Compléments alimentaires : toutes les STARS !

Voici pêle-mêle quelques les compléments alimentaires « stars ». Le sujet est si vaste que je ne l’ai jamais terminé !

 

Pour info la plupart de ces produits sont maintenant disponibles sur Herbajovis.com.

On peut en faire une liste de présentation, bien sûr non exhaustive, sachant que chacun possède une littérature abondante. Ils peuvent aider à combler certaines carences dues à notre style de vie moderne et à notre alimentation déficiente. Il est évident qu’ils ne peuvent remplacer une alimentation saine et équilibrée.
Certaines informations sont issus de l’excellente revue Pratiques de Santé, ainsi que du livre de Michel Dogna Prenez en main votre santé.

 

La propolis
Le charbon activé
L’argile
L’élixir du suédois
Les jus d’herbe (blé, orge)

 

La chlorella, la spiruline et l’algue Klamath 

 


Chlorure de magnésium

L’action du chlorure de magnésium est de nourrir les cellules de l’organisme afin de stimuler la résistance du corps contre les maladies. Suite aux travaux du professeur Pierre Delbet (1861-1957), le chlorure de magnésium est considéré comme un excellent immunostimulant (le pouvoir phagocytaire des leucocytes seraient augmenté de 300%). C’est un traitement efficace et indiscutable contre la polio s’il est utilisé dès les premiers signes de la maladie mais il est aussi efficace pour : un abcès, de l’acné, une amygdalite, une angine, l’arthrose, l’asthénie, l’asthme, la bronchite, en prévention du cancer, les caries, la coqueluche, les crampes, les dermatoses, la diarrhée, la diphtérie, l’eczéma, la fièvre, les oreillons, la gale, les gingivites, la grippe, l’hypertension, l’impétigo, les otites, les panaris, la polio, les rhino, les rhumes, la rougeole, la scarlatine, la tuberculose, l’urticaire. Il est aussi un très bon désinfectant cutané. Toute plaie devrait être traité par voie interne et externe avec du chlorure de mg.

Il existe un sel marin vendu en magasin bio appelé le Nigari, qui peut convenir aux partisants du naturel.

 

Les milieux médicaux considèrent que la plupart des habitants des pays riches sont carencés en magnésium. L’alimentation moderne n’arange évidemment rien à ce constat : les aliments rafinés sont dépourvus de fibres de qualiés, ainsi que de nombreux élémets nutritifs riches en magnésium. Le chlorure de magnésium intervient dans nombreux échanges métaboliques : action sur les lipides du sang (anti-athéromes), régulateur thyroïdien, générateur de la properdine qui est un anticorps non spécifique (bactériside puissant), acion anti-rachitique, anti-tétanique, active les enymes pour la régénération des sucres (foie), indispensale chez la femme enceinte, active les thromocytes (anti-coagulant), équilibrant nerveux, prévient les ruptures de métaolisme (états de chocs et chocs opératoires), active les enzymes digestifs, la vitamine C, puissant désinfectant des plaies.

Comment le consommer ? le chlorure de magnésium se vend en sachet de 20 g dans les pharmacies ou sous forme de sel de Nigari en boutique bio. Il est conseillé de dissoudre 20 g (une cuillière à soupe) dans un lire d’eau et de mettre au réfrégirateur afin de tuer un peu la saveur âcre et amère. Boire le matin 50 ml de la solution de préférence avec une tisane ou un jus de son choix. A faire 20 jours suivi d’un arrêt de 10 jours (impératif) On absorbe ansi un litre en 20 jours. A faire aux changement de saison, à l’occasion d’un coup de barre, d’une grossesse ou d’une maladie quelconque.

Contre-indication :personnes ayant eu les reins fragilisés (par une néphrite par exemple).

