Aller au contenu

Dr Stéphane Résimont et Dr Norbert Kurland : et si c’était la thyroïde ?

Thyroïde et système digestif

Les Drs Résimont et Kurland ont un point commun : après des années de recherches des principales causes des pathologies chroniques et des « maladies émergentes », ils aboutissent tous deux aux mêmes conclusions : l’importance de bien comprendre le fonctionnement de la thyroïde et des glandes surrénales. Le mode de vie moderne génère quantités de pathologies chroniques, mais accélère en particulier les dérèglements de la thyroïde. Bien maitriser la thyroïde (et le fonctionnement du système hormonal au sens large) permet aux patients de regagner un certain confort de vie, ce qui amène à investiguer sur le fond (notamment l’exposition aux pollutions environnementales), de façon plus sereine.

Ces deux médecins affirment améliorer la vie quotidienne de leurs patients (témoignages accessibles sur les réseaux sociaux), en particulier dans le syndrome de fatigue chronique et la fibromyalgie (dans la plupart des pathologies chroniques en fait, même la maladie de Lyme, et même la dysbiose intestinale, que l’on désigne pourtant comme LE principal dénominateur commun aux pathologies chroniques).

Symptômes reliés à l'hypothyroïdien et au système immunitaire

Résumé des articles du dr Kurland sur l’hypothyroïdie (http://www.fibrokur.com/P767/) :

L’hypothyroïdie est un état pathologique dû à un déficit en hormones thyroïdiennes. La thyroïde secrète deux hormones, la T4 et la T3. Seule la T3 est active. Elles sont régulées par la TSH, hormone secrétée par l’hypophyse, glande située à la base de cerveau. L’hypothyroïdie est dite primaire lorsqu’elle est due à un trouble de la thyroïde elle-même, dans la majorité des cas d’origine auto-immune (thyroïdite d’Hashimoto).

Elle est dite secondaire ou centrale, dans 5 à 10% des cas, lorsqu’elle est due à un trouble de l’hypophyse. Un taux de la TSH élevé au-delà de la norme traduit habituellement une hypothyroïdie, mais ce n’est pas toujours la règle.

Il faut savoir, et ce n’est pas connu de tous les médecins, qu’une TSH dans les valeurs de référence  »normales » n’exclut pas une hypothyroïdie. La TSH souvent ne reflète pas un état d’hypo-métabolisme thyroïdien pourtant déjà cliniquement manifeste. Plus encore et paradoxalement, le taux de la TSH est bas ou normal dans l’hypothyroïdie secondaire ou centrale, rendant dans ce cas le diagnostic d’hypothyroïdie difficile et souvent ignoré.

Pourquoi l’étude de l’hypothyroïdie a sa place dans un site qui traite de la fibromyalgie?
– Premièrement, parce que ces deux affections ont des symptômes très semblables.
– Deuxièmement, parce que l’hypothyroïdie est une des causes principales de la fibromyalgie.
– Troisièmement, parce que dans le tableau clinique de l’hypothyroïdie peuvent également exister des douleurs musculo-squelettiques et que nombre de patientes étiquetées souffrant de la fibromyalgie ne souffrent en vérité que d’une hypothyroïdie non diagnostiquée.
– Quatrièmement, parce que les deux affections, fibromyalgie et hypothyroïdie d’Hashimoto, peuvent coexister, étant toutes les deux de nature auto-immune (trouble du système immunitaire).
– Cinquièmement, parce que s’il est vrai qu’un traumatisme physique ou psychique peut être le  »trigger » (évènement gâchette) au développement des symptômes de la fibromyalgie, il s’avère que nombre de ces patients présentaient déjà un état hypo-métabolique d’hypothyroïdie avant que le traumatisme ne survienne.
– Sixièmement, si dans la population générale l’hypothyroïdie secondaire ou centrale ne se retrouve que dans 5 à 10% ces cas d’hypothyroïdie, l’hypothyroïdie responsable de la fibromyalgie est dans plus de 50% des cas une hypothyroïdie secondaire ou centrale, de diagnostic, comme nous l’avons dit plus haut, habituellement méconnu ou ignoré en raison d’une TSH basse ou normale.
– Septièmement, sur le plan thérapeutique, parce qu’une large majorité des patients souffrant de fibromyalgie et du syndrome de la fatigue chronique et présentant des symptômes d’hypothyroïdie avec des tests sanguins normaux sont significativement améliorés par des traitements hormonaux qui visent à restaurer le métabolisme thyroïdien.
– Huitièmement, une fatigue des glandes surrénales est souvent associée à l’hypothyroïdie et également présente très fréquemment chez les patients souffrants de fibromyalgie et du syndrome de la fatigue chronique.

La méconnaissance d’une fatigue des glandes surrénales est parfois responsable de l’échec du traitement hormonal thyroïdien de substitution et en conséquence de l’échec du traitement de la fibromyalgie et du syndrome de la fatigue chronique.

Voilà pourquoi fibromyalgie et hypothyroïdie sont étroitement intriquées tant sur les plans diagnostiques que thérapeutiques.


Où réside le problème ?
C’est la fourchette des valeurs de référence de la TSH qui pose problème. Selon l’AACE (Association Américaine des Cliniciens Endocrinologues) et des études plus récentes, la soi-disante « norme » a des limites trop larges, laissant des dizaines de milliers de patients souffrir d’hypothyroïdie qui devraient bénéficier d’un traitement si leurs médecins ne s’y réfèrent pas.


Il y a des relations étroites entre l’hypothyroïdie, la fibromyalgie et le syndrome de fatigue chronique, entre la thyroïde et la ménopause, entre la leptine, le surpoids et la thyroïde, entre la thyroïde et les glandes surrénales, entre la thyroïde, le gluten et l’intestin.
L’hypothyroïdie est un état pathologique caractéristique d’un défaut de production des hormones thyroïdiennes. On peut considérer la thyroïde comme étant la boite de vitesse d’un véhicule sophistiqué. Si la boite de vitesse est endommagée, c’est le moteur dans son ensemble qui fait défaut. En d’autres termes, un déficit en hormones thyroïdiennes n’est pas compatible avec une santé normale.
Bien que la thyroïde produise davantage de T4 (80%) que de T3 (20%), la T3 est 300% plus active que la T4.

La T3 est la véritable hormone active agissant sur le métabolisme. T4 est la forme de stockage de l’hormone thyroïdienne (décrite parfois comme une pro-hormone).
L’hormone T4 est convertie par une enzyme, la 5′- déiodinase, en l’hormone active T3 dans le foie et à l’intérieur des cellules des organes concernés (T4 est convertie en T3 en perdant un atome d’iode)
Une autre enzyme, la 5 – déiodinase, convertit en permanence de la T4 en reverse-T3 (rT3). La reverse-T3, qui est un stéréo-isomère de la T3, ne stimule pas le métabolisme, elle n’est pas biologiquement active. Sa production sert à éliminer la T4 de l’organisme. Mais la reverse-T3 peut se lier aux récepteurs intracellulaires de la T3 et les bloque.


Une privation alimentaire (telle que le jeûne ou la famine), une maladie quelle qu’elle soit, un stress physique ou émotionnel (qui accroissent le taux sanguin de cortisol, l’hormone du stress), le pourcentage de conversion change, moins de T4 est convertie en T3 et davantage en reverse-T3
La réduction du taux de T3, qui se produit sous de telles conditions, ralentit le métabolisme de nombre de tissus…d’ou les échecs systématiques a long terme des « régimes » : qu’ils soient hyper protéinés ou pas .
Ainsi, la reverse-T3 agit à notre encontre, contribuant à engendrer tous les symptômes de l’hypothyroïdie.

Pour certains médecins, la T3 libre serait le test le plus utile. Une T3 libre basse dans les valeurs de référence, avec une soi-disant TSH « normale », serait, à leurs yeux, un argument de poids pour statuer d’une hypothyroïdie. Je partage ce point de vue. Je reviendrai plus loin sur ce point essentiel de la valeur « normale » de la TSH.

Une T4 libre dans la norme n’indique pas si l’organisme la convertit en T3 libre comme il faudrait. De nombreux individus, en particulier les femmes, ne convertissent pas de façon adéquate la T4 en hormone T3 active, d’où une hypothyroïdie symptomatique avec une soi-disant TSH « normale ».

Malheureusement, de nombreux médecins de demandent pas de façon systématique un dosage de la T3 libre.

PRINCIPALES CAUSES DE L’HYPOTHYROIDIE

Il y a différentes causes possibles à l’insuffisance de production des hormones thyroïdiennes.

• La thyroïdite auto-immune d’Hashimoto est la plus fréquente d’hypothyroïdie
• Un traitement antérieur pour hyperthyroïdie
• Une déficience en iode
• Certains médicaments
• Une conversion insuffisante de T4 en T3
• Un dysfonctionnement pituitaire
• Une résistance aux hormones thyroïdiennes
• Une carence en vit D ( 100% de la population non complémentée ), en vit A, en Magnésium (90%), en FER, en sélénium (80%), en zinc (60-70%), B12 ( 80-90%), etc

HYPOTHYROIDIE : LES SYMPTOMES

L’hypothyroïdie ralentie le métabolisme de d’organisme de façon habituellement progressive. L’hypoactivité thyroïdienne peut entraîner une diversité étonnante de symptômes étant donné que chacune des fonctions de l’organisme peut être affectée. Les symptômes varient de modérés à sévères:
• Faiblesse, fatigue, somnolence
• Prise de poids, difficulté à perdre du poids
• Dépression : 35% des dépressions auraient comme seule cause l’hypothyroïdie non diagnostiquée car « la TSH est normale »
• Anxiété, crises de panique
• Sommeil non récupérateur : fatigue surtout au réveil, état dépressif le matin.
• Ronflements, apnée du sommeil : rétention d’eau au niveau du palais et de la langue.
• Intolérance au froid (frilosité constante), moindres sueurs
• Constipation, ralentissement vidange gastrique
• Température matinale basse
• Extrémités froides, voir syndrome de Raynaud : doigts bleus en hiver.
• Douleurs / courbatures corporelles surtout le matin.
• Rigidité articulaire surtout le matin, crampes aux mollets.
• Gonflement du visage et/ou des extrémités : rétention d’eau (œdème)
• Peau sèche, rugueuse, eczéma
• Chute des cheveux, ou cheveux secs, ongles fragiles, cassants
• Voix rauque, diminution de l’audition
• Essoufflement
• Palpitations (tout comme l’hyperthyroïdie )
• Trouble de la mémoire : ralentissement intellectuel.
• Trouble de la concentration motivation réduite
• Règles irrégulières ou abondantes, Syndrome prémenstruel
• Chute de la libido
• Infertilité, fausses couches à répétition : 1ere cause après anomalies génétiques
• La glande thyroïde est typiquement élargie, ferme et rugueuse. Elle peut être de taille normale, voire impalpable
• Visage bouffi et gonflement péri-orbital
• Peau froide et sèche
• Chute des cheveux et parfois du tiers externe des sourcils : signe de Hertoghe
• Bradycardie (pouls lent)
• Pression artérielle diastolique haute
• Diminution des réflexes Achilléens
• Macroglossie (langue élargie) avec empreinte des dents sur les côtés
• Voix rauque
• Allocution lente
• Syndrome du canal carpien

J’estime que s’il y a 2-3 signes majeurs (frilosité, température à moins de 36° le matin, fatigue matinale, œdème péri orbitaire, constipation ), il est licite d’entamer un traitement efficace (mélanges T3-T4), surtout pas T4 (L-thyroxine®, Eutyrox®, Levothyrox®) : car celui-ci bien souvent n’est pas efficace, voir aggrave l’hypothyroïdie par :
– Excès de transformation de la T4 en REVERSE T3
– ou non transformation de la T4 inactive en T3 active par carence en vit D, Mg, Fer, Se, Zinc etc

Maladies auto-immunes : la connexion gluten-thyroïde fait partie de ce contexte auto-immun.

Les maladies auto-immunes sont des affections causées par la production d’une réponse immunitaire inappropriée dirigée par l’organisme contre ses propres tissues. Il arrive que le système immunitaire cesse de reconnaître comme lui étant propre, un ou davantage des composants normaux de l’organisme, créant des auto- anticorps qui vont attaquer ses propres cellules, tissues et/ou organes. Cela induit une inflammation, provoque des dégâts et conduit à des affections auto-immunes.

La cause des maladies auto-immunes est inconnue, mais il semble exister fréquemment une prédisposition génétique à leur développement….et une dysbiose : mauvaise flore intestinale liée au gluten moderne, au lait de vache, aspartame, antiacides IPP, antibiotiques, excès d’alcool etc.

– Il y a celles dont le processus auto-immun n’attaque qu’un seul tissu ou organe, à savoir: thyroïdite d’Hashimoto (thyroïde), maladie cœliaque, maladie de Crohn et recto-colite hémorragique (tractus gastro-intestinal), maladie d’Addison (surrénale), diabète type 1 (îlots pancréatiques), cirrhose biliaire primitive, cholangite sclérosante primitive, hépatite auto-immune (foie), sclérose en plaques, syndrome de Guillan-Barré (système nerveux).

– Et celles qui endommagent de nombreux organes, les maladies auto-immunes systémiques (lupus érythémateux disséminé, syndrome de Sjögren, polyarthrite rhumatoïde, pseudo-polyarthrite rhizomélique, maladie de Horton, spondylarthrite ankylosante, maladie de Behçet, granulomatose de Wegener, syndrome de Goodpasture).

Des études montrent que 90% des personnes souffrant d’hypothyroïdie produisent des anticorps contre la glande thyroïde.
La thyroïdite auto-immune de Hashimoto est caractérisée par la présence dans le sang d’un nombre accru d’anticorps antithyroïdiens: les anticorps anti-thyroïde peroxydase (anti-TPO, également appelés anticorps anti- microsomes) et les anticorps anti-thyroglobuline. Ces anticorps réagissent contre les protéines de la glande thyroïde et initient une réaction inflammatoire qui va provoquer une attaque et une destruction progressive des cellules thyroïdiennes, ce qui conduit à une défaillance de la glande thyroïde.
La mise en évidence des anticorps anti-TPO et/ou anti-thyroglobuline au cours de dépistages peut conduire au diagnostic d’une pathologie thyroïdienne infra-clinique. Cependant, les anticorps pouvant se développer avec le temps, des dosages répétés doivent être effectués.
Deux autres types d’anticorps peuvent être retrouvés dans les thyroïdites auto-immunes: les immunoglobulines qui stimulent le récepteur de la TSH dans les cellules de la thyroïde (anticorps TSI), qui sont la cause de l’hyperthyroïdie de la maladie de Basedow (maladie de Graves pour les Anglo-saxons) et les anticorps anti- récepteurs de la TSH
• L’iode en faible teneur (ainsi qu’une faible teneur en certains minéraux tels que le sélénium, le zinc et le fer) peut entraîner une inflammation de la thyroïde
• La perméabilité intestinale joue un rôle dans la maladie d’Hashimoto. 60 – 80% du système immunitaire est situé dans l’intestin,
• La maladie d’Hashimoto peut être de cause génétique. Et la maladie d’Hashimoto est associée à d’autres maladies auto-immunes telles qu’au diabète de type 1 et à la maladie cœliaque. Cela signifie que les patients qui ont été diagnostiqués avec un trouble auto-immun ont également un plus grand risque d’en développer une autre, y compris la maladie d’Hashimoto.
• Un changement conséquent dans les concentrations d’hormones sexuelles lors de la grossesse et de la ménopause peut également être un facteur prédisposant au développement d’une maladie d’Hashimoto, en raison de l’activité alors accrue du système immunitaire.
La thyroïdite d’Hashimoto s’installe habituellement de façon insidieuse, avec des symptômes et des signes cliniques progressant sur des mois, voire des années, en raison d’une lente et constante destruction de la glande, qui finalement se solde par une incapacité de la thyroïde à produire suffisamment d’hormones thyroïdienne, réalisant une hypothyroïdie clinique patente.


Autres troubles biologiques :
• Une anémie est rencontrée dans 30 à 40% des hypothyroïdies, habituellement due une diminution de l’érythropoïèse (processus de formation des globules rouges), parfois à un déficit en fer, vitamine B12 ou d’acide folique.
• Augmentation du taux du cholestérol total, du LDL (le « mauvais » cholestérol), et des triglycérides. Selon mon expérience : 90-95% des hypercholestérolémies a « mauvais cholestérol LDL sont résolues en traitant l’hypothyroïdie sous-jacente sans nécessité de donner ces poisons légaux que sont les statines (Zocor®, Lipitor®, Crestor®,Vasten®,Tahor®  etc.)
• Un taux de prolactine parfois élevé pouvant décroître l’activité de la GnRH (gonadotropin-releasing hormone) et ainsi réduire la synthèse et la sécrétion des hormones gonadotropes (FSH et LH), résultant en des troubles menstruels, des cycles anovulatoires, une galactorrhée, et une infertilité chez certaines patientes.

Thyrotoxicose et hashitoxicose

Dans les phases initiales de la maladie, la thyroïde peut devenir temporairement hyperactive, rendant le sujet hyperthyroïdien: palpitations, nervosité, perte de poids, diarrhée, tremblements, anxiété, insomnies, sudation….
Cela survient lorsque le processus auto-immun détruit les follicules thyroïdiens au point de les conduire à la rupture.

