains spécialistes du microbiote (Dr Philippe Fievet entre autres)

  39. mereminator dit :

    Bonjour,
    Juste un petit mot pour vous signaler que les nombreux symptômes du SII qui me pourrit la vie depuis plus de 25 ans sont descendus en flèche depuis que je me suis mise à une alimentation lacto-fermentée « maison » il y a deux mois.
    Chaque jour une petite quantité de légumes/fruits (viande/poisson/pains/boissons etc…) lacto-fermentés suffit . Le goût acidulé est excellent, c’est d’une extrême facilité, rapide à préparer et d’une sécurité alimentaire imparable !!! Aucun conservateur ou additif !!
    Ces probiotiques naturels ne coûtent que le prix de l’ingrédient choisi !!!
    Vous pouvez visiter le site « ni cru ni cuit » l’information est claire et précise.
    Bon courage à toutes et tous

    • ETIENNE dit :

      merci pour votre témoignage !
      J’ai une bonne opinion des aliments lacto-fermentés.
      D’ailleurs le Dr Perlmutter en parle beaucoup dans son bouquin (L’intestin au secours du cerveau).

  40. Binou dit :

    Bonjour,
    Merci pour ce précieux site. Plus de 30 ans de galère digestive… Savez-vous si la borreliose de Lyme dont je suis atteinte (chronique) peut expliquer le syndrome du colon irritable, la dysbiose, les infections (fortement soulagées par HE, notamment menthe poivrée et arbre à thé + laetiporus CGAT)? J’ai fait le test des gaz (souci de fodmap avéré).Et où trouve-ton des aliments lacto-fermentés (jamais essayé) ?

    • ETIENNE dit :

      Pour moi c’est l’inverse : c’est parce que vous avez eu un amoindrissement de la qualité et/ou de la diversité de la flore intestinale (parfois héritée des parents) et donc une prolifération bactérienne chronique dans le grêle, que votre système immunitaire s’est affaiblie et donc a finit par développer une auto-immunité ou une maladie de lyme, qu’on devrait appeler « syndrome de Lyme », c’est le même mécanisme. Une maladie de lyme est en bout de chaîne d’un mode de vie occidental « immunodéprimant ». C’est pourquoi toutes les stratégies qui fonctionnent dans lyme sont celles qui visent à « remonter le terrain ». Ce sont des années d’alimentation hypotoxique et ressourçante, de supplémentation en antioxidants et nutriments divers à prévoir ; c’est bien expliqué dans le dernier livre de Judith Albertat. C’est d’ailleurs la seule stratégie qui fonctionne quelque soit l’atteinte immunitaire (allergies, cancer, fibromyalgie, et toutes les dizaines de nouvelles pathologies auto-immunes qui apparaissent chaque année).

      Parallèlement il y a des thérapeutes qui développent des talents particuliers pour apporter des améliorations parfois notables, et certains grâce à de nouvelles approches de thérapies fréquentielles. Il ne font pas non plus oublier l’aspect psychique, qui ne concerne pas que la fibromyalgie, loin s’en faut. J’ai bien aimé la notion de « toxines mentales » évoquée par le remarquable Dr Yann Rougier lorsque je l’ai écouté en conférence en octobre 2016. Il est plus que temps de s’intéresser à la psychologie positive ! (dont le chef de file est le Dr Martin Seligman).

  41. pénélpope dit :

    Bonjour

    la lecture de toutes vos réponses est très intéressante.
    En ce qui me concerne, j’ai souvent l’impression d’être mal à l’aise après les repas parce que mon estomac se vide difficilement.

    • ETIENNE dit :

      Le digestif « haut » est très lié à l’état du grêle.

    • ETIENNE dit :

      Ce qui se passe dans le digestif « haut » est lié à ce qui se passe dans le grêle.

      Une mauvaise vidange gastrique est le résultats d’années de mode de vie moderne : stress, malbouffe ou consommation élevée de glucides ou de graisses cuites, sédentarité ou manque de sport, manger trop vite ou trop tard le soir, toxémie (pollutions diverses). Certaines personnes ont naturellement une hypochlorhydrie stomacale et il semble que cela favorise également la mauvaise vidange.
      Cela rejoint étonnamment l’approche américaine de l’hypochlorhydrie. Mais en fait il y a généralement une prolifération bactérienne à méthylacétate. Il faudra donc s’employer à traiter cette prolifération (certains virus s’activent parfois et atteignent le système nerveux). C’est loin d’être évident, surtout si le grêle a commencer à amoindrir ses fonctions d’absorption. Parfois il est même « abrasé » (on parle en médecine « d’effacement des villosités » intestinales). Il faudra dans ce cas tenter de le « régénérer ».