Il existe une forme qui créé beaucoup moins de diarrhée et tout aussi efficace : c’est le magnésium marin, 100% naturel et complété en taurine et B6 afin d’améliorer la bio-disponibilité :  Magnemar Force 3

 

Eau biocolloïdale

L’eau biocolloïdale, ou eau dynamique, est un complément alimentaire unique qui présente une synergie de minéraux, de 72 oligo-éléments et d’acides aminés facilement assimilables car d’origine végétale. Cette eau est issue à partir de végétaux préhistoriques semi-fossilisées, préservés de l’air du Crétacé, qui se situent à une soixantaine de mètres sous la terre, dans un lieu précis de l’Utah (USA). Une source qui coulait à proximité, aujourd’hui tarie, constituait l’essentiel de la pharmacopée des amérindiens Piute. De tels colloïdes seraient également le secret de l’eau des Hunzas, ce peuple himalayen réputé avoir une longévité pouvant aller jusqu’à 120 ans. Les scientifiques ont prouvé la présence dans cette eau d’un total de 77 minéraux, dont des oligo-éléments extrêmement rares. Ces colloïdes sont de puissants antioxydants, permettent de réactiver l’eau du corps, de réenclencher des réactions physico-chimiques ou enzymatiques disparues et de redonner vie à des tissus infectés ou atteints par la dégénérescence. De plus, ils contribuent à l’équilibre électromagnétique des cellules.
Ses effets :
– Elle donne de la vitalité,
– Elle participe à l’élimination du stress,
– Elle rétablit l’équilibre acido-basique du corps,
– Elle contribue à la beauté des cheveux et de la peau,
– Elle fortifie le système osseux (600 mg de silice/L),
– Elle assouplit les articulations.
PRESENTATION :
Flacon de 200 ml : cure de 40 jours environ
POSOLOGIE :
Mélanger 1 à 2 bouchons de concentré dans un litre d’eau pure (faiblement minéralisée) ; boire 3 verres par jour en moyenne ou plus selon les besoins.

(Santé Pratique n°12 du 22/03/2003, p 8 + http://www.aromalia.fr/page10.html )

 

Le plasma de quinton

Les travaux de René Quinton sur les propriétés de l’eau de mer, à la fin du 19ème siècle, eurent un fort retentissement, et semblent malheureusement aujour’hui bien oubliés. Embauché au Collège de France il put réaliser des recherches sur la température des animaux et leur période d’apparition sur terre. Pour René Quinton, la vie n’a pu logiquement apparaître que dans les marins. Il compara notamment du plasma sanguin, de la lymphe, des cavité séreuses, des tissus conjonctifs en regard de celle de l’eau de mer, chez les divers espèces animales y compris l’homme. Pour convaincre les scientifiques, il fit publiquement une permière expérience qui, à l’époque, fut célèbre dans le monde entier : il saigna un chien à blanc en le vidant de son sang qu’il remplaça par une quantité équivalente d’eau de mer ramené à l’isotonie, c’est à dire la concentration en sels minéraux correspondant à celle du sang de l’animal. Dès le 1er jour, le chien, étendu, arrive à se relevé (pattes pliées) ; la respiration haletante très courte. Le lendemain, 21h après la saignée, l’animal trotte; le taux globules rouges est encore très bas. Dans les suivants, le chien reste extrêmement abattu mais son corps trouve les moyen de lutter contre l’infection et le soir du 4ème jour l’animal mange 400g de viande. Ensuite le rétablissement est rapide et l’animal devient même éxubérant.

René Quinton réalisa d’autres expériences sur différentes espèces animales qui démontrent que l’eau de mer peut remplacer le sang, et apportent même un surcroît de vitalité. Il mit en évidence la loi de constance osmotique, oi équilibre parfait entre les liquides intracellulaires et ceux extracellulaires. En 1904, après la publication de son ouvrage L’eau de mer, un lieu organique, il est appelé au chevet de malades en instance de mort, et applique des injections d’eau de mer. Les résultats sont inespérés. Les années suivantes, René Quinton applique son traitement d’eau de mer dans plusieurs hôpitaux parisiens et accumula les guérisons et, en 1907 s’ouvre à Paris le 1er dispensaire marin, qui connu immédiatement une grande affluence. Mais la 1er guerre mondiale arriva, et cela semble avoir porté le glas de ces succés.