Les hormones thyroïdiennes contenues dans ces follicules vont se répandre dans le sang. Cette fuite peut être si abondante que les tissus du patient seront exposés à trop d’hormones thyroïdiennes, causant une thyrotoxicose, caractéristique d’une hyperstimulation, avec des symptômes d’hyperthyroïdie. Heureusement, dans la plupart des cas, cette fuite est limitée dans le temps, et c’est pourquoi cette thyrotoxicose sera transitoire.
Plus rarement : les patientes peuvent évoluer en oscillant entre des phases d’hypothyroïdie et d’hyperthyroïdie, c’est ce qui est appelé hashitoxicose.
L’échographie Doppler en couleur peut clairement faire la part entre une maladie de Basedow,/Graves avec une thyroïde dont la vascularisation est fortement augmentée, et la thyroïdite d’Hashimoto où la vascularisation de la thyroïde est normale ou légèrement augmentée.

GROSSESSE

« Le risque de faire une fausse couche est deux fois plus grand chez les femmes qui ont des anticorps antithyroïdiens que celles qui n’en n’ont pas… »,
« Le risque de fausse couche est bien plus élevé quand une femme est positive pour les anti-TPO ».

Un autre problème est posé par le taux de la TSH lui-même. Une femme présentant une pathologie thyroïdienne aura du mal à concevoir et/ou à maintenir sa grossesse si son taux de la TSH est supérieur à 2 mUI/l d’une façon optimale entre 1 et 2.

Il y a un consensus sur la nécessité de traiter l’hypothyroïdie infra-clinique, quel que soit son degré, chez toutes femmes enceintes et celles qui envisagent une grossesse, pour diminuer le risque de complications de la grossesse et d’un développement défectueux in utero. Et les risques sont encore plus grands en présence d’anticorps antithyroïdiens élevés.
Une femme présentant des symptômes évidents, aussi minimes soient-ils, de défaillance thyroïdienne aura du mal à obtenir et/ou maintenir une grossesse si son taux de TSH est supérieur à 2 mUI/l, de façon optimale entre 1 et 2.

THYROÏDITE D’HASHIMOTO, FIBROMYALGIE , SYNDROME DE FATIGUE CHRONIQUE

Sont-elles toutes les trois des maladies auto-immunes ? OUI
Toutes les fibromyalgies/syndromes de fatigue chronique sont en hypothyroïdie CLINIQUE
La similitude de symptômes entre ces trois maladies n’est probablement pas une coïncidence : fatigue, épuisement, trouble du sommeil, dépression, anxiété, trouble de la concentration, faible tolérance aux activités physiques, douleurs diffuses, troubles gastro-intestinaux. Aucun test clinique ou biologique ne peut confirmer le syndrome de fatigue chronique/fibromyalgie qui sera un diagnostic d’élimination.
Son expérience, portant sur de nombreuses années d’exercice de la médecine, a conduit le Dr. Lowe à la conclusion que la fibromyalgie est, pour nombre de patients, un symptôme d’un problème thyroïdien sous-jacent et pas nécessairement une maladie en elle-même. Il prétend que le patient typique fibromyalgique témoigne en fait d’une trop faible régulation en hormone thyroïdienne de certains tissus. Selon le Dr. Lowe, cette régulation tissulaire inadaptée serait le fait, pour certains, d’une résistance cellulaire aux hormones thyroïdiennes, pour d’autres, d’un déficit en hormones.
Il est important de reconnaître chez les patients atteints de fibromyalgie avec une hypothyroïdie primaire que les signes et les symptômes de la fibromyalgie sont le produit de la déficience en hormone thyroïdienne…
Un grand nombre de patients hypothyroïdiens sous traitement hormonal de substitution ayant « normalisé » la TSH, se trouvent, au fil du temps, à développer de plus en plus de douleurs articulaires et musculaires ou des symptômes s’apparentant à des rhumatismes ou à de l’arthrose (ostéo-arthrite).

Le Dr. Lowe prétend que ce qui se produit en réalité témoigne de symptômes d’une hypothyroïdie sous-traitée/ mal traitée par T4 (Euthyrox®, L-thyroxine®, Levothyrox®…), avec apparition de fibromyalgie/ syndrome de fatigue chronique au lieu d’être pris pour des symptômes résultant d’un échec thérapeutique dû à un traitement inadapté du problème existant : l’hypothyroïdie ».


Les chercheurs ont identifié une grande variété d’infections bactériennes chroniques impliquées dans la pathogénèse d’affections auto-immunes aussi diverses que la polyarthrite rhumatoïde, le lupus, la sclérodermie, la spondylarthrite, la maladie de Sjögren, la maladie de Crohn, la sclérose en plaque, la thyroïdite d’Hashimoto, la fibromyalgie, le syndrome de fatigue chronique, etc…

Les bactéries en cause sont Borrelia (maladie de Lyme), Mycoplasmes, Chlamydia et Uréaplasme. D’autres sont connues en tant que co-infections de la maladie de Lyme : Bartonella, Ehrlichia et Babesia.

Ces bactéries ont la particularité, contrairement à d’autres bactéries, de ne pas avoir de parois cellulaires et doivent donc vivre à l’intérieur des cellules infectées en utilisant l’énergie de ces cellules pour se reproduire. Elles peuvent envahir presque tous les tissus du corps humain, compromettre le système immunitaire et permettre des infections opportunistes par d’autres agents pathogènes, et même endommager ou détruire des cellules nerveuses.
Puisque la thyroïde peut elle-même être attaquée par les Borrelia, les Mycoplasmes ou les Chlamydia, ces bactéries peuvent causer toutes sortes de maladies thyroïdiennes, y compris la maladie d’Hashimoto.
54 % des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde ont été positifs pour les Mycoplasmes.
On a trouvé des Mycoplasmes chez environ la moitié des patients atteints de fibromyalgie ainsi que ceux atteints d’arthrite.
Les anticorps de Chlamydia pneumoniae ont été trouvés dans nombres de myalgies (douleurs musculaires) de cause inconnue, dont la fibromyalgie.


THYROIDE et MALADIE COELIAQUE / SENSIBILITE AU GLUTEN :
relations Hashimoto/Gluten

Les produits contenant du gluten fragilisent les parois de l’intestin et peuvent faciliter la perméabilité intestinale. Le gluten (blé moderne n’est plus un aliment, mais un corps étranger pourvoyeur de nouvelles maladies : syndrome de fatigue chronique, fibromyalgie, explosion de maladies auto-immunes.
Comment s’explique la relation thyroïde-gluten ? Il s’agit d’une « usurpation » d’identité. La structure moléculaire de la gliadine ressemble étroitement à celle de la glande thyroïde. Lorsque la gliadine fait effraction à travers la barrière protectrice de l’intestin et pénètre dans la circulation sanguine, le système immunitaire intervient pour la détruire, exacerbant ainsi les réactions auto-immunes de l’organisme. Les anticorps anti-gliadine vont venir également attaquer directement les tissus de la thyroïde. Des études montrent que le gluten joue un rôle dans le développement de maladies auto-immunes comme la maladie d’Hashimoto, tout comme il est capable d’entretenir ou d’aggraver une maladie d’Hashimoto préexistante.
Le retrait complet et définitif du gluten de l’alimentation fait partie intégrante et indispensable au style de vie à adopter pour une bonne gestion de la maladie d’Hashimoto et autres maladies auto-immunes.

 

Relations THYROIDE / MENOPAUSE

De nombreuses femmes confondent les symptômes d’hypothyroïdie avec ceux de la ménopause. Insomnie, irritabilité, dépression, palpitations et troubles cognitifs sont des symptômes communs aux deux.

• Entre 35 et 50 ans, la production de progestérone est réduite de 75%, alors que pendant cette même période, les œstrogènes ne déclinent que de 35%. A la ménopause, la production de progestérone est extrêmement faible, alors que les œstrogènes sont encore présents environ de moitié de leurs niveaux de la pré-ménopause.

Cela signifie qu’à la ménopause les ovaires cesseront de fabriquer de la progestérone bien avant de cesser leur production d’œstrogènes. La dominance en œstrogènes est causée par un excès d’œstrogènes par rapport à la quantité de progestérone qui est disponible pour équilibrer ou inactiver les effets des œstrogènes. Elle se manifestera d’autant plus si un stress mal contrôlé empêchera les surrénales de prendre la relève pour produire de la progestérone.

• Signes et symptômes de la dominance en œstrogènes. Ils incluent: seins gonflés et sensibles, seins fibrokystiques, fibromes utérin, endométriose, menstruations irrégulières ou manquantes, augmentation de caillots menstruels, PMS (syndrome prémenstruel), baisse de la libido, rétention d’eau (pieds et doigts gonflés), ballonnements, gain en masse adipeuse (spécialement à l’abdomen, aux cuisses et aux hanches), crampes, fatigue constante, perte de mémoire, humeurs changeantes, irritabilité, dépression et anxiété, chute des cheveux, maux de tête, hypoglycémie, insomnie, yeux secs, peau sèche, ostéoporose, accélération du processus de vieillissement.
On retrouve nombre de symptômes de l’hypothyroïdie.

La progestérone facilite l’action des hormones thyroïdiennes, tandis que les œstrogènes sont antagoniques à ces mêmes hormones. Ainsi, si une femme a une progestérone basse et/ou un taux élevé en œstrogènes, les hormones thyroïdiennes auront plus de difficultés à agir. Les symptômes d’hypothyroïdie peuvent survenir en raison d’une dominance en œstrogènes.
La dominance en œstrogènes est à l’origine de nombreux cas d’hypothyroïdies vers la quarantaine.
Lorsque les œstrogènes ne sont pas contrebalancés par la progestérone, ils rendent les récepteurs cellulaires à l’hormone thyroïdienne moins réceptifs à cette dernière, de sorte que même si la glande thyroïde produit une quantité normale d’hormones, celles-ci sont rendues inefficaces et les symptômes d’hypothyroïdie apparaissent. Dans ce cas, puisque le trouble ne vient pas de la glande thyroïde elle-même, les tests hormonaux peuvent être normaux. Prescrire de la progestérone aidera à améliorer la réponse cellulaire à ces hormones. La plupart des symptômes seront grandement atténués.
Ainsi, beaucoup de femmes pré-ménopausées, ménopausées ou post-ménopausées, présentant des signes cliniques d’hypothyroïdie, comme une fatigue, un manque d’énergie ou une intolérance au froid, souffrent en réalité d’une dominance en œstrogènes méconnue et bénéficieraient d’une supplémentation en progestérone naturelle.
Les œstrogènes en excès, non contrebalancées par un manque de progestérone, accroissent la synthèse de la thyroxin-bounding globulin (TBG), la protéine-transporteuse, produite dans le foie, à laquelle sont liées les hormones thyroïdiennes, rendant ainsi ces hormones partiellement inactives. Seules les hormones libres – non liées – sont actives. Un excès en TBG, agissant comme réservoir d’hormones, augmente donc la proportion inactive des hormones au détriment de la portion libre dès lors moins disponible pour les tissus.

Les œstrogènes sont connus également pour réduire la conversion de T4 en T3, conduisant ainsi à une conversion préférentielle en reverse-T3 (une T3 inactive).

L’excès de reverse-T3, en bloquant les récepteurs, comme une clé défectueuse dans une serrure, ralentit l’activité cellulaire.
Sous l’influence des œstrogènes, les calories alimentaires sont emmagasinées dans le corps sous forme de graisses. Les hormones thyroïdiennes transforment les calories contenues dans les graisses en énergie utilisable. Ainsi, hormones thyroïdiennes et œstrogènes ont des actions opposées.

La dominance en œstrogènes en affectant les récepteurs thyroïdiens va être responsable d’une hypothyroïdie fonctionnelle, laquelle va occasionner une prise de poids par accumulation de graisses autour des hanches, des cuisses et à la partie basse l’abdomen.


Cette prise de poids se fera malgré toute tentative de diète ou d’exercices physiques.

L’hypothyroïdie fonctionnelle et la prise de poids ne seront en rien corrigées par la prescription d’un traitement hormonal thyroïdien substitutif, lequel ne prendra pas compte du problème sous-jacent, à savoir la dominance en œstrogènes.

Seul un traitement par la progestérone naturelle permettra de réduire cette surcharge pondérale en équilibrant la dominance en œstrogènes et en réactivant les récepteurs thyroïdiens. La dominance en œstrogènes va disparaître et les récepteurs thyroïdiens fonctionneront à nouveau pleinement, normalisant ainsi l’hypothyroïdie.

Thérapie hormonale de substitution synthétique (THS) et CONTRACEPTION HORMONALE

La THS sous toutes ses formes, pour régulariser le cycle menstruel, pour la pré-ménopause ou la ménopause, et en tant moyen contraceptif, est susceptible de créer un problème thyroïdien. La pilule contraceptive contient sous forme synthétique des œstrogènes et de la progestérone.

Prendre la «pilule» supprime la production endogène de l’organisme de progestérone, ce qui sera excellent pour empêcher la femme de tomber enceinte, mais aussi créera le chaos dans le système endocrinien.
En conséquence, une carence en progestérone peut se développer, conduisant à la dominance en œstrogènes, qui peut non seulement affecter la santé de la thyroïde, mais l’état de santé général aussi.

Une solution évidente à cela est de cesser de prendre des contraceptifs oraux, mais beaucoup de femmes ne veulent pas le faire, même si cela affecte négativement leur santé.

Pour les femmes qui veulent rester sur « la pilule », prendre de la progestérone naturelle peut aider à la carence en progestérone. Bien sûr, cela n’offre pas d’une solution permanente, mais conviendra pour gérer les symptômes de la dominance en œstrogènes d’une personne sous contraceptif.
Si une contraception est prescrite pour irrégularité menstruelle ou pour SPM (syndrome prémenstruel), il faut avoir à l’esprit qu’un problème thyroïdien peut être la cause de règles irrégulières et de PMS, ou, vice-versa, la contraception peut être responsable d’un problème thyroïdien.
Si les symptômes d’hypothyroïdie fonctionnelle apparaissent chez une femme sous traitement œstroprogestatif ou sous pilule contraceptive, le meilleur traitement, dans bien des cas, est d’arrêter de ce traitement ou la pilule et de voir si les troubles disparaissent.

En cas de ménopause, un progestatif naturel seul devrait être prescrit.

Si un traitement thyroïdien hormonal de substitution s’avère nécessaire, je commence toujours par la prescription de T3-T4 (Euthyral®)  et non d’une préparation T4-seule (Euthyrox®, Levothyrox®…), classiquement donnée, pour tenter de court-circuiter le défaut de conversion de T4 en T3.


Enfin, si une patiente souffrant de thyroïdite d’Hashimoto se voit prescrire une contraception, elle aura probablement besoin de davantage d’hormones thyroïdiennes, puisque les œstrogènes contenus dans la pilule agissent à leur encontre.


LEPTINE, OBESITE et HYPOTHYROIDIE

Bien que la cause de l’obésité soit multifactorielle, de nombreuses études ont démontré que presque toutes les personnes en surpoids et obèses ont des dysfonctionnements métaboliques et endocriniens qui sont à l’origine de leur l’incapacité à perdre du poids ou qui y contribuent.

L’hormone leptine s’est révélée jouer un rôle majeur dans la régulation du poids corporel et du métabolisme.

Nous allons voir par quels mécanismes une résistance à la leptine peut être responsable d’un surpoids,
La leptine est une hormone produite par les cellules graisseuses. Elle a pour mission d’envoyer au cerveau des signaux pour accélérer le métabolisme des graisses et supprimer les fringales
Chez les personnes chroniquement en surpoids, le problème vient du fait que cette signalisation hypothalamique par la leptine est inopérante et qu’elle n’agit pas pour réduire l’appétit et stimuler la dégradation des graisses (lipolyse). Les scientifiques appellent cet état « la résistance à la leptine ».
Les études montrent que la majorité des individus en surpoids qui ont de la difficulté à perdre du poids ont des degrés divers de résistance à la leptine, où la leptine a une moindre capacité de produire ses effets normaux sur l’hypothalamus et pour réguler le métabolisme.
Cette résistance à la leptine est ressentie comme la faim, alors de multiples mécanismes sont activés pour augmenter le stockage de la graisse, plutôt que de brûler des réserves de graisse, car le corps essaie de compenser la perception de faim.

La résistance à la leptine active donc fortement l’appétit (par le neuropeptide Y) et les solutions radicales employées par beaucoup, tels les régimes trop bas en calories, s’avèrent inefficaces à la longue; ce sont les régimes « yo-yo » où à une perte de quelques kilos, s’en suit un gain rapide, voire plus important.
Les mécanismes qui sont activés pour augmenter le stockage de la graisse se font par le biais d’une diminution du métabolisme de base, et donc celui de la thyroïde.

Ces mécanismes comprennent une diminution de la sécrétion de TSH, une réduction de la conversion de T4 en T3, une augmentation de la reverse-T3, une augmentation de l’appétit, une augmentation de la résistance à l’insuline et une inhibition de la lipolyse (dégradation des graisses).