      Dans la mauvaise vidange gastrique, le stress, ou l’hyperactivité, ou l’anxiété, chronique, se retrouve parfois. Une alimentation trop sucrée aussi. La notion de stress est d’autant plus importante que les recherches au niveau du microbiote montrent une forte corrélation entre dysbiose intestinale et stress chronique.

      La gestion du stress est donc intéressante. D’innombrables ouvrages et méthodes abordent ce sujet. Si votre naturopathe n’est pas sophrologue, il ou elle pourra vous proposer de vous initier à la cohérence cardiaque, ou à la stimulation du nerf vague (à l’aide d’un neurostimulateur), assainir le méthylacétate ou la candidose ou l’helicobacter pylori, réformer l’alimentation, vous adresser à un spécialiste d’ostéopathie viscérale, etc…. La gémmothérapie est souvent intéressante.

  42. marie dit :

    Bonjour,
    je m’intéresse en ce moment au bol d’air jacquier…
    Je voulais savoir ce que je vous en pensiez ?
    merci d’avance

  43. Karine dit :

    Bonjour, mon généraliste m’a donné une liste de FODMAP pour que je tente car j’ai souvent des fortes douleurs au ventre, malaise vagal et crises de vomissement de bile. Le maté fait il partie des boissons à éviter ou non? le navet? Les pois chiches? Je ne retrouve pas ces aliments dans les listes… Merci de votre aide.

    • ETIENNE dit :

      le maté ne contient pas de fibre, ça ne peut donc être un Fodmap ; le navet est « liste verte » et le pois chiche est « liste orange »

  44. Aurelie dit :

    Bonjour,
    Cela fait plus de dix ans que j’ai des soucis gastriques. Récemment on m’a diagnostiqué une intolérance au lactose, fructose et gluten… Autant dire qu’il ne me reste plus grand chose car je suis egalement une grande allergique alimentaire (aucun fruits a noyaux et a coque, lait de soja, kiwi, banane, moutarde, celeri, carotte crue, etc) J’essaye depuis plusieurs mois les regimes fodmap. Cela va un peu mieux mais ce n’est pas encore cela. Je sais egalement que cela influe sur mes muscles, tendons (etant tres sportives) car des que mon osteo me manipule il finit toujours par essayer de detendre mon foie, mon estomac et mes intestins…
    Je suis egalement sujette aux fringales et a la prise de poids et de volume (je suis en plus asthmatique et donc souvent sous corticoides et sujette à la retention d’eau)
    Je viens de lire qu’il faudrait faire une vidange gastrique. Comment faire en sachant que je suis de groupe sanguin A+ (apparement plus compliqué…)
    Merci d’avance. Je desespere d’aller mieux.

    • ETIENNE dit :

      Vous semblez en effet souffrir d’une dysbiose assez sévère et êtes probablement en train de devenir une « canari » (cf Canaris de la modernité, de Taty Lauwers, cette rigoureuse et humouristique spécialiste de la nutrition capable de régénèrer l’organisme, qui propose une approche plus fine encore que l’éviction des FODMAP (issu des travaux d’allergologues australiens et canadiens) : s’assurer que l’intolérance / hyper-réactivité n’est pas spécifique aux :

      1) salicylates :
      2) Amines
      3) sulfites
      4) moisissures
      5) phosphates

      mais le plus courant ce sont l’hyper-réactivité aux salicylates, donc il faut toujours commencer par là : 15 jours d’éviction des aliments riches en salicylates et on s’observe. Sinon on passe aux autres allergènes. Parfois il y a salicylates + amines mais c’est heureusement rare.

      Les anglophones pourront se baser sur cet ouvrage : https://www.amazon.com/Food-Life-Essential-Allergies-Additives/dp/174045376X

      Sur le plan de l’hygiène de vie, il sera indispensable de favoriser une bonne vidange gastrique :
      1) dîner très ou très léger + éventuellement jeûne intermitent (18 à 20 heures d’affilé sans manger chaque jour durant un nombre de jours déterminé)
      2) faire suffisamment de sport et si possible allez jusqu’à essoufflement et transpiration
      3) ostéopathie viscérale (ou Chi nei tsang)
      4) respiration selon la méthode de la cohérence cardiaque et autres méthodes de gestion du stress
      5) exercices

      Concernant les fringales sucrés, on suivra la cure de « Décrocher des sucres » de Taty Lauwers, issu de son livre Cinglés de sucre.
      https://www.youtube.com/watch?v=C7m6rdw7wT8
      Consommer suffisamment de protéines et de bons lipides et matin ou le midi, comme bien expliqué dans Libérez vous des fringales, le Best-seller du Dr Julia Ross, permet d’accélérer le sevrage.

Laisser un commentaire