Aujourd’hui on peut se procurer du plasma de quinton auprès de divers laboratoires mais un seul utilise le terme « quinton ». L’eau est puisée dans l’océan à une profondeur de 30 mètres environ, ensuite il est filtré. Il existe 2 sortes de produits : le quinton hypertonique (revitalisant puissant agissant sur un grand nombres de déficiences) et le quinton isotonique, qui est de l’hypertonique dilué dans de l’eau de source et ramené à l’isotonie physiologique (rééquilibrant profond et désintoxiquant).

Prenez en main votre santé (Michel Dogna) ; Distribution : magasins bio et certaines pharmacies (cf l’article « Adresses et labos ») .

 

Extrait de pépin de pamplemousse

 

L’extrait de pépin de pamplemousse, rentre, avec la propolis et les complexes d’huile essentielle, dans les produits alternatifs aux antibiotiques.

 

Les omega 3
La dernière née des stars, venant combler les carences de l’alimentation moderne en acides gras essentiels. « Essentiel » signifie qu »ils ne sont pas synthétisés par notre organisme et qu’il doivent donc être apportés de l’extérieur. Les oméga-3 faisaient parti de l’alimentation de nos lointains ancêtres qui consommaient davantage de viandes et de poissons crus ainsi que de végétaux et de fruits que nous. L’oméga-3, dont le principal est l’acide alpha-linolénique, est un des acides gras les plus rare dans notre alimentation moderne. L’oméga-6, dont le principal l’acide linolénique, se retrouve quant à elle largement dans notre alimentation courante, notamment dans les huiles végétales comme le tournesol (69%), l’arachide, le maïs.

Les acides gras jouent 3 grands rôles : rôle énergétique, sous forme de triglycérides stockés dans les cellules, rôle structurant dans la constitution des membranes cellulaires et des tissus nerveux grâce aux phospholipides qui permettent les échanges de substances, rôle hormonal par leur transformation en eicosanoïdes qui agissent sur l’équilibre des systèmes hormonal et immunitaire, sur la régulation de la circulation sanguine et aussi le contrôle des phénomènes inflammatoires et allergiques.

L’apport alimentaire en oméga-3 peut se faire soit par les huiles de poissons (apport direct d’EPA et DHA) ou quelques huiles végétale (lin, périlla, etc… )

Le rapport de l’omega-3 / oméga-6 devrait idéalement être de 1 pour 4, alors qu’il est dans notre alimentation souvent de plus de 1 pour 15 ou 20 ! Et l’excés d’oméga accapare les mêmes enzymes, vitamines et minéraux nécessaire aux oméga-3, empêchant alors la transformation de l’acide alpha-linolénique en EPA. Or de nombreuses études scientifiques attribuent aux EPA un rôle majeur dans la protection des artères et du coeur. Le DHA (à ne pas confondre avec la DHEA) a un rôle plus marginal mais est cependant indispensable au bon développement du cerveau et de la rétine, et sera très utile aux femmes enceintes et aux nourrissons.

Il faut par conséquent  diminuer notre consommation d’oméga-6 et augmenter celle d’oméga-3 grâce à la consommation de poissons gras (saumon, sardine, maquereau, hareng, fletan), de certains légumes verts comme le pourpier, la roquette et la mâche, et des huiles végétales suivantes : lin, périlla, cameline, rose musquée, colza. Notons que les huiles de noix et de chanvre possèdent un rapport oméga-3 / oméga-6 tout à fait idéal. Précisons aussi que la consommation d’huile de lin est compliquée (interdite en France) et honéreuse. Vous pouvez vous procurer de l’huile de périlla ou de cameline mais il faudra tâcher de la conserver au frais et dans un flacon opaque et hermétique, afin d’éviter toute oxydation. On peut également consommer une algue, l’odontella aurita, très riche en oméga-3. La solution la plus simple et la plus efficace est donc la prise de compléments alimentaires. De nombreuses sociétés proposent des compléments nutritionnels à base d’huile de poissons. Privilégiez le rapport EPA / DHA proche de 70/10 et le complément doit contenir de la vitamine E sous forme alpha-tocophérol.