Ces mécanismes peuvent être en partie dus à une régulation négative des récepteurs de la leptine qui se produit lors d’une élévation prolongée des taux de leptine. Cela signifie qu’une fois en surpoids pendant une longue période de temps, il devient de plus en plus difficile de perdre du poids.
Le fait que la résistance à la leptine stimule la formation de la reverse-T3
Ce mécanisme de renversement est activé en temps de famine et chez les animaux qui hibernent, afin de diminuer le métabolisme. Des études démontrent que les régimes (en particulier les régimes qui provoquent l’effet « yo-yo ») peuvent mettre cette hormone reverse-T3 en action.
La production de la reverse-T3 est l’un des principaux moyens qu’utilise le corps pour « essayer » de regagner le poids perdu après un régime amaigrissant. Dès que le corps détecte une réduction de calories, la production de la reverse-T3 est enclenchée pour diminuer le métabolisme. Avec les régimes récurrents (régimes entrecoupés de périodes sans régime), le corps reste souvent dans ce « mode de famine », avec des niveaux élevés d’hormone reverse-T3 et une baisse des niveaux de l’hormone T3; ceci est l’une des raisons principales de la récupération du poids perdu avec les régimes.
Ainsi, chez les personnes en surpoids ou obèses, la fonction de la thyroïde est perturbée en raison d’une leptine élevée (résistance à la leptine)
Cela prouve encore une fois combien les dosages de la TSH et de la T4 ne renseignent pas du bon fonctionnement cellulaire de la thyroïde. Les tests sur un ratio T3 libre/reverse-T3 seraient des plus utiles.
En outre, presque tous les diabétiques ont une résistance à la leptine. Il a été démontré chez les diabétiques que la résistance à la leptine peut réduire jusqu’à 50% la conversion de T4 en T3, sans élévation de la TSH, rendant très difficile pour les diabétiques de type II à perdre du poids.

Le syndrome de fatigue chronique et la fibromyalgie sont également affectés par une conversion réduite de T4 en T3, expliquant qu’un nombre élevé de ces patients présentent des symptômes d’hypothyroïdie avec une TSH dans la norme. Cela n’est pas surprenant, puisque les chercheurs ont montré qu’une mauvaise signalisation de la leptine affecte le système immunitaire et peut être un élément déclencheur de maladies auto-immunes.


Quelles sont les autres raisons pour un patient souffrant d’hypothyroïdie de faire trop d’hormone reverse-T3 ?

En plus des stress chroniques, il y a des causes physiologiques, fréquemment rencontrées, liées aux glandes surrénales (cortisol bas, connu comme la fatigue surrénale), à de faibles niveaux de fer et de vitamine B12, => d’inflammation chronique.

Relations THYROIDE / SURRENALE : la fatigue surrénale

La fatigue surrénale est définie par une insuffisance partielle en cortisol. La fatigue surrénale est un état dû à des problèmes liés au mode de vie, généralement un stress chronique physique ou émotionnel, pollution par métaux lourds.

Signes et symptômes de la fatigue surrénale :

La liste est longue, elle inclue: faiblesse, manque d’énergie le matin et dans l’après-midi entre 15 et 17 heures, besoin de café et de stimulants pour « fonctionner », allergies, fréquence accrue aux infections grippales et respiratoires (qui tendent à se prolonger), douleurs musculaires et articulaires, malaises, pression artérielle basse, hypoglycémie, baisse de la température corporelle, fringale et attirance pour le sel et les aliments salés, mauvaise qualité du sommeil, cernes sous les yeux, chute des cheveux inexpliquée, peau fine et sèche, ongles barrés de stries pigmentées, efforts accrus pour les activités quotidiennes, difficultés à appréhender le stress, tendance à trembler sous pression, nervosité, anxiété, dépression, mauvaise mémoire, léthargie, augmentation des troubles prémenstruels, fibrose des seins, chute de la libido, vieillissement prématuré (manque de DHEA).


La fatigue surrénale est peut-être la cause la plus fréquente de l’insuffisance de la thyroïde,
Pour assurer la survie, les glandes surrénales forcent le corps à réguler à la baisse la production d’énergie, mettant l’organisme dans un état de catabolisme
La glande thyroïde, qui contrôle le métabolisme, va réguler son activité à la baisse en réduisant la production des hormones T4 et T3. Cela va aussi conduire à une augmentation de la thyroid-binding globulin (TBG), leur protéine-porteuse.

Comme dans le cas de la dominance en œstrogènes, l’accroissement du taux de TBG va se traduire par davantage d’hormones liées proportionnellement aux hormones libres actives disponibles pour les cellules. D’où une réduction des taux circulant sanguins de T4 et T3 libres. De plus, ce système bien orchestré de survie va diriger une plus grande conversion de T4 en reverse-T3, hormone inactive et antagoniste de T3 libre.
La thérapie de substitution par l’hormone thyroïdienne sans d’abord considérer le traitement des surrénales est une erreur courante et conduit souvent à une aggravation de l’état de fatigue surrénale au cours du temps et a l’intolérance au traitement thyroïdien : effets secondaires : palpitations, tremblements, insomnies etc.
70% des personnes qui prennent un traitement hormonal thyroïdien de substitution continuent de se plaindre de symptômes d’hypothyroïdie. Il n’est pas rare de rencontrer simultanément les symptômes d’une hypoactivité surrénalienne et ceux d’une hypoactivité thyroïdienne.

La plupart des médecins passent à côté en raison de leur ignorance de la fatigue surrénale.
En cas de fatigue surrénale, les hormones surrénales, le cortisol (urines de 24h ou cortisol libre 8h du matin ou salivaire ) et la DHEA sont basses, mais encore dans les valeurs de références normales (rien à voir avec les taux effondrés de la maladie d’Addison). En fait, ces hormones surrénales peuvent être de moitié de la valeur optimale et toujours s’afficher « normales ». Une telle « normalité » ne signifie pas que le patient est indemne de toute fatigue surrénale; en réalité ses glandes surrénales fonctionnent de manière sous-optimale, avec des signes et des symptômes évidents de détresse.

Donc d’abord monter le cortisol (méthylprednisolone, prednisolone, hydro-cortisone AVANT de monter les doses du traitement thyroïdien


COMPLICATIONS DE L’HYPOTHYROIDIE :

• Maladie du cœur et accident vasculaire cérébral.
Il est primordial de traiter une thyroïde hypoactive pour réduire le taux de cholestérol, particulièrement le LDL, responsable de dépôts graisseux dans la paroi des artères, afin d’éviter les risques de maladies du cœur et d’accidents vasculaires cérébraux.

Tous les patients présentant une hypercholestérolémie (et/ou hypertriglycéridémie) devraient subir un dépistage d’une éventuelle hypothyroïdie (entre autres causes de dyslipidémie secondaire), avant l’instauration une thérapie hypolipidémiante spécifique.


• L’hypothyroïdie peut conduire à une résistance à l’insuline/diabète type 2


• Risques d’une hypothyroïdie non traitée :

 
Les individus avec une hypothyroïdie non traitée ont un risque accru de:
Infections
Infertilité
Avortement
Donner naissance à un bébé avec des anomalies congénitales
Défaillance cardiaque: l’hypothyroïdie peut affecter la contraction du muscle cardiaque et accroître le risque de défaillance cardiaque chez un patient cardiaque.
Anémie par déficit en fer
Dépression (courante dans l’hypothyroïdie): elle peut être sévère. L’hypothyroïdie doit être considérée comme une cause possible de dépression chronique, particulièrement chez les femmes âgées. Avec le temps, une hypothyroïdie non traitée peut créer des troubles mentaux et du comportement, éventuellement une démence.

• Le coma myxœdémateux

NORMES

. De nombreux patients avec une TSH supérieure à 1.5 (et non pas 5.0) présentent des symptômes classiques et des signes d’hypothyroïdie.

L’attente des patients est de se voir débarrassés de leurs symptômes présents, aussi subtiles soient-ils, qui empoisonnent leur existence de tous les jours…quels que soient les valeurs sanguines de TSH ou autres dosages.
La gestion des symptômes et le rétablissement du bien-être priment avant tout.
Plus précisément, quels que soient les niveaux de la TSH, tous les patients présentant un quelconque degré d’hypothyroïdie (hypothyroïdie infra-clinique ou clinique patente) en raison d’une thyroïdite auto-immune d’Hashimoto (présence d’anticorps antithyroïdiens) doivent être traités avec l’hormone thyroïdienne de substitution.

Cela résume la majorité des cas. Le traitement doit être à vie, le patient restant hypothyroïdien quand il ou elle cesse l’utilisation de l’hormone thyroïdienne. Une fois que le patient a commencé à prendre le traitement, les taux d’anticorps devraient habituellement diminuer.

Mais dans la thyroïdite auto-immune d’Hashimoto prendre l’hormone de substitution ne suffit pas

Il y a un consensus sur la nécessité de traiter l’hypothyroïdie infra-clinique, quel que soit son degré, chez toutes femmes enceintes et celles qui envisagent une grossesse, pour diminuer le risque de complications de la grossesse et d’un développement défectueux in utero. Et les risques sont encore plus grands en présence d’anticorps antithyroïdiens élevés.
Une femme présentant des symptômes évidents, aussi minimes soient-ils, de défaillance thyroïdienne aura du mal à obtenir et/ou maintenir une grossesse si son taux de TSH est supérieur à 2 mUI/l, de façon optimale entre 1 et 2.

Dr. Norbert Kurland,  Résumé par le Dr Stéphane Résimont (https://www.docteur-resimont.com/accueil)

188 commentaires sur “Dr Stéphane Résimont et Dr Norbert Kurland : et si c’était la thyroïde ?”

  1. Rogelja Sylvie

    Bonjour, très intéressée par votre article, j’habite Dijon et je voudrais obtenir l’adresse d’un médecin pouvant soigner mon hypothyroidie comme le proposent les Dr Kurland et Résumons, Merci de m’indiquer auprès de quels praticiens je me me rendre
    Cordialement

    1. bonne idée ! Honnêtement si vous cherchez bien vous allez trouver un médecin formé en médecine fonctionnelle (micro-nutrition) !
      J’ai une bonne adresse sur Dijon. Je vous l’envoie en mail privé.

      1. Bonjour pourriez vous me donner les coordonnées du médecin sur Dijon ? Merci beaucoup

        1. Bonjour, je suis en pays de la loire et j’aimerai bien une adresse d’un médecins qui ne repose pas son diagnostic sur la seule TsH… MERCIII
          Cordialement

          1. Oui vous avez entre autres :
            Dr Martine CHARLES (Morbihan) : passionnée par la médecine fonctionnelle
            Dr Remy Gressard (Nantes) : également recommandé

      2. Maurice Anne-Laure

        Bonjour
        Pourriez vous me communiquer le nom du médecin sur Dijon forme en médecine fonctionnelle. J’ai une thyroïdite d’hashimoto depuis plus de 20 ans et grosse fatigue des glandes surrénales. Merci

        1. bonjour oui à Dijon je recommande notamment le Dr Marie-Christine Detourbe

          Sinon malheureusement il faut faire ses propres recherches pour les trouver et demander par exemple au laboratoire Energética natura ou Bionops (ou autres labos : bionutrics, therascience, biophénix, Le stum, herbolistique, physiosens) s’ils peuvent vous donner les coordonnées d’un praticien dans votre région. C’est tout à fait légal de poser ce genre de questions à un labo. On peut également demandé aux organismes de formation : je connais par exemple DFM formation mais il y en a énormément d’autres.
          Pour ma part je suis particulièrement joignable en semaine (tel : 06 58 89 82 99).

    2. Bonjour,
      Prenez-vous encore de nouveaux patients ou connaissez-vous d’autres médecins capablent de prendre en charge une hypothyroïdie que je gère seule depuis 7 ans. Mais là je crois avoir besoin d’un ttt médicamenteux. Je pense faire la T3r chez Barbier car TSH à 5,9, T3 et T4 sanguins dans les normes… mais tellement de symptômes !! Je désespère de retrouver de la vitalité.
      Merci à vous pour vos réponses.
      Maud

      1. bonjour
        Oui pas de souci pour une prise en charge… je suis en effet régulièrement formé par le Dr Stéphane Résimont. Je rappelle que l’hormone thyroidienne T3 doit idéalement s’approcher de la borne supérieure et je rappelle également qu’étudier seulement la T3 n’est pas suffisant… Il faut vraiment prévoir une prise en charge globale, y compris l’écosystème intestinal, la présence de perturbateurs endocriniens dans votre corps, etc…

  2. Bonjour
    Avez vous un médecin endocrino en région parisienne à conseiller svp.

    1. Sur Paris je recommande le Dr Laurent Fogel ou le Dr Odile Champart-Curie.
      Ils ne sont pas endocrino mais ont un très bon niveau en médecine fonctionnelle qui est la médecine qui s’occupe des causes de nos troubles chroniques de santé sur le plan du fonctionnement cellulaire.

      1. Bonjour, je cherche un médecin compétent dans ce domaine vers Montpellier.
        Merci

  3. Après 30 ans de lévo pour cause de nodule, mon endocrino me le supprime complètement pour la raison que la dernière ponction révèle un nodule bénin. Depuis, je me sens encore p lus fatiguée, déprimée, perte de mémoire . Diagnostiquée fibromyalgique depuis longtemps, je voudrais reprendre le lévo de mon propre chef. Je suis perdue, mon généraliste ne m’aide pas et l’endocrino ne voit que par le taux de TSH. (remonté de 0,39 à 4.
    Pouvez-vous m’aider ? Merci

    1. Oui il faudrait trouver un médecin formé en médecine fonctionnelle.
      Je recommande notamment le Dr Didier Cosserat à Saint Raphael.
      La fibromyalgie est lié à un ralentissement des mitochondries ; il existe de nombreuses causes et notamment la présence dans le corps de métaux lourds et de très nombreuses carences en raison de la micro-inflammation chronique / porosité du grêle qui créé un syndrome de malabsorption et qui fatigue énormément le foie.
      Il y a également généralement de grosses carences en vitamine D et en vitamine K.

      Il y a presque toujours un ralentissement thyroïdien, conséquence de cette fameuse porosité et d’un foie fatigué qui n’arrive plus à convertir l’hormone T4 en T3.
      Il y a d’ailleurs souvent une production de rT3 (c’est à dire la « T3 reverse ») chez les personnes souffrant de fibromyalgie. Du coup le corps est dénué de T3 !! Or cette dernière est indispensable au fonctionnement des mitochondries
      Il faudrait trouver un médecin qui vous prescrive Euthyral (T3 + T4) car vous vous sentiriez probablement mieux.
      La T3 existe en complément alimentaire mais le budget est supérieur
      Je signale un autre nutriment utile dans la fibromyalgie : le D-ribose car il nourrit directement les mitochondries.

      1. Bonjour, j’ai une fibromyalgie et une hyperthyroidie de basesow stabilisée depuis janvier 2021. Mon nutritherapeuthe m’a tout de même prescrit de l’euthyral. J’ai un peur de le prendre car il est donné surtout en cas d’hypo thyroïdie et donc je redoute de retomber en hyper… Je ne sais pas quoi faire ! Des conseils ?
        Merci

        1. Bonjour
          Oui en effet il faudra bien vérifier ce que vous ressentez en prenant Euthyral. Je ne sais que vous dire. Cette pathologie auto-immune doit avant tout être approchée de manière holistique, notamment traiter la porosité intestinale et les intoxications en pollutions /molécules lourdes (notamment les perturbateurs endocriniens), déprogrammer les mémoires familiales qui sont à l’origine, etc…
          La fibromyalgie est le résultat de plusieurs dysfonctionnements et il faut donc être courageux pour affronter les différents plans qui sont concernés.

          Ce qui est sûr et certain c’est que généralement en cas de fibromyalgie il ne faut négliger les colères et les peurs enfouies dans nos muscles depuis la petite enfance (donc s’intéresser au nerf vague et aux méthodes de respiration accélérées permettant de libérer les émotions enfouies).

          Généralement il ne faut négliger non plus :
          1) la transpiration (sauna infrarouges)
          2) traiter le foie gras
          3) favoriser la conversion de la T4 en T3 (d’où peut être la recommandation d’Euthyral).
          Si Euthyral ne vous convient pas alors il serait envisageable d’essayer le T3 seule (le produit s’appelle GTA et se trouve sur le site Energetica Natura, c’est un produit exceptionnel à de nombreux égards).

  4. Grosjean Denise

    Bonjour et merci pour votre article !
    Traitée depuis 15 ans pour Hashimoto j’ai d’abord bénéficié d’un traitement par Nature Throid (interdit depuis en FRANCE )
    J’ai du m’adapter depuis un an avec 112mcg de TCAPS+ 1/2 comprimé de Cynomel …
    Problème : je suis suivie par mon généraliste qui me laisse faire sur les dosages mais un peu frileuse de voir ma Tsh à 0.08 (je n’ai aucun symptôme d’hyperthyroïdie !).
    J’aimerais bien retrouver un bon médecin capable de faire mon suivi sans que j’ai à expliquer et justifier toujours mon ressenti clinique ! J’habite Aix en Provence
    Si vous avez une bonne adresse dans ma région je suis preneuse !

    1. bonjour Oui il est important de se sentir rassurée en étant bien suivi : dans votre région je recommande chaleureusement le Dr Jacques Bassier (Marseille)

    2. Bonjour aviez vous les t3 dans la norme basse, mileu ou haute de la norme avant de prendre l’euthyral ?
      Cela m’interesse car je n’ai jamais été bien depuis mon hashimoto à prendre le lévo, après gouttes Lthyroxyne puis Tcaps aujourd’hui mais je n’ai pas pris nf levo j’étais déjà au goutte de L-thyroxine à ce moment .

      Bref je suis tellement léthargique depuis je souhaiterais prendre de la t3 ou euthyral comme vous mais mes norme T3 sont dans la norme haute ou milieu selon les moments.

