Kyanos brain : une AFA Klamath cultivée en France ?

Une start-up toulousaine, Kyanos Biotechnologies, travaille depuis plusieurs années sur la possibilité de cultiver l’algue klamath en milieu contrôlé;, autrement dit en dehors de son milieu d’origine, le lac Klamath. J’avais entendu parlé de tentatives de l’introduire dans d’autres lacs mais je n’ai jamais eu d’informations sur la suite donnée à ces tentatives. Ici l’ambition était probablement supérieure : trouver un moyen de cultiver la klamath, cyanobactérie sauvage par excellence. Et bien le défi semble d’ors et déjà relevé puisque non seulement  la start-up a réussi à la cultiver mais elle a également réussi à obtenir les homologations nécessaires permettant de prouver leur prouesse ! 

 

Pastel d’eau et maladies neurodégénératives

Depuis les années 1980, de nombreux témoignages mentionnent les bienfaits de l’AFA du lac Klamath dans le traitement des troubles cognitifs tels que le TDAH (Troubles Déficit de l’Attention Hyperactivité).
La phényléthylamine (PEA), acide aminé contenu dans cette microalgue bleu-vert est un précurseur de la dopamine. Elle agit sur l’humeur, la concentration et la préservation des capacités cognitives et en fait un produit de santé naturel très prisé des naturopathes.
Il est donc tentant de vouloir l’utiliser pour des pathologies telles qu’Alzheimer qui affecte la faculté mémorielle et décisionnelle ou encore Parkinson dans laquelle on observe une perte de la régulation des mouvements sous l’effet de la destruction des neurones dopaminergiques.  

De la Klamath au Pastel d’eau

L’aphanizomenon flos aquae a historiquement été récoltée sur un site unique : le Lac Klamath, en Oregon (États-Unis). Cette microalgue souvent considérée comme l’aliment le plus complet de la planète en raison de sa richesse en nutriments était en effet réputée ne pas pouvoir pousser ailleurs que dans cet environnement naturel aux caractéristiques exceptionnelles.
Or depuis 2016, une jeune société toulousaine, Kyanos Biotechnologies, a relevé le défi de la cultiver en milieu contrôlé. Fasciné par ses propriétés, le fondateur de l’entreprise a, comme la plupart des acteurs de la production d’AFA, été confronté à des difficultés d’approvisionnement récurrentes. Outre les aléas quantitatifs liés à la fluctuation des campagnes de récolte, déjà évoqués dans de précédents billets, la qualité des lots récoltés dans le lac Klamath était de plus en plus souvent affectée par l’apparition de contaminants rendant impossible la commercialisation du produit. Des microcystines, molécules hépatotoxiques à l’origine de cas d’empoisonnements accidentels accompagnent fréquemment les microalgues récoltées en milieu ouvert. Les autorités sanitaires de l’état d’Oregon, suivies par les régulateurs européens, ont donc édicté des seuils de microcystines à ne pas dépasser dans les préparations à base d’AFA pour assurer la sécurité des consommateurs (en France < 1µg/g de matière sèche). Or les bulletins émis par l’Etat d’Oregon relèvent des épisodes de contamination du lac Klamath de plus en plus fréquents découlant de la dégradation progressive des conditions climatiques. La Klamath commercialisée reste un très bon produit mais, mécaniquement, les quantités répondant aux critères de qualité et de sécurité alimentaire disponibles sur le marché diminuent au fil des ans, induisant pénuries et ruptures de stocks.

Qu’apporte le Pastel d’eau ?

Précisément, les chercheurs de Kyanos sont parvenus à cultiver leur AFA, le “Pastel d’eau”, en imaginant un procédé innovant, la “cyclotrophie”. Il tire profit de la symbiose entre différents microorganismes complémentaires ce qui permet à la fois de garantir l’absence de contaminants et de conférer au produit récolté des propriétés plus ciblées exploitant les spécificités de l’écosystème mis en oeuvre. Qui plus est, là où la certification “bio” n’était pas applicable à proprement parler pour un produit sauvage, comme nous le signalions il y a quelques jours, ce nouveau produit pourrait vraisemblablement être réellement compatible avec le cahier des charges de l’alimentation biologique, répondant aux attentes de nombreux utilisateurs.

Résultats intéressants pour le premier extrait d’AFA Kyanos

L’entreprise est visiblement encore loin de sa pleine capacité de production, si l’on en croit les dernières interventions de ses dirigeants, mais elle distribue d’ores-et-déjà Kyanos Brain, un extrait liquide de son Pastel d’eau qui présente visiblement des résultats étonnants.
Soucieuse de valider scientifiquement l’efficacité de son produit, l’équipe a en effet soumis cet extrait à un laboratoire indépendant issu du CNRS, dont la spécialité est de tester in vitro les réactions de modèles de neurones humains à des molécules pressenties pour des applications au niveau du cerveau. Cette procédure habituellement réservée aux candidats médicaments développés par l’industrie pharmaceutique a révélé que l’extrait de Pastel d’eau Kyanos provoquait une stimulation de l’activité neuronale de 10%, tout en respectant la neuro-modulation, et sans induire d’hyperactivité.
En outre, les neurones se trouvant sur les voies dopaminergiques ont significativement réagi. C’est extèmement prometteur, car ils sont au coeur des traitements de la maladie de Parkinson causée par un déficit dopaminergique.

Des effets à objectiver pour les pathologies telles qu’Alzheimer

Les effets déjà amplement documentés de la phényléthylamine sur la régulation de l’humeur et la performance cognitive, combinés à ces relevés scientifiques qui témoignent d’un impact concret de la formulation de Kyanos sur l’activité neuronale laissent penser que le produit pourrait également présenter un intérêt dans la prise en charge des premiers stades de la maladie d’Alzheimer. Une piste qui mériterait bien-sûr d’être approfondie au travers de nouvelles séries de tests spécifiquement conçus.

L’extrait de pastel d’eau est en vente sur le site Kyanos Nutrition

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.