Dans le Pratique de santé n°22 du 15.0.2005, le Docteur Thierry Schmitz précise avoir sélectionné le laboratoire Solabo (et avoir fait vérifié ses allégations par un labo indépendant) comme digne de confiance.

Pour ma part, j’ai trouvé que les produits proposés par IsodisNatura réunissaient les critères cités plus haut.
La vitamine C naturelle

La vitamine C est un catalyseur de nombreux métabolismes vitaux, et permet à notre métabolisme de faire face à d’imprévisibles augmentations de nos besoins et reconstitue le stock hépatique. Notre organisme est incapable de la fabriquer et nous risquons chaque jour la panne de vitamine C, et ceci d’autant que le stress de la vie moderne en est un grand consommateur. Un environnement pollué ou tabagique sera toujours une cause de carence en vitamine C : un fumeur par exemple en a besoin de 4 fois plus ! Une supplémentation s’avère donc souvent utile, surtout en milieu urbain. On prévilégiera les préparations de vitamine C naturelles, peu colorées et contenant des bioflavonoïdes, sans adjonctions de sucre ni de conservateur. Il existe une cerise antillaise championne toute catégorie de teneur en vitamine C : l’acérola (3 400 mg de vitamine C pour 100 g de fruit ; en comparaison : le cynorrhodon ou églantine : 1000 mg, kiwi : 250 mg, cassis : 200 mg, persil : 170 mg, chou : 140 mg).

La vitamine C est un des plus puissant antioxydant, et il un véritable boosteur de notre système immunitaire comme le montre plusieurs études américaines (et une étude autralienne a montré le lien entre carence en vitamine C et le syndrome de la mort subite du nourrisson. Signalons que ces études montrent à l’inverse l’effet dévastateur de la surconsommation de sucre (et surtout de sucre raffiné) sur le système immunitaire.

La vitamine C potentialise l’action des autres vitamines dont elle est le starter, agit comme transporteur d’hydrogène dans les phénomènes d’oxydo-réduction cellulaire. Elle stimule également les fonctions cérébrales, joue un rôle anti-inféctieux très important, et augmente le tonus des parois capillaires, etc…
Alkyrol

L’huile de foie de requin du Groenland (Somniosus microcéphalées, espèce des mers froides et profondes) a été utilisée comme remède depuis des siècles dans les pays scandinaves qui la consommaient pour se fortifier. La composition de cette huile animale d’origine marine se distingue des huiles d’animaux terrestres ou des huiles végétales par sa haute teneur en alkylglycérols (21,50 %) et en acides gras polyinsaturés.
 Le miracle de l’Aphanizomenon Flos-Aqua (AFA) ou l’algue bleue-verte

L’algue d’eau douce Aphanizomenon Flos-Aquae croît dans un biotope exceptionnel dans le centre sud de l’Orégon, aux Etats-Unis. Loin de toute pollution industrielle, à une altitude de 1300 mètres, le lac Klamath réunit toutes les conditions pour la photoshynthèse. Protégé au nord et au sud par des montagnes, ce bassin de 320 km2 est alimenté en permanence par une eau de PH neutre, d’une pureté incroyable. Quittant le Lac Crater à travers les différentes strates des montagnes Cascade, l’eau emporte une quantité de minéraux et de sels inorganiques que l’algue va absorber et transformer en composés organiques. L’algue bleue-verte Aphanizomenon Flos-Aquae produit également des composés inorganiques; favorisant la précipitation des carbonates, elle a joué un rôle essentiel dans la production de calcaire, marne et magnésite que l’on retrouve dans le fond du Lac Klamath.