      1. en fait le Dr Stéphane Résimont explique souvent que prendre de la T3 n’est absolument pas dangereux
        donc ça vaut vraiement le coup d’essayer afin d’observer comment on se sent
        Juste pour info il existe également de l’organothérapie, c’est à dire un extrait de thyroïde embryonnaire qui fait parfois de petits miracles selon les médecins américains et certains spécialistes européens.
        En attendant il faut impérativement tenter de baisser l’inflammation intestinale et bien sûr totalement arrêter le gluten même l’épeautre

        Et bien sûr soutenir le fonctionnement des mitochondries, au minimum avec de la Co-enzymes Q10 et des multivitamines de grande qualité. Il existe de nombreux autres nutriments des mitochondries, en particulier la NADH, le PQQ, acide alpha lipoique

  5. SAULNIER CHRISTINE

    Bonjour votre article est génial !! diagnostiqué de la maladie d hashimoto depuis 2016 mon endocrinologue n arrive pas a me stabiliser mais je pense aussi avoir des carences en différentes hormones .J habite a Nantes pourriez me donner une adresse d un médecin formé en médecine fonctionnelle dans ma région ou un endocrino qui pourrait me prescrire de la t 3 (je prend du t caps 100) merci beaucoup

  6. SAULNIER CHRISTINE

    BONJOUR VOTRE ARTICLE EST GENIAL !!SOUFFRANT DE LA MALADIE D HASHIMOTO DEPUIS 2016
    JE PREND DU TCAPS 100 MAIS IMPOSSIBLE DE ME STABILISER ET JE SUIS SOUVENT MALADE
    POURRIEZ ME DONNER L ADRESSE D UN MEDECIN EN MEDECINE FONCTIONNELLE SUR NANTES OU EN PAYS DE LOIRE MERCI BEAUCOUP

  7. BONJOUR
    je suis atteinte d’une hypo mais depuis de grave probleme avec le nouveau levotyrox, et ayant fait bcq d’endocrinologue je me soigne par moi meme avec du kelp et de l tyrosine
    mais suite a la lecture de votre article je comprends mes problemes fatigue cronique taticardie et surtout j’ai des crises ou je deviens folle je mautomutile transpiration exessive probleme orl mycose a répétition ma généraliste me dit que tout va bien j’habite beziers dans l’héraut pouvez vous me conseiller un médecin pour sortire de ce cercle infernal!
    bien cordialement
    valerie

  8. Bonjour,
    Je suis fibromyalgique et fait de l’hypothyroidie.
    A l’approche de la ménopause, ma fatigue est insupportable.
    Pourriez vous me donner le nom d’un médecin entre Nantes et Bordeaux qui pourrait m’aider à retrouver un équilibre. J’habite à La Rochelle.

    Merci

    1. bonjour Oui en effet l’idéal serait de trouver un médecin formé en micro-nutrition. N’hésitez pas à rechercher de votre côté sur internet et notamment tout ce qu’a écrit le Dr Stéphane Résimont qui est un médecin tellement brillant en micro-nutrition et en hormonologie qu’il est très efficace sur de nombreuses pathologies chroniques y compris la fibromyalgie. Mais il y a énormément d’attente du coup n’hésitez pas à demander une séance à distance avec le Dr Lucie Wetchoco qui est aussi brillante que lui et elle a beaucoup moins d’attente.

      Je rappelle que dans la fibromyalgie il est souvent impératif de :

      – détoxifier les métaux lourds et notamment l’aluminium, par tout les moyens y compris la transpiration du sauna japonais (infrarouges)

      – couvrir les carences et notamment la carence en vitamine D en prenant un complexe D3-K2 à haute dose jusqu’à atteindre un taux sanguin de 70 ng

      – traiter la porosité intestinale

      – drainer le foie gras (plantes hépatiques + jeûne intermittent + bain dérivatif)
      Le bain dérivatif (refroidir le périnée chaque jour) est particulièrement utile dans la plupart des fibromyalgies.
      Le jeûne de 7 jours est parfois miraculeux.

      – avoir une alimentation anti-inflammatoire : l’un des régime qui fonctionne le mieux est le régime sans lectines du Dr Stephen Gundry : il existe maintenant un livre de recettes :

      – nourrir les mitochondries qui sont empoisonnées par les métaux lourds, y compris avec un peu de D-Ribose qui leur donne de l’énergie

      – faire un travail sur les émotions enfouies : personnellement j’ai découvert la Respiration Transformatrice qui m’a permis de me libérer de nombreuses émotions de colère, de peur et de tristesse enfouies au fond de moi : je me sens transformé et un de mes symptômes chroniques a disparu. Vous avez également la méthode de respiration Wim Hof qui est formidable et j’ai rencontré à Noel une personne qui m’a dit avec moitié moins de douleurs de sa fibromyalgie après 2 mois de pratique quotidienne de la méthode Wim Hof : voici la video qu’elle recommande :

      1. Bonjour,

        Auriez-vous la gentillesse, s’il-vous-plaît, de me communiquer le nom d’un médecin fonctionnel dans le Puy-de-Dôme, ou le cas échéant Saint Etienne, Lyon… etc… Je vous remercie.

        1. bonjour dans le puy de Dome n’hésitez pas à joindre Christian Boyer, qui à la fois diététicien et docteur en physiologie humaine

          Très bon niveau en médecine fonctionnelle

  9. MOINE Béatrice

    Bonsoir,
    je vous remercie pour l’écriture de cet article qui répond exactement à mes questionnements et à mes recherches. Je me suis fais opérer d’un goître congénital à l’âge de 13 ans. Aujourd’hui j’ai 52 ans, je souffre de fibromyalgie et je m’interroge depuis quelques années sur mon traitement thyroïdien, surtout depuis l’affaire du Lévothyrox. Malgré des résultats sanguins dans les normes, je sais que je souffre d’hypothyroïdie mais comme beaucoup de patients, il m’est difficile de trouver le médecin endocrinologue qui veuille bien écouter ma souffrance ainsi que mes doutes sur mon traitement actuel. Auriez-vous quelqu’un à me conseiller à Chalon-sur-saône (saône-et-loire) ?
    D’avance merci !

    1. bonjour
      Avez vous trouvé une solution satisfaisante à vos symptômes ?

      Les 4 nutriments de base pour soutenir la conversion de la T4 en T3 :

      – iode naturelle
      – sélénium
      – guggul
      – ashwagandha

  10. Bonjour
    Ravie d’avoir trouvé votre article.
    J’ai été traitée en 2012 pour la maladie de Basedow, j’ai prolongé mon traitement à 12 mois et ensuite arrêt et vérification TSH une à deux fois par an.
    Le dosage de TSH est dans les normes mais toujours plus élevé que 1,5.
    Je souffre de problèmes périodiques dépressifs avec des pics violents de rejet de mon entourage que j’accuse de tous les maux et défauts . Je vois tout en noir. Des idées d’en finir.
    J’aie des bouffées de chaleur depuis l’âge de 40 ans quand j’ai commencé à avoir des soucis dépressifs que j’ai attribués à un changement de vie total, vente de notre entreprise, changement de région et départ de la maison de notre ainé pour ses études.
    J’ai l’impression que je ne suis plus moi depuis, et j’ai maintenant 62 ans, j’étais d’une nature joyeuse aimant rire et m’amuser et toujours optimiste.
    Je le suis encore mais avec de plus en plus de périodes dépressives où après coups je ne me reconnais pas.
    Désolée de vous déballer tout ceci mais si vous pouvez me conseiller un bon praticien sur Rennes ou Nantes ou aux alentours, je vous en remercie d’avance. En tout cas votre article m’a fait prendre conscience que je ne suis pas folle et sue quelque chose cloche!
    Merci encore.
    Marie-Andree

    1. bonjour
      Vous avez bien raison de vous livrer car ça fait beaucoup de bien

      Et il est certain que l’équilibre hormonal est incontournable pour conserver une bonne santé morale globale

      En fait un THS (traitement hormonal substitutif) naturel, c’est à dire à partir de plantes, et très souvent particulièrement intéressant

      Donc il est recommandé de s’intéresser à ces plantes, comme par exemple l’alchemille, qui aura une action progestative douce et sans danger (puisque la progestérone protège du cancer du sein contrairement aux oestrogènes)

  11. Corinne Bistampoey

    Bjr merci pour votre article, j ai 55 ans je suis sous levotyrox depuis de nombreuses années et maintenant Eutyrox depuis 3 ans, il y a 2 mois j ai été opérer d une hystérectomie voie basse pour enlever les essures (moyen de contraception). Depuis je suis très mal prise de poids sans rien changer a mes habitudes alimentaires, cheveux qui tombent, mal de ventre (digestif) grande fatigue, constipation, douleur musculaire, j avais déjà quelques symptômes avant l opération mais la ça c est aggraver au point que je n arrive meme plus à travailler, je déprime et pleure très souvent. Qu’en pensez vous ou avez vous un Docteur à me conseiller, je suis du côté de Pau. Merci bcq

    1. bonjour
      Avez vous trouvé une solution satisfaisante à vos symptômes ?

      Oui ça ressemble beaucoup à une baisse de la T3, associéé à une sacrée inflammation générale. Il faut s’occuper de ça.

      Avez vous pensé à pratiquer également une approche de libération emotionnelle ? Et soutenir le nerf vague ?

  12. BONNICI Fabienne

    Bonjour,
    Pourriez-vous me recommander un médecin fonctionnel sur Montpellier SVP?
    D’après mes dernières analyses sanguines, j’ai une suspicion d’Hashimoto. Depuis j’ai modifié mon alimentation et lu beaucoup d’ouvrages sur la question. Je cherche un médecin qui ait une approche holistique et surtout que sa réponse ne soit pas chimique …
    Merci beaucoup pour votre aide et votre site très intéressant.

  13. Bonjour Etienne,
    quel complex d3 k2 en gouttes préconisez vous acr je ne supporte pas la vit D seule même la d3 gouttes végétal ou animall qui me fait des plaques et points rouges au visage ? Mais je n’ai pas testé avec k2 §

    j’ai hashimoto mais jamais bien depuis son début malgré divers prise de T4 aussi je vois que vous vous y connaissez, alors pensez que je devrais prendre de la T3 comme euthyral avec des T3 dans la norme haute actuellement mais milieu en tant habituel ? Je vous poste mes résultats car je suis perdue.Et suis tellement épuisé et léthargique.
    T4 – 11,5 (7 à 14.8 )
    T3 – 3.16 (1,71 à 3,71)
    TSH – 0,80 (0.35 à 4.94)

    1. bonjour
      Avez vous trouvé une solution satisfaisante à vos symptômes ?

      Pour moi en cas d’Hashimoto il ne faut pas trop toucher à la thyroïde. Il faut avant tout trouver le moyen de baisser l’inflammation intestinale, il y a de nombreuses nouvelles approches, ne serait ce que certains champignons médicinaux ou la Phycocyanine de qualité.
      Mais si vous êtes aussi sensible aux produits comme la vitamine D c’est que vous êtes peut être déjà en train de développer une intolérance à l’histamine ? Ou même un SAMA (syndrome d’activation mastocytaire) ? Je ne vous le souhaite pas ! dans ce cas là on est obligé de s’intéresser à l’approche du Dr Lucie Wetchoko

  14. Bonjour

    Auriez vous les coordonnées
    d une personne sur la région toulousaine où Pays – Basque ayant les mêmes principes de soins que citée dans cette articles .
    Diagnostiquée hyper alors que j ai les symptômes de l hypo … prise de poids … extrême fatigue mon endocri ne me donne aucune solution et cela devient difficile pour moi à vivre au quotidien.
    Merci par avance pour vos recommandations
    Bien à vous

    1. Bonjour
      Désolé je n’ai pas d’adresse dans votre région. Dans certains cas exceptionnels il est envisageable de prévoir une séance à distance. Ma spécialisations est la recherche des causes des troubles chroniques de santé.

      1. Bonjour, je suis diététicienne nutritionniste près de Toulouse et travaille selon cette pratique. Je collabore également avec des médecins fonctionnels dont le Dr Laurent Fogel.

  15. Bonjour,

    pourriez-vous m’indiquer un médecin ouvert à vos protocoles dans la région sud Landes ou Pays Basque ou même éventuellement, Bordeaux ; j’habite à Capbreton et souffre depuis plusieurs années de fatigue chronique et divers maux sans parvenir à un résultat satisfaisant malgré de multiples traitements

    avec tous mes remerciements

    1. Bonjour
      Désolé je n’ai pas d’adresse dans cette région. Dans certains cas exceptionnels il est envisageable de prévoir une séance à distance.

    2. Bonjour, je suis diététicienne nutritionniste à Toulouse et travaille avec la pratique de ces médecins tant en nutrition que compléments alimentaires.
      Je fais également la consultation à distance.
      Si les modifications que j’apporte n’entraine pas de satisfaction après 3 mois, je vous oriente vers l’un des médecins fonctionnels qui vous prendra en priorité pour envisager une prescription médicale supplémentaire., et traitement sur ordonnance si besoin.
      Bien à vous
      Sonia Vignieu

      1. bonjour, malheureusement non, il faut probablement apprendre à rechercher des médecins formés en médecine fonctionnelle de diverses manières : via google, demander aux pharmacies, téléphoner aux labo de micronutrition, par exemple Bionutrics, Therascience, Biophenix, Herbolistique, Symphonat, Copmed, Nutergia, La royale, Phytoquant, etc, etc…

  16. Bonjour,
    Pourriez vous m’orienter vers un médecin sur la région parisienne ?
    Je suis sous Euthyrox 100 mg et hydrocortisone 20 mg pour une hypothyroidie, fibromyalgie, syndrome de colon irritable. Les taux de l’analyse de sang TSH, t3L, t4L, cortisol, sont dans la norme , avec fatigue certes moindre, mais persistante. Hyperhydrose, sommeil non réparateur, frilosité.

    j’ai déjà dans le passé fait un rééquilibrage alimentaire sans oeuf, lait de vache, gluten. Je limite donc ces aliments, mais ça fait depuis 20 ans, que je subis ce syndrome de colon irritable, malgré tout.

    1. je crois vous avoir déjà répondu ? désolé je ne sais plus ; Je recommande en particulier le Dr Laurent FOGEL et le Dr Odile Champart-Curie, cette dernière ayant moins d’attente (elle est gériatre mais en tant que spécialiste de médecine fonctionnelle elle s’occupe de tous les âges.

  17. Bonjour, je recherche un médecin formé en micronutrition pour ce problème de thyroïde, j’habite en Moselle près de Metz. Qui me recommandez vous ?

    1. Bonne question !
      Si vous ne trouvez pas, n’hésitez pas à rechercher sur le net des médecins qui font des séances à distance. Il y en a de plus en plus. Pour l’instant je peux vous recommander le Dr Lucie Wetchoko et le Dr Odile Champart-Curie : cette dernière étant en France ce sera peut être plus simple pour le remboursement des analyses. Vous trouverez leurs sites sur le net.
      Il est fort probable d’ailleurs qu’elle vous demande de faire des analyses auprès du célèbre laboratoire Barbier à Metz, dans votre région, qui est l’un des laboratoires de médecine fonctionnelle les plus renommés de France.

  18. Bonjour, pouvez vous me conseiller un spécialiste dans la manche ou Calvados merci

    1. Si vous ne trouvez pas, n’hésitez pas à rechercher des médecins qui font des séances à distance. Il y en a de plus en plus. Pour l’instant je peux vous recommander le Dr Lucie Wetchoko ou le Dr Odile Champart-Curie : cette dernière étant en France ce sera peut être plus simple pour le remboursement des analyses.

  19. Lieutet Lydia

    Bonjour, je cherche sur Dijon l’adresse d’un bon endocrinologue ou généraliste , j’ai beaucoup appris sur votre site, je suis soignée pour une maladie de Hashimoto et depuis 2 mois j’ai des symptomes je pense d’hyperthyroïdie et deux avis médicaux contradictoires
    Je suis désemparée car je ne dors plus ,j’ai maigri, je ne me reconnais plus ,des palpitations et de l’hypertension et donc beaucoup d’angoisse
    Grand merci d’avance

  20. Bonjour, je cherche moi aussi à faire une consultation pour un déficit en T3 associé à une hyperperméabilité intestinale. Je suis en Guadeloupe. Auriez vous quelqu’un à me recommander, même à distance? Encore merci pour votre blog!

  21. Bonjour,
    Oh comme votre article est intéressant et je m’y retrouve tellement ! Tout s’explique dedans pour moi…
    Comme beaucoup je suis en errance avec ma thyroïde. TSH très basse et T4 très baissé, T 3 indosable… mais la généraliste me dit en hyperthyroïdie : je n’ai aucun symptôme d’hypertension, bien au contraire. Constipation +++, prise de poids, fatigué, bouffie, douleurs articulaires, peau sèche…
    un médecin à me conseiller autour de Rennes, Nantes ou Angers? Ou qui consulte à distance ?
    Merci !
    Brigitte V.

    1. bonjour
      Avez vous trouvé une solution satisfaisante à vos symptômes ?

      On constate assez régulièrement une baisse de la TSH (ce qui pourrait faire penser à une hyperthyroïdie donc) avant qu’elle remonte rapidement ! et là on dit « ah ben non finalement c’est une hypothyroïdie) .
      La réalité est que votre intestin est enflammé ! surtout si vous consommez encore du blé moderne et du sucre.
      La toute première victime de l’intestin enflammé c’est la thyroïde ! C’est bien connu. Et une baisse immunitaire , et souvent aussi la fabrication d’histamine dans le corps, ce qui amplifie tout plein de symptomes
      La peau sèche notamment c’est vraiment typique d’une « tendance hypothyroïdie », la constipation aussi, quoi que la constipation peut aussi être une problématique émotionnelle.

      A Angers vous avez le Dr Vanessa Hamoniaux belloeil, elle est exeptionnelle.

  22. MOREAU KATIA

    Bonjour,
    Je suis depuis quelques mois le Dr Résimont qui est passionnant! je recherche un praticien comme lui! en connaissez vous un en Rhône Alpes? n vous remerciant vivement!

    1. Bonjour
      pas évident de trouver un praticien formé en médecine fonctionnelle, il est peut être possible de joindre certains laboratoires de compléments alimentaires et leur demander.

      Sinon certaines pharmacies devraient être capables de vous indiquer quel médecin de votre patelin connait les compléments alimentaires.

  23. caroline audren de kerdrel

    bonjour,

    j habite à côté de brest (finistère). pouvez vous me donner le nom d’un praticien dans ma région?

    merci

    caroline

  24. Bonjour,
    j’ai des problèmes d’anxiétés et dépression très handicapants depuis 18 ans maintenant que j’arrive pas à soigner malgré un suivi par psychiatre et psychologue.
    Depuis quelques mois j’ai aussi de gros problèmes intestinaux mon généraliste m’a dit que c’était un syndrome du colon irritable.
    Je sais plus quoi faire pour aller mieux je suis anxieux fatigué épuisé tout le temps entre autre.
    Depuis peu je viens de découvrir la médecine fonctionnel et je me retrouve dans énormément de choses lues j’ai environ une grosse dizaine de symptômes d hypothyroïdie. Avez quelqu’un à me conseiller en Savoie Rhône Alpes ou même éventuellement en ligne ?
    je vous remercie pour votre aide et pour vos articles passionnants.
    Belle journée.

    1. Bonjour Oui il existe un lien direct entre la santé intestinale et le moral (fabrication des neurotransmetteurs), et également la santé de la thyroïde.
      Je vous envoie un message privé.

      1. Bonjour,
        J’ai lu avec attention votre article, bravo.
        Je suis suivie depuis peu par le docteur resimont. Je n’ai pas commencé traitement euthyral car je suis antichimique ça me fait peur et surtout je trouve curieux je vois qu’il en donne à tous les patients.
        Mon but dans un premier temps c’est d’arriver à tomber enceinte j’ai quasi 40 ans et j’ai fait des fausses couches, j’ai déjà fait 1 fiv en attente de poser mes embryons. Il m’a prescrit du fer, progestérone, euthyral, iode…
        y’a til un moyen naturel qui peut remplacer euthyral?
        J’espère que vous pourrez m’aider.
        Je vous remercie. Bien cordialement. Laetitia.

      2. Bonjour,
        Je suis très intéressée aussi par ce que vous pouvez me dire du lien entre anxiété/depression, fatigue chronique, intolérances alimentaires et thyroïde.
        Un grand merci !

        1. Bonjour en effet il faudrait envisager une séance à distance, n’hésitez pas à m’appeler : 06 58 89 82 99 ou à aller sur Medoucine.com
          Cordialement

          Christophe ETIENNE
          Naturopathe spécialisé dans la santé intestinale et immunitaire

  25. Bonjour. En essayant de faire quelques recherches je tombe sur votre.site incroyablement.riche d’informations. Mes analyses reçues lundi indiquent : Fer à 6 et TSH à 5.19 (plus hdl 1.1/ plaquettes 443)
    … je dois voir mon médecin très sympathique mais extrêmement Allopathe :-)….pas question de.me.bourrer de médicaments. Par ailleurs je suis obèse et boulimique. Auriez vous quelques conseils ? Je suis en Vaucluse…je pourrais event me rendre à.Marseille si cela était.necessaire…
    Très cordialement
    Fanny

  26. Bonjour Si je comprends ce qui est écris dans ces recherches il faudrait faire faire un prélèvement sanguin lorsque qu’un enfant vient au monde pour savoir si il est porteur d’un problème au niveau hormonal? et si cela s’avère juste cela voudrai dire que ses parents ont eux même des problèmes? et si cela s’avère juste on peut se dire alors que toute la génération serai touchée? Je suis porteuse de problèmes thyroïde et diagnostiquer fibromyalgie depuis 2012, ma fille est elle aussi diagnostiquer fibromyalgie avec problème thyroïde ,mon mari est fibromyalgie. Donc il y aurait un risque a ce que mais deux autres enfants soient impacter?. Les techniques de médecines fonctionnelles sont elles expliquées a tous les docteurs endocrinologue? sont ils formés? sont-ils au courant qu’ils puissent exister un autre moyen de soigner que toujours a prescrire du Levothyrox ? ou faire faire des ponctions ou des examens nucléaire?. Le monde a déjà était toucher par Tchernobyl ensuite Fukushima il va falloir former beaucoup de docteur en médecine fonctionnelles

    1. Oui soigner des personnes en 2023 ne ressemble en rien avec soigner des personnes en 1970 !
      Nos corps sont bien plus pollués et en dysbiose intestinale. Et en plus certaines personnes ressentent une urgence de travail sur soi afin de se transformer et si on resfuse de le faire, certains considèrent que notre âme nous envoie des symptômes afin de nous remettre dans le droit chemin, c’est à dire celui nous avons tout au fond de nous même. Bref il faut s’occuper de nos corps fragilisé par le monde moderne et il faut aussi parfois s’occuper du sens que l’on veut donner à sa vie car chaque organe est reliée à une symbolique et les symptomes sont une manière pour notre âme de nous envoyer des messages

  27. sylvie KANTOUR

    bonjour
    je suis diagnostiquée fibromyalgique, mais…Je reviens d’une cure rhumato/fibromyalgie et j’en conclue que soit je suis pas “douillette” du tout ou soit c’est autre chose…
    je demeure en Seine Saint Denis et recherche de préférence un médecin naturopathe, micro-nutrition, endo qui auraient connaissances de cet article et qui puisse confirmer ou remédier à mes maux ( douleurs diffusent et diverses, fatigue insomnies, maux de tête, de ventre, rétention d’eau, prise de poids (15kg) malgré remise en mouvement et suivi diététique .
    fibromyalgie annoncée par un centre anti- douleurs, suivi d’un mois d’hospitalisation en réadaptation fonctionnelle. pouvez vous m’orienter vers une médecin, en vous remerciant de votre compassion.
    bien cordialement
    sylvie

    1. bonjour
      Avez vous trouvé une solution satisfaisante à vos symptômes ?

      La fibromyalgie doit être approchée de manière pluri-disciplinaire mais on remarque souvent une hormone thyroïdienne T3 très basse ou bien la présence de T3 reverse.
      D’autre part il ne faut négliger les méthodes de transpiration (infrarouges lointains) et traiter la stéatose hépatique (foie gras) et enfin il faut bien soutenir le fonctionnement des mitochondries avec au minimum de la Co-enzyme Q10 et du D-Ribose
      Faire un travail avec de bons énergéticiens et/ou avec de la psychothérapie émotionelle (comme l’analyse psycho-organique OU la Gestalt thérapie) est souvent intontournable ou encore mieux des approches de libération émotionnelle (TIPI ou EFT ou EMDR ou respiration holotropique ou respiration transformatrice). L’EMDR notamment est intéressant.

  28. Bonjour,
    Comme beaucoup de commentaires, je me retrouve dans les articles liés sur votre site. Avez-vous quelqu’un à me conseiller en Rhône Alpes Auvergne et même Savoie svp ? Il est difficile d’échanger sur ces aspects avec mon médecin traitant, qui rejette quasiment l’ensemble des échanges que je souhaite avoir avec lui sur la médecine fonctionnelle.
    D’avance je vous remercie pour votre aide.
    Bien à vous.

  29. bonjour je recherche un medecin alyon svp et les coordonnées du dr stephane resimont svp

    1. Et bien non sur Lyon je n’ai pas de recommandation

      Pour le Dr Résimont il a en effet de nombreux patients français !
      Il faudra prévoir un certain budget pour financer à la fois :
      1) les analyses sanguines parfois relativement poussées (généralement auprès du laboratoire LIMS)
      2) la ou les séances elles-mêmes
      3) les compléments alimentaires (parfois assez nombreux ou sur le long terme)

    2. Et bien non
      Pour le Dr Résimont il a en effet de très nombreux patients français ! Il faudra prévoir un certain budget pour à la fois financer :
      1) les analyses sanguines souvent relativement poussées (généralement auprès du laboratoire LIMS)
      2) les séances elles-mêmes
      3) les compléments alimentaires (parfois assez nombreux ou sur le long terme)

    3. Et bien non
      Pour le Dr Résimont il a en effet de très nombreux patients français ! Il faudra prévoir un certain budget pour à la fois financer :
      1) les analyses sanguines souvent relativement poussées (généralement auprès du laboratoire LIMS)
      2) les séances elles-mêmes
      3) les compléments alimentaires (parfois assez nombreux ou sur le long terme)

  30. Bonjour, un médecin à me recommander dans le Maine et Loire svp? Hypo thyroïdiennes suivi d’une fibromyalgie… Je n’en peux plus

    1. bonjour
      Avez vous trouvé une solution satisfaisante à vos symptômes ?

      La fibromyalgie doit être approchée de manière pluri-disciplinaire mais on remarque souvent une hormone thyroïdienne T3 très basse ou bien la présence de T3 reverse.
      D’autre part il ne faut négliger les méthodes de transpiration (infrarouges lointains) et traiter la stéatose hépatique (foie gras) et enfin il faut bien soutenir le fonctionnement des mitochondries avec au minimum de la Co-enzyme Q10 et du D-Ribose
      Faire un travail avec de bons énergéticiens et/ou avec de la psychothérapie émotionelle (comme l’analyse psycho-organique OU la Gestalt thérapie) est souvent intontournable ou encore mieux des approches de libération émotionnelle (TIPI ou EFT ou EMDR ou respiration holotropique ou respiration transformatrice). L’EMDR notamment est intéressant.

  31. Bonsoir,
    Suite à un cancer thyroidien, je n’ai plus de thyroide, ni de parathyroide depuis 1999. Très bien soignée et suivie à l’étranger, dans 2 pays très différents, je reviens en France, où je me retrouve très mal prise en charge, ma parole mise en doute, victime d’un scandale sanitaire et en errance médicale depuis.
    J’ai environs 80% des symptômes que vous énoncez dans cet article, ma carrière professionnelle est à l’arrêt et ma vie est une souffrance quotidienne.
    Je recherche un spécialiste, dans les environs de Mâcon/Bourg-en-Bresse (Lyon et Dijon seraient envisageables aussi) qui puisse faire le lien entre ma TSH (qui fait le yoyo entre 2 et 42), la ménopause, la Candidose, des problèmes de reins et de migraines.
    Je vous remercie infiniment pour votre aide.
    Bravo pour votre article et toute l’aide que vous apportez à des patients français.

    1. bonjour
      avez vous trouvé une solution satisfaisante à vos symptômes ??
      Ne négligez pas tout ce qui pourrait baisser la porosité intestinale, l’inflammation générale, l’épuisement du nerf vague.
      Je connais des énergéticiens exceptionels dans l’Ain

  32. Bonjour,
    À la recherche d’un médecin fonctionnel sur Grenoble, avez vous des recommandations ?
    Je tente ma dernière FIV…

    Merci

  33. Bonjour,
    Bravo pour le constat et l’analyse détaillés de l’échec thérapeutique éclairé que vous faites d’une hypothyroïdie sous lévothyrox, l-thyroxine ..(hélas préconisé par la majeure partie des spécialistes). Je me retrouve dans presque tous les signes cliniques que vous évoquez aux conséquences désastreuses sur ma qualité de vie.
    Atteinte d’un cancer médullaire familial en 2003 puis une néoplasie endocrinienne multiple ; enfin une hyperparathyroïdie en 2005, j’ai toujours espéré trouver des alternatives pour soulager mon mal être en vain. Depuis, en dehors d’un contrôle médical annuel pour évaluer l’évolution de ma maladie (très handicapante), une seule prescription de L-thyroxine m’a été donnée après le Lévothyrox mal supporté. Votre avis repose sur l’espoir d’inverser ma condition ; ne fut-ce que l’idée d’être entendue et reconnaître que la L-thyroxine et/ou un lévothyrox (T4) ne suffisent pas pour espérer ouvrir la voie d’une guérison.
    Cordialement

    1. Bonjour
      écoutez je ne peux me soustraire à l’avis d’un médecin, bien au contraire, je collabore avec une bonne dizaine de médecin dans toute la France.
      Mais cette dimension de T3 basse doit être étudiée, et je rappelle que la thyroïde à également besoin d’un fonctionnement optimal des glandes surrénales. Ainsi il ne faut pas hésiter à évaluer le bon fonctionnement des surrénales, entre autres via la mesure de la sécrétion du cortisol salivaire du matin, en 2 fois, et éventuellement avec le cortisol urinaire, en plus du cortisol sanguin. Faire des mesures le soir est un plus notable en cas de grande énergie ressentie en soirée.
      A côté de cela les glandes surrénales sécrètent d’autres hormones très importantes, comme par exemple la DHEA et la prégnénolone. La testostérone est aussi très importante à mesurer, y compris chez les femmes.

  34. Bonjour, pouvez vous me conseiller un spécialiste à Tours, en Indre et Loire ou en région Centre ? merci

    1. Oups non malheureusement, il faut chercher par soi même un médecin formé en micronutrition (notamment par les labos Bionutrics, Therascience, Pileje mais également Nutergia, Bionops, Lescuyer, Energetica natura, physionat, Longevie, Biophenix, Physiosens, etc…). Les pharmacie également peuvent peut être vous renseigner sur les médecins prescrivant des compléments alimentaires. Au delà de ça il faut prendre conscience que nous devons peu à peu devenir notre propre médecin.
      On se fait toute une montagne de la médecine
      Prenons un peu confiance en nous !

  35. Bonjour,
    Merci pour cet article passionnant ! Je souffre d’une fatigue persistante, qui s’est installée et intensifiée au fil des ans jusqu’à devenir handicapante au quotidien, en particulier dans mon activité professionnelle. Aucun diagnostic n’a été posé pour l’instant. Les pistes que vous exposez m’intéressent donc beaucoup. Pouvez-vous me conseiller un médecin en Normandie (j’habite à Caen) ?

    1. Malheureusement il y a peu de médecins qui connaissent cette nouvelle caractéristique qu’est le RALENTISSEMENT de la motilité des muqueuses digestive (j’ai bien écrit muqueuses et NON transit) et de la sécrétion des sucs digestifs.
      L’idéal est de faire mesurer les fermentations intestinales (mais peu d’établissements médicaux les propose), et de pratiquer d’autres examens pour y voir plus claire : notamment les Métabolites Organiques Urinaires auprès des laboratoires d’analyses LIMS ou BARBIER.
      En attendant je recommande une naturopathe à Caen qui connait particulièrement bien l’intestin : Sophie Hebert-Delaunay :

  36. Bonjour
    Brillant article. Le premier en français que je trouve après 10 mois de recherche. J ai lu le livre de Dr Teitelbaum spécialiste américain de la fibromyalgie, et celui de Benoît Claeys sur l hypothyroidie.
    En résumé, je suis au bout de ma vie, je ne peux plus travailler, J ai le diagnostic de la fibromyalgie, de Lyme( en Suisse), vu des dizaines de médecins.
    Convaincue que je suis en hypothyroidie avec des analyses normales, mon médecin a accepté de me prescrire Cynomel, que je pense prendre avec de l hydrocortisone.
    Mais j ai besoin d un suivi, et je suis en Isère, Rhône Alpes.
    Avez vous un nom ?
    Hello
    A 47 ans j espère pouvoir revivre un jour, je galère depuis 30 ans.
    Grand merci

    1. Bonjour
      Vous faite bien de chercher sur le net : plusieurs études montrent que seules les personnes qui deviennent leur propre médecin finissent par trouver la solution à leurs soucis de santé.
      Surtout si c’est chronique puisque la médecine conventionnelle est quasiment impuissante à l’égard des troubles chroniques.

    2. Bonjour hatt, votre histoire ressemble beaucoup à la mienne, j’ai aussi une thyroïdite d hashimoto, traiter d abord par levothyrox puis euthyral et ce à divers dosage…. Même parfois j’ai augmenté les dose sans ne rien ressentir, j’ai toujours soupçonné une sorte de résistance au hormone thyroïdienne… Puisque les divers traitements que j’ai essayé pour la thyroïde n ont jamais fonctionné.
      Je suis sous hydrocortisone aussi mais là aussi aucun effet sur mes symptômes..
      J’ai aussi un diagnostic de lyme, mais malgré la prise d antibiotique rien ne fonctionne..
      Voilà pourquoi je soupçonne fortement une résistance au hormone thyroïdienne et je galère à trouver un médecin qui accepterais de me donner du cynomel et uniquement du cynomel..
      Si vous avez réussi à trouver un médecin qui vous prescrit du cynomel, faites moi signe svp.
      Merci

      1. Ce qui est certain c’est qu’il faut prendre sa santé en main comme vous le faite ! Sachez qu’il existe un produit de T3 (extrait animal de thyroïde) en vente libre : GTA du laboratoire Biotics research. Je connais pas mal de personnes enchantées par ce produit, notamment des personnes âgées, mais pas que.
        Selon mes observations depuis 8 ans, les troubles chroniques de santé sont particulièrement liées aux pollutions qui se logent dans nos organes, en particulier dans nos glandes hormonales, et pas que liées à notre microbiote. Ainsi on devrait rester attentif aux innovations en matière de détox. On parle beaucoup de l’acide alpha lipoïque par exemple, ou de la chlorelle mais je connais assez peu de personnes qui disent être vraiment améliorées. En revanche avec l’acide fulvique concentré (notamment la marque Black Oxygen Organics) on lit et on entend pas mal de témoignages assez bluffants. Donc à envisager le cas échéant. Tout comme la méthode « Respiration Transformatrice » (Transformational Breath) qui est également une méthode à la fois de transformation intérieure ET permettant de stimuler les forces d’autoguérison du corps.

  37. BACOU VERONIQUE

    bonjour, j’ai tous les signes d’une hypothyroïdie plus gros problèmes d’intestin et je voudrais consulter un spécialiste en médecine fonctionnelle et micronutrition je suis en occitanie à Montpellier, avez vous quelqu’un a me recommander ? merci d’avance

    1. Bonjour et bien bonne question, non je n’ai pas de médecin spécialisé en médecine fonctionnelle sur Montpellier mais vous allez trouver si vous cherchez bien. Si vous ne trouvez pas sachez qu’il est exceptionnellement envisageable de prévoir une séance à distance, les personnes ayant sauté le pas pour faire une séance à distance étant largement majoritairement enchantées.

  38. Bonjour j’ai suivi beaucoup de vos conférences et articless J’ai une maladie de Lyme chronique avec une hypothyroïdie bien que les médecins ne veuillent pas y croire ma TSH est à 3,2 j’ai donc décidé de me traiter avec de l’euthyral (Je suis vétérinaire) j’ai une nette amélioration de mes symptômes mais comme j’ai aussi de l’endométriose je pense qu’il y a un souci au niveau dominance estrogénique et je voudrai trouver un médecin qui fasse de la médecine fonctionnelle ce que je n’arrive pas à trouver sur la région de Toulouse .le docteur Résimont ne prend plus personne comment puis-je faire ? Je suis prête à me déplacer loin même en Belgique(famille) Vous parlez de consultation à distance ? Est-ce avec vous ? Merci d’avance pour votre réponse.
    cordialement.
    Héloïse Lejeune

    1. bonjour j’aurais préféré un médecin fonctionnel pour vous, comme le Dr Samy Knafo sur Toulouse ; de mon côté je m’occupe avant tout de santé digestive

      Pour Lyme il faudra vraiment trouver un très bon énergéticien (j’en connais un exceptionnel mais à Annecy)

      Il existe une quantité tellement importante d’approches…

      Un bon kinésiologue pourrait déjà déblayer sur la causalité

      Puis il faudrait parler d’une stratégie au téléphone oui (offert) (suis avant tout un chercheur de sens et de solutions )

      La méthode DNRS fait actuellement beaucoup parlé d’elle aux US (dans les pathologies chroniques)

      et pour les douleurs physiques on pourrait envisager l’approche fréquentielle ?
      Notamment le petit appareil HEALY qui fait des merveilles chez beaucoup de personnes :
      (je suis dans le réseau)

      1. re bonjour

        jai un lyme chronique et hashimoto, ca ne sarrange pas depuis qq temps, malgre les herbes, etc.

        evidemment la Thyroide est en cause. aussi. mais Hashimoto c’est peut etre Borrelia et EBV caches dans la thyroide et Les spirochetes ‘ mimiquent ‘ les proteines des cellules du « Soi » , alors qu’elles sont appartiennent au « non soi », donc les anticorps tentent de tuer les pathogènes s’attaquent aux tissus. ‘

        Normalement le corps n’a pas de raison de s’auto attaquer, la Nature n’est pas prévue pour cela. Jamais. Sauf peut être une névrose grave cachée et ancienne, et encore… Ce n’est pas mon cas

        je suis intéressée par le praticien a ANNECY pour lyme svp, mais connaiî-il les maladies auto immunes et hashimoto ?

        mon email je pense vous le voyez dans le fait que je poste ce commentaire?

        Merci

        1. bonjour
          et bien oui pourquoi essayer cette thérapeutique ; je précise que nous avons également de nouvelles approches en médecine fonctionnelle, et parallèllement à ça, nous travaillons avec de nouvelles approches basées sur les neurosciences qui sont particulièrement intéressantes

    2. DjaziaBadsidiététicienne

      Bonjour,

      il y’a le Dr Mouton (Luxembourg) et ses collaborateurs. Faut aller le voir dans son cabinet pour espérer avoir un rdv avec lui et pas ses collaborateurs (en Belgique). Dr Stien dans 59. Dr Assouly à marseille. Dr Charrié La rochelle, Dr Humber (spécialiste en médecine interne, il ne se dit pas médecin fonctionnel mais il travail comme en médecine fonctionnel). En plus des médecins cités plus haut

      1. Merci pour ces précisions, je ne les connais pas encore tous mais il est certain que la médecine fonctionnelle a le vent en poupe partout dans le monde, notamment parce qu’on va plus en profondeur dans l’analyse des causes des symptômes

  39. Bonjour,
    Auriez vous un spécialiste en médecin fonctionnelle à me conseiller vers Avignon ?
    Merci d’avance. Merci pour votre travail. Cordialement

    1. bonjour, malheureusement non
      il faut probablement apprendre à rechercher des médecins formés en médecine fonctionnelle de diverses manières : via google, demander aux pharmacies, téléphoner aux labos de micronutrition, par exemple Bionutrics, Therascience, Biophenix, Herbolistique, Symphonat, Copmed, Nutergia, La royale, Phytoquant, etc, etc…

    2. Francine Malvino

      Spasmophilie plus jeune avec colon irritable puis plus tard fibromyalgie. Des années de fatigue , mal-être, stress. Là à 61 ans je suis complètement épuisée. Mon intestin irritable m’empêche toute médication sous peine de douleurs au ventre, ballonnements. En ce moment fatigue, epuisement, problème de déglutition, déprime voire dépression .

      Je précise que depuis des années je ne prends aucun médicament même la gemmothérapie ou des plantes exacerbent ma colite. Plus jeune je supportais. J’etais toujours fatiguée mais aujourd’hui je ne peux plus sortir de chez moi.

      Consultez vous? Comment vous joindre? Quel sont les tarifs? Faudra t il faire des analyses chères?

      1. Bonjour
        oui il est possible de prévoir une séance à distance et d’étudier ensemble les meilleures actions à faire. En attendant vous pouvez éventuellement prendre 1 à 2 gouttes d’HE de graine de coriandre, mélangé dans un peu d’huile d’olive, à la fin des 2 repas. Cette HE est généralement très bien supportée même en cas de très forte inflammation intestinale. Vous pouvez aussi essayer les fameux plats mijotés contenant 1 os (comme les osso bucco) afin de récupérer le collagène, parfois indispensable pour régénérer la paroi intestinale. Il faudra probablement essayer différentes approches afin de déterminer les meilleures et les plus adaptées à votre cas.

  40. bonjour je suis hashimoto et disbiose
    dépression grosse douleur paralysante musculaire je suis sous tcaps 75
    Je n’en peux plus de tomber sur des Endocrinologue qui disent que ce n’est pas ça qu’ils ne font que la T4 ça fait trois mois que je fais des allers-retours dans les hôpitaux il me jette des pressions qu’il me dise et ils veulent me mettre sous antidépresseurs mais je ne veux pas je sais que c’est ma thyroïde ayant énormément de problèmes à la gorge changement de voix il y aurait-il un médecin fonctionnel autour du 49 Maine-et-Loire les pays de la Loire merci

    1. Oui en effet je connais beaucoup de personnes qui prennent des complexes de nutriments améliorant la conversion de la T4 en T3 et qui se sentent mieux, voir bien mieux assez rapidement.
      Généralement ces complexes contiennent :
      1) Iode naturel + Sélénium + zinc
      2) du Gugul, ou Myrrhe des Indes, qui améliore la fabrication des hormones thyroïdiennes et la conversion T4/T3
      3) du Kaempferol qui protège le fonctionnement de la thyroïde

      Le complexe mis au point par le Dr Résimont et les laboratoires Nutri-logics se nomment « Thyroïde Complete »
      On prendra 2 à 3 gélules par jour, plutôt le matin

      4) parfois on y trouver également : vitamine B12, manganèse, ashwagandha et également de la L-tyrosine, le fameux acide aminé qui est sert de « combustible » pour les hormones thyroïdiennes ET pour la dopamine : du coup la L-tyrosine fait d’une pierre deux coups dans les profils déprimés (ou avec un manque de motivation ou de concentration)

      5) J’en profite pour préciser à nouveau l’importance de la vitamine D pour la thyroïde : donc ne pas négliger la supplémentation + exposition modérée mais fréquente au soleil en étudiant bien les heures d’exposition en fonction de l’époque de l’année, sachant que sous nos latitudes, on ne fabrique de la vitamine D grosso modo que du 15 avril au 15 octobre
      A partir d’un certain âge, en préférera de la vitamine D3-K2 qui sera bien mieux assimilée, surtout en cas de douleurs articulaires ou musculaires, d’ostéoporose ou de pathologie cardio-vasculaire

      6) J’en profite également pour préciser que la thyroïde a particulièrement pâtit des 70 ans de pollutions environnementales auxquelles nous avons été exposé.
      Revenir à une meilleure santé thyroïdienne passe donc presque toujours par une approche de détox cellulaire. Tout dépend de chaque personne. Mais on parle de plus en plus de la pertinence de certains produits naturels pour détoxifier en douceur mais en profondeur nos cellules, y compris des glandes endocrines.
      Je développerais probablement à une autre occasion mais on parle de plus en plus de l’acide fulvique concentré et de la Nano-zéolite TRS, à envisager si les produits « classiques » n’ont pas été suffisants (N-acetyl-cystéine, acide alpha lipoïque, chlorella, etc… )

      1. l’acide fulvique + Humique , directement venant de la terre, est le seul compose naturel prouve par des etude scientifiques s tres poussees, capable de detoxifier l’oxyde de Graphene. pas juste ‘ anti oxydant comme la Nac , comme Glutathion mais le desagreger, le faire partir du corps.

        si vous comprenez…;

        il est reputé aussi pour reparer la paroi intestinale poreuse par un dr americain qui en vent a des prix prohibitifs sous la marque Ion ou bion , je ne sais plus

        Cherchez sur I Herb. c’est moins cher.

        1. mais il faut en trouver un bon, avec des examens et teste sur les metaux lourds , avant d’acheter/

          1. Certes
            Ecoutez oui on a beaucoup parlé des métaux lourds depuis 15 ans mais ce n’est plus la seule chose à faire en médecine naturelle

        2. Merci pour l’info
          Oui j’ai en effet une bonne opinion de l’acide fulvique et de l’acide humique ; il existe par ailleurs de plus en plus de « terres et de tourbes » médicinales (Fangopur par exemple, ou Trink moor)

  41. Merci Étienne pour ces précisions que je vais tester sur moi, afin de fixer le terme d’une errance médicale depuis 2016 : fatigue chronique, perte de cheveux, prise de poids, troubles articulaires (crampes, raideurs articulaires matinales, douleurs chroniques au niveau musculo-squelettique…), sans compter une arthrose sévère 2 ans après la suppression de la thyroïde.
    Mais voilà, mes dosages de TSH, T4 et T3 « semblent corrects » dixit mes médecins (outre une oscillation le plus souvent en hypo, et parfois en hyper…SIC !).
    Pas d’anticorps révélant une Hashimoto….on m’a donc gentiment renvoyée chez moi et à mes douleurs chroniques…: apres le « rentrez chez vous, vous etes nosophobe », j’ai eu le droit aux motifs evasifs (démontrant la fin des arguments valides) tels que « c’est le stress, votre métier n’est pas facile, vous avez une importante charge familiale, c’est le stress lié à la crise sanitaire…. » ils ont oublié de citer « la mort et les impôts » comme disent les américains…pour me renvoyer dans un désert médical… l’errance.
    Mon ostéopathe et moi suspectons une fibromyalgie… Mais voilà…nous ne sommes pas médecins et n’avons pas le pouvoir d’ordonner les examens nécessaires : notamment pour aller voir un rhumatologue spécialisé dans les maladies auto-immunes, fibromyalgie, etc…
    Non…on continue à « éliminer les autres possibilités », ralentissant la résolution du problème…. Chacun m’indiquant que « les marqeurs de la fibromyalgie ne sont pas clairement identifiés et qu’il n’est possible de définir qu’un faisceau d’indices »…pour ignorer mes douleurs permanentes.
    Je vais donc sortir du parcours de soins pour trouver un médecin capable de m’aider, car à bout physiquement et émotionnellement. Et j’avoue que je commence à laisser paraître mon agacement face aux sornettes, des craques !
    Si vous avez un médecin à me recommander : sur le Nord ou à distance, je suis preneuse !
    Merci de votre réponse Étienne.
    Marie-Thé

    1. Ecoutez oui en effet il faut impérativement investiguer d’une autre manière et peu à peu vous débarrasser de l’idée que vous n’êtes pas médecin. C’est à la fois vrai et faux. Mais c’est surtout faux. Il faut impérativement reprendre confiance en vous et tester différentes approches en restant extrêmement objectif, observateur mais déterminé.
      Dans votre cas ne pas négliger notamment les investigations de la T3, de la vitamine K2, du cortisol salivaire et de bien d’autres marqueurs biologiques. Faire un bilan Oligoscan (connaître les carences dans les tissus du corps) est également intéressant selon moi.
      Oui je connais des médecins spécialisés en médecine fonctionnelle qui prennent à distance. Je vous envoie des coordonnées mais plutôt en MP (mail privé)

  42. la greca stephanie

    Bonjour, votre article est trés intéressant le meilleur que j’ai lu sur le sujet !auriez vous une adresse sur Annecy ou environ .Cela fait 3 ans que je vie un enfer des vibrations dans tout le corps ,acouphènes à droite perte de cheveux surtout du coté droit dégarni au niveau du golf,je viens de remarquer la perte du sourcil au niveau de la tète ,des douleurs sur le coté droit , mélasma,fatigue etc .j’ai passé des scanner irm mais rien on me renvoie chez moi en me disant que c’est idiopathique ou le stresse .seule ma kiné voit qu’il y a des petits œdèmes autour de l’ oeil et du cuir chevelu. Les résultats sanguin sont normaux pour la tsh mais je retrouve plusieurs symptômes pourtant. J’espere que vous pourrez m’aider et entrevoir une petite lueur au bout du tunnel .Merci d’avance ,bien cordialement .Stéphanie.

    1. Bonjour, écoutez oui en effet on sait aujourd’hui que 90% des soucis de santé, notamment la thyroïde, viennent de la santé intestinale (à la fois la santé de la paroi intestinale, mais également le mucus qui tapisse cette paroi et enfin le microbiote intestinal). Il faudra donc s’intéresser à la médecine fonctionnelle, nutritionnelle (et pourquoi pas la naturopathie), qui permettent de rechercher les causes.
      Personnellement je pratique cette approche depuis plus de 7 ans. Il faudra évaluer le niveau inflammatoire de votre intestin : il existe plusieurs outils et analyses fiables pour évaluer, et grâce à des questionnaires assez poussés on pourra connaître votre profil (ou « terrain physiologique), ce qui donne d’assez précieuses indications sur les meilleures stratégies pour remonter la pente. En cas d’échec (rare) on procède alors à des analyses médicales plus poussées.
      En attendant méfiez vous des excès de blé, laitages, sucre, sodas, et de fritures.
      Pour prendre Rdv, y compris à distance :

  43. Bonjour je suis sous lévothyrox 137 mon docteur me contrôle juste là TSH tous les trois moi qui était à 13 et redescendu a 0,33 ces jours ci il me re prescrit toujours 137 de lévothyrox, bref il ne cherche pas plus ! Toujours fatigué + douleurs au niveau des bras et muscles, crampes nocturnes des pieds tous les soir, remontées acides de l’estomac alors que je prends plusieurs fois par jours du gaviscon, ma vue a baissé, mes cheveux tombent et je suis très très constipé ; Voilà, j’habite à Foix en Ariège, ici pas de docteur compétent alors je cherche qui consulter même à distance pour en finir avec cette hypothyroïdie !? Merci aider moi

    1. bonjour
      oui en effet quand il y a autant de symptômes on ne que soupçonné qu’une belle micro-inflammation chronique (porosité intestinale) s’est installée. Il faudrait donc en effet aller voir du côté de la médecine fonctionnelle et naturopathique.
      Je vous recommande notamment de stopper au plus vite la consommation de blé moderne et de vous intéresser au blé ancien (épeautre). Et même l’épeautre il n’est pas certain que vous le supportiez. Il sera probablement incontournable de stopper complètement pour l’instant la consommation du pain et des pâtes, ainsi que de la plupart des laitages. Et bien sûr de l’alcool. Et comme il y a des reflux, n’hésitez pas à lire mon article sur le sujet, et diminuer également les aliments fortement riches en histamine comme tomates et charcuteries.
      En tous cas limiter ces aliments c’est déjà un premier pas : ça va diminuer la porosité et limiter l’histamine va diminuer l’inflammation des muqueuses digestives.
      D’autre part il est assez probable que votre corps convertisse mal la T4 en T3.
      Du coup il faudra peut être envisager de prendre Euthyral plutôt que lévothyrox : de plus en plus de médecins apprennent à se servir d’Euthyral. En attendant on pourrait envisager de prévoir une séance à distance car retrouver un bon fonctionnement digestif demande une certaine expertise. Voici mon numero : 06 58 89 82 99 ou

      1. je dirai zero epeautre et meme pas petit epeautre et meme pas d’ avoine et se payer un test immunologique de 187 aliments, c’est cher mais au moins on sait. ce que il ne faut surtout pas manger.

        moi jetais meme intolerante en rouge au jaune d’oeuf, aux pistaches noisettes, amandes, mais, etc
        ce ‘nest pas ce que on croit qui compte mais la realite du terrain et seul on ne sait pas

        le test lui ne peut pas mentir

        mais ce que tout le monde oublie de dire ici comme ailleurs, ce sont les causes xenobiotiques pathogeniques et destructices de toutes nos cellules et de la thyroide que sont les ONDES sans fil de la telephonie mobile ( smart phones, antennes relais et wifi )

        la Thyroide cette merveille creee par Dieu est un organe ultra sensible aux emotions au champ magneitique terrestre et c’est un organe electro magnetique subtil qui rayonne et demande bcp d’amour et de tendresse quand elle est attaquee. par l’environnement et les emotions. donnez lui bcp d’amour, car elle n’est pas fautive. elle est victime/

        les ondes non ionisante de orangebouyguesfree, des menteurs pathologiques les Gvts, avec l’Ircnip, et l’Anses, la flinguent autant que les ondes ionisantes de Tchernobyl , surtout depuis 4G , 4G + encore pire depuis 5G

        1. bonjour
          Oui en effet je n’écris pas suffisamment sur les méfaits des ondes électromagnétiques

          Et c’est justement urgent puisque la 5G est en train d’être déployée et à mon avis ça va être une hécatombe !!!

          Il va falloir ne rien lâcher là-dessus non plus !

  44. geynes anne marie

    Bonjour
    Je me permets de venir vers vous.Après avoir écouter et lu plusieurs interviews du Dr Résimont, j’ai testé le CYNOMEL à raison d’un demi au bout de 10 jours, bien sùr tout en baissant mon EUTHYROX de 137,5 je suis passée à 100.Suite à une grosse intervention au niveau des intestins, puis Stomie, je n’arrive pas à remonter et j,ai le ventre en permanence gonflé. J’espérais vraiment un résultat mais je suis encore plus fatiguée,mon cerveau encore plus ralenti que sous EUTHYROX seul, je ne comprends pas,tout le monde semble parlé de dynamisme et d’éveil!!!Y a t’il des intolérance à la T3? je vous remercie de l’intérêt que vous porterai à ma demande. Respectueusement am GEYNES

    1. Bonjour

      Il va falloir avant tout vous écouter. Nous sommes tous différents.

      Je préfère vous répondre en vous rappelant que la santé de la thyroïde dépend en grande partie du :

      1) microbiote intestinal. Il y a pas mal de preuves. Vous devez le savoir mais je vous confirme que ça devrait LA priorité absolue puisqu’il y a réellement un espoir d’amélioration durable de la santé thyroïdienne si on agit correctement sur le microbiote (par exemple en se basant sur une analyse fiable comme le Florinscan Plus).

      2) niveau de certaines pollutions environnementales : si on agit de manière pertinente sur la détox des molécules lourdes (et pas que les métaux lourds) et les perturbateurs endocriniens. En agissant sur ces derniers on peut parfois voir des thyroïdes qui s’améliorent durablement.

      Christophe ETIENNE 06 58 89 82 99

  45. Bonjour un pouls lent à 55 avec fatigue , maux de tete et vertiges ,et temperature matinale à 35.9(sans probleme cardiaque connu)signent t il s une hypothyroidie?

    Une autre question est pourquoi certaines personnes feront une hypothyroidie et d’autres pas alors que l’alimentation est la meme avec les memes carences probables(en iode,magnesium,zinc…)
    Ou doit on considerer d’autres parametres plus psychologiques par exemple?(nature anxieuse ou depressive,pessimisme…)

    Merci pour votre eclairage

  46. Nilès Justine

    Bonjour
    Connaissez vous un spécialiste de la thyroïde sur LILLE ?
    CORDIALEMENT

    1. bonjour
      malheureusement non, il faut trouver une personne formé à la médecine fonctionnelle, sinon envisager les médecins de Bruxelles ou de Liège, y compris le Dr Philippe David, le Dr Benoit Claeys (Waterloo), et le Dr Philippart de Foy
      Bien entendu il est possible de prévoir une séance à distance avec moi

  47. Bonjour,

    En cas de fatigue surrénalienne associée ou non à une hypothyroïdie non franche, le seul axe de travail est de remonter le cortisol avec des médicaments ou plantes cortico-stimulantes ? ?
    Merci à vous

    1. Très bonne question. La réponse est plutot non.
      1) Les plantes adaptogènes sont toutefois parfois remarquables ! notamment rodhiola, ashwagandha, bacopa
      2) associée éventuellement à de la L-Tyrosine et de la klamath le matin afin de soutenir la sécrétion de la dopamine
      3) il faut généralement associer le tout à des minéraux : eau de mer quinton ou des complexes Magnésium-Potassioum-Calcium de qualité, au choix, ou les deux en cas d’épuisement
      4) en cas de réel épuisement surrénalien il faudra bien sûr consulter un médecin
      A savoir qu’en médecine fonctionnelle on utilise parfois des extrait embroyonaires de surrénale animale. Ce sont des labos américains. C’est parfois tout à fait remarquable en cas de réel épuisement surrénlien, éventuellement en association à de faibles doses d’hydro-cortisone
      5) je rappelle qu’en MTC l’épuisement surrénalien se nomme « vide de rein » ou « vide de qi du rein » : on peut donc apprendre à remonter l’énergie du rein via la digitopuncture par exemple
      6) je rappelle également que régulièrement j’observe que l’épuisement surrénalien s’accompagne d’un épuisement émotionnel ou d’entetment de ne pas suivre la voix que notre âme nous suggère de suivre : il faudra ainsi dans ce cas là envisager plutôt un coach afin de construire un projet qui nous tienne à coeur

  48. Bonjour, je vous remercie pour votre article. je me retrouve beaucoup dans ce que je lis. Je n’ai plus de thyroïde depuis 1997. Je prends du levothyrox seul. Depuis 10 ans, j’ai tous les symptômes de l’hypothyroïdie mais là tsh est souvent dans les normes. J’ai insisté pour mesurer la t4&t3 qui sont aussi dans les normes. Mon médecin a enfin accepté après 10 ans de demande de me donner un courrier pour aller voir un endocrinologue. Qui puis-je consulter à Caen ou en basse Normandie qui aurait votre approche ? Je vous remercie de votre retour.

    1. bonjour
      Oups non je ne connais pas d’endocrinologue dans votre région. Je rappelle que les médecins formés en médecine fonctionnelle sont souvent bien plus pertinents et à jour des connaissances scientifiques que les endocrinologues. Ce n’est pas moi qui le dis c’est la majorité des personnes que je rencontre et qui ont essayé les deux

  49. Bonjour,

    Après des années d’errance médicale je viens d’apprendre que je suis en hypothyroïdie j’habite à ST ETIENNE dans la Loire avez vous connaissance d’un bon PRATICIEN en médecine fonctionnelle ? ou même sur Lyon.

    En vous remerciant pour votre aide précieuse.

    Inès.

    1. Bonjour non bizarrement je ne connais personne sur Lyon : je vous recommande éventuellement de googliser ou de demander à quelques pharmacies ou même de rechercher un médecin nutritionniste ou encore de regarder un naturopathe bien noté sur médoucine.com

  50. Bonjour, Quel sorte de magnésium faut il prendre en cas hypothyroïdie s’il vous plaît ? Merci

  51. Bonjour, connaissez vous un médecin formé en médecine fonctionnelle sur Dijon. Je suis Hashimoto et en errance medicale totale. Merci d’avance pour votre réponse

    1. bonjour oui à Dijon je recommande notamment le Dr Marie-Christine Detourbe

      Sinon malheureusement il faut faire ses propres recherches pour les trouver et demander par exemple au laboratoire Energética natura ou Bionops (ou autres labos : bionutrics, therascience, biophénix, Le stum, herbolistique, physiosens) s’ils peuvent vous donner les coordonnées d’un praticien dans votre région. C’est tout à fait légal de poser ce genre de questions à un labo. On peut également demandé aux organismes de formation : je connais par exemple DFM formation mais il y en a énormément d’autres.
      Pour ma part je suis particulièrement joignable en semaine (tel : 06 58 89 82 99).

  52. Bonsoir,
    Pourriez vous svp me donner le nom de bons médecins fonctionnels en Bretagne ou Nantes et dans le cas contraire de bons médecins fonctionnels qui font des consultations à distance ?
    Je viens de découvrir votre site. Je le trouve riche d’infirmations 🙂
    Merci par avance pour votre retour,
    Bien cordialement,
    Elise

    1. bonjour, en Bretagne vous avez notamment le Dr Martine Charles (La Trinité Surzure)

      Sinon malheureusement il faut faire ses propres recherches pour les trouver et demander par exemple au laboratoire Energética natura ou Bionops (ou autres labos : bionutrics, therascience, biophénix, Le stum, herbolistique, physiosens) s’ils peuvent vous donner les coordonnées d’un praticien dans votre région. C’est tout à fait légal de poser ce genre de questions à un labo. On peut également demandé aux organismes de formation : je connais par exemple DFM formation mais il y en a énormément d’autres.
      Pour ma part je suis particulièrement joignable en semaine (tel : 06 58 89 82 99).

  53. Bonjour,
    Je suis atteinte d hypothyroïdie non traitée TSH à 6,19, T3 à 5,2, T3 reverse 0,69 élevée, cortisol effondré ,dhea à 94, sélénium à 91 ug/l,homocysteine 8 ,T4 16.82 CAR + 7100,IODE 200, FERRITINE 120, VIT D 150. Êtes vous en mesure de m aider ?
    Je suis en arrêt de travail et épuisée je vais avoir 45 ans..

    Merci à vous.
    Layla.

    1. Bonjour écoutez oui en effet je travaille en micronutrition et surtout je suis très concentré sur les causes (notamment les perturbateurs endocriniens), de manière à remonter la pente et à voir un jour le bout du tunnel

      Je suis souvent joignable en semaine (Tel : 06 58 89 82 99)

  54. flohimont danielle

    bonjour, testée positive en Allemagne lyme , négative blot et elisa , je cherche sur Savoie et autres : médecin
    qui traite lyme et médecin micronutrition . merci

    1. Malheureusement il faut faire ses propres recherches pour les trouver et demander par exemple au laboratoire Energética natura ou Bionops (ou autres labos : bionutrics, therascience, biophénix, Le stum, herbolistique, physiosens) s’ils peuvent vous donner les coordonnées d’un praticien dans votre région. C’est tout à fait légal de poser ce genre de questions à un labo. On peut également demandé aux organismes de formation : je connais par exemple DFM formation mais il y en a énormément d’autres. Pour ma part je suis particulièrement joignable en semaine (tel : 06 58 89 82 99).

      Et surtout lire les livres de Judith Albertat : on prend ainsi peu à peu confiance en soi et on arrête de mettre systématiquement sa santé entre les mains d’autres personnes.

      La confiance en soi est fondamentale et c’est ainsi qu’il ne faut hésiter à se former soi même et à envisager de se faire accompagner par des praticiens (psy) qui intègrent la dimension émotionnelle dans leur approche ; s’il n’y a pas de dimension émotionnelle alors il y aura peu d’évolution…

  55. Manon Lavesque

    Bonjour, je découvre avec un peu d’espoir vos articles, la page Facebook du Dr resimont et la mine d’or d’informations qu’ils contiennent.
    Je suis dans une situation complexe, complètement délaissée par les médecins qui faute de trouver quelque chose me disent d’arrêter de chercher.
    J’ai des douleurs articulaires (bassin, dos, genoux) et des sueurs nocturnes depuis bientôt 10 ans. (j’ai 26 ans). Il y a un an mes douleurs se sont nettement accentués limitant clairement mon quotidien sans causes évidentes.
    Avant cela, j’ai arrêté la pilule et fait poser un stérilet au cuivre, celui ci m’a provoquer de vives douleurs dans le bassin, coccyx et des règles extrêmement douloureuse. Le retrait m’a permis un petit répit jusqu’à cette intensification été 2021. Depuis, j’ai multiplie les rdv, les examens… Ils sont toujours bons sauf des trucs sans importances pour les médecins conventionnels type carence b9 b12, augmentation vgm tcmh et une tsh très fluctuante mais tjs dans les normes.
    Mon petscan retrouve  » une masse de densité tissulaire homogène mediastinale sup et pré vasculaire discrètement hyperfixiante faisant évoquer en première hypothèse une origine thymique physiologique ».
    Sinon tout va bien. Sur le papier pas dans mon corps.
    J’ ai l’impression de ne plus avoir de solutions et voilà que je tombe sur vous. En sus de mes problèmes de douleurs articulaires j’ai des problèmes intestinaux depuis l’adolescence expliqué par les médecins comme  » mon propre fonctionnement  » et pour lesquels il n’y aurait rien à faire. Une Colo gastro ayant balayé la possibilité d’un quelconque problème pr les gastro enterologue classiques.. J’ai le ventre qui gonflé de façon impressionnante à des moments, une constipation chronique avec des laxatifs prescrit à vie parce que  » c’est comme ça, on est pas tous égaux » selon la gastro… Des maux de ventre intense, des problèmes de digestion, des douleurs à l’ estomac (pas d’helicobacter pylori)… Un pur régal.
    Voilà mtn un an que je prends du tramadol, des anti inflammatoires (ibuprofene puis ajd célèbrex) avec bien sûr des ipp et de l’acupan.
    J’ai bien peur que ce cocktail ne fasse qu’empirer les choses à long terme. Je cherche des solutions mais je n’en trouve pas. Pouvez vous m’aider ? Savez vous vers qui me tourner même en consultation à distance, mais qui prenne réellement les choses en main ?
    Je suis sur Montpellier et j’ai lu que vous ne connaissiez personne… J’ai été jusque sur Strasbourg pour voir un soi-disant super professeur que je n’ ai même pas revu suite aux examens.
    Je suis sceptique quant à la fibromyalgie je ne reponds pas aux  » critères  » et je ne suis ni anxieuse ni en dépression, certains médecins sont même étonné de voir combien je garde le moral…
    Je ne me retrouve même pas dans le contexte d’hypothyroidie, Ma tsh ne dépasse jamais les 2,8 et baisse jusqu’à 0.8… Je n’ai pas de problèmes de poids, j’ai même perdu 8kg sans le vouloir en deux semaines au moment où les douleurs sont devenues extrêmement violentes. Je ne comprends pas. Je ne me reconnais dans rien, et j’ai bien peur que malgré mon mental d’acier et ma résistance à la douleur, je finisse inévitablement par déprimer vu la situation dans laquelle je me trouve à 26 ans, d’autant plus qu’aucun médecin ne me propose de solutions. Est ce qu’on peut réellement laisser une patiente de 26 ans dans cet état ?
    Je suis preneuse, de tous les noms, toutes les solutions, toutes les possibilités que je pourrais tenter, tester, malgré un contexte ou je n’ai évidemment pas de budget puisqu’en arrêt maladie… S’il vous plaît, qu’est ce que je peux faire même seule avec des compléments alimentaires ? Est ce que ça vaut le coup de supplementer en vit d sans jamais avoir tester ? Quelles analyses puis je tenter de demander à mon généraliste ? Vers qui me tourner ? Je m’excuse pour ce message un peu désespéré et très long, je suis vraiment désemparé.
    Merci d’avance, merci pour ce que vous faites sur ce site.
    Bonne continuation à vous et courage à tous ceux qui peinent à trouver des médecins compétents.
    Manon.

    1. Bonjour
      en effet votre cas est tout à fait à la portée de n’importe quel médecin ou praticien formé à la médecine fonctionnelle et micro-nutritionnelle.

      Malheureusement il faut faire ses propres recherches pour les trouver et demander par exemple au laboratoire Energética natura ou Bionops (ou autres labos : bionutrics, therascience, biophénix, Le stum, herbolistique, physiosens) s’ils peuvent vous donner les coordonnées d’un praticien dans votre région. C’est tout à fait légal de poser ce genre de questions à un labo. On peut également demandé aux organismes de formation : je connais par exemple DFM formation mais il y en a énormément d’autres.
      Pour ma part je suis particulièrement joignable en semaine (tel : 06 58 89 82 99). Je rappelle que ma spécialité est de travailler sur les causes des gonflements du ventre et des ballonnements chroniques

      Ce que je peux vous dire c’est que sans aucun doute nos souffrons tous actuellement d’intoxication aux molécules lourdes ! Et tant qu’on ne se détoxifie pas de ces molécules lourdes, on en risque pas de voir des améliorations, notamment sur les symptômes que vous avez cités et qui sont typiques des symptômes de civilisation (ou environnementaux)

      Une molécule lourde par définition c’est lourd, donc : elles restent dans le corps et surtout elles traversent le placenta : du coup la plupart des bébés naissent pollués depuis 70 ans et ces pollutions s’accumulent en nous !!

      C’est la raison pour laquelle nos enfants et ados sont tellement en mauvaise santé (allergies, TDAH et hyperacifs, endométriose, ovaires kystiques, acné, etc… ) et ce sera de pire en pire si on ne fait rien.

      D’ailleurs environ 1 enfant sur 50 nait autiste aujourd’hui aux USA ! Or c’est à 100% une maladie de civilisation (je connais plusieurs de parents d’enfant autiste qui ont observé des amélioration remarquables suite à une détox des molécules lourdes + traitement de la dysbiose intestinale).

      Il existe de nombreuses molécules lourdes mais pour l’instant je me concentre sur les deux plus reconnues :

      1) les perturbateurs endocriniens : sans aucun doutes les pires des molécules lourdes, par exemple notamment le fluor qu’on a donné à toute une génération d’enfants afin d’éviter les caries dentaires, et en fait on s’aperçoit que c’est un puissant perturbateur endocrinien !

      Ce qui est certain c’est que si on n’en tient pas compte, on ne peut jamais voir d’améliorations et si on a pris la pilule, on s’est malheureusement rajouté une bonne dose de perturbateur endocrinien !

      2) les métaux lourds : notamment : aluminium, mercure, cadmium, parfois encore : plomb, et parfois aussi : gadolinium, nickel, argent

  56. Bonjour,
    Merci pour cet article vraiment très intéressant.
    Auriez vous quelqu’un à me recommander en Haute-Saône ou département périphérique svp ? Problème thyroide et surrénalien et ma généraliste est complètement fermée.
    Merci.
    Laëtitia

    1. non malheureusement il faut faire ses propres recherches pour les trouver et demander par exemple au laboratoire Energética natura ou Bionops (ou autres labos : bionutrics, therascience, biophénix, Le stum, herbolistique, physiosens) s’ils peuvent vous donner les coordonnées d’un praticien dans votre région. Il me semble que c’est tout à fait légal de poser ce genre de questions à un labo. On peut également demandé aux organismes de formation : je connais par exemple DFM formation mais il y en a énormément d’autres.
      Pour ma part je suis particulièrement joignable en semaine (tel : 06 58 89 82 99).

  57. Bonjour
    Je me reconnais complètement dans la fatigue surrénale.
    Connaissez-vous un médecin qui puisse me venir en aide dans la région Lilloise.
    Je vous remercie

    1. oui je comprends

      Malheureusement il faut faire ses propres recherches pour les trouver et demander par exemple au laboratoire Energética natura ou Bionops (ou autres labos : bionutrics, therascience, biophénix, Le stum, herbolistique, physiosens) s’ils peuvent vous donner les coordonnées d’un praticien dans votre région. Il me semble que c’est tout à fait légal de poser ce genre de questions à un labo. On peut également demandé aux organismes de formation : je connais par exemple DFM formation mais il y en a énormément d’autres.

      Sinon : il ne faut pas négliger la phase de reminéralisation : magnésium et surtout potassium, ainsi que de l’eau de mer, très très bien aussi : 1 ampoule de plasma de Quinton hypertonique chaque matin dans un verre d’eau, apporte parfois des améliorations étonnantes… et ne pas négliger le potassium et le magnésium (par exemple Ergybase en pharmacie)

      Dan les cas « graves » (épuisement avancé) : il ne faut pas négliger l’approche américaine (notamment pratiquée par le Dr Dominique Lacroix à Montreal) de se réconcilier avec l’organothérapie : aider son corps avec des extraits embryonnaires de glande surrénale : l’un des plus connu est Cytozyme AD :

      Il y a bien sûr d’autres labos qui proposent ces extraits là

      Il n’y a bien entendu aucun risque ni effet secondaire (en gros c’est un peu comme si on mangeait des rognons, avec toutefois un effet beaucoup efficace puisque dans les cellules embryonnaires vous avez un effet « cellules souches »), en tout cas extrêmement rares, donc c’est la raison pour laquelle je me permet d’en parler.

      Très souvent il faut également bien soutenir le fonctionnement de la thyroïde :
      iode naturel
      sélénium
      zinc
      magnésium
      potassium
      vitamine D3-K2
      et parfois rajouter un peu de guggul

  58. Retour de ping : Santé - isalwidi | Pearltrees

  59. Bonjour, merci pour cet article fort intéressant !
    J’aurais juste une petite question : vous parlez d’un lien entre hypothyroïdie et ménopause avec les variations d’hormones féminines qui ont lieu mais j’aurais une question par rapport à cela : pensez vous qu’il est possible qu’il se produise la même chose mais juste avec mes règles ?
    J’ai l’impression que mon hypothyroidie s’aggrae à chaque fois que j’ai mes règles (donc oui une fois par mois ça fait beaucoup !) je me demandais si c’était peut-être par rapport à l’inflammation qui est là pendant cette période ou justement une chute de la progestérone.
    Qu’en pensez vous ?
    Merci d’avance

    1. Oui oui c’est exactement ça, lors de la période de chute des hormones, généralement 1 semaine avant les règles, on observe souvennt une exaspération de certains symptômes (syndrôme prémentruel) mais on considère de plus en plus que c’est souvent lié à une mauvaise détox hépatique des oestrogènes Il faut essayer dans ce cas là une cure de sulfo et/ou de glocuraphane, ainsi que d’achillée millfeuille en cas de douleurs.

  60. Bonjour,
    J’habite en haute savoie , plus précisément a Annecy , et je recherche un médecin fonctionnel « TYROIDE » et un bon énergeticien sur annecy ou haute savoie.
    J’ai lu ci dessus que vous en connaissez un .
    Je vous remercie

  61. Bonjour, Merci pour cet article.

    Je suis sous T-caps 25 ug et Cynomel 1/4 de 25ug. avant traitement ma tsh était à 1,7 donc dans les normes. Ma T3L et T4L étaient dans les normes basses, mais beaucoup de symptômes. j’ai donc eu ce traitement et depuis ma tsh est proche de 0 (oscille entre 0,01 et 0,2), mes T3 et T4 augmentent doucement. est-ce dangereux une tsh aussi basse (pour le fonctionnement normale de la thyroïde? )merci.

    1. bonjour
      et bien c’est une excellente question ! On considère de plus en plus que la TSH est moins fiable que la T4 et la T3, ne serait ce que parce que c’est une hormone hypophysaire et non thyroïdienne. Le Dr Stéphane Résimont a justement découvert que souvent on peut considérer qu’une TSH basse ou très basse ne signifie pas nécessairement une hyperthyroïdie. Ce sont les T4 et T3 qui sont avant tout à considérer, tout autant que les symptômes eux-mêmes.

      Je rappelle qu’après des dizaines et des dizaines d’années d’exposition aux pollutions et aux perturbateurs endocriniens, il serait presque puéril de croire que nos marqueurs endocriniens ne soient pas déréglés. Donc c’est la clinique est prime. Un être humain n’est pas une analyse sanguine !

  62. Bonjour
    Je suis depuis plus de 20 ans sous cynomel
    J’ai 76 ans
    Actuellement t caps 150 3/4 cynomel
    Qu’en pensez-vous
    Merci à vous
    C Dalbera
    C’est la 1 ère fois que j’ecris

    1. bonjour

      et bien oui ça semble vous convenir non ?

      Cynomel en effet est bien pratique puisque cette forme de T3 prise indépendamment de la T4 peut donc être facilement modulée : en hiver par exemple, certaines personnes augmentent légèrement leur apport en cynomel afin de mieux faire fasse au froid, aux virus, et au manque de soleil

  63. Bonjour mon médecin généraliste ma prescrit le levothyrox depuis 3ans la je suis a135 mais je ne m’en sort pas j’ai 51 ans douleurs articulaire symdrome carpiens fatigue a ne plus rien faire moi qui etait sportive constipation j’ai trop grossi je pese 89 kg pour 1m72 j’ai pris 15 kg bref je suis a bout déprimé ect… pourriez-vous m’aider ou m’indiquer un spécialiste a toulouse car je vie en Ariège mais ici il n’y a personne.! Merci d’avance

    1. bonjour, oui en effet vous semblez correspondre à un cas d’espèce : votre T3 doit probablement être très basse, ce qui expliquerait plusieurs symptômes

      Mais attention on n’a pas systématiquement besoin de T3, il faut peut être avant tout drainer le foie et pourquoi pas agir sur votre très probable insulino-résistance (il faudra envisager une mesure sanguine de l’index Homa)

      Sur Toulouse vous pouvez peut être consulter le Dr Samy Knafo

  64. Bonjour,
    Merci pour votre article très précis et très pointu, j’ai besoin de consulter pour des problèmes multiples ( hypothyroïdie, surrénales, intestins et côlon irritable…) Cela dure depuis plusieurs années et personne n’est capable de m’aider. Pourriez vous m’indiquer un praticien dans la région de Carcassonne, Toulouse même Montpellier. Je vous remercie infiniment.

    1. bonjour
      A priori il y a un certain nombre de médecins nutritionnistes qui ont un bon niveau en micronutrition mais sinon sur Toulouse voyez avec le Dr Samy Knafo si besoin

  65. Merci pour cette excellent article, et si complet !
    Je suis micronutritionniste sur Quimper (Guerisoeur.com) et j’envoie souvent mes patients symptomatiques de la thyroïde chez le Dr Castric à Quimper. Elle a parfois bcp d’attente, mais c’est une personne humaine et surtout calée en matière de thyroïde.

    Delphine RESCH

    1. merci pour votre mot ! Oui les bons médecins sont débordés…. A mon avis il faut peu à peu prendre confiance en nous et s’intéresser à la thyroïde de manière à la soutenir, à commencer par de l’iode naturel à prendre chaque jour

  66. Bonjour,

    Cet article est fort passionnant et nous éclaire sur beaucoup de points bien plus que toutes les consultations effectuées avec des endocrinologues; En France, cette profession a vraiment 20 ans de retard. Jamais aucune mise en garde sur l’alimentation ou autres carences ne m’ a été faite depuis la détection de ma thyroïde d’hashimoto en 2017. Suite à la survenue d’une autre maladie en 2019, j’ai fait une aversion pour la médecine dite conventionnelle et ne souhaitait plus m’empoisonner avec la prise de médicaments, j’ai arrêté ma complémentation thyroïdienne. Suite à la découverte d’autres approche, comme la méthode equilios, l’infrarouge et la prise de compléments alimentaires et surtout avec des symptômes cliniques très peu prononcés en tous cas en ressenti, j’ai pris la décision depuis Mai 2021, de stopper la prise de TCPAS et précédemment de lyvothyrox. Après la lecture de cet article , je me dis qu’il serait bien de pouvoir me compléter correctement et d’avoir un bon suivi médical en vue de ne pas épuiser ma thyroïde même si j’essaye de la soutenir comme je peux. J’ai consulté des naturopathes mais ils sont limités dans leur intervention surtout au niveau des analyses à effectuer et je n’arrive pas à trouver un médecin conciliant. Aussi, je suis à la recherche d’un bon spécialiste à l’écoute en vue d’avoir une prise en charge holistique. J’habite dans la Drôme (26) connaitriez-vous de bons professionnels ayant cette approche et étant localisés dans un secteur dit raisonnable. Je me sens seule dans mon suivi, je sais qu c’est important d’être autonome mais il y a des bases que nous n’avons pas en tant que patient et je navigue à vue; j’espère que vous pourrez m’aiguiller. Vous remerciant par avance du temps que vous prendrez pour me lire et du retour effectué. Une très belle soirée à vous.

    1. bonjour
      oui nous lisons souvent des commentaires tels que le votre et du coup les médecins formés à la médecine fonctionnelle sont souvent complètement débordés !

      En tout premier lieu je pense qu’il ne faut hésiter à s’intéresser à l’iode qui un oligo-élément volatil permettant de soutenir de manière parfois remarquable le fonctionnement de la thyroide, comme l’explique abondamment le Dr Didier Cosserat sur sa page facebook.
      La meilleure démonstration qu’il faut s’intéresser à l’iode c’est le nombre incroyable de personnes qui constatent se sentir globalement mieux quand elles arrivent à la mer, surtout l’océan (qui est plus iodé que la méditerrannée), même quand c’est pour le boulot et donc hors période de vacances : juste en respirant l’air iodé donc.
      D’autre part que ce soit moi-même ou le Dr Cosserat ou l’immense majorité des médecins fonctionnels et des naturopathes observent qu’une supplémentation en iode naturel est intéressant dans de nombreux symptômes : en particulier le moral, la digestion, la fatigue.
      Je rappelle que la thyroïde est un organe très fragile : en effet la fabrication des hormones thyroïdiennes se fait via un système oxydant, ce qui signifie que la présence d’antioxydants est nécessaire, comme par exemple : sélénium, zinc, vitamine D, rétinol (vitamine A animal), B12, magnésium et potassium, et également le fer est nécessaire.
      Du coup c’est compliqué de maintenir une bonne thyroïde.
      Surtout si on rajoutte la dimension énergétique et émotionelle, qui elle aussi est souvent à prendre en compte pour un fonctionnemement thyroidien optimal : notamment développer notre capacité à dire les choses, à exprimer ce que l’on ressent ou ce qui est resté sur le coeur ou que nous n’osons pas exprimer pour x ou y raison.
      Une précision sur la vitamine D : parfois elle a du mal à monter dans les analyses, c’est assez courant. J’insiste beaucoup sur ça au cabinet.

      Je ne connais malheureusement personne dans la Drôme.
      Une 1ère étape serait éventuellement d’acheter un livre de référence de la médecine fonctionnelle, celui écrit par le Dr Stéphane Résimont : Pleine santé.

      1. bonjour,

        Merci beaucoup pour ces précisions.
        Serait-il possible de rappeler les normes santé et non les normes laboratoires pour les antioxydants cités (sélénium, zinc, vitamine D, rétinol (vitamine A animal), B12, magnésium , potassium et fer) incluant l’iode.
        Vous remerciant et vous souhaitant une très belle journée.

  67. Pascale FABRE

    Je viens de lire votre article très intéressant. Avez-vous un médecin à me conseiller dans les Hautes Alpes ? J’habite Laragne Montéglin, entre Sisteron et Gap et je souffre de polyarthrite.
    Merci d’avance pour votre retour.
    Pascale

      1. Bonjour,
        Je serai intéressée par le nom de l’énergéticien que vous recommandez à Annecy.
        Merci à vous.
        Sophie

  68. Bonjour,
    Je suis en légère hypo (tsh 4,5 et hormones thyroïdiennes libres dans la norme mais très basses) et j’ai Hashimoto. Mon médecin ne veux pas encore me mettre sous levothyrox, d’autant plus que j’ai des symptômes très fluctuants .
    Je suis suivie par une naturopathe qui m’a beaucoup aidée à baisser mes anticorps mais j’ai encore des symptômes.
    J’ai vu que vous conseilliez le complément Gta de chez Biotics dans un autre commentaire. Pensez vous que ce complément alimentaire puisse m’aider ? Ma naturopathe ne connais pas et n’a pas sû me dire quel dosage serait adapté.
    Merci d’avance pour votre réponse.

    1. bonjour
      en fait comme vous le savez Hashimoto signifie que l’inflammation / porosité est suffisamment importante pour que l’immunité soient suffisamment perturbée pour la production d’anticorps anti-thyroidiens

      Il faut donc avant tout se concentrer sur les causes de cette porosité.
      Ca n’empêche pas selon moi de donner un coup de main au fonctionnement thyroïdien, avant tout avec des nutriments (multivitamine par exemple) mais également avec des nutriments qui agissent spécifiquement sur la thyroide et la conversion de la T4 en T3 (Kampferol et guggul).

      Envisager une supplémentation en extrait thyroïdien est selon moi également possible mais devra s’envisager en collaboration avec un médecin fonctionnel

      Je rappelle que pour agir sur la porosité intestinale je propose l’approche des 3 piliers, de manière à couvrir la totalité des causes.

  69. Bonjour,
    J’habite a Annecy , et je recherche un médecin fonctionnel « TYROIDE » et un bon énergeticien sur annecy ou haute savoie.
    J’ai lu ci dessus que vous en connaissez un .
    Je vous remercie

  70. Bonjour à vous,

    Merci pour toutes vos recommandations sur cette page ! Je vais contacter un médecin (approche fonctionnelle sur Paris). Est-ce que vous pourriez m’envoyer des adresses d’énergéticiens en parallèle pour traiter un problème d’hypothyroïdie (Hashimoto) ?
    Ça fait des années que je sens l’accumulation de petites inflammations (porosité intestinale, constipation, fatigue, arrivée de la ménopause) et voilà qu’on me dit que je dois avoir une hypthyroidie (montrée par analyses sanguines des taux de TSH). Je n’ai pas réussi à réguler ce souci alors que je l’ai senti venir depuis plusieurs années… Et aucun accompagnement… Il faut vraiment faire des recherches seule comme vous dites ! Merci pour votre éclairage !

    1. bonjour
      oui en effet dans ce « nouveau monde » auquel nous faisons face, nous sommes obligés de devenir de plus en plus autonome, sur de nombreux sujets, y compris la santé, en passant par avoir des revenus décents, se protéger des pollutions, se protéger des escroqueries, etc, etc…
      Il faut donc grandir en conscience et devenir pleinement adulte ! C’est la raison pour laquelle il faut beaucoup travailler sur soi et se faire accompagner en psychothérapie, ou encore mieux, en psychothérapie émotionnelle (comme par exemple l’analyse psycho organique). Car ces approches nous transforment (alors que les psychothérapies classiques ne font que nous apaiser, il n’y a pas de réelles transformation de soi et de son rapport au monde) et de plus ça accélère souvent la guérison des maladies.

      De plus je recommande de découvrir des approches passionnantes comme la kinésiologie, EFT, EMDR, etc… qui permettent de travailler sur les causes émotionnelles, ce qui sera complémentaire à la psychothérapie émotionnelle.

      La première chose à faire est toutefois de s’orienter vers une alimentation anti-inflammatoire et agir en même temps sur l’écosystème intestinal (ma spécialisation depuis 2014). Parfois il faut dépolluer en douceur mais en profondeur le corps, notamment des perturbateurs endocriniens. Il faut également agir sur le système immunitaire (par exemple avec des champignons médicinaux de grande qualité puis avec de nouveaux protocoles permettant de réensemencer le microbiote intestinal de manière beaucoup plus efficace qu’auparavant (notamment via les produits du labo Hygie lab).

      Dans un cas de thyroïdite d’hashimoto il faut persévérer dans ces directions, et au bout de plusieurs années ça finit par payer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.