Dans nos corps, le potentiel zeta préside aux réactions biochimiques et enzymatiques dans la production des acides aminés, c’est pourquoi ces algues bleue-vertes présentent le profil nutritionnel le plus proche des besoins humains.

Fortifiant, Revitalisant, Reconstituant de l’organisme par son apport nutritionnel quotidien en doses infimes, l’Algue Klamath se présente comme une des alternatives les plus sérieuses face aux carences, déséquilibres alimentaires et différentes pollutions de notre société. Parmi les algues bleues, l’ Afa couvre un spectre qui va de l’alimentation la plus équilibrée à l’action pharmacologique la plus complète. Par ce lien de conciliation des domaines de la nutrition et de la pharmaceutique, elle est la reine incontestée de la nutraceutique, l’alicament par excellence, avec une action adaptogène.

Ansi, l’AFA régule le métabolisme, stimule la digestion. Riche en acides gras insaturés, elle entretient et nourrit les articulations, améliore la qualité des phanères (peau, ongles, cheveux), protège le système cardio-vasculaire, renforce les défenses immunitaires, empêche la réplication des virus, lutte contre les radicaux libres (améliore la concentration et la mémoire, diminue le stress physique et émotionnel), protège de toutes les formes de pollutions, accroît la résistance aux phénomènes radiants, combat l’inflammation, stimule la régénération cellulaire : d’où sa position d’alternative aux cellules souches.

Elle a ainsi une action positive sur de très nombreuses pathologies. Il est donc inutile d’en une longue lithanie. Sa composition en dit largement plus long :

– 13 protéines, 5 nucléotides, des mucoDolumères

– Tous les acides aminés essentiels, semi-essentiels et la plupart des acides aminés non-essentiels. Des nucléoprotéides, structures de base de l’ADN et ARN. De nombreux peptides, dont les neuro-peptides qui renforcent et réparent les cellules nerveuses.
Tout un spectre d’hormones végétales ; de pigments oxygénants et antioxydants, précurseurs des vitamines, des enzymes et coenzymes, du bêtacarotène (provitamine A) l’algue Bleue en contient dix fois plus que les carottes. De la lutéine, zeaxanthine, du Iycopène et de l’aphanine, un caroténoïde unique à cette espèce. De la chlorophylle (les algues en possèdent le taux le plus élevé de tous les aliments connus). Un pigment bleu (proche des pigments biliaires humains) qui protège l’algue de l’insolation, est un puissant anti-inflammatoire et antioxydant.

Une Grande concentration en acides gras essentiels, des polysaccharides, le plus souvent liés à d’autres composés pour former des macromolécules. Des Vitamines du groupe B : BI, B2, B3, B5, B6, B8, B9, B12. Les vitamines A, C, E, F, J, K. Des sels minéraux: calcium, magnésium, phosphore, potassium, sodium. Des oligo-éléments: bore, chlore, chrome, cobalt, cuivre, étain, fer, fluor, germanium, iode, manganèse, molybdène, nickel, sélénium, silice, titane, vanadium, zinc. Aucun adjuvant. Pas de cholestérol. pas de sel.

Avec plus de 115 micro-nutriments, l’AFA est certainement un des aliment naturel vivant le plus complet de la planète, agissant comme un biomodulateur ortho-moléculaire.
POSOLOGIE : Entretien :  4  gélules par jour, ( = 1 gm) 2 gélules le matin et  2  à midi ;  Thérapeutique : 2, 4, 6, 8, 10, 12, 14, et jusqu’à 16 gélules pour les cas extrême.

Pour commander : http://www.herbajovis.com/l-algue-lac-klamath-a-f-a